BRIBES EN LIGNE
traquer   encore une dix l’espace ouvert au la question du récit nous avancions en bas de f j’ai voulu me pencher une fois entré dans la est-ce parce que, petit, on j’arrivais dans les et encore  dits grant est la plaigne e large  hier, 17 la fonction, antoine simon 23 il ne s’agit pas de et te voici humanité   anatomie du m et       dans je t’ai admiré, pour ma charogne sur le seuilce qui soudain un blanc fauche le aucun hasard si se       dans madame a des odeurs sauvages la danse de iloec endreit remeint li os "l’art est-il folie de josuétout est       pav&ea antoine simon 15 pour frédéric   en grec, morías antoine simon 3 dans les rêves de la poussées par les vagues d’un bout à f qu’il vienne, le feu fragilité humaine. il pleut. j’ai vu la station 7 : as-tu vu judas se ce monde est semé    tu sais r.m.a toi le don des cris qui       la sous la pression des « pouvez-vous travail de tissage, dans le texte qui suit est, bien dans le monde de cette   voici donc la   pour théa et ses       apr&eg "le renard connaît       la l’éclair me dure, faisant dialoguer    de femme liseuse au labyrinthe des pleursils dernier vers aoi cinquième citationne  la lancinante et il fallait aller debout hans freibach : 13) polynésie pour martin  l’écriture générations ce qui importe pour temps où les coeurs antoine simon 5 merci à marc alpozzo li quens oger cuardise entr’els nen at ne pui       chaque cher bernard m1       seins isabelle boizard 2005       neige       magnol       apparu   un       &n dernier vers aoi       cette temps de cendre de deuil de légendes de michel petites proses sur terre       l̵ il existe au moins deux  référencem beaucoup de merveilles comme une suite de ce poème est tiré du tous feux éteints. des les enseignants : agnus dei qui tollis peccata   marcel   jn 2,1-12 :  monde rassemblé macao grise (ma gorge est une …presque vingt ans plus clquez sur carmelo arden quin est une antoine simon 21 la communication est     l’é un trait gris sur la première dernier vers aoi passet li jurz, si turnet a j’ai travaillé       voyage dernier vers aoi non... non... je vous assure, madame est une torche. elle Être tout entier la flamme       sur deuxième approche de une errance de troisième essai et des quatre archanges que ce n’est pas aux choses   saint paul trois je crie la rue mue douleur macles et roulis photo 3 antoine simon 12       soleil la force du corps, le grand combat :   adagio   je 1.- les rêves de dernier vers aoi           &n n’ayant pas quant carles oït la béatrice machet vient de pour alain borer le 26       p&eacu tu le sais bien. luc ne sixième dernier vers aoi en introduction à  le "musée pour gilbert vedo la luna vedo le         or ce jour-là il lui       la ce qui fait tableau : ce pour nicolas lavarenne ma autre essai d’un et voici maintenant quelques madame est une       voyage a claude b.   comme monde imaginal, pluies et bruines, inoubliables, les on croit souvent que le but ma voix n’est plus que passent .x. portes,       six       sous  martin miguel vient je découvre avant toi quand nous rejoignons, en       au branches lianes ronces de l’autre  “s’ouvre zacinto dove giacque il mio et c’était dans sixième pour martine, coline et laure la langue est intarissable deux ce travail vous est       sur granz est li calz, si se dimanche 18 avril 2010 nous le franchissement des       l̵ encore une citation“tu je déambule et suis le 23 février 1988, il  “la signification (en regardant un dessin de c’est extrêmement glaciation entre       sur le la mort, l’ultime port, madame est la reine des nous serons toujours ces le scribe ne retient « h&eacu nous lirons deux extraits de antoine simon 29 et…  dits de dernier vers aoi en ceste tere ad estet ja       sur au programme des actions rêves de josué,       la a toi le don des cris qui nice, le 18 novembre 2004 a ma mère, femme parmi « voici       au franchement, pensait le chef, buttati ! guarda&nbs diaphane est le  l’exposition  pour qui veut se faire une abstraction voir figuration       m̵ histoire de signes . essai de nécrologie, violette cachéeton pour michèle gazier 1 il en est des meurtrières. genre des motsmauvais genre dernier vers aoi (josué avait ainsi alfred… de soie les draps, de soie quand il voit s’ouvrir, clere est la noit e la antoine simon 20 le coquillage contre avant propos la peinture est fin première aux george(s) (s est la sous l’occupation pour mireille et philippe pure forme, belle muette,       la g. duchêne, écriture le       grimpa de tantes herbes el pre             dans preambule – ut pictura pour anne slacik ecrire est je meurs de soif     le able comme capable de donner derniers effleurer le ciel du bout des ce paysage que tu contemplais toutes sortes de papiers, sur il en est des noms comme du       avant       " madame, c’est notre quand vous serez tout ( ce texte a face aux bronzes de miodrag suite de réponse de michel josué avait un rythme pour jean marie approche d’une   dits de dernier vers aoi on dit qu’agathe le "patriote", rm : nous sommes en et  riche de mes raphaËl de pareïs li seit la       je me l’instant criblé c’est parfois un pays station 1 : judas je n’hésiterai       allong vous avez a dix sept ans, je ne savais samuelchapitre 16, versets 1 lu le choeur des femmes de       cerisi accorde ton désir à ta       bruyan un besoin de couper comme de nous avons affaire à de quatre si la mer s’est tout en vérifiant « e ! malvais dessiner les choses banales mise en ligne "pour tes       nuage       je lentement, josué dans le pain brisé son  au mois de mars, 1166  il est des objets sur     de rigoles en   entrons paien sunt morz, alquant sequence 6   le bernadette griot vient de où l’on revient       le normalement, la rubrique  dans toutes les rues epuisement de la salle,    nous j’écoute vos dernier vers doel i avrat,       le quelques textes temps de pierres dans la les lettres ou les chiffres dans les carnets (elle entretenait j’entends sonner les dernier vers aoi   ces sec erv vre ile des quatre archanges que juste un une autre approche de la littérature de mon cher pétrarque, je t’enlace gargouille halt sunt li pui e mult halt ainsi fut pétrarque dans       pass&e arbre épanoui au ciel       j̵ assise par accroc au bord de elle réalise des les parents, l’ultime       st de profondes glaouis dernier vers aoi vi.- les amicales aventures la gaucherie à vivre, vous n’avez vue à la villa tamaris mi viene in mentemi le 19 novembre 2013, à la prenez vos casseroles et À perte de vue, la houle des  jésus le temps passe si vite, je désire un       le dernier vers que mort     tout autour mille fardeaux, mille outre la poursuite de la mise je ne peins pas avec quoi,       parfoi la lecture de sainte karles se dort cum hume j’ai longtemps       chercher une sorte de ma voix n’est plus que a l’aube des apaches, errer est notre lot, madame, cinq madame aux yeux on a cru à     pluie du on trouvera la video gardien de phare à vie, au rm : d’accord sur et la peur, présente la chaude caresse de il souffle sur les collines voudrais je vous je suis occupé ces la route de la soie, à pied, la brume. nuages  improbable visage pendu       longte viallat © le château de torna a sorrento ulisse torna c’est la peur qui fait dans ce pays ma mère je me souviens de     les provisions archipel shopping, la il s’appelait je t’enfourche ma huit c’est encore à pour mon épouse nicole dans l’effilé de  “... parler une je sais, un monde se la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Martine Orsoni

Rien n’est plus ardu que de rendre la terrible simplicité de ce fait merveilleux : un enfant s’annonce toujours au monde avant de naître, avant même d’être conçu ; car, avant de concevoir, il faut entendre. Et, ayant entendu, il faut vouloir. Je veux te dire qu’il n’est pas de plus mystérieux miracle que celui d’une Annonciation. On peut lire dans Saint Luc que Marie était une toute jeune fille d’à peine 14 ans qui voulait se garder vierge pour rester pure, quand elle entendit qu’elle devrait enfanter ; elle se mit alors à tourner mille pensées en son âme car, tout enfant, elle avait été vouée à Dieu, et c’était Dieu lui-même qui lui avait désigné un mari. Elle aurait voulu que son corps demeurât préservé de toute intrusion étrangère, rendu, lors de son dernier souffle, comme il avait été formé à l’origine, et intact... Or Dieu voulait que ce corps accueillît un autre corps, et le protégeât, et le chérît, et s’en grossît, comme grossit et s’épanouit et fleurit et s’ouvre un bourgeon avant de mourir et choir. De sorte que, lorsque Gabriel se manifesta à elle, Marie ne fut point troublée par l’apparition de l’ange, qui pourtant était d’une beauté lumineuse qui suggérait la danse des nuages même quand il se tenait immobile ; elle ne fut pas non plus surprise par le fait que Gabriel lui annonçait que l’enfant à naître monterait sur le trône de David ; rien de tout ce qui aurait pu nous surprendre ne troubla Marie : à l’annonce qu’elle enfanterait, elle n’interrogea l’ange que pour lui demander comment une telle chose serait possible puisqu’elle n’avait pas connu d’homme. Toutefois, sitôt que l’ange se fut adressé à elle, Marie l’entendit et l’écouta ; et elle sut que l’enfantement réalisait la part divine et pure des hommes et des femmes, et leur seule espérance de salut. Je veux te dire aussi que toutes les images qui ont prétendu montrer cet événement s’éloignent de la vérité, même si leur beauté est troublante, elle est naïve. Je te dirai que celle qui m’a paru m’approcher le plus de la vérité de l’Annonce est celle de Saint Pier-Paolo dans son commentaire de l’évangile selon saint Matthieu. Car il n’y avait , lors de l’Annonciation, ni ors, ni brocards, ni tissus de prix ; il n’y avait pas de sol de marbre, ni de hauts murs de pierre, ni rien qui rappelât si peu que ce fût le luxe et la richesse. Il y avait une fille et son regard pensif, s’obligeant, comme par la force des choses, à faire un pacte nouveau avec son propre corps.

Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1993 / catalogue d’exposition

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette