BRIBES EN LIGNE
à       fourr&       le il ne reste plus que le   que signifie    il il arriva que et…  dits de archipel shopping, la je dors d’un sommeil de eurydice toujours nue à la vie humble chez les le soleil n’est pas       sous au programme des actions       m&eacu able comme capable de donner       je une fois entré dans la générations toutes ces pages de nos de prime abord, il ce pays que je dis est vous deux, c’est joie et madame aux rumeurs il n’y a pas de plus antoine simon 14 merci à marc alpozzo       sur la langue est intarissable       bonheu introibo ad altare des conserves ! de la  au mois de mars, 1166 la deuxième édition du il existe au moins deux depuis le 20 juillet, bribes un titre : il infuse sa descendre à pigalle, se quatrième essai de Ç’avait été la dorothée vint au monde encore la couleur, mais cette       maquis       voyage       & quand sur vos visages les agnus dei qui tollis peccata avec marc, nous avons ainsi fut pétrarque dans nice, le 18 novembre 2004 références : xavier       le derniers vers sun destre       l̵ la réserve des bribes       pass&e douze (se fait terre se petit matin frais. je te « e ! malvais de l’autre marcel alocco a  pour jean le qu’est-ce qui est en il y a des objets qui ont la       journ&       la pie dernier vers aoi edmond, sa grande des voix percent, racontent envoi du bulletin de bribes art jonction semble enfin   adagio   je il existe deux saints portant  le "musée du bibelot au babilencore une a la femme au rêves de josué, pour andré  il est des objets sur       la une il faut dire les quatrième essai rares     dans la ruela       sur j’ai ajouté     l’é       sur le sixième "le renard connaît nous lirons deux extraits de       le le samedi 26 mars, à 15 le galop du poème me c’est vrai saluer d’abord les plus temps de cendre de deuil de     les fleurs du la bouche pure souffrance “dans le dessin je sais, un monde se   (dans le quand nous rejoignons, en       sur reflets et echosla salle très saintes litanies la terre nous   le texte suivant a voile de nuità la  la toile couvre les buttati ! guarda&nbs madame a des odeurs sauvages si, il y a longtemps, les "pour tes dernier vers aoi antoine simon 23 temps de pierres dans la  marcel migozzi vient de coupé en deux quand antoine simon 32       &agrav "ah ! mon doux pays, immense est le théâtre et allons fouiller ce triangle dernier vers aoi ouverture d’une       retour       les f qu’il vienne, le feu  tous ces chardonnerets antoine simon 11 deuxième suite on dit qu’agathe antoine simon 29 les durand : une rien n’est plus ardu  dans le livre, le    seule au je t’enfourche ma bientôt, aucune amarre les premières normalement, la rubrique temps de bitume en fusion sur       au       p&eacu mille fardeaux, mille   marcel j’oublie souvent et   dits de traquer pour qui veut se faire une j’ai longtemps À peine jetés dans le je déambule et suis       l̵ il tente de déchiffrer, lancinant ô lancinant dans le train premier la brume. nuages halt sunt li pui e mult halt lorsque martine orsoni langues de plomba la le pendu sixième       dans pour andrée f le feu s’est       reine comme un préliminaire la l’impression la plus       dans tout est prêt en moi pour le lent déferlement jamais si entêtanteeurydice deuxième essai le samuelchapitre 16, versets 1       bruyan onze sous les cercles       la « h&eacu       nuage preambule – ut pictura j’ai changé le la chaude caresse de comme c’est       aujour       l̵ deuxième       &agrav       au ce qui aide à pénétrer le deux ajouts ces derniers nous viendrons nous masser pluies et bruines, dans les rêves de la sous la pression des mon cher pétrarque, merci à la toile de le 19 novembre 2013, à la     pourquoi       magnol spectacle de josué dit de profondes glaouis       descen je t’enlace gargouille 1. il se trouve que je suis   pour le prochain en introduction à     [1]  en cet anniversaire, ce qui écrirecomme on se le vieux qui folie de josuétout est comme une suite de       &ccedi ce 28 février 2002.   se     faisant la  née à à sylvie abstraction voir figuration un nouvel espace est ouvert       deux       en un ce jour-là il lui aux george(s) (s est la villa arson, nice, du 17       les que reste-t-il de la dernier vers aoi pour anne slacik ecrire est  martin miguel vient       reine quai des chargeurs de je me souviens de     nous intendo... intendo ! c’était une monde imaginal,       dans dernier vers aoi passent .x. portes, et voici maintenant quelques la tentation du survol, à bribes en ligne a à bernadette laure et pétrarque comme et si tu dois apprendre à dimanche 18 avril 2010 nous    courant dernier vers aoi   quand vous serez tout la mort, l’ultime port, antoine simon 26 une errance de       baie v.- les amicales aventures du nous dirons donc c’est extrêmement ce qui importe pour dans l’effilé de mouans sartoux. traverse de       tourne deuxième apparition       dans la rencontre d’une normal 0 21 false fal il ne sait rien qui ne va neuf j’implore en vain pour angelo dans le respect du cahier des de pareïs li seit la j’ai donné, au mois       ton coupé le sonà i mes doigts se sont ouverts ecrire sur on a cru à tout le problème juste un mot pour annoncer le glacis de la mort quel ennui, mortel pour       &agrav  “s’ouvre avant dernier vers aoi j’ai perdu mon pour le prochain basilic, (la percey priest lakesur les   jn 2,1-12 : antoine simon 18   six formes de la ensevelie de silence,  ce qui importe pour apaches : dernier vers aoi  il y a le et c’était dans marché ou souk ou a ma mère, femme parmi       au   un vendredi voici des œuvres qui, le souvent je ne sais rien de   iv    vers écoute, josué, il n’est pire enfer que mais non, mais non, tu de soie les draps, de soie       quand       une 1254 : naissance de la force du corps, trois (mon souffle au matin il pleut. j’ai vu la fin première À l’occasion de « 8° de diaphane est le la musique est le parfum de un temps hors du j’ai donc   j’ai souvent       que pour max charvolen 1) il s’appelait  le livre, avec encore une citation“tu carmelo arden quin est une exode, 16, 1-5 toute   nous sommes       ce (ma gorge est une printemps breton, printemps mise en ligne d’un toutefois je m’estimais antoine simon 5 il faut aller voir lentement, josué antoine simon 7 f le feu s’est josué avait un rythme l’évidence dieu faisait silence, mais         pass&e tendresses ô mes envols carcassonne, le 06 (elle entretenait approche d’une       allong  l’écriture       arauca ce texte m’a été dessiner les choses banales  les trois ensembles ce paysage que tu contemplais cinquième citationne     le cygne sur dans l’innocence des le coeur du     extraire toulon, samedi 9 portrait. 1255 :   ciel !!!! jouer sur tous les tableaux les grands ainsi alfred… dernier vers aoi petites proses sur terre un jour, vous m’avez m1       après la lecture de quant carles oït la À max charvolen et antoine simon 16 je suis   3   

les madame, on ne la voit jamais les plus vieilles     le deux ce travail vous est pour robert mult est vassal carles de rien n’est pour etudiant à a grant dulur tendrai puis sors de mon territoire. fais chaque automne les quand c’est le vent qui la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Gérard Duchêne

 

L’oeuvre vit son dernier sommeil sans lanterne pour la veiller sinon la grâce du critique ou de l’écrivain qui perdure sa trace dans l’infini de son propre sommeil.
G.D.

Il : Si tu me posais une question, quelle serait-elle ?
Je : Oh ! De but en blanc, je n’en vois qu’une : comment ton écriture fonctionne-t-elle ? Sert-elle à transcrire ce que tu sais de la peinture ? Ou est-elle un moyen de chercher à en savoir plus ?

faire endossant le dire sans le satisfaire ; couleurs à coté de la couleur mélangées sans recherche d’effet ; les accidents esthétiques ne m’intéressent pas. Ma folie s’exprime dans l’incommensurable de la peinture.
G.D.

Il : Nous avions dit 12 questions. Permets-moi néanmoins une 12ème bis : ton refus de nommer n’est-il pas contradictoire avec ton activité de naturaliste ? Tu as donné des noms à des papillons...
Je : Bon, acceptons cette 2ème douzième. J’avais bien vu que ce hobby t’avait arrêté.
C’est vrai. Je m’intéresse à une espèce particulière de papillons et j’ai fait quelques communications à la société des sciences naturelles distinguant dans l’espèce, en fonction de traits morphologiques, des sous-espèces, auxquelles j’ai donné des noms.
On ne trouve cette espèce de papillons que dans une aire géographique réduite, en amérique centrale, région où, évidemment, je n’ai jamais mis les pieds.
Cette activité est assez importante à mes yeux, mais je ne fais pas de rapport immédiat avec la peinture. Oui... Pourquoi pas... J’épinglerais des mots en les figeant sur la plaque... Bon... Pourtant il est vrai que la classification reprend cette vieille fonction dont Dieu, dans la Génèse, charge l’homme : nommer les animaux. C’est ainsi, dit Monticelli, que se complète mon rapport critique à l’identité et à l’identification :
. Je brouille la désignation de ce qui a un nom... OCNI
. Je donne un même nom à ceux qui ont des noms différents et chez qui le nom équivaut à signature ou label : les Durand. De cette façon, ajoute-t-il, je réécris le début du passage de Babel : "Tous les hommes se servaient de la même langue et du même mot"
. Je désigne par il celui qui aurait pu être dit je
. inutile de développer tout ce qu’ai pu dire du texte, de l’écriture et de l’écrire.
Il fallait ajouter à cette crise de l’identité le fait de découvrir ce qui n’a pas de nom... et de lui en donner un.

Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1989 / Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette