BRIBES EN LIGNE
dans l’effilé de cette machine entre mes un besoin de couper comme de antoine simon 13 À perte de vue, la houle des dernier vers que mort 1254 : naissance de     cet arbre que attendre. mot terrible. je suis celle qui trompe ce qui fascine chez moi cocon moi momie fuseau carcassonne, le 06       sur 5) triptyque marocain       grimpa printemps breton, printemps     une abeille de pour tendresses ô mes envols toujours les lettres : pour philippe     son accoucher baragouiner   pour olivier pour raphaël comme c’est    au balcon nice, le 8 octobre l’existence n’est     au couchant couleur qui ne masque pas le galop du poème me la vie est dans la vie. se l’heure de la ma chair n’est le grand combat :     sur la pente la question du récit 1) notre-dame au mur violet dans le pain brisé son giovanni rubino dit   maille 1 :que de tantes herbes el pre       banlie des voiles de longs cheveux je dors d’un sommeil de cet article est paru       sabots ce paysage que tu contemplais religion de josué il et que vous dire des et nous n’avons rien       sur dernier vers aoi pour martin un homme dans la rue se prend li emperere s’est dernier vers aoi …presque vingt ans plus j’ai relu daniel biga, (de)lecta lucta   tendresse du mondesi peu de       six leonardo rosa  ce mois ci : sub       voyage     rien  les trois ensembles     après À max charvolen et je n’ai pas dit que le       la journée de  “la signification il existe au moins deux j’ai travaillé deuxième apparition de hans freibach : béatrice machet vient de       coude nous serons toujours ces le scribe ne retient la littérature de 1.- les rêves de avant dernier vers aoi de pa(i)smeisuns en est venuz       juin comme un préliminaire la pas même a la femme au pour mireille et philippe la pureté de la survie. nul       &agrav       et sculpter l’air :       cette       au tout mon petit univers en juste un mot pour annoncer vos estes proz e vostre le pendu pour max charvolen 1)       &agrav halt sunt li pui e mult halt quatrième essai de "tu sais ce que c’est       enfant    nous       la       fleur il y a tant de saints sur    si tout au long marie-hélène un temps hors du villa arson, nice, du 17 bien sûr, il y eut cher bernard  il y a le dans les carnets il en est des noms comme du   voici donc la madame est une pourquoi yves klein a-t-il       &n quelques textes nice, le 30 juin 2000       ma       les on peut croire que martine l’impossible rien n’est plus ardu ce qu’un paysage peut       "       à la vie est ce bruissement heureuse ruine, pensait beaucoup de merveilles un jour nous avons       "       au j’ai donc libre de lever la tête  ce qui importe pour a toi le don des cris qui thème principal : a la fin il ne resta que ma voix n’est plus que je ne sais pas si fontelucco, 6 juillet 2000 l’instant criblé   un vendredi autre petite voix       jardin station 4 : judas  nous lirons deux extraits de   pour le prochain comme une suite de       ton des quatre archanges que carmelo arden quin est une les doigts d’ombre de neige abu zayd me déplait. pas buttati ! guarda&nbs  un livre écrit   ces sec erv vre ile       un   six formes de la f les feux m’ont       m&eacu granz fut li colps, li dux en un nouvel espace est ouvert « e ! malvais pour marcel carissimo ulisse,torna a la mort, l’ultime port, il existe deux saints portant chercher une sorte de pour alain borer le 26 présentation du À l’occasion de dernier vers aoi je t’ai admiré, quatrième essai rares il semble possible là, c’est le sable et pour mes enfants laure et À max charvolen et martin glaciation entre     &nbs mougins. décembre “dans le dessin antoine simon 16 vous dites : "un pour angelo dernier vers aoi spectacle de josué dit rien n’est       sur à la bonne       vu ce qui fait tableau : ce     de rigoles en       journ&       pav&ea l’illusion d’une la chaude caresse de       en et la peur, présente madame des forêts de sept (forces cachées qui le lent déferlement en 1958 ben ouvre à dernier vers aoi toutes sortes de papiers, sur    regardant jouer sur tous les tableaux       arauca poussées par les vagues deux ce travail vous est "le renard connaît sables mes parolesvous je désire un     le cygne sur       m̵ torna a sorrento ulisse torna rêves de josué, viallat © le château de jamais je n’aurais le geste de l’ancienne,       apparu décembre 2001.  née à    tu sais macles et roulis photo 4 le 23 février 1988, il   au milieu de     nous nu(e), comme son nom merle noir  pour laure et pétrarque comme certains prétendent vous avez passet li jurz, si turnet a exode, 16, 1-5 toute " je suis un écorché vif. et que dire de la grâce   le texte suivant a  pour jean le la réserve des bribes dernier vers aoi deuxième apparition       l̵ on dit qu’agathe dans la caverne primordiale l’évidence les routes de ce pays sont le texte qui suit est, bien où l’on revient coupé en deux quand d’abord l’échange des       bien       &eacut quand c’est le vent qui dans les hautes herbes écoute, josué, le coquillage contre apaches : à cri et à (en regardant un dessin de j’ai changé le le 19 novembre 2013, à la charogne sur le seuilce qui les textes mis en ligne dans le respect du cahier des sainte marie, dernier vers aoi   vertige. une distance clere est la noit e la pour michèle gazier 1) inoubliables, les dans l’innocence des "la musique, c’est le     les fleurs du f dans le sourd chatoiement       b&acir dernier vers aoi il souffle sur les collines nous savons tous, ici, que tous ces charlatans qui       voyage temps de pierres les cuivres de la symphonie dernier vers aoi       longte etait-ce le souvenir on trouvera la video saluer d’abord les plus       un   la baie des anges tu le sais bien. luc ne       le martin miguel art et  on peut passer une vie nouvelles mises en quand les mots du bibelot au babilencore une vedo la luna vedo le recleimet deu mult madame, c’est notre ce jour-là il lui dieu faisait silence, mais de l’autre toulon, samedi 9 sors de mon territoire. fais je suis bien dans 0 false 21 18 régine robin, antoine simon 25 f qu’il vienne, le feu pour le prochain basilic, (la dans ce périlleux mesdames, messieurs, veuillez   encore une je t’enfourche ma tout à fleur d’eaula danse ce texte m’a été À la loupe, il observa avez-vous vu à la mémoire de       reine ma voix n’est plus que       pour daniel farioli poussant         &n mouans sartoux. traverse de  c’était accorde ton désir à ta     tout autour me préparation des si tu es étudiant en       la       sur le et  riche de mes merci à marc alpozzo station 1 : judas tu le saiset je le vois dernier vers aoi de pareïs li seit la mi viene in mentemi "ah ! mon doux pays,       dans les écroulements bientôt, aucune amarre antoine simon 14 madame, on ne la voit jamais       dans    seule au deuxième approche de références : xavier sous l’occupation       l̵ grant est la plaigne e large pour jean-marie simon et sa pour jean-louis cantin 1.- les lettres ou les chiffres la bouche pleine de bulles d’un bout à vous êtes vous n’avez dans un coin de nice, rêve, cauchemar, n’ayant pas ce n’est pas aux choses 0 false 21 18 le samedi 26 mars, à 15 le passé n’est toute trace fait sens. que l’éclair me dure, se placer sous le signe de d’ eurydice ou bien de toi, mésange à envoi du bulletin de bribes f le feu s’est antoine simon 18 madame a des odeurs sauvages la rencontre d’une j’ai en réserve 1. il se trouve que je suis  il est des objets sur tout le problème la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VII
<- CCIX | CCXI ->
CCX

Clefs : mort , peuples , Josué , langue

Si grant dol ai que ne voldreie vivre

Qui voudrait vivre avec tant de douleur ? Comment le voudrais-je ? se disait Josué.

dernier vers

AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte