BRIBES EN LIGNE
    de rigoles en       sur       un le proche et le lointain   pour théa et ses quand les mots       et merci à la toile de mille fardeaux, mille madame porte à gardien de phare à vie, au dans le respect du cahier des       midi   au milieu de pourquoi yves klein a-t-il là, c’est le sable et juste un mot pour annoncer deux ce travail vous est       rampan j’entends sonner les v.- les amicales aventures du dans le monde de cette ma chair n’est pour maxime godard 1 haute    au balcon pour jean marie madame, c’est notre ( ce texte a quant carles oït la 10 vers la laisse ccxxxii  il est des objets sur en introduction à préparation des josué avait un rythme ] heureux l’homme traquer des quatre archanges que et…  dits de   les étourneaux ! les dieux s’effacent je désire un aux barrières des octrois et te voici humanité il ne sait rien qui ne va ce qui fait tableau : ce la cité de la musique pour alain borer le 26 attelage ii est une œuvre patrick joquel vient de je n’ai pas dit que le madame dans l’ombre des       bien même si deuxième essai il ne reste plus que le dans les hautes herbes pour robert "pour tes quatrième essai rares pour jean-louis cantin 1.- l’heure de la j’écoute vos       dans il souffle sur les collines juste un chaises, tables, verres,       dans le lent déferlement j’ai en réserve toujours les lettres :    regardant mouans sartoux. traverse de       le polenta le vieux qui les grands dans l’innocence des  référencem six de l’espace urbain, avec marc, nous avons la vie est dans la vie. se et il fallait aller debout martin miguel art et cet article est paru dans le (en regardant un dessin de       à poussées par les vagues karles se dort cum hume rimbaud a donc la deuxième édition du un titre : il infuse sa la rencontre d’une voici des œuvres qui, le temps de pierres dans la   pour adèle et le temps passe si vite, introibo ad altare       dans première je reviens sur des comme un préliminaire la  l’exposition  ouverture d’une elle disposait d’une madame des forêts de  monde rassemblé s’ouvre la abstraction voir figuration       nuage certains prétendent ki mult est las, il se dort    si tout au long  au mois de mars, 1166 f le feu est venu,ardeur des au labyrinthe des pleursils il n’y a pas de plus travail de tissage, dans dernier vers aoi antoine simon 31 l’impression la plus  zones gardées de       jardin ce poème est tiré du et ma foi, toi, mésange à et que dire de la grâce       au macles et roulis photo 7 jamais si entêtanteeurydice equitable un besoin sonnerait raphaËl dorothée vint au monde       parfoi dernier vers aoi       voyage n’ayant pas able comme capable de donner je suis bien dans passent .x. portes,       sur de proche en proche tous dimanche 18 avril 2010 nous tandis que dans la grande  il y a le pour le prochain basilic, (la on cheval f le feu m’a       apparu l’erbe del camp, ki madame est toute tous feux éteints. des du bibelot au babilencore une l’illusion d’une générations laure et pétrarque comme le plus insupportable chez le galop du poème me ço dist li reis : bal kanique c’est pour lee paroles de chamantu un soir à paris au percey priest lakesur les c’est ici, me on croit souvent que le but avant dernier vers aoi heureuse ruine, pensait       montag les petites fleurs des bribes en ligne a  improbable visage pendu       "   la production chaque jour est un appel, une     du faucon la bouche pleine de bulles       pav&ea antoine simon 26 ses mains aussi étaient pas même 1) notre-dame au mur violet passet li jurz, si turnet a antoine simon 16 tout le problème la pureté de la survie. nul ….omme virginia par la seul dans la rue je ris la le coeur du   pour olivier       sur les cuivres de la symphonie dernier vers que mort de pa(i)smeisuns en est venuz dernier vers aoi   (à coupé le sonà l’attente, le fruit en ceste tere ad estet ja       "       il les lettres ou les chiffres   d’un coté, comme une suite de       alla saluer d’abord les plus       il station 3 encore il parle pluies et bruines, toutefois je m’estimais l’existence n’est je t’ai admiré, pour mon épouse nicole mougins. décembre vous dites : "un se placer sous le signe de effleurer le ciel du bout des "si elle est la vie est ce bruissement vi.- les amicales aventures  un livre écrit À la loupe, il observa  marcel migozzi vient de mes pensées restent mon travail est une  avec « a la       aujour c’est la peur qui fait sauvage et fuyant comme la route de la soie, à pied, le glacis de la mort jouer sur tous les tableaux       sur antoine simon 14   adagio   je       sur       ma suite de à sylvie ne pas négocier ne       quinze   dits de ce n’est pas aux choses macao grise je rêve aux gorges art jonction semble enfin rossignolet tu la  je signerai mon constellations et       la antoine simon 6 le ciel est clair au travers       au la gaucherie à vivre, pour daniel farioli poussant dans les rêves de la  tu ne renonceras pas. dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a       fourmi siglent a fort e nagent e livre grand format en trois j’aime chez pierre ma mémoire ne peut me nice, le 30 juin 2000 en 1958 ben ouvre à à les installations souvent,       descen deuxième chaque automne les tout à fleur d’eaula danse douze (se fait terre se  le "musée  les premières une il faut dire les       le f le feu s’est ce texte m’a été temps de pierres religion de josué il max charvolen, martin miguel     chant de       l̵ petites proses sur terre du fond des cours et des       dans ici. les oiseaux y ont fait       pass&e     les provisions       l̵  mise en ligne du texte je suis occupé ces torna a sorrento ulisse torna la communication est carmelo arden quin est une     ton cette machine entre mes mais non, mais non, tu       voyage tout en vérifiant etait-ce le souvenir       pass&e janvier 2002 .traverse sur l’erbe verte si est       (         &n       bruyan jusqu’à il y a l’instant criblé  jésus dernier vers aoi       ce pour frédéric       &agrav pour max charvolen 1) antoine simon 25       droite     rien o tendresses ô mes au matin du portrait. 1255 : la bouche pure souffrance quelque chose pour martine l’évidence       allong li emperere s’est c’est un peu comme si, le bulletin de "bribes  pour le dernier jour le 19 novembre 2013, à la agnus dei qui tollis peccata trois tentatives desesperees       " à propos des grands     chambre que reste-t-il de la de la suite du blasphème de « h&eacu et je vois dans vos outre la poursuite de la mise ouverture de l’espace pour raphaël a grant dulur tendrai puis dernier vers aoi       &n       &eacut ainsi alfred… et il parlait ainsi dans la genre des motsmauvais genre 1) la plupart de ces pierre ciel madame est une torche. elle merle noir  pour temps de bitume en fusion sur antoine simon 23   se marcel alocco a la tentation du survol, à antoine simon 27       bonhe napolì napolì faisant dialoguer sequence 6   le   je ne comprends plus f j’ai voulu me pencher de prime abord, il la liberté s’imprime à     pluie du reflets et echosla salle dernier vers aoi la réserve des bribes un verre de vin pour tacher       " a la femme au et encore  dits approche d’une cliquetis obscène des folie de josuétout est le lent tricotage du paysage le lourd travail des meules dernier vers aoi       "   ciel !!!!     le ecrire les couleurs du monde       ...mai f dans le sourd chatoiement ils sortent dix l’espace ouvert au langues de plomba la la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie
<- VIII | X ->
IX
Artiste(s) : Laurent (site)

Quand les eaux et les terres de ce pays se réunissent
les porteuses d’eau de terre et de pain
se dirigent lentement vers la rivière  
le ciel n’est alors jamais trop loin avec ses airs de femme
leur tête se dresse
et frémit d’émoi sous le poids des vases de cuivre et des sacs de toile
on dit aussi qu’au fond des puits sont conservés
de grands secrets et mille oiseaux soudain s’affolent
autour des pistils de la valériane.

JPEG - 46.1 ko
Quand les eaux et les terres...
Publication en ligne : 7 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette