BRIBES EN LIGNE
      " art jonction semble enfin       un il existe deux saints portant eurydice toujours nue à       apr&eg       object       l̵    au balcon dernier vers aoi pour philippe pour raphaël paysage de ta tombe  et la mastication des       au elle réalise des pure forme, belle muette, vous deux, c’est joie et ce pays que je dis est raphaËl chercher une sorte de dernier vers aoi   antoine simon 30       retour mult est vassal carles de   1) cette       journ& carles li reis en ad prise sa pour jacky coville guetteurs       grimpa dans la caverne primordiale l’illusion d’une rm : d’accord sur je meurs de soif à cri et à non... non... je vous assure, pour le prochain basilic, (la première le glacis de la mort     du faucon  mise en ligne du texte passent .x. portes, voici des œuvres qui, le       "       vu   au milieu de chaises, tables, verres, le 26 août 1887, depuis à propos “la un jour nous avons rita est trois fois humble. grant est la plaigne e large pluies et bruines, monde imaginal, quel ennui, mortel pour macles et roulis photo 6 dernier vers aoi saluer d’abord les plus ma chair n’est dans les carnets en ceste tere ad estet ja je ne peins pas avec quoi, la brume. nuages le numéro exceptionnel de a propos de quatre oeuvres de madame, c’est notre     m2 &nbs cinquième essai tout       un       sur ...et poème pour ses mains aussi étaient       & pour andré   né le 7 pas facile d’ajuster le       apparu bien sûrla 1 au retour au moment genre des motsmauvais genre dernier vers aoi je suis bien dans il n’y a pas de plus j’aime chez pierre     après temps de pierres dans la ce monde est semé madame chrysalide fileuse “dans le dessin temps de cendre de deuil de f j’ai voulu me pencher f les feux m’ont       (       soleil ainsi va le travail de qui il ne sait rien qui ne va madame est la reine des       au antoine simon 2 dernier vers aoi ] heureux l’homme       m̵ r.m.a toi le don des cris qui ne faut-il pas vivre comme guetter cette chose je n’ai pas dit que le il y a des objets qui ont la pour       force mais jamais on ne       le carmelo arden quin est une vue à la villa tamaris   (à tromper le néant i mes doigts se sont ouverts ce jour là, je pouvais l’existence n’est       va c’est parfois un pays 0 false 21 18 ainsi alfred… (À l’église       deux       midi comme une suite de le coquillage contre les étourneaux ! sa langue se cabre devant le         or etudiant à au labyrinthe des pleursils    de femme liseuse f tous les feux se sont dans un coin de nice, du fond des cours et des six de l’espace urbain, dans l’innocence des j’ai travaillé et que dire de la grâce   un villa arson, nice, du 17 rimbaud a donc       je   maille 1 :que antoine simon 26 sauvage et fuyant comme lorsqu’on connaît une       sur le alocco en patchworck © Ç’avait été la la communication est antoine simon 3 ajout de fichiers sons dans antoine simon 21 macles et roulis photo 4 pas de pluie pour venir des quatre archanges que « amis rollant, de c’est seulement au cyclades, iii° je ne saurais dire avec assez accoucher baragouiner       la pie le soleil n’est pas bel équilibre et sa deuxième apparition de antoine simon 12 dernier vers aoi       devant la vie est dans la vie. se mais non, mais non, tu leonardo rosa     pluie du l’appel tonitruant du pour mireille et philippe seul dans la rue je ris la tout en vérifiant   j’ai souvent           oued coulant décembre 2001. temps de bitume en fusion sur       au trois (mon souffle au matin exacerbé d’air beaucoup de merveilles langues de plomba la il souffle sur les collines vedo la luna vedo le antoine simon 5 antoine simon 20 ils s’étaient le corps encaisse comme il       bien  epître aux l’homme est temps où les coeurs j’ai donné, au mois accorde ton désir à ta dans les écroulements deux ajouts ces derniers pur ceste espee ai dulor e f le feu m’a janvier 2002 .traverse morz est rollant, deus en ad pour maxime godard 1 haute  pour de "la musique, c’est le       rampan le proche et le lointain macles et roulis photo halt sunt li pui e mult halt dernier vers aoi pour angelo       tourne Être tout entier la flamme l’erbe del camp, ki un trait gris sur la ce qui importe pour paien sunt morz, alquant dernier vers aoi la fraîcheur et la quai des chargeurs de toujours les lettres :       la       pour tous feux éteints. des     cet arbre que       l̵ j’ai ajouté À max charvolen et martin agnus dei qui tollis peccata pas même       object neuf j’implore en vain dans l’innocence des       dans       juin   voici donc la       le un verre de vin pour tacher errer est notre lot, madame, préparation des able comme capable de donner antoine simon 25 vous n’avez la liberté s’imprime à la vie est ce bruissement et…  dits de       ma   3   

les  dans toutes les rues même si est-ce parce que, petit, on rossignolet tu la clquez sur pour michèle aueret À peine jetés dans le c’est vrai       ton vous avez dernier vers aoi         le cet article est paru     vers le soir  ce qui importe pour       fourr&  dernier salut au sous l’occupation c’était une   anatomie du m et edmond, sa grande si j’avais de son       entre percey priest lakesur les je ne sais pas si tant pis pour eux.       crabe- pour julius baltazar 1 le dernier vers que mort carissimo ulisse,torna a vos estes proz e vostre le texte qui suit est, bien   marcel les durand : une ce poème est tiré du il arriva que  tu vois im font chier   saint paul trois patrick joquel vient de pas une année sans évoquer   je ne comprends plus rm : nous sommes en (josué avait       il comme ce mur blanc si j’étais un       le quand vous serez tout li emperere s’est     &nbs   la baie des anges       vaches je t’ai admiré, pour qui veut se faire une tout à fleur d’eaula danse       à tes chaussures au bas de       m̵ bien sûr, il y eut zacinto dove giacque il mio le grand combat :    courant l’évidence     surgi premier vers aoi dernier le nécessaire non antoine simon 18 voile de nuità la ki mult est las, il se dort bribes en ligne a quand les mots merci à la toile de diaphane est le madame dans l’ombre des antoine simon 16 printemps breton, printemps  marcel migozzi vient de et que vous dire des le lourd travail des meules les avenues de ce pays deuxième essai le     ton     sur la       &eacut il en est des noms comme du nu(e), comme son nom   je n’ai jamais carissimo ulisse,torna a  les trois ensembles       glouss       chaque lorsque martine orsoni station 7 : as-tu vu judas se un soir à paris au       entre  avec « a la  la toile couvre les iloec endreit remeint li os       su je t’enlace gargouille je dors d’un sommeil de dimanche 18 avril 2010 nous histoire de signes .  de même que les       et madame déchirée c’est la peur qui fait tandis que dans la grande charogne sur le seuilce qui sculpter l’air : faisant dialoguer pour martine et ma foi, allons fouiller ce triangle       la s’égarer on       en       jonath mon cher pétrarque, j’ai en réserve merci à marc alpozzo       quinze  martin miguel vient       maquis     les fleurs du li quens oger cuardise       au "le renard connaît a propos d’une autre petite voix les dieux s’effacent ouverture d’une la liberté de l’être les enseignants : antoine simon 14     l’é la pureté de la survie. nul       &n ma voix n’est plus que la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie
<- VIII | X ->
IX
Artiste(s) : Laurent (site)

Quand les eaux et les terres de ce pays se réunissent
les porteuses d’eau de terre et de pain
se dirigent lentement vers la rivière  
le ciel n’est alors jamais trop loin avec ses airs de femme
leur tête se dresse
et frémit d’émoi sous le poids des vases de cuivre et des sacs de toile
on dit aussi qu’au fond des puits sont conservés
de grands secrets et mille oiseaux soudain s’affolent
autour des pistils de la valériane.

JPEG - 46.1 ko
Quand les eaux et les terres...
Publication en ligne : 7 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette