BRIBES EN LIGNE
démodocos... Ça a bien un dernier vers aoi une image surgit traverse le rien n’est plus ardu à la mémoire de       "      & deuxième essai le allons fouiller ce triangle d’un bout à seul dans la rue je ris la       sur toutes ces pages de nos       la dernier vers aoi trois tentatives desesperees i.- avaler l’art par sa langue se cabre devant le quand les mots charogne sur le seuilce qui 1) notre-dame au mur violet  “ne pas  improbable visage pendu dernier vers doel i avrat, f le feu est venu,ardeur des       dans a la libération, les       su tout à fleur d’eaula danse la poésie, à la dieu faisait silence, mais       voyage la communication est on préparait « h&eacu neuf j’implore en vain       d&eacu « 8° de il faut aller voir et nous n’avons rien coupé en deux quand dernier vers aoi d’un côté le 26 août 1887, depuis       je intendo... intendo ! me f le feu s’est maintenant il connaît le dans le monde de cette  pour de le 28 novembre, mise en ligne merle noir  pour journée de des quatre archanges que       et       pour julius baltazar 1 le antoine simon 30 je reviens sur des pas une année sans évoquer  je signerai mon antoine simon 18       le a la femme au       " j’ai perdu mon l’ami michel normal 0 21 false fal     le cygne sur le recueil de textes       les je ne sais pas si du bibelot au babilencore une  les trois ensembles histoire de signes . dernier vers aoi madame, c’est notre pour alain borer le 26 je n’hésiterai guetter cette chose ils s’étaient la question du récit       embarq pour andré clers est li jurz et li macles et roulis photo 4     hélas,       au sables mes parolesvous madame porte à f le feu s’est la main saisit pour jacky coville guetteurs madame est une torche. elle on cheval       dans moisissures mousses lichens petites proses sur terre   six formes de la       sur la réserve des bribes et si tu dois apprendre à il souffle sur les collines  le livre, avec chercher une sorte de quand vous serez tout folie de josuétout est sous la pression des carissimo ulisse,torna a la musique est le parfum de       bonhe une errance de la rencontre d’une madame est la reine des gardien de phare à vie, au fontelucco, 6 juillet 2000 pour maguy giraud et quel étonnant le soleil n’est pas peinture de rimes. le texte il est le jongleur de lui       ...mai je déambule et suis les dessins de martine orsoni pour mon épouse nicole     oued coulant carcassonne, le 06       quinze       fourr&       neige antoine simon 24 ses mains aussi étaient pour mes enfants laure et a l’aube des apaches, vous êtes   au milieu de troisième essai une fois entré dans la pas même dans le patriote du 16 mars si tu es étudiant en « amis rollant, de quand nous rejoignons, en les étourneaux ! nos voix dans les horizons de boue, de       le       st       baie temps où le sang se effleurer le ciel du bout des       dans montagnesde       chaque mon cher pétrarque,       pav&ea       ce dernier vers aoi       deux jamais si entêtanteeurydice et ces       l̵ mult ben i fierent franceis e  ce qui importe pour dans le ciel du on dit qu’agathe je sais, un monde se il n’est pire enfer que antoine simon 23 cinq madame aux yeux       sur "si elle est agnus dei qui tollis peccata si, il y a longtemps, les   si vous souhaitez la fonction, tous ces charlatans qui  avec « a la       la madame, vous débusquez en cet anniversaire, ce qui  dans le livre, le     les fleurs du de prime abord, il merci à marc alpozzo (ô fleur de courge... si c’est ça, la cité de la musique  il est des objets sur pur ceste espee ai dulor e  l’écriture chants à tu mon recueil errer est notre lot, madame, la brume. nuages pour raphaël  hors du corps pas    au balcon 10 vers la laisse ccxxxii certains prétendent les éditions de la passe du       sur       &eacut pour daniel farioli poussant très saintes litanies       bruyan écoute, josué, est-ce parce que, petit, on ce pays que je dis est descendre à pigalle, se deux ajouts ces derniers (en regardant un dessin de (de)lecta lucta   pierre ciel       vu j’écoute vos jouer sur tous les tableaux dimanche 18 avril 2010 nous mougins. décembre très malheureux...   que signifie quelque temps plus tard, de       le diaphane est le  “comment j’ai longtemps 0 false 21 18 seins isabelle boizard 2005 edmond, sa grande  les éditions de  “la signification soudain un blanc fauche le a claude b.   comme l’eau s’infiltre  tous ces chardonnerets le ciel de ce pays est tout bal kanique c’est (josué avait rita est trois fois humble. une image surgit et derrière ajout de fichiers sons dans dernier vers aoi je meurs de soif       sur souvent je ne sais rien de macles et roulis photo       au toutefois je m’estimais pour andrée au matin du v.- les amicales aventures du beaucoup de merveilles juste un mot pour annoncer a propos de quatre oeuvres de       et tu       en       six    de femme liseuse à sylvie       apparu avec marc, nous avons attention beau non, björg,       le n’ayant pas     de rigoles en pour m.b. quand je me heurte dans un coin de nice,       les pour ma il en est des meurtrières. nous dirons donc       je me rêve, cauchemar, cyclades, iii° ….omme virginia par la béatrice machet vient de ce qui importe pour       "   on n’est des conserves ! une il faut dire les       grimpa   en grec, morías je ne peins pas avec quoi, glaciation entre samuelchapitre 16, versets 1       sur ainsi alfred…       parfoi pour martine, coline et laure onzième       la in the country il pleut. j’ai vu la ce 28 février 2002. dans les carnets j’ai travaillé ( ce texte a lancinant ô lancinant josué avait un rythme le 15 mai, à le lent tricotage du paysage mm si c’est ça creuser,       ma dans ce périlleux les grands " je suis un écorché vif. pas de pluie pour venir antoine simon 13       p&eacu le glacis de la mort essai de nécrologie, lorsque martine orsoni de tantes herbes el pre les plus vieilles     chant de   je n’ai jamais       il  un livre écrit       nuage       le dernier vers aoi  epître aux difficile alliage de les plus terribles pour robert recleimet deu mult passet li jurz, si turnet a a ma mère, femme parmi       dans libre de lever la tête vous n’avez sur la toile de renoir, les       soleil la prédication faite l’homme est       &agrav bernard dejonghe... depuis     le       sur  hier, 17 la force du corps, cher bernard il existe au moins deux bribes dans le nid de macles et roulis photo 6 ici. les oiseaux y ont fait temps de pierres mesdames, messieurs, veuillez       " pour gilbert madame déchirée       le "tu sais ce que c’est et combien ne faut-il pas vivre comme   pour le prochain   voici donc la dans l’effilé de "la musique, c’est le   pour olivier   ces sec erv vre ile l’heure de la       que mon travail est une l’une des dernières al matin, quant primes pert dernier vers que mort pour le prochain basilic, (la la terre nous un besoin de couper comme de       entre dernier vers aoi patrick joquel vient de même si il y a des objets qui ont la af : j’entends     pourquoi toulon, samedi 9 au programme des actions au labyrinthe des pleursils       juin       voyage       montag j’ai relu daniel biga,       &agrav station 7 : as-tu vu judas se deux mille ans nous temps de bitume en fusion sur tout en travaillant sur les références : xavier       retour la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Henri Maccheroni > Christs 1

Temps où le sang se teint de la pulvérulence des os
Sur le tam-tam de nos ventres à grands coups de talon la douleur chante j’engage des cérémonies solennelles devant la face de Dieu ainsi mon crâne s’émiette j’arrache des accords que je voudrais harmonieux aux cordes incandescentes


*


Même au fond de l’hiver
Agenouille-toi devant l’homme
Au corps nu cloué sur le bois
Aux os rompus
Au cœur transpercé par nos armes
Qui porta tout le poids du monde
Tout le monde
Toute l’offense
Parce qu’il incarna l’amour
Et que seul peut-être il fut Dieu.


*



Dans la désolation de l’hiver
Il est juste que je m’agenouille
Devant le Corps meurtri de l’homme
Aux os rompus
La beauté de choses tremble
Sous les mensonges de la mort
Comme sa mort au Golgotha
Son amour nous écartèle
Publication en ligne : 8 janvier 2009
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette