BRIBES EN LIGNE
un temps hors du je meurs de soif i.- avaler l’art par f qu’il vienne, le feu recleimet deu mult antoine simon 26 carcassonne, le 06       au accoucher baragouiner rm : d’accord sur le 19 novembre 2013, à la à la mémoire de 0 false 21 18       et et encore  dits "et bien, voilà..." dit       sous tous ces charlatans qui prenez vos casseroles et       sur le la galerie chave qui percey priest lakesur les       coude il était question non c’est vrai dix l’espace ouvert au écrirecomme on se je découvre avant toi       sur j’ai ajouté je désire un sous l’occupation quelque chose       fourr& les doigts d’ombre de neige la liberté s’imprime à f toutes mes  marcel migozzi vient de temps de cendre de deuil de    seule au le nécessaire non autre citation pour gilbert dans l’innocence des pas facile d’ajuster le le recueil de textes       au dernier vers aoi zacinto dove giacque il mio marché ou souk ou le geste de l’ancienne, les lettres ou les chiffres le texte qui suit est, bien les cuivres de la symphonie     rien dans un coin de nice,   d’un coté, la route de la soie, à pied, quatrième essai de quand c’est le vent qui  la lancinante couleur qui ne masque pas   ciel !!!! pour mireille et philippe   est-ce que nous lirons deux extraits de légendes de michel passet li jurz, la noit est pour       su       parfoi    en       &n que d’heures le lent déferlement seul dans la rue je ris la       la cliquetis obscène des bernadette griot vient de la pureté de la survie. nul « 8° de si j’étais un       st antoine simon 6 ce 28 février 2002.       un l’instant criblé cinquième citationne les plus terribles certains soirs, quand je elle ose à peine dimanche 18 avril 2010 nous des voiles de longs cheveux       pourqu tout mon petit univers en rimbaud a donc quel étonnant       deux À perte de vue, la houle des buttati ! guarda&nbs       baie antoine simon 27 et te voici humanité merci à marc alpozzo livre grand format en trois   ces notes (À l’église f le feu s’est spectacle de josué dit       soleil assise par accroc au bord de frères et un soir à paris au j’ai parlé j’ai donc première     pourquoi deuxième essai le     ton l’une des dernières dernier vers aoi traquer l’art c’est la nous savons tous, ici, que       le       six portrait. 1255 :   ces sec erv vre ile il y a tant de saints sur la langue est intarissable (vois-tu, sancho, je suis décembre 2001.       pour jean-louis cantin 1.- le corps encaisse comme il « pouvez-vous    nous et je vois dans vos carissimo ulisse,torna a deuxième outre la poursuite de la mise l’éclair me dure, à propos “la dans le train premier mesdames, messieurs, veuillez autres litanies du saint nom       midi cet article est paru cet article est paru dans le quand les eaux et les terres dans les carnets       banlie i en voyant la masse aux l’heure de la       nuage suite du blasphème de       tourne       bien ( ce texte a je dors d’un sommeil de       le pour jean gautheronle cosmos vue à la villa tamaris ouverture de l’espace tout en vérifiant et combien bien sûr, il y eut la musique est le parfum de si tu es étudiant en ce monde est semé  l’écriture  hors du corps pas leonardo rosa mille fardeaux, mille pour jacqueline moretti, à cri et à les installations souvent, sur la toile de renoir, les macles et roulis photo 6 printemps breton, printemps vous êtes       sous la pression des   maille 1 :que       devant onzième temps de pierres il ne s’agit pas de f dans le sourd chatoiement bientôt, aucune amarre (la numérotation des un jour, vous m’avez de sorte que bientôt       le le samedi 26 mars, à 15       bruyan       sur  improbable visage pendu   pour olivier "l’art est-il       sur tout est possible pour qui en 1958 ben ouvre à le galop du poème me ensevelie de silence,    courant de la madame aux rumeurs       le je ne peins pas avec quoi, préparation des tu le sais bien. luc ne       &agrav madame est une torche. elle   nous sommes       &agrav ils s’étaient au labyrinthe des pleursils       dans nice, le 30 juin 2000 l’illusion d’une moi cocon moi momie fuseau exacerbé d’air  au mois de mars, 1166 s’ouvre la       cerisi       au clers fut li jurz e li un tunnel sans fin et, à je serai toujours attentif à violette cachéeton f j’ai voulu me pencher  c’était onze sous les cercles dentelle : il avait       dans comme c’est le temps passe si vite, pour andré références : xavier lu le choeur des femmes de reprise du site avec la nous dirons donc petit matin frais. je te   né le 7 la fraîcheur et la après la lecture de  pour le dernier jour       voyage douce est la terre aux yeux pour philippe       enfant       arauca  “la signification la mort, l’ultime port, moisissures mousses lichens deux mille ans nous   l’oeuvre vit son madame des forêts de       journ& (en regardant un dessin de voile de nuità la   un vendredi antoine simon 2  née à le proche et le lointain merle noir  pour       rampan toutefois je m’estimais exode, 16, 1-5 toute       en    si tout au long le ciel est clair au travers       ma i mes doigts se sont ouverts  epître aux pour alain borer le 26       voyage       bonheu j’arrivais dans les granz fut li colps, li dux en dernier vers aoi macles et roulis photo 3 et…  dits de de l’autre     depuis agnus dei qui tollis peccata   adagio   je trois tentatives desesperees merci à la toile de napolì napolì tout en travaillant sur les jamais si entêtanteeurydice station 1 : judas travail de tissage, dans non... non... je vous assure, antoine simon 23 madame, c’est notre depuis le 20 juillet, bribes pour raphaël nice, le 8 octobre générations À peine jetés dans le jamais je n’aurais   on n’est  les éditions de envoi du bulletin de bribes antoine simon 13 l’existence n’est     " alocco en patchworck © ce paysage que tu contemplais temps où le sang se il existe deux saints portant       il rm : nous sommes en 7) porte-fenêtre dernier vers aoi       je ce jour là, je pouvais af : j’entends ...et poème pour franchement, pensait le chef,       &ccedi le lourd travail des meules j’ai changé le dernier vers doel i avrat,       au sixième   pour adèle et tendresse du mondesi peu de au seuil de l’atelier   se       que nous serons toujours ces comme un préliminaire la pour andré villers 1) derniers       crabe-       pass&e       dans  dans toutes les rues j’écoute vos sequence 6   le poème pour       bonhe la mort d’un oiseau. ] heureux l’homme sables mes parolesvous cinquième essai tout en ceste tere ad estet ja "le renard connaît la prédication faite un verre de vin pour tacher       les pour andrée     tout autour premier vers aoi dernier antoine simon 16 deuxième suite de prime abord, il pour jacky coville guetteurs j’ai donné, au mois pour mes enfants laure et  au travers de toi je la vie est ce bruissement quatre si la mer s’est ecrire les couleurs du monde histoire de signes . madame chrysalide fileuse 1. il se trouve que je suis       je que reste-t-il de la dernier vers aoi       en un dernier vers aoi 5) triptyque marocain À la loupe, il observa  dernier salut au iv.- du livre d’artiste d’un bout à ce qui fascine chez     hélas, dans les rêves de la     &nbs    de femme liseuse       dans       & de tantes herbes el pre vous n’avez ce texte m’a été le 26 août 1887, depuis la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Henri Maccheroni > Christs 2
<- VI |
Final
Artiste(s) : Maccheroni

Ma voix n’est plus que pierres roulées avalanches déchirant
les goulets moi-même


Accorato accorato

Publication en ligne : 8 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette