BRIBES EN LIGNE
je m’étonne toujours de la   on n’est   le texte suivant a c’est un peu comme si, ce ils s’étaient assise par accroc au bord de les dessins de martine orsoni       l̵       " laure et pétrarque comme des voiles de longs cheveux il faut laisser venir madame et il parlait ainsi dans la       la f le feu s’est avant propos la peinture est       avant antoine simon 23 madame est une torche. elle « amis rollant, de les routes de ce pays sont       st et que vous dire des     tout autour vue à la villa tamaris et ma foi, Éléments - pour andré (vois-tu, sancho, je suis  tu vois im font chier       o genre des motsmauvais genre carles respunt : tout est possible pour qui deuxième suite deuxième apparition quatre si la mer s’est mais non, mais non, tu toujours les lettres : le nécessaire non  “ce travail qui imagine que, dans la     son dernier vers aoi    en antoine simon 19 j’arrivais dans les       l̵  il est des objets sur       fourmi la bouche pure souffrance     à deux ajouts ces derniers     les provisions des voix percent, racontent quand c’est le vent qui dorothée vint au monde les oiseaux s’ouvrent pour jacky coville guetteurs a grant dulur tendrai puis attelage ii est une œuvre une il faut dire les merle noir  pour    au balcon       le "et bien, voilà..." dit les lettres ou les chiffres mon travail est une pour martine, coline et laure giovanni rubino dit       le pour andré   six formes de la dernier vers aoi je reviens sur des passent .x. portes, si, il y a longtemps, les   iv    vers tu le saiset je le vois       dans  tous ces chardonnerets pour michèle aueret très saintes litanies on trouvera la video dernier vers aoi antoine simon 31 frères et       aux ils sortent …presque vingt ans plus rêve, cauchemar, temps où les coeurs reprise du site avec la le lourd travail des meules   1) cette lentement, josué       le dont les secrets… à quoi À l’occasion de macles et roulis photo 1 rm : nous sommes en       bonheu       un la route de la soie, à pied, ma voix n’est plus que ce 28 février 2002. normalement, la rubrique la deuxième édition du       dans antoine simon 11 quant carles oït la ce qu’un paysage peut clers fut li jurz e li je crie la rue mue douleur       parfoi c’est une sorte de   anatomie du m et       longte c’est la chair pourtant "l’art est-il ce qui fascine chez dernier vers aoi issent de mer, venent as mouans sartoux. traverse de religion de josué il folie de josuétout est la chaude caresse de pour mon épouse nicole À perte de vue, la houle des   se l’existence n’est antoine simon 10       la et la peur, présente et  riche de mes       m̵ du fond des cours et des de mes deux mains il en est des noms comme du « voici dernier vers aoi temps de cendre de deuil de l’éclair me dure, montagnesde libre de lever la tête les cuivres de la symphonie nice, le 8 octobre 0 false 21 18 granz est li calz, si se à cri et à ecrire les couleurs du monde dernier vers aoi dernier vers aoi pour nicolas lavarenne ma et te voici humanité traquer coupé en deux quand dans les horizons de boue, de       & qu’est-ce qui est en autre petite voix ajout de fichiers sons dans "mais qui lit encore le tous feux éteints. des la musique est le parfum de béatrice machet vient de pour alain borer le 26       &agrav et…  dits de       la trois tentatives desesperees ma chair n’est     faisant la à la mémoire de la galerie chave qui n’ayant pas   je ne comprends plus "pour tes rita est trois fois humble.       les     rien spectacle de josué dit souvent je ne sais rien de il arriva que tout en vérifiant des conserves ! dieu faisait silence, mais le grand combat : introibo ad altare même si quand il voit s’ouvrir, le 15 mai, à il n’était qu’un nous serons toujours ces       sabots   marcel la légende fleurie est elle ose à peine   la production tandis que dans la grande accoucher baragouiner exacerbé d’air aux barrières des octrois li emperere s’est le temps passe si vite, la fraîcheur et la       il jusqu’à il y a ce pays que je dis est     dans la ruela equitable un besoin sonnerait    7 artistes et 1 les installations souvent,       " art jonction semble enfin a propos d’une douze (se fait terre se et combien         or dernier vers aoi   (à       dans       un onzième ce qui aide à pénétrer le   un vendredi mieux valait découper je désire un antoine simon 16 le lent déferlement nouvelles mises en apaches :     nous       en un noble folie de josué,     cet arbre que af : j’entends       le       sur  monde rassemblé       au vous avez al matin, quant primes pert       sous sables mes parolesvous madame est une       je bribes en ligne a mais jamais on ne madame a des odeurs sauvages derniers vers sun destre   ces sec erv vre ile "la musique, c’est le leonardo rosa       alla sauvage et fuyant comme cliquetis obscène des le lent tricotage du paysage seul dans la rue je ris la du bibelot au babilencore une       &agrav       dans       voyage guetter cette chose       pav&ea       ( tromper le néant       montag madame est toute f dans le sourd chatoiement " je suis un écorché vif. jamais je n’aurais station 7 : as-tu vu judas se       le de pareïs li seit la       il ce paysage que tu contemplais       la j’aime chez pierre dans ce pays ma mère paroles de chamantu la poésie, à la quatrième essai de     sur la marie-hélène deux ce travail vous est       sur       les  le livre, avec pas facile d’ajuster le petites proses sur terre antoine simon 12 le passé n’est     chambre pas même je dors d’un sommeil de nécrologie comme un préliminaire la 1. il se trouve que je suis madame porte à       une ma voix n’est plus que portrait. 1255 : suite du blasphème de vous deux, c’est joie et l’instant criblé l’erbe del camp, ki l’appel tonitruant du et si au premier jour il bien sûr, il y eut à propos des grands un jour, vous m’avez  hors du corps pas les plus terribles ce jour là, je pouvais li emperere par sa grant maintenant il connaît le allons fouiller ce triangle attendre. mot terrible.  l’exposition  troisième essai et faisant dialoguer le glacis de la mort       grimpa dernier vers aoi il n’y a pas de plus l’homme est se placer sous le signe de  mise en ligne du texte       ruelle je suis bien dans la réserve des bribes       que madame dans l’ombre des       b&acir bruno mendonça i.- avaler l’art par ne faut-il pas vivre comme quai des chargeurs de (ma gorge est une accorde ton désir à ta chercher une sorte de cinquième essai tout printemps breton, printemps les parents, l’ultime       la je ne saurais dire avec assez vedo la luna vedo le  pour de antoine simon 21 la mastication des       ( pour mireille et philippe je t’ai admiré, poème pour en introduction à l’impossible une autre approche de quand sur vos visages les pour jacqueline moretti, 1 au retour au moment dans les écroulements       sur ce jour-là il lui       juin       cerisi deuxième 1- c’est dans coupé le sonà pour jean-louis cantin 1.-    seule au écrirecomme on se si j’étais un mise en ligne d’un dans le pays dont je vous c’est la peur qui fait petit matin frais. je te "moi, esclave" a       sur dernier vers aoi un tunnel sans fin et, à       vu le coeur du dix l’espace ouvert au   ces notes en ceste tere ad estet ja     le cygne sur la rencontre d’une jouer sur tous les tableaux deux mille ans nous dernier vers aoi comme c’est bernard dejonghe... depuis la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VII
<- CCXIII | CCXV ->
CCXIV

Clefs : Josué , lutte , portraits

Carles li reis en ad prise sa barbe ;
Si li remembret del doel e [del] damage,
Mult fierement tute sa gent reguardez

dernier vers

AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette