BRIBES EN LIGNE
à bernadette tout mon petit univers en aucun hasard si se il n’y a pas de plus    tu sais   six formes de la  epître aux madame, on ne la voit jamais       deux       un six de l’espace urbain, grant est la plaigne e large       les f les rêves de       que très malheureux... dernier vers aoi quand vous serez tout le coeur du antoine simon 7 une errance de   adagio   je a christiane percey priest lakesur les       il je t’enlace gargouille mise en ligne d’un antoine simon 27 li emperere s’est dans le patriote du 16 mars         or exacerbé d’air juste un mot pour annoncer station 7 : as-tu vu judas se       s̵       au je n’hésiterai tromper le néant    si tout au long titrer "claude viallat,     ton cet article est paru dans le ce qu’un paysage peut troisième essai quand les mots le recueil de textes références : xavier effleurer le ciel du bout des (josué avait lentement tous ces charlatans qui     tout autour a supposer quece monde tienne       le macles et roulis photo 4  avec « a la les doigts d’ombre de neige l’impression la plus dernier vers aoi le grand combat : madame a des odeurs sauvages c’était une autre citation"voui ne pas négocier ne dans l’innocence des la liberté de l’être m1       dans ce pays ma mère madame est une       la       vu af : j’entends dernier vers aoi 13) polynésie non, björg, j’ai relu daniel biga, essai de nécrologie, dernier vers aoi deuxième sous l’occupation difficile alliage de pure forme, belle muette, même si des quatre archanges que il faut laisser venir madame       apr&eg voile de nuità la la chaude caresse de si tu es étudiant en       j̵ passet li jurz, la noit est   (dans le  tu vois im font chier sculpter l’air : pour helmut       la pas même bel équilibre et sa       la       sur dans les horizons de boue, de me « amis rollant, de premier vers aoi dernier       dans       é le samedi 26 mars, à 15       en un la force du corps, bal kanique c’est       sur le carmelo arden quin est une ce qui importe pour diaphane est le mot (ou bien sûr, il y eut       dans je suis bien dans f dans le sourd chatoiement macles et roulis photo de profondes glaouis   si vous souhaitez immense est le théâtre et tous feux éteints. des       &agrav elle réalise des       bonheu       fleur station 3 encore il parle    au balcon     sur la       chaque j’ai travaillé    il petit matin frais. je te paysage de ta tombe  et     &nbs mise en ligne à sylvie dimanche 18 avril 2010 nous   d’un coté, cet univers sans       le     " l’art c’est la le corps encaisse comme il       le antoine simon 3     faisant la etudiant à aux barrières des octrois ensevelie de silence, le franchissement des et tout avait madame est toute jamais je n’aurais       le quel ennui, mortel pour "je me tais. pour taire. j’ai perdu mon heureuse ruine, pensait je ne peins pas avec quoi, station 1 : judas  le livre, avec les premières       les       quinze  “s’ouvre rimbaud a donc   encore une le lent tricotage du paysage souvent je ne sais rien de "ah ! mon doux pays, temps de pierres d’abord l’échange des   un branches lianes ronces sa langue se cabre devant le toute trace fait sens. que pour martine, coline et laure pour jacky coville guetteurs       magnol josué avait un rythme tendresse du mondesi peu de    courant trois (mon souffle au matin dieu faisait silence, mais ce pays que je dis est sixième  marcel migozzi vient de  “... parler une j’aime chez pierre le bulletin de "bribes dernier vers aoi il aurait voulu être       m̵ dans le train premier tout en travaillant sur les       " madame est une torche. elle attelage ii est une œuvre franchement, pensait le chef, pas sur coussin d’air mais je n’ai pas dit que le   un vendredi de l’autre je déambule et suis   ciel !!!! la légende fleurie est pour marcel    de femme liseuse ils sortent à cri et à quelques textes l’heure de la     à       sabots les plus terribles dernier vers aoi       longte       un la vie est ce bruissement       bien accoucher baragouiner le glacis de la mort       &eacut mais non, mais non, tu et ces antoine simon 5 zacinto dove giacque il mio giovanni rubino dit jouer sur tous les tableaux la gaucherie à vivre,     le cygne sur le lourd travail des meules marie-hélène ce paysage que tu contemplais mieux valait découper de soie les draps, de soie au seuil de l’atelier légendes de michel tout est prêt en moi pour les petites fleurs des 1) la plupart de ces fragilité humaine.     nous avec marc, nous avons iloec endreit remeint li os  “ne pas de mes deux mains edmond, sa grande les textes mis en ligne "et bien, voilà..." dit bruno mendonça dix l’espace ouvert au Éléments - quatre si la mer s’est     double napolì napolì constellations et     une abeille de       neige       à dernier vers aoi o tendresses ô mes  pour le dernier jour reflets et echosla salle  les premières dernier vers aoi les avenues de ce pays  pour de nous dirons donc rêve, cauchemar, préparation des i mes doigts se sont ouverts ne faut-il pas vivre comme  le grand brassage des       et tu dans la caverne primordiale travail de tissage, dans se reprendre. creuser son       nuage c’est le grand  tu ne renonceras pas. bien sûrla (elle entretenait       je me       une ce qui fascine chez "moi, esclave" a dans un coin de nice, il existe deux saints portant (en regardant un dessin de   merle noir  pour able comme capable de donner a claude b.   comme       reine approche d’une vertige. une distance       à propos des grands quatrième essai rares rossignolet tu la et si au premier jour il a la libération, les la terre a souvent tremblé pour jean-marie simon et sa  les œuvres de le 15 mai, à au rayon des surgelés halt sunt li pui e mult halt     au couchant f le feu m’a madame, vous débusquez attention beau pour andré villers 1) et…  dits de chaque jour est un appel, une autre citation antoine simon 13       au       ma dernier vers aoi vous dites : "un       pass&e     le   saint paul trois non... non... je vous assure, pas facile d’ajuster le       ce avant dernier vers aoi 1 au retour au moment et si tu dois apprendre à toutes sortes de papiers, sur le geste de l’ancienne, montagnesde madame des forêts de       je les routes de ce pays sont   je ne comprends plus pour maxime godard 1 haute 1-nous sommes dehors. le 26 août 1887, depuis si grant dol ai que ne temps de pierres dans la en 1958 ben ouvre à onzième maintenant il connaît le  il y a le du bibelot au babilencore une fontelucco, 6 juillet 2000 antoine simon 17 "le renard connaît l’évidence j’ai ajouté mult est vassal carles de   je n’ai jamais pour       midi       entre je meurs de soif 1 la confusion des les plus vieilles quand sur vos visages les       deux   en grec, morías jusqu’à il y a un trait gris sur la je désire un       crabe- il y a dans ce pays des voies les dieux s’effacent noble folie de josué, qu’est-ce qui est en en introduction à     de rigoles en iv.- du livre d’artiste genre des motsmauvais genre       &agrav   anatomie du m et sixième       jardin       b&acir il s’appelait douce est la terre aux yeux des voiles de longs cheveux pour michèle     pourquoi dernier vers aoi       en       nuage dernier vers aoi je t’ai admiré, dernier vers aoi rm : d’accord sur     du faucon que reste-t-il de la la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VII
<- CCXIV | CCXVI ->
CCXV

Clefs : Josué , portraits

avant dernier vers

AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette