BRIBES EN LIGNE
effleurer le ciel du bout des a ma mère, femme parmi un verre de vin pour tacher s’égarer on le 28 novembre, mise en ligne   je n’ai jamais dans ce périlleux je crie la rue mue douleur et tout avait       cette abstraction voir figuration depuis le 20 juillet, bribes les textes mis en ligne pour le prochain basilic, (la antoine simon 2       un station 7 : as-tu vu judas se  ce mois ci : sub et te voici humanité dans le monde de cette les installations souvent, tout est prêt en moi pour       le pour jean marie quatre si la mer s’est non... non... je vous assure, les oiseaux s’ouvrent l’instant criblé     &nbs comme un préliminaire la dernier vers doel i avrat, r.m.a toi le don des cris qui libre de lever la tête quatrième essai de vous avez de l’autre dernier vers que mort le temps passe dans la       six passent .x. portes, madame est toute tout en travaillant sur les pluies et bruines, station 1 : judas a la fin il ne resta que       l̵ quelque chose  de même que les       au mouans sartoux. traverse de l’impression la plus   jn 2,1-12 : macles et roulis photo 3       m̵ sa langue se cabre devant le jusqu’à il y a antoine simon 20 et que vous dire des     les provisions dernier vers aoi noble folie de josué, à cri et à antoine simon 22 deuxième apparition de rien n’est plus ardu je m’étonne toujours de la la tentation du survol, à madame aux rumeurs quel étonnant "tu sais ce que c’est 1257 cleimet sa culpe, si sors de mon territoire. fais c’est ici, me antoine simon 17 quand sur vos visages les normalement, la rubrique des quatre archanges que le temps passe si vite,  tous ces chardonnerets       fleure     l’é il existe deux saints portant antoine simon 26 dont les secrets… à quoi ne faut-il pas vivre comme prenez vos casseroles et si elle est belle ? je c’est la chair pourtant     un mois sans       le dieu faisait silence, mais la réserve des bribes reprise du site avec la "je me tais. pour taire. hans freibach : marcel alocco a a claude b.   comme     sur la la mort d’un oiseau. il avait accepté un titre : il infuse sa la fraîcheur et la la cité de la musique  hors du corps pas le 26 août 1887, depuis à bernadette religion de josué il le corps encaisse comme il certains prétendent sur l’erbe verte si est madame déchirée comment entrer dans une   3   

les dans le pays dont je vous de pa(i)smeisuns en est venuz la gaucherie à vivre,   au milieu de tandis que dans la grande tout est possible pour qui "la musique, c’est le       m&eacu je suis occupé ces le ciel de ce pays est tout mougins. décembre attelage ii est une œuvre         or À peine jetés dans le     longtemps sur       droite le géographe sait tout tu le sais bien. luc ne       la je t’enfourche ma rien n’est heureuse ruine, pensait merci au printemps des       &ccedi       pav&ea antoine simon 11         &n au commencement était imagine que, dans la gardien de phare à vie, au encore la couleur, mais cette c’est la distance entre dernier vers aoi autre essai d’un       dans je reviens sur des f tous les feux se sont de prime abord, il 10 vers la laisse ccxxxii   pour le prochain le tissu d’acier " je suis un écorché vif. antoine simon 16 le plus insupportable chez il pleut. j’ai vu la et voici maintenant quelques able comme capable de donner f toutes mes merci à la toile de       la pie carmelo arden quin est une la musique est le parfum de le scribe ne retient sixième dans l’innocence des  dernier salut au le "patriote", tout en vérifiant la galerie chave qui je ne saurais dire avec assez c’est la peur qui fait « 8° de le nécessaire non huit c’est encore à que reste-t-il de la de proche en proche tous       dans décembre 2001.  les trois ensembles   la production je dors d’un sommeil de       sur  le "musée       dans ce qu’un paysage peut 1-nous sommes dehors. après la lecture de juste un mot pour annoncer se placer sous le signe de antoine simon 23 là, c’est le sable et pour pierre theunissen la       descen f le feu s’est …presque vingt ans plus   l’oeuvre vit son       magnol 1 au retour au moment       je       dans   né le 7 À perte de vue, la houle des       sur pour angelo       au ils s’étaient premier essai c’est     m2 &nbs ainsi va le travail de qui   (dans le « voici li emperere par sa grant antoine simon 5       juin madame a des odeurs sauvages dernier vers aoi     le toujours les lettres :       object     chant de sequence 6   le paysage de ta tombe  et chaises, tables, verres,   pour olivier antoine simon 30 il en est des meurtrières. dernier vers aoi macles et roulis photo 1   1) cette raphaël       sur et encore  dits  référencem violette cachéeton on croit souvent que le but deuxième apparition   ciel !!!! le coquillage contre dernier vers aoi       midi    courant pour robert equitable un besoin sonnerait d’un bout à  les œuvres de "mais qui lit encore le       un       un les premières josué avait un rythme coupé le sonà pour mon épouse nicole       le   voici donc la       devant nous dirons donc que d’heures le 15 mai, à dernier vers aoi     surgi dernier vers aoi “dans le dessin       dans dans l’effilé de madame est la reine des       coude ce poème est tiré du poème pour       deux       aux et nous n’avons rien à sylvie et combien le 19 novembre 2013, à la       la les cuivres de la symphonie Éléments -       quinze li quens oger cuardise edmond, sa grande jamais si entêtanteeurydice bernadette griot vient de cet article est paru  tu vois im font chier une fois entré dans la 0 false 21 18 leonardo rosa c’était une je ne peins pas avec quoi, macao grise temps où le sang se sauvage et fuyant comme quai des chargeurs de       maquis d’abord l’échange des pure forme, belle muette, macles et roulis photo elle réalise des       sur le on trouvera la video elle ose à peine moi cocon moi momie fuseau et si au premier jour il cet article est paru dans le arbre épanoui au ciel       dans grant est la plaigne e large maintenant il connaît le       dans « pouvez-vous     de rigoles en       bien dernier vers aoi       jardin le 26 août 1887, depuis bruno mendonça  on peut passer une vie ce paysage que tu contemplais  la toile couvre les    regardant clquez sur nécrologie pour yves et pierre poher et le glacis de la mort   ces sec erv vre ile douze (se fait terre se j’ai longtemps avant propos la peinture est je me souviens de 1254 : naissance de j’ai donc l’homme est     &nbs il n’est pire enfer que vertige. une distance a dix sept ans, je ne savais antoine simon 33 d’un côté les plus terribles l’évidence le proche et le lointain un temps hors du issent de mer, venent as la langue est intarissable       au couchant pour alain borer le 26 la lecture de sainte antoine simon 13 macles et roulis photo 6  au travers de toi je ce qui fait tableau : ce la terre a souvent tremblé       journ& j’écoute vos dans les hautes herbes       &n au matin du sous la pression des  dans toutes les rues cher bernard vous n’avez franchement, pensait le chef, dans ce pays ma mère alocco en patchworck © jouer sur tous les tableaux entr’els nen at ne pui et la peur, présente de profondes glaouis antoine simon 29       soleil autre petite voix peinture de rimes. le texte de sorte que bientôt af : j’entends       au le bulletin de "bribes dernier vers aoi pour jean gautheronle cosmos rimbaud a donc du bibelot au babilencore une in the country je sais, un monde se travail de tissage, dans       au deuxième essai    au balcon dernier vers aoi       le       b&acir       je me la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

| Capharnaüm, 2 ->
Capharnaüm, 1
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)

Au rayon des surgelés Judas le sicaire cherchait des convictions. Il s’était laissé glisser en fin de marche, avait laissé partir les apôtres loin devant dans le cours des siècles. Aucun d’eux n’avait d’ailleurs remarqué son absence.

Il en avait eu sa claque de ces cantiques de sable mêlés aux émotions.
Ici, Produits de pommes de terre – légumes- fruits de mer – poissons- Ici, tout semblait plus simple.
Pourtant revenaient toujours certains mots lancinants, je vous ferai pêcheurs d’hommes les filets tirés auraient dû se déchirer sous le poids de l’abondance.

   
Faudrait-il donc repartir et veiller aux mêmes feux mêmes cris de fatigue de l’homme lépreux
 
tendant la main

si seulement pouvait suffire la crème apaisante

douceur intime

mais la caisse là-bas présentera à coup sûr un chiffre hors de prix 

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette