BRIBES EN LIGNE
      fourr&   la baie des anges n’ayant pas je ne saurais dire avec assez moi cocon moi momie fuseau  pour le dernier jour   iv    vers       chaque les cuivres de la symphonie deuxième suite     l’é montagnesde c’est seulement au   maille 1 :que sequence 6   le  référencem antoine simon 24 mon cher pétrarque,       le entr’els nen at ne pui  l’écriture bientôt, aucune amarre   l’oeuvre vit son toulon, samedi 9 c’est ici, me f les rêves de dernier vers aoi       force diaphane est le de prime abord, il …presque vingt ans plus   pour théa et ses       le neuf j’implore en vain       fleur  dans le livre, le reflets et echosla salle le ciel de ce pays est tout       object       fourr& lu le choeur des femmes de bal kanique c’est       "       entre  je signerai mon en 1958 ben ouvre à       sur accoucher baragouiner f toutes mes       sur soudain un blanc fauche le mi viene in mentemi       nuage  le "musée rêve, cauchemar,       soleil f le feu s’est juste un mot pour annoncer       & seul dans la rue je ris la 1 au retour au moment pour qui veut se faire une     &nbs       longte antoine simon 25 ce n’est pas aux choses une autre approche de 7) porte-fenêtre  improbable visage pendu madame, on ne la voit jamais attelage ii est une œuvre sors de mon territoire. fais À max charvolen et martin nous viendrons nous masser j’ai donc même si l’instant criblé       reine se reprendre. creuser son   la production (ma gorge est une i en voyant la masse aux       l̵       dans le passé n’est   saint paul trois       s̵     au couchant     les provisions l’heure de la "la musique, c’est le pour michèle aueret       devant gardien de phare à vie, au mise en ligne seins isabelle boizard 2005 nouvelles mises en       bonhe  les œuvres de le travail de bernard (elle entretenait  hier, 17 exode, 16, 1-5 toute       une sept (forces cachées qui est-ce parce que, petit, on dans l’innocence des li emperere par sa grant       fourmi attention beau tout le problème à bernadette le recueil de textes la musique est le parfum de attendre. mot terrible.       l̵ antoine simon 14         &n dernier vers aoi langues de plomba la jusqu’à il y a       " qu’est-ce qui est en     après   pour le prochain (josué avait rita est trois fois humble.       reine       sa langue se cabre devant le c’est un peu comme si, « 8° de (dans mon ventre pousse une ne faut-il pas vivre comme je ne peins pas avec quoi, le lent tricotage du paysage pour angelo lentement, josué   le texte suivant a il faut laisser venir madame  les premières     du faucon al matin, quant primes pert j’ai en réserve traquer       deux de tantes herbes el pre mille fardeaux, mille À perte de vue, la houle des  si, du nouveau       le pour martine, coline et laure de toutes les en ceste tere ad estet ja la terre a souvent tremblé       dans pour nicolas lavarenne ma dans les écroulements i mes doigts se sont ouverts pour andré villers 1) pierre ciel       la du fond des cours et des vue à la villa tamaris de pareïs li seit la mult est vassal carles de       droite  il est des objets sur très saintes litanies mise en ligne d’un       baie « voici s’ouvre la c’est le grand       sur sous l’occupation thème principal : jamais si entêtanteeurydice a la libération, les un trait gris sur la les avenues de ce pays encore une citation“tu et tout avait rm : nous sommes en quelques textes li quens oger cuardise cliquetis obscène des vi.- les amicales aventures vertige. une distance dernier vers aoi       je me   voici donc la     sur la le pendu la communication est il y a des objets qui ont la (vois-tu, sancho, je suis il s’appelait dans les horizons de boue, de bernard dejonghe... depuis souvent je ne sais rien de       m&eacu il tente de déchiffrer, je m’étonne toujours de la branches lianes ronces « h&eacu macles et roulis photo la question du récit tout en travaillant sur les le geste de l’ancienne, le texte qui suit est, bien  epître aux   tout est toujours en beaucoup de merveilles chairs à vif paumes il existe au moins deux station 4 : judas      hélas,       quand     quand lorsque martine orsoni vous dites : "un ...et poème pour a toi le don des cris qui la chaude caresse de très malheureux... halt sunt li pui e mult halt pour philippe moisissures mousses lichens cyclades, iii° ce jour là, je pouvais   se pour jacky coville guetteurs portrait. 1255 :  pour jean le toi, mésange à macles et roulis photo 6       midi       st       et       ton diaphane est le mot (ou  le grand brassage des pour andrée dans ce périlleux je rêve aux gorges il ne reste plus que le tes chaussures au bas de au programme des actions pas une année sans évoquer livre grand format en trois tout est possible pour qui    seule au    en un nouvel espace est ouvert antoine simon 13       la les étourneaux ! 1 la confusion des travail de tissage, dans pour andré   le 10 décembre madame est une torche. elle     oued coulant la brume. nuages    au balcon pour martine la fraîcheur et la       nuage vos estes proz e vostre douce est la terre aux yeux et si tu dois apprendre à le lent déferlement antoine simon 17 dans les rêves de la ici. les oiseaux y ont fait macles et roulis photo 3 passent .x. portes, difficile alliage de tous feux éteints. des sur la toile de renoir, les  le livre, avec       object madame, c’est notre       bonheu jouer sur tous les tableaux archipel shopping, la derniers vers sun destre mult ben i fierent franceis e pour andré il n’y a pas de plus       bien d’abord l’échange des    si tout au long       vaches a propos de quatre oeuvres de deux ajouts ces derniers station 7 : as-tu vu judas se comme une suite de pour max charvolen 1) (en regardant un dessin de       en   pour olivier religion de josué il dernier vers aoi ils sortent dans les carnets dernier vers aoi ouverture d’une paroles de chamantu madame chrysalide fileuse pour michèle gazier 1 f le feu m’a     longtemps sur ce 1- c’est dans ils avaient si longtemps, si percey priest lakesur les "ah ! mon doux pays, monde imaginal, si grant dol ai que ne toutefois je m’estimais essai de nécrologie, art jonction semble enfin dentelle : il avait ce texte m’a été pour robert il existe deux saints portant au seuil de l’atelier je me souviens de pour egidio fiorin des mots  il y a le violette cachéeton     vers le soir "et bien, voilà..." dit vous n’avez       la les petites fleurs des       va de profondes glaouis je n’ai pas dit que le elle réalise des     rien toutes ces pages de nos me  ce mois ci : sub     ton antoine simon 28 les doigts d’ombre de neige comme c’est premier vers aoi dernier la tentation du survol, à karles se dort cum hume il était question non samuelchapitre 16, versets 1     faisant la       b&acir bien sûrla à propos “la ses mains aussi étaient rm : d’accord sur ] heureux l’homme dernier vers aoi tout est prêt en moi pour       neige dernier vers s’il les plus vieilles     double       au je désire un raphaËl dernier vers doel i avrat, si j’avais de son et la peur, présente le grand combat : dire que le livre est une la terre nous c’est vrai       les clers est li jurz et li pour jean marie “le pinceau glisse sur       la station 5 : comment rien n’est là, c’est le sable et dernier vers aoi       &n       su juste un quand nous rejoignons, en mes pensées restent cette machine entre mes la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 1 | Capharnaüm, 3 ->
Capharnaüm, 2
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)

Et ces vieilles bancroches triant les fruits légumes comme formulaires de salut faudrait-il encore faire semblant de les aimer alors que les soldats oppriment les villages et qu’il conviendrait d’ensanglanter les lames Vois donc ces vigiles presque totalement faits de prothèses mesurant de l’œil les dessous des caissières
Judas se redressa respira profondément et présenta sa carte de fidélité
aux grandes surfaces il restait fidèle
il jeta négligemment le montant demandé
saurait-il se hisser à la hauteur de cette recette qui mêle la senteur des fenouils coupés fin fin à la chair subtile des rougets
son palais saura-t-il enfin apprécier le vin rosé château Sainte Roseline qui devait en bonne logique convenir parfaitement à ce plat sur le seuil des tonnelles

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette