BRIBES EN LIGNE
      m&eacu je suis ne pas négocier ne trois tentatives desesperees       la a la libération, les ainsi fut pétrarque dans       double  ce mois ci : sub la fraîcheur et la pas sur coussin d’air mais traquer de pareïs li seit la approche d’une   jn 2,1-12 :  marcel migozzi vient de pour ma temps où les coeurs le texte qui suit est, bien religion de josué il démodocos... Ça a bien un reflets et echosla salle au labyrinthe des pleursils elle réalise des le soleil n’est pas   d’un coté, pour nicolas lavarenne ma       apr&eg   entrons peinture de rimes. le texte (dans mon ventre pousse une vous êtes  tu vois im font chier c’est parfois un pays on a cru à quando me ne so itu pe (josué avait lentement       le       " dernier vers aoi   est-ce que dernier vers aoi normal 0 21 false fal       aujour pour michèle gazier 1) la littérature de même si i mes doigts se sont ouverts       dans deuxième suite antoine simon 26       reine       les il y a dans ce pays des voies f le feu est venu,ardeur des       nuage (ma gorge est une dernier vers aoi vous avez       pav&ea       l̵       dans j’ai donc art jonction semble enfin       midi un verre de vin pour tacher josué avait un rythme d’abord l’échange des envoi du bulletin de bribes sculpter l’air : ainsi va le travail de qui tes chaussures au bas de  dernières mises dernier vers aoi la galerie chave qui une autre approche de pour andré le 15 mai, à pour mon épouse nicole s’ouvre la il pleut. j’ai vu la pour m.b. quand je me heurte et tout avait de prime abord, il a supposer quece monde tienne       &agrav  les premières lentement, josué il y a tant de saints sur soudain un blanc fauche le pas facile d’ajuster le ce qui fait tableau : ce je me souviens de       la il souffle sur les collines c’est le grand  au travers de toi je pour lee quand c’est le vent qui       le sixième       &   voici donc la   pour olivier  hors du corps pas halt sunt li pui e mult halt juste un comment entrer dans une c’est une sorte de granz est li calz, si se   le texte suivant a preambule – ut pictura       &agrav madame chrysalide fileuse les petites fleurs des heureuse ruine, pensait       ton g. duchêne, écriture le   (à nu(e), comme son nom franchement, pensait le chef,   maille 1 :que dans le pays dont je vous eurydice toujours nue à       une une il faut dire les et il fallait aller debout branches lianes ronces quel étonnant six de l’espace urbain, dernier vers aoi macles et roulis photo 7 0 false 21 18       d&eacu       sur le au seuil de l’atelier des voix percent, racontent le 26 août 1887, depuis il y a des objets qui ont la toutes ces pages de nos quelque chose a la fin il ne resta que toutes sortes de papiers, sur pour qui veut se faire une entr’els nen at ne pui       parfoi       neige able comme capable de donner madame est la reine des   marcel difficile alliage de  le livre, avec       à la légende fleurie est et combien tant pis pour eux. dernier vers aoi       jardin quel ennui, mortel pour   la baie des anges si j’avais de son       ce "mais qui lit encore le je t’enlace gargouille il existe au moins deux f les marques de la mort sur 0 false 21 18 ce poème est tiré du « 8° de passent .x. portes,       sur la fraîcheur et la marcel alocco a       allong comme ce mur blanc pour jean marie le lent déferlement lancinant ô lancinant pur ceste espee ai dulor e l’existence n’est essai de nécrologie, j’ai donné, au mois c’est pour moi le premier 1 au retour au moment dernier vers aoi       longte avez-vous vu hans freibach : l’appel tonitruant du autre essai d’un pour pierre theunissen la etudiant à je découvre avant toi il en est des noms comme du et  riche de mes l’impossible je crie la rue mue douleur (de)lecta lucta   cinquième citationne nos voix glaciation entre mougins. décembre à sylvie (ô fleur de courge...     sur la moisissures mousses lichens     sur la pente les dessins de martine orsoni vertige. une distance pour andrée sa langue se cabre devant le j’ai perdu mon macles et roulis photo 6  avec « a la j’ai longtemps       fourmi la vie est ce bruissement le temps passe dans la c’est vrai et si au premier jour il coupé le sonà af : j’entends le travail de bernard ce 28 février 2002.       dans     oued coulant s’égarer on       le       un c’est seulement au cyclades, iii°     un mois sans station 7 : as-tu vu judas se mouans sartoux. traverse de   pour théa et ses       voyage "si elle est pour alain borer le 26 13) polynésie ] heureux l’homme derniers al matin, quant primes pert on préparait bien sûrla gardien de phare à vie, au       et tu  jésus pour andré villers 1) fontelucco, 6 juillet 2000 dans les rêves de la À la loupe, il observa vi.- les amicales aventures nous dirons donc dernier vers aoi  si, du nouveau nous avons affaire à de     l’é une errance de en introduction à sous l’occupation il semble possible       &agrav histoire de signes .       dans jusqu’à il y a les plus vieilles    seule au     rien       object   on n’est quelques textes a propos d’une pour andré des quatre archanges que       ma portrait. 1255 : je n’hésiterai       coude  il y a le mon cher pétrarque, fragilité humaine. "l’art est-il   six formes de la       quand travail de tissage, dans  de la trajectoire de ce pour maguy giraud et pour jacky coville guetteurs  de même que les madame, vous débusquez macles et roulis photo 3 f tous les feux se sont immense est le théâtre et cet univers sans etait-ce le souvenir       " dans le patriote du 16 mars antoine simon 21 on trouvera la video après la lecture de il existe deux saints portant quatrième essai de ...et poème pour la danse de macles et roulis photo 1       banlie tous feux éteints. des       l̵ références : xavier de sorte que bientôt       les f les feux m’ont béatrice machet vient de    nous écoute, josué, réponse de michel très saintes litanies v.- les amicales aventures du       tourne agnus dei qui tollis peccata  zones gardées de il ne s’agit pas de       vu sur l’erbe verte si est       au li emperere par sa grant   pour le prochain attelage ii est une œuvre rm : nous sommes en attendre. mot terrible. o tendresses ô mes à la bonne   en grec, morías     cet arbre que       l̵       va douze (se fait terre se carles li reis en ad prise sa autres litanies du saint nom a dix sept ans, je ne savais suite de décembre 2001.     &nbs la réserve des bribes onze sous les cercles j’ai en réserve  il est des objets sur antoine simon 2 À perte de vue, la houle des ma chair n’est ici, les choses les plus je suis occupé ces les installations souvent, des voiles de longs cheveux   encore une mult est vassal carles de des quatre archanges que le coeur du le ciel de ce pays est tout       la normalement, la rubrique pour jean-marie simon et sa       l̵ pas de pluie pour venir « e ! malvais un tunnel sans fin et, à ils avaient si longtemps, si       sur dernier vers aoi       sur quand nous rejoignons, en on croit souvent que le but exode, 16, 1-5 toute c’est extrêmement je rêve aux gorges f qu’il vienne, le feu mesdames, messieurs, veuillez  un livre écrit       chaque suite du blasphème de     vers le soir   si vous souhaitez les oiseaux s’ouvrent premier vers aoi dernier antoine simon 23       quinze       la pie ( ce texte a deuxième apparition la communication est lorsque martine orsoni la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 2 | Capharnaüm, 4 ->
Capharnaüm, 3
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

Station 1 : Judas Je

j’entrais dans le silence vaginal       des hauteurs         et ce que j’y faisais m’était étranger mes actes        gâtés comme sauces             accrochaient au fond
me trouvant à la  charnière des siècles j’avais vu       les rails          qui portaient la cadence des mots la lettre des morts 
j’avais adhéré à la neige des camps           d’indifférence  les os              tenus par des broches historiques                                       certitudes de métal rouillé
je me parais de chairs diverses comment dès lors aller vers ces cantiques
les rues m’amenaient toujours vers des béatitudes de complaisance de guerre lasse je me fis des yeux                     de pierre
de ces yeux qu’ont les  statues renversées                    sur le bord des égouts

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette