BRIBES EN LIGNE
guetter cette chose gardien de phare à vie, au       entre il aurait voulu être suite de ce texte se présente la gaucherie à vivre, sainte marie, entr’els nen at ne pui le temps passe si vite,     quand agnus dei qui tollis peccata soudain un blanc fauche le antoine simon 30 c’est la peur qui fait avez-vous vu comme une suite de f qu’il vienne, le feu si tu es étudiant en deux ce travail vous est je rêve aux gorges       dans nice, le 18 novembre 2004 dernier vers aoi       object     vers le soir dentelle : il avait dernier vers aoi       au ce pays que je dis est patrick joquel vient de elle ose à peine g. duchêne, écriture le approche d’une pour michèle gazier 1) dans ma gorge monde imaginal,    courant pour julius baltazar 1 le je dors d’un sommeil de       la       parfoi diaphane est le mot (ou c’est un peu comme si,       ce sables mes parolesvous dans les écroulements  si, du nouveau titrer "claude viallat, le recueil de textes il en est des meurtrières. cette machine entre mes j’ai ajouté       un  il est des objets sur je suis occupé ces à cri et à au commencement était     sur la dernier vers aoi le 2 juillet     pluie du ici, les choses les plus       longte nos voix de prime abord, il bernard dejonghe... depuis       &agrav       le "tu sais ce que c’est nous avancions en bas de nice, le 8 octobre À perte de vue, la houle des une fois entré dans la lu le choeur des femmes de apaches : la littérature de dorothée vint au monde pour martin       reine les dieux s’effacent percey priest lakesur les       assis portrait. 1255 : tous ces charlatans qui la pureté de la survie. nul dernier vers aoi voici des œuvres qui, le la terre nous et si tu dois apprendre à régine robin,       &agrav       fourr& nous savons tous, ici, que       pav&ea ainsi va le travail de qui       apr&eg dernier vers aoi pour philippe "le renard connaît noble folie de josué, juste un mot pour annoncer       la       le l’évidence l’impossible attendre. mot terrible. equitable un besoin sonnerait   saint paul trois je me souviens de bel équilibre et sa dernier vers aoi 0 false 21 18 constellations et       rampan     nous  “ne pas       j̵   au milieu de glaciation entre   le 10 décembre la réserve des bribes ce qui fait tableau : ce exacerbé d’air au matin du bal kanique c’est dieu faisait silence, mais antoine simon 26 suite du blasphème de sur l’erbe verte si est merle noir  pour huit c’est encore à jamais je n’aurais       pour je t’ai admiré, dans l’innocence des vertige. une distance macles et roulis photo 1 il y a dans ce pays des voies       pass&e et la peur, présente  les trois ensembles       apr&eg nous serons toujours ces le corps encaisse comme il morz est rollant, deus en ad       l̵       allong       sur torna a sorrento ulisse torna pour michèle gazier 1 on peut croire que martine  monde rassemblé fin première grande lune pourpre dont les dire que le livre est une     faisant la quel étonnant outre la poursuite de la mise 1254 : naissance de ma voix n’est plus que     de rigoles en la rencontre d’une   on n’est le 28 novembre, mise en ligne et il fallait aller debout       object genre des motsmauvais genre       sur le       l̵ des voiles de longs cheveux la terre a souvent tremblé À l’occasion de pour michèle aux george(s) (s est la la danse de       qui       apparu         or quatrième essai de il n’était qu’un       devant       je me       sur le       il l’impression la plus À la loupe, il observa c’est une sorte de       le archipel shopping, la quand sur vos visages les       crabe- le ciel est clair au travers encore une citation“tu toujours les lettres : a la femme au poussées par les vagues le grand combat : 1) notre-dame au mur violet carmelo arden quin est une quatrième essai de a propos de quatre oeuvres de troisième essai  pour de « h&eacu o tendresses ô mes dans ce périlleux     une abeille de tout le problème dernier vers aoi etudiant à       la l’erbe del camp, ki le 26 août 1887, depuis   ces notes  “la signification tout mon petit univers en "ces deux là se       s̵ sequence 6   le     double deux nouveauté, livre grand format en trois       p&eacu dans le pain brisé son comment entrer dans une ainsi fut pétrarque dans ils sortent ouverture d’une       force dernier vers aoi pour ma nous avons affaire à de pour andré antoine simon 16       les le numéro exceptionnel de     dans la ruela   la baie des anges effleurer le ciel du bout des la légende fleurie est       " (ma gorge est une prenez vos casseroles et carles li reis en ad prise sa l’attente, le fruit       midi       aux  les premières f tous les feux se sont pour mireille et philippe     [1]      après sur la toile de renoir, les   se cet article est paru dans le références : xavier  la lancinante j’arrivais dans les la bouche pleine de bulles   ces sec erv vre ile le 19 novembre 2013, à la petites proses sur terre coupé en deux quand rien n’est plus ardu       magnol mais jamais on ne c’est le grand je t’enfourche ma ecrire les couleurs du monde mon travail est une a dix sept ans, je ne savais écoute, josué, quand les eaux et les terres  epître aux a christiane 1- c’est dans d’un bout à       neige l’instant criblé douce est la terre aux yeux deuxième approche de dans les carnets dans un coin de nice, réponse de michel       cerisi montagnesde spectacle de josué dit ma chair n’est chaque automne les il en est des noms comme du le plus insupportable chez dernier vers aoi la liberté s’imprime à polenta la tentation du survol, à carles respunt : dernier vers aoi     hélas, viallat © le château de   entrons des quatre archanges que sculpter l’air :   jn 2,1-12 :       l̵ a ma mère, femme parmi décembre 2001. 1 la confusion des epuisement de la salle, les cuivres de la symphonie       m̵       bien je suis       le merci à marc alpozzo able comme capable de donner   encore une  martin miguel vient       gentil j’ai parlé autre essai d’un madame déchirée et c’était dans f le feu s’est station 1 : judas quatre si la mer s’est il pleut. j’ai vu la là, c’est le sable et       &eacut li quens oger cuardise pas de pluie pour venir raphaËl le géographe sait tout giovanni rubino dit la liberté de l’être beaucoup de merveilles je serai toujours attentif à il faut aller voir madame aux rumeurs deuxième essai la deuxième édition du merci au printemps des nous lirons deux extraits de À max charvolen et   je n’ai jamais       il le pendu           les fleurs du madame porte à la mort, l’ultime port,    en alocco en patchworck © l’éclair me dure, temps de pierres dans la  les œuvres de charogne sur le seuilce qui dernier vers aoi tout en vérifiant quand c’est le vent qui tout à fleur d’eaula danse et ces paroles de chamantu       arauca       sous       b&acir     l’é dernier vers aoi dans le train premier comme c’est voile de nuità la histoire de signes .       les d’abord l’échange des je n’hésiterai mi viene in mentemi       en       journ& dernier vers aoi       quinze faisant dialoguer bribes en ligne a vos estes proz e vostre       reine       sur temps où les coeurs le soleil n’est pas 1 au retour au moment zacinto dove giacque il mio dimanche 18 avril 2010 nous       aujour la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 4 | Capharnaüm, 6 ->
Capharnaüm, 5
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

et il fallait aller debout comme homme possible       chercher      comment arracher le pouvoir militaire  de cette médaille de lauriers                 dressée démesurée         dans la chair du port



sortis de l’écume aussitôt par elle anéantis des pas se font se décomposent mais finalement tiennent et portent



sous la houle des corps les algues coagulent deviennent poils et nos doigts désormais tirent sur les câbles liant le ponton à la rive

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette