BRIBES EN LIGNE
neuf j’implore en vain guetter cette chose ...et poème pour la rencontre d’une  ce qui importe pour les avenues de ce pays f les rêves de josué avait un rythme bientôt, aucune amarre sequence 6   le       allong       dans ne pas négocier ne libre de lever la tête la littérature de     une abeille de la route de la soie, à pied, le 15 mai, à antoine simon 13       la "l’art est-il quant carles oït la       en pour jean-marie simon et sa       l̵ martin miguel art et  “la signification légendes de michel en introduction à à bernadette antoine simon 11 charogne sur le seuilce qui       longte sa langue se cabre devant le       fleure je n’hésiterai  au travers de toi je     m2 &nbs dernier vers aoi un homme dans la rue se prend       la pour alain borer le 26 mes pensées restent “le pinceau glisse sur "tu sais ce que c’est et combien attendre. mot terrible.       qui au commencement était dernier vers aoi temps où les coeurs on cheval 1) la plupart de ces madame, vous débusquez       aujour l’illusion d’une epuisement de la salle, le passé n’est       midi  je signerai mon i.- avaler l’art par "et bien, voilà..." dit pour martine, coline et laure rien n’est plus ardu pour ma j’ai perdu mon entr’els nen at ne pui trois (mon souffle au matin dernier vers aoi encore la couleur, mais cette r.m.a toi le don des cris qui le "patriote",       &ccedi au labyrinthe des pleursils quai des chargeurs de antoine simon 18 « h&eacu     un mois sans       "       ( pour le prochain basilic, (la  “s’ouvre     les provisions    il dernier vers aoi samuelchapitre 16, versets 1 abstraction voir figuration sous l’occupation antoine simon 17 À l’occasion de       devant     à dernier vers aoi       de profondes glaouis laure et pétrarque comme si, il y a longtemps, les a la femme au pour lee mais jamais on ne   se la terre a souvent tremblé       é comme ce mur blanc mais non, mais non, tu toutes sortes de papiers, sur le vieux qui la prédication faite les durand : une station 4 : judas  sculpter l’air : ] heureux l’homme d’abord l’échange des temps de cendre de deuil de on dit qu’agathe huit c’est encore à un jour nous avons l’impression la plus       l̵       s̵       que de la la légende fleurie est le coeur du grant est la plaigne e large 13) polynésie toi, mésange à j’ai donc les doigts d’ombre de neige madame est la reine des   entrons dernier vers aoi c’était une pour mes enfants laure et quand c’est le vent qui je meurs de soif je découvre avant toi printemps breton, printemps l’erbe del camp, ki li emperere s’est mouans sartoux. traverse de normalement, la rubrique se placer sous le signe de l’heure de la de l’autre thème principal : et c’était dans cet article est paru dans le le 26 août 1887, depuis       " de toutes les "pour tes  mise en ligne du texte  pour de madame a des odeurs sauvages li quens oger cuardise attendre. mot terrible. la force du corps,  le livre, avec pour robert pour philippe la musique est le parfum de sauvage et fuyant comme       dans villa arson, nice, du 17 deux nouveauté, al matin, quant primes pert quand il voit s’ouvrir, il n’est pire enfer que temps de pierres    regardant     cet arbre que écrirecomme on se non... non... je vous assure,  avec « a la la tentation du survol, à  les trois ensembles giovanni rubino dit macles et roulis photo 4 dans les horizons de boue, de    si tout au long juste un       bien       fleur et que vous dire des des voix percent, racontent       les     oued coulant un titre : il infuse sa je crie la rue mue douleur il n’y a pas de plus   d’un coté, pour max charvolen 1) diaphane est le antoine simon 7 langues de plomba la     vers le soir     depuis f les feux m’ont il pleut. j’ai vu la À max charvolen et macles et roulis photo 7 mougins. décembre     " d’ eurydice ou bien de nu(e), comme son nom i mes doigts se sont ouverts antoine simon 29 agnus dei qui tollis peccata       pourqu titrer "claude viallat, tout à fleur d’eaula danse bribes en ligne a la bouche pure souffrance je rêve aux gorges     au couchant mesdames, messieurs, veuillez       montag   que signifie       entre dans le monde de cette je m’étonne toujours de la "je me tais. pour taire. je ne sais pas si able comme capable de donner il y a tant de saints sur dernier vers aoi mieux valait découper       sur       un     longtemps sur j’oublie souvent et       et tu ce n’est pas aux choses attelage ii est une œuvre     son la langue est intarissable carles respunt :       dans 1. il se trouve que je suis la liberté s’imprime à dans le train premier  hors du corps pas   pour olivier aux barrières des octrois       il abu zayd me déplait. pas       au premier vers aoi dernier       jardin branches lianes ronces (josué avait le lourd travail des meules dernier vers aoi les étourneaux ! 1254 : naissance de je t’enfourche ma la bouche pleine de bulles toujours les lettres : la mastication des   marcel une il faut dire les       banlie station 1 : judas décembre 2001. du fond des cours et des    nous exode, 16, 1-5 toute       le       &agrav approche d’une       &   on n’est   né le 7 la pureté de la survie. nul       &agrav clers fut li jurz e li la deuxième édition du  référencem le 19 novembre 2013, à la       avant    en 1- c’est dans       en un  on peut passer une vie antoine simon 31 ma mémoire ne peut me       au       la antoine simon 15 portrait. 1255 :       aux heureuse ruine, pensait deuxième approche de dernier vers aoi   si vous souhaitez poème pour       sous antoine simon 19 on a cru à     de rigoles en station 7 : as-tu vu judas se toulon, samedi 9 dont les secrets… à quoi autres litanies du saint nom le 28 novembre, mise en ligne douze (se fait terre se rien n’est ce qui importe pour  un livre écrit       mouett diaphane est le mot (ou une errance de cinq madame aux yeux 0 false 21 18       ma journée de des quatre archanges que     après     dans la ruela dernier vers aoi antoine simon 3 les plus vieilles bien sûr, il y eut       ...mai mise en ligne depuis le 20 juillet, bribes       magnol       vu fontelucco, 6 juillet 2000       &n c’est pour moi le premier jouer sur tous les tableaux cet univers sans tout mon petit univers en     le cygne sur un verre de vin pour tacher les parents, l’ultime ecrire sur     double dans le pain brisé son       dans       la préparation des travail de tissage, dans la chaude caresse de il aurait voulu être le lent tricotage du paysage en cet anniversaire, ce qui       et antoine simon 32 7) porte-fenêtre preambule – ut pictura tout en vérifiant la fonction, pour yves et pierre poher et pour frédéric la vie est ce bruissement  si, du nouveau  tu ne renonceras pas. d’un bout à       sabots       ce       un       le    au balcon les dernières     ton toute trace fait sens. que       object   iv    vers le franchissement des pour andrée pour m.b. quand je me heurte je me souviens de (de)lecta lucta   c’est un peu comme si,  pour jean le je dors d’un sommeil de noble folie de josué, nice, le 18 novembre 2004 quatre si la mer s’est f le feu m’a paroles de chamantu       quand de soie les draps, de soie et si tu dois apprendre à  jésus les premières traquer descendre à pigalle, se quelque chose la vie est dans la vie. se la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 4 | Capharnaüm, 6 ->
Capharnaüm, 5
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

et il fallait aller debout comme homme possible       chercher      comment arracher le pouvoir militaire  de cette médaille de lauriers                 dressée démesurée         dans la chair du port



sortis de l’écume aussitôt par elle anéantis des pas se font se décomposent mais finalement tiennent et portent



sous la houle des corps les algues coagulent deviennent poils et nos doigts désormais tirent sur les câbles liant le ponton à la rive

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette