BRIBES EN LIGNE
station 7 : as-tu vu judas se lu le choeur des femmes de dans le train premier mougins. décembre  les œuvres de dernier vers aoi       ruelle de pa(i)smeisuns en est venuz   voici donc la l’heure de la       ton mieux valait découper tromper le néant ce texte m’a été       la c’est la distance entre l’impossible vous n’avez  mise en ligne du texte ] heureux l’homme dans les carnets reflets et echosla salle       alla écoute, josué,       en antoine simon 7 je n’hésiterai cet article est paru dans le       le et que vous dire des i mes doigts se sont ouverts       en un dire que le livre est une raphaËl       longte       au en 1958 ben ouvre à       je "tu sais ce que c’est j’oublie souvent et 1.- les rêves de janvier 2002 .traverse un jour, vous m’avez       dans ils s’étaient   est-ce que antoine simon 17       sur outre la poursuite de la mise       apr&eg dernier vers aoi       je me la tentation du survol, à   ces sec erv vre ile gardien de phare à vie, au j’ai parlé  les trois ensembles le lent tricotage du paysage lorsque martine orsoni il souffle sur les collines c’est pour moi le premier "la musique, c’est le passet li jurz, la noit est quelque chose carles respunt :   marcel dans les écroulements chaises, tables, verres,       chaque sculpter l’air :       ( vertige. une distance       au       l̵ quand sur vos visages les assise par accroc au bord de bien sûr, il y eut f j’ai voulu me pencher       six tout mon petit univers en madame, vous débusquez toute une faune timide veille       sur « pouvez-vous sixième a propos d’une       le     depuis dans le pays dont je vous il y a dans ce pays des voies pur ceste espee ai dulor e à bernadette   au milieu de issent de mer, venent as     le cygne sur       que    de femme liseuse béatrice machet vient de ici. les oiseaux y ont fait pour maguy giraud et       descen       voyage de toutes les temps de pierres dans la madame des forêts de il ne reste plus que le josué avait un rythme       la       &ccedi dernier vers aoi (la numérotation des       "   nous sommes 7) porte-fenêtre a la femme au ainsi fut pétrarque dans première du fond des cours et des   anatomie du m et la réserve des bribes   pour le prochain deuxième essai le et je vois dans vos f le feu m’a  tu vois im font chier vos estes proz e vostre franchement, pensait le chef, 0 false 21 18       j̵ portrait. 1255 : 1. il se trouve que je suis       jardin moisissures mousses lichens neuf j’implore en vain printemps breton, printemps     pluie du   maille 1 :que s’ouvre la encore la couleur, mais cette       &agrav dernier vers s’il passent .x. portes, du bibelot au babilencore une démodocos... Ça a bien un fragilité humaine. quand vous serez tout       dans     à "mais qui lit encore le vous dites : "un       o       juin  tu ne renonceras pas.   on n’est a christiane a grant dulur tendrai puis l’erbe del camp, ki une fois entré dans la 1-nous sommes dehors. la question du récit       devant de tantes herbes el pre v.- les amicales aventures du dernier vers aoi dernier vers aoi l’illusion d’une le 26 août 1887, depuis   né le 7     extraire dernier vers aoi la musique est le parfum de imagine que, dans la il en est des noms comme du ce texte se présente giovanni rubino dit la cité de la musique madame chrysalide fileuse       fourr&   encore une dernier vers aoi dimanche 18 avril 2010 nous pour martine, coline et laure il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi écrirecomme on se le plus insupportable chez  au travers de toi je dans les rêves de la elle ose à peine chairs à vif paumes antoine simon 3 je me souviens de des voiles de longs cheveux antoine simon 30 il ne sait rien qui ne va et  riche de mes     l’é carles li reis en ad prise sa       bruyan       le je ne saurais dire avec assez       assis mes pensées restent rm : nous sommes en descendre à pigalle, se le nécessaire non ce monde est semé       dans       dans c’est extrêmement reprise du site avec la mise en ligne d’un     après     les provisions       dans la fraîcheur et la agnus dei qui tollis peccata madame est une à propos “la voici des œuvres qui, le pour yves et pierre poher et le samedi 26 mars, à 15   1) cette antoine simon 11  si, du nouveau sous l’occupation       au derniers vers sun destre les petites fleurs des mais non, mais non, tu cet article est paru sixième "si elle est       longte       à quand les eaux et les terres carcassonne, le 06       midi bribes en ligne a bal kanique c’est a dix sept ans, je ne savais dentelle : il avait dans le respect du cahier des  la lancinante halt sunt li pui e mult halt       la pie pour max charvolen 1)       droite paien sunt morz, alquant la lecture de sainte cinquième essai tout quando me ne so itu pe autres litanies du saint nom         or li quens oger cuardise  dans toutes les rues ce qui aide à pénétrer le merle noir  pour aux barrières des octrois  pour jean le f le feu s’est     dans la ruela nice, le 18 novembre 2004 À perte de vue, la houle des ainsi alfred… pas même leonardo rosa pour anne slacik ecrire est normal 0 21 false fal « 8° de iloec endreit remeint li os       au dans le monde de cette je n’ai pas dit que le   j’ai souvent       gentil à cri et à  “ce travail qui j’ai relu daniel biga, une il faut dire les macles et roulis photo sur l’erbe verte si est       neige       glouss       bien       la comme ce mur blanc madame est la reine des       le j’ai perdu mon de profondes glaouis       nuage les lettres ou les chiffres clquez sur deuxième apparition de ma mémoire ne peut me mouans sartoux. traverse de c’est la peur qui fait     de rigoles en       voyage que d’heures le 2 juillet dont les secrets… à quoi       au toute trace fait sens. que       fleure dernier vers aoi dernier vers aoi   bientôt, aucune amarre   la production dans le pain brisé son dans les carnets f tous les feux se sont napolì napolì station 4 : judas  réponse de michel une autre approche de mesdames, messieurs, veuillez religion de josué il madame aux rumeurs et combien 0 false 21 18 charogne sur le seuilce qui on dit qu’agathe au lecteur voici le premier dernier vers aoi ce pure forme, belle muette, pour frédéric mi viene in mentemi dernier vers aoi bruno mendonça apaches :       object macao grise     &nbs la communication est       magnol “le pinceau glisse sur     chant de le soleil n’est pas   un a propos de quatre oeuvres de deuxième apparition edmond, sa grande dorothée vint au monde toujours les lettres : recleimet deu mult abstraction voir figuration le lourd travail des meules dessiner les choses banales 0 false 21 18 ce qu’un paysage peut   se dernier vers aoi       soleil je t’enlace gargouille madame est toute on trouvera la video       ma où l’on revient     pourquoi       en ses mains aussi étaient       allong titrer "claude viallat,       l̵  les premières    tu sais les amants se ce jour là, je pouvais       b&acir       ce pour daniel farioli poussant       dans       sur premier essai c’est on croit souvent que le but station 3 encore il parle thème principal : le pendu de la le coquillage contre       pav&ea chaque jour est un appel, une       &agrav       & tout en travaillant sur les rossignolet tu la dernier vers aoi merci à marc alpozzo  il est des objets sur       bonheu le 19 novembre 2013, à la un nouvel espace est ouvert l’art c’est la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 5 | Capharnaüm, 7 ->
Capharnaüm, 6
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

sous la pression des aumônes demandées la véhémence des poids lourds
fait bouger la plaque démise des lèvres
et le clochard s’inscrit dans le rictus des sémaphores


monte alors des méduses des sirènes des murènes de tout ce que ce fond marin possède monte se déchirer aux fils de fer barbelés
ce chant scandé par les îles qui naissent
Vénus aux pudeurs sombres

Sa voix est une ombre portée sur la chair des poissons qui se multiplient maintenant ils rencontrent la terre et le feu et se morcellent sous l’huile d’olive rougets fris au fenouil

sous la danse les galets se font sable le chœur des robes équilibre le ciel la terre dans ses profondeurs n’a plus que deux couleurs

tenir là dans la carcasse du temps l’épaule dans la scansion démise
le corps balançant entre la ligne des voix et celle des horizons militants

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette