BRIBES EN LIGNE
rare moment de bonheur,       qui sainte marie, le coquillage contre j’ai perdu mon l’éclair me dure,  epître aux       dans le lourd travail des meules (dans mon ventre pousse une macles et roulis photo 6 le 19 novembre 2013, à la guetter cette chose ici. les oiseaux y ont fait     &nbs       si grant dol ai que ne pour jean marie pour raphaël l’art n’existe pour andré  l’écriture madame des forêts de pour frédéric pour yves et pierre poher et     chant de et tout avait       &eacut le grand combat : béatrice machet vient de de pa(i)smeisuns en est venuz « 8° de premier vers aoi dernier l’attente, le fruit laure et pétrarque comme il n’est pire enfer que de l’autre le franchissement des À l’occasion de napolì napolì       montag  tu ne renonceras pas. jusqu’à il y a f le feu est venu,ardeur des       le si tu es étudiant en rm : nous sommes en présentation du     son normal 0 21 false fal       les nice, le 8 octobre agnus dei qui tollis peccata tendresse du mondesi peu de paien sunt morz, alquant       ma la mort, l’ultime port, j’arrivais dans les de sorte que bientôt     quand       sous       tourne madame est une s’égarer on comme ce mur blanc   le texte suivant a du bibelot au babilencore une comment entrer dans une "et bien, voilà..." dit à propos des grands sixième l’évidence eurydice toujours nue à pour qui veut se faire une dans ma gorge une fois entré dans la il s’appelait macles et roulis photo       pour m.b. quand je me heurte paysage de ta tombe  et       le de mes deux mains frères et ma mémoire ne peut me imagine que, dans la m1       bernadette griot vient de quai des chargeurs de ne faut-il pas vivre comme deuxième approche de À peine jetés dans le   encore une ainsi alfred… il semble possible quelque temps plus tard, de jamais si entêtanteeurydice et nous n’avons rien siglent a fort e nagent e en ceste tere ad estet ja ce monde est semé     dans la ruela i.- avaler l’art par clers fut li jurz e li ouverture de l’espace   que signifie janvier 2002 .traverse rien n’est plus ardu  si, du nouveau les oiseaux s’ouvrent le nécessaire non huit c’est encore à  au travers de toi je il est le jongleur de lui et combien voici des œuvres qui, le f tous les feux se sont       au       au   né le 7 les dieux s’effacent violette cachéeton lorsque martine orsoni       six       mouett il en est des noms comme du folie de josuétout est     longtemps sur bernard dejonghe... depuis ne pas négocier ne un tunnel sans fin et, à  improbable visage pendu merci à marc alpozzo nous avons affaire à de antoine simon 19 0 false 21 18       parfoi       m̵ j’ai longtemps je t’ai admiré, écrirecomme on se je rêve aux gorges dernier vers aoi j’ai relu daniel biga,       nuage (la numérotation des a l’aube des apaches,       au       le antoine simon 18       sur à cri et à antoine simon 3 pour robert   six formes de la       dans antoine simon 16 quelques textes dernier vers aoi la rencontre d’une moisissures mousses lichens le 15 mai, à       la       au     surgi dernier vers aoi et ma foi, li emperere s’est on croit souvent que le but       rampan ce pays que je dis est carissimo ulisse,torna a   un du fond des cours et des ...et poème pour sa langue se cabre devant le j’entends sonner les si j’avais de son dans les rêves de la les durand : une mult est vassal carles de i en voyant la masse aux 1257 cleimet sa culpe, si au rayon des surgelés une autre approche de le travail de bernard je reviens sur des       devant al matin, quant primes pert       vu "si elle est     du faucon passent .x. portes, bientôt, aucune amarre       bonheu   voici donc la l’instant criblé autres litanies du saint nom neuf j’implore en vain ce va et vient entre josué avait un rythme rêves de josué,       cerisi       banlie " je suis un écorché vif. certains soirs, quand je  le "musée écoute, josué, pour maguy giraud et  martin miguel vient on a cru à les plus vieilles antoine simon 30 autre citation       pourqu  c’était   anatomie du m et  jésus a dix sept ans, je ne savais quatrième essai de       en un la question du récit l’heure de la       voyage pour michèle gazier 1) dernier vers aoi dans les carnets et  riche de mes quand c’est le vent qui art jonction semble enfin  tu vois im font chier il y a dans ce pays des voies madame, on ne la voit jamais un verre de vin pour tacher       la       dans merci à la toile de grande lune pourpre dont les ce paysage que tu contemplais   saint paul trois se placer sous le signe de il tente de déchiffrer, recleimet deu mult       dans       je me deuxième essai ce jour là, je pouvais       pass&e       midi ma voix n’est plus que dans le patriote du 16 mars sables mes parolesvous     le antoine simon 5 face aux bronzes de miodrag mais jamais on ne l’impossible dernier vers aoi       "       le   marcel c’est le grand       reine ce texte se présente dernier vers aoi les avenues de ce pays « voici       o sequence 6   le thème principal : pas sur coussin d’air mais       il     un mois sans trois (mon souffle au matin les installations souvent, la bouche pure souffrance antoine simon 32       la il avait accepté (vois-tu, sancho, je suis mais non, mais non, tu       &n       fourmi dernier vers aoi       quinze       aux f les rêves de  on peut passer une vie (josué avait lentement temps où les coeurs le numéro exceptionnel de je meurs de soif       la       soleil ils avaient si longtemps, si bien sûrla a la fin il ne resta que envoi du bulletin de bribes 1 au retour au moment quand les mots je dors d’un sommeil de    si tout au long ce texte m’a été c’était une dans un coin de nice, pour andré sculpter l’air :  il y a le       &agrav les textes mis en ligne avant dernier vers aoi titrer "claude viallat, samuelchapitre 16, versets 1 toutefois je m’estimais n’ayant pas       je une il faut dire les polenta "tu sais ce que c’est assise par accroc au bord de       apr&eg       marche constellations et    seule au  de même que les fin première ainsi fut pétrarque dans ce nous lirons deux extraits de     hélas,  référencem       pour antoine simon 29 je suis bien dans       sur     cet arbre que       le il ne s’agit pas de carissimo ulisse,torna a portrait. 1255 : d’un bout à immense est le théâtre et c’est une sorte de la lecture de sainte mesdames, messieurs, veuillez f le feu s’est quatre si la mer s’est       le depuis le 20 juillet, bribes       la       fourr& il faut aller voir allons fouiller ce triangle c’est vrai a toi le don des cris qui madame dans l’ombre des antoine simon 27 approche d’une dernier vers aoi entr’els nen at ne pui     à nice, le 18 novembre 2004 histoire de signes . 1-nous sommes dehors. quel étonnant montagnesde       le le 28 novembre, mise en ligne       grappe       é la pureté de la survie. nul lorsqu’on connaît une le 2 juillet juste un mot pour annoncer poème pour   j’ai souvent       je comme un préliminaire la a propos d’une       ruelle les routes de ce pays sont cet article est paru dans le introibo ad altare       p&eacu       en des quatre archanges que dans le monde de cette     tout autour       bruyan me quel ennui, mortel pour la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 7 | Capharnaüm, 9 ->
Capharnaüm, 8
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

Station 3 encore

IL parle maintenant d’une hauteur blanche qui me paraît inaccessible sous la peau de mon visage mes taches rouges altèrent la pudeur des mots
le sang toujours            semble lacérer                        le fleuve des jours           obligatoirement  la fleur des joues lacunaires  se défait                                                
(elle-même, c’est une anecdote incise,  aimait bien la prostitution jusqu’à s’oublier ne plus être)

et IL va attendant que               Ses cordes  vocales            deviennent harpe jetée dans la poussière
à la musique non plus je ne pouvais accéder

avec l’ambulance le cri s’éleva comme pour marquer l’arrivée du paralytique

chacun sortait l’obole       de son corps             comme chair vendue             et c’était une mélasse à peine morale
le cou la glotte percés             réclamaient         la grâce du levain quotidien
de leur souffle ils encombraient              l’entrée

par le toit le paralytique advint                          enfin                             comme trachéotomie du lieu

Publication en ligne : 18 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette