BRIBES EN LIGNE
réponse de michel je suis fin première       &agrav dans ma gorge       nuage pour pierre theunissen la  l’exposition  pour jean-marie simon et sa station 4 : judas  able comme capable de donner tromper le néant   (à ...et poème pour       la       midi  pour de       fleur       dans a ma mère, femme parmi paien sunt morz, alquant pour anne slacik ecrire est bien sûr, il y eut traquer dans la caverne primordiale passet li jurz, si turnet a le 28 novembre, mise en ligne en 1958 ben ouvre à macao grise (dans mon ventre pousse une onzième       la et c’était dans a christiane non... non... je vous assure, dernier vers aoi la légende fleurie est       pass&e dernier vers aoi sous la pression des  un livre écrit dernier vers aoi À peine jetés dans le a la libération, les quand c’est le vent qui  martin miguel vient quand les eaux et les terres bal kanique c’est dernier vers aoi dans ce périlleux antoine simon 30 à la mémoire de rien n’est plus ardu       dans encore une citation“tu       au   que signifie rêve, cauchemar, des voix percent, racontent et la peur, présente rita est trois fois humble. tendresse du mondesi peu de     un mois sans cyclades, iii° torna a sorrento ulisse torna (vois-tu, sancho, je suis    de femme liseuse 0 false 21 18 antoine simon 2 (ô fleur de courge... s’ouvre la  dans le livre, le bribes en ligne a du fond des cours et des il faut laisser venir madame À max charvolen et       l̵  improbable visage pendu       au       dans  “s’ouvre dans les carnets  epître aux elle ose à peine  les trois ensembles attendre. mot terrible.       les et que dire de la grâce pour julius baltazar 1 le  pour jean le toutes sortes de papiers, sur les grands essai de nécrologie, s’égarer on glaciation entre titrer "claude viallat, troisième essai et nice, le 30 juin 2000 les plus terribles giovanni rubino dit       qui mult ben i fierent franceis e       la elle disposait d’une pas une année sans évoquer mon cher pétrarque,   encore une couleur qui ne masque pas dernier vers aoi   a l’aube des apaches, vous avez       quinze l’éclair me dure, la tentation du survol, à immense est le théâtre et       vu dernier vers doel i avrat, juste un mot pour annoncer  il est des objets sur nous savons tous, ici, que nous avons affaire à de gardien de phare à vie, au       apr&eg       avant attention beau       en un aux george(s) (s est la générations     dans la ruela dans l’innocence des bien sûrla macles et roulis photo 4 je découvre avant toi et il parlait ainsi dans la       gentil les petites fleurs des autre citation à la bonne six de l’espace urbain, pour maxime godard 1 haute et que vous dire des li emperere par sa grant dimanche 18 avril 2010 nous vertige. une distance   un vendredi deuxième essai reprise du site avec la "nice, nouvel éloge de la le franchissement des ce va et vient entre et…  dits de carcassonne, le 06 l’une des dernières antoine simon 27     quand     hélas, o tendresses ô mes dernier vers aoi       la descendre à pigalle, se sauvage et fuyant comme quatrième essai de pour alain borer le 26 pour jean-louis cantin 1.- vos estes proz e vostre mise en ligne livre grand format en trois un homme dans la rue se prend  tu vois im font chier la galerie chave qui intendo... intendo ! antoine simon 7 station 5 : comment     rien la fraîcheur et la       cerisi       dans n’ayant pas “dans le dessin aucun hasard si se etait-ce le souvenir       baie dernier vers aoi vedo la luna vedo le recleimet deu mult pour andré villers 1) saluer d’abord les plus       les sainte marie, si j’avais de son antoine simon 24    au balcon difficile alliage de  dernier salut au       retour je ne saurais dire avec assez       &n     faisant la pas sur coussin d’air mais les parents, l’ultime une fois entré dans la c’est une sorte de j’ai ajouté douce est la terre aux yeux autres litanies du saint nom les dernières l’existence n’est  dernières mises       sur deux nouveauté, pas même clquez sur pour angelo il arriva que merci à marc alpozzo ma voix n’est plus que station 3 encore il parle antoine simon 20 pour michèle aueret errer est notre lot, madame, dernier vers aoi       magnol dans le monde de cette franchement, pensait le chef, constellations et genre des motsmauvais genre  hier, 17 de la normalement, la rubrique f tous les feux se sont       bonhe     surgi la musique est le parfum de branches lianes ronces madame dans l’ombre des       apparu heureuse ruine, pensait bernadette griot vient de   l’oeuvre vit son       nuage f les feux m’ont les doigts d’ombre de neige "la musique, c’est le le 26 août 1887, depuis carles li reis en ad prise sa antoine simon 19 mise en ligne d’un accorde ton désir à ta       " tes chaussures au bas de pourquoi yves klein a-t-il sequence 6   le       &n       dans toujours les lettres : pour michèle gazier 1) lorsque martine orsoni j’ai longtemps avant dernier vers aoi       glouss beaucoup de merveilles       alla antoine simon 33 là, c’est le sable et quelque temps plus tard, de marcel alocco a       un prenez vos casseroles et l’impression la plus paysage de ta tombe  et violette cachéeton les oiseaux s’ouvrent trois tentatives desesperees dans les écroulements le 23 février 1988, il       que madame déchirée       allong       " la réserve des bribes j’arrivais dans les       le       bien le ciel de ce pays est tout je me souviens de  de même que les de profondes glaouis       reine   né le 7   en grec, morías       entre écoute, josué, pour marcel karles se dort cum hume       j̵ normal 0 21 false fal les dieux s’effacent       marche v.- les amicales aventures du       sur antoine simon 3 l’illusion d’une je déambule et suis béatrice machet vient de le coeur du ma voix n’est plus que lancinant ô lancinant       je me       longte « voici deuxième rêves de josué, tous ces charlatans qui pour michèle gazier 1 écrirecomme on se       &eacut       va les plus vieilles de pareïs li seit la deuxième apparition de suite du blasphème de il ne reste plus que le carmelo arden quin est une ce jour-là il lui quand sur vos visages les on dit qu’agathe un tunnel sans fin et, à   nous sommes antoine simon 17 souvent je ne sais rien de quatre si la mer s’est l’ami michel    en madame des forêts de chairs à vif paumes en ceste tere ad estet ja il en est des meurtrières. pour frédéric       la madame aux rumeurs avez-vous vu  le grand brassage des sur l’erbe verte si est granz est li calz, si se portrait. 1255 : la prédication faite au lecteur voici le premier dernier vers aoi f toutes mes tous feux éteints. des pour raphaël     chambre antoine simon 12 pour martine, coline et laure       vu de l’autre pierre ciel monde imaginal, une autre approche de       une à  monde rassemblé hans freibach : "le renard connaît quant carles oït la l’attente, le fruit la rencontre d’une "tu sais ce que c’est macles et roulis photo 3 rm : d’accord sur       le on trouvera la video ce qui aide à pénétrer le cet univers sans j’ai donc ouverture de l’espace       sous nouvelles mises en dans les carnets al matin, quant primes pert dans les horizons de boue, de je suis occupé ces pour egidio fiorin des mots dernier vers aoi i en voyant la masse aux       maquis   on n’est       deux pour jean gautheronle cosmos dernier vers aoi ils sortent la mort, l’ultime port, ouverture d’une       devant pour jean marie la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 7 | Capharnaüm, 9 ->
Capharnaüm, 8
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

Station 3 encore

IL parle maintenant d’une hauteur blanche qui me paraît inaccessible sous la peau de mon visage mes taches rouges altèrent la pudeur des mots
le sang toujours            semble lacérer                        le fleuve des jours           obligatoirement  la fleur des joues lacunaires  se défait                                                
(elle-même, c’est une anecdote incise,  aimait bien la prostitution jusqu’à s’oublier ne plus être)

et IL va attendant que               Ses cordes  vocales            deviennent harpe jetée dans la poussière
à la musique non plus je ne pouvais accéder

avec l’ambulance le cri s’éleva comme pour marquer l’arrivée du paralytique

chacun sortait l’obole       de son corps             comme chair vendue             et c’était une mélasse à peine morale
le cou la glotte percés             réclamaient         la grâce du levain quotidien
de leur souffle ils encombraient              l’entrée

par le toit le paralytique advint                          enfin                             comme trachéotomie du lieu

Publication en ligne : 18 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette