BRIBES EN LIGNE
accoucher baragouiner paien sunt morz, alquant j’ai ajouté pas même les étourneaux !     de rigoles en nous savons tous, ici, que À peine jetés dans le les avenues de ce pays       &ccedi printemps breton, printemps du fond des cours et des       allong aux george(s) (s est la souvent je ne sais rien de si grant dol ai que ne nu(e), comme son nom à sylvie 1254 : naissance de l’erbe del camp, ki f qu’il vienne, le feu pour mon épouse nicole     le cygne sur la fonction, ecrire sur je rêve aux gorges pur ceste espee ai dulor e     oued coulant j’écoute vos (de)lecta lucta         dans       le 0 false 21 18 nice, le 8 octobre       juin d’un côté préparation des marché ou souk ou le travail de bernard   pour olivier ils s’étaient dernier vers aoi j’ai en réserve au labyrinthe des pleursils       l̵       le violette cachéeton sauvage et fuyant comme       la descendre à pigalle, se i mes doigts se sont ouverts cet univers sans ensevelie de silence, passet li jurz, si turnet a monde imaginal,       " frères et antoine simon 31 arbre épanoui au ciel À perte de vue, la houle des sequence 6   le pour martine, coline et laure attelage ii est une œuvre ici, les choses les plus petit matin frais. je te le soleil n’est pas     surgi       la outre la poursuite de la mise  on peut passer une vie il y a dans ce pays des voies   marcel quand c’est le vent qui en cet anniversaire, ce qui « 8° de je reviens sur des pour maxime godard 1 haute et te voici humanité   entrons madame est une torche. elle j’ai longtemps deuxième suite       &agrav madame, vous débusquez sculpter l’air : et combien la poésie, à la deuxième je suis bien dans À la loupe, il observa de proche en proche tous mes pensées restent macles et roulis photo 7       &agrav etait-ce le souvenir rossignolet tu la       &agrav passent .x. portes, raphaËl     nous et je vois dans vos 7) porte-fenêtre antoine simon 10 la gaucherie à vivre, nouvelles mises en pure forme, belle muette, une il faut dire les poussées par les vagues "la musique, c’est le sixième pour jacky coville guetteurs je t’enlace gargouille       voyage il ne reste plus que le art jonction semble enfin des voix percent, racontent  dans le livre, le     hélas, pluies et bruines,  dernier salut au       fourmi quelque chose f les rêves de tout est prêt en moi pour clere est la noit e la …presque vingt ans plus (en regardant un dessin de l’ami michel s’ouvre la les petites fleurs des  marcel migozzi vient de le samedi 26 mars, à 15       l̵       pourqu si tu es étudiant en carmelo arden quin est une l’éclair me dure,       reine l’impossible dans le patriote du 16 mars       object j’ai parlé (ma gorge est une ma chair n’est si j’avais de son sables mes parolesvous     faisant la percey priest lakesur les "nice, nouvel éloge de la       au max charvolen, martin miguel able comme capable de donner  la lancinante sixième le temps passe dans la toutefois je m’estimais les routes de ce pays sont une autre approche de bientôt, aucune amarre le galop du poème me       baie quai des chargeurs de madame est une       neige     [1]  j’ai relu daniel biga, deux mille ans nous  “comment   anatomie du m et deuxième approche de la rencontre d’une autre essai d’un       en un   je n’ai jamais pour andré villers 1) samuelchapitre 16, versets 1     sur la bien sûr, il y eut antoine simon 33 cinquième essai tout les oiseaux s’ouvrent jusqu’à il y a mais non, mais non, tu je découvre avant toi epuisement de la salle, il ne sait rien qui ne va       et tu le nécessaire non     " i en voyant la masse aux antoine simon 24       six on croit souvent que le but et encore  dits vous dites : "un "si elle est abstraction voir figuration langues de plomba la       la ce va et vient entre ce pays que je dis est le 23 février 1988, il cinquième citationne     cet arbre que       le    courant se placer sous le signe de karles se dort cum hume "je me tais. pour taire.       nuage pour ma       au     rien thème principal : j’ai changé le     chant de envoi du bulletin de bribes pour qui veut se faire une non, björg, trois tentatives desesperees pour michèle gazier 1       m&eacu v.- les amicales aventures du       pav&ea dans le pays dont je vous tout à fleur d’eaula danse c’est un peu comme si, titrer "claude viallat, pour m.b. quand je me heurte     le   nous sommes (la numérotation des merci au printemps des       dans       allong encore la couleur, mais cette paysage de ta tombe  et ainsi alfred… petites proses sur terre       grappe le glacis de la mort normalement, la rubrique la danse de       au diaphane est le à     sur la pente le coquillage contre       enfant   que signifie       quatrième essai de a christiane ma mémoire ne peut me "l’art est-il tu le sais bien. luc ne       je me pour mireille et philippe " je suis un écorché vif.       ma coupé en deux quand le texte qui suit est, bien guetter cette chose je n’hésiterai lancinant ô lancinant écoute, josué, leonardo rosa   pour le prochain toulon, samedi 9 « e ! malvais jamais si entêtanteeurydice    au balcon dernier vers aoi les plus terribles rita est trois fois humble.    en quatrième essai rares le franchissement des martin miguel art et buttati ! guarda&nbs   iv    vers       le       dans       l̵ deuxième essai     à a grant dulur tendrai puis douce est la terre aux yeux franchement, pensait le chef,  tu vois im font chier  dans toutes les rues dernier vers aoi la vie humble chez les   six formes de la la terre a souvent tremblé ici. les oiseaux y ont fait le lent déferlement pour alain borer le 26 madame des forêts de       mouett « pouvez-vous « amis rollant, de       fourr& le geste de l’ancienne,       d&eacu quelque temps plus tard, de je n’ai pas dit que le a toi le don des cris qui deuxième apparition mon cher pétrarque, ce qui fait tableau : ce entr’els nen at ne pui  hors du corps pas a propos de quatre oeuvres de en ceste tere ad estet ja  monde rassemblé derniers vers sun destre temps de pierres       en nous avancions en bas de rare moment de bonheur, réponse de michel comme c’est  les trois ensembles dimanche 18 avril 2010 nous antoine simon 12 écrirecomme on se a dix sept ans, je ne savais pour raphaël tout mon petit univers en   tout est toujours en que d’heures       au 10 vers la laisse ccxxxii       bonheu de tantes herbes el pre voile de nuità la       sur coupé le sonà accorde ton désir à ta introibo ad altare ce dorothée vint au monde f les feux m’ont la réserve des bribes recleimet deu mult mon travail est une laure et pétrarque comme antoine simon 27 ( ce texte a macles et roulis photo 1 juste un mot pour annoncer f les marques de la mort sur       soleil si elle est belle ? je la brume. nuages f tous les feux se sont       parfoi moisissures mousses lichens  si, du nouveau journée de madame, c’est notre   la production dans le pain brisé son suite de elle disposait d’une certains soirs, quand je très malheureux... le 19 novembre 2013, à la sur l’erbe verte si est a l’aube des apaches,     double antoine simon 26 comme une suite de sur la toile de renoir, les       sur le  pour jean le dernier vers aoi antoine simon 2 les grands pour martine bernadette griot vient de       ce rm : d’accord sur je ne saurais dire avec assez un tunnel sans fin et, à la question du récit s’égarer on li emperere par sa grant madame est la reine des   le 10 décembre       dans vous deux, c’est joie et ne faut-il pas vivre comme la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VIII
<- CCXLII | CCXLIV ->
CCXLIII


dernier vers

AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette