BRIBES EN LIGNE
      la "et bien, voilà..." dit bernadette griot vient de     chant de une fois entré dans la approche d’une v.- les amicales aventures du des voix percent, racontent charogne sur le seuilce qui 1- c’est dans  dans le livre, le   pour olivier toutefois je m’estimais f le feu est venu,ardeur des       o une image surgit et derrière  la lancinante bientôt, aucune amarre quand les couleurs 10 vers la laisse ccxxxii inoubliables, les       dans la pureté de la survie. nul un besoin de couper comme de quatrième essai de   pour adèle et       allong ecrire sur il y a tant de saints sur voudrais je vous maintenant il connaît le le 23 février 1988, il   un vendredi o tendresses ô mes le lourd travail des meules je ne saurais dire avec assez À max charvolen et la fraîcheur et la il y a dans ce pays des voies toute trace fait sens. que       ce madame chrysalide fileuse c’est pour moi le premier temps où les coeurs cet article est paru dans le "nice, nouvel éloge de la ce qu’un paysage peut dessiner les choses banales       soleil Éléments -   d’un coté, avez-vous vu       la vertige. une distance dorothée vint au monde in the country       la dernier vers aoi accoucher baragouiner nous viendrons nous masser morz est rollant, deus en ad pour anne slacik ecrire est       au du bibelot au babilencore une c’est seulement au pour jacky coville guetteurs antoine simon 12 dernier vers aoi première À max charvolen et martin la poésie, à la   dits de douce est la terre aux yeux       il giovanni rubino dit samuelchapitre 16, versets 1 comment entrer dans une coupé en deux quand c’est ici, me dans les carnets 0 false 21 18     tout autour  “ce travail qui nos voix la cité de la musique temps de pierres dans la il existe au moins deux madame aux rumeurs les enseignants :   tout est toujours en viallat © le château de tout le problème able comme capable de donner dernier vers aoi merci à la toile de il s’appelait très saintes litanies pour gilbert passet li jurz, si turnet a       force mon travail est une madame dans l’ombre des       la montagnesde agnus dei qui tollis peccata     son       neige genre des motsmauvais genre nous dirons donc       dans       embarq granz fut li colps, li dux en décembre 2001. écoute, josué, pour jean gautheronle cosmos face aux bronzes de miodrag la deuxième édition du       & si, il y a longtemps, les c’est une sorte de     &nbs la main saisit       coude printemps breton, printemps de la la légende fleurie est     oued coulant pas facile d’ajuster le       ton       macles et roulis photo 7 je sais, un monde se jouer sur tous les tableaux       ( grande lune pourpre dont les du fond des cours et des       la siglent a fort e nagent e       les noble folie de josué, dix l’espace ouvert au pour andré     dans la ruela antoine simon 30 carissimo ulisse,torna a       la pie préparation des heureuse ruine, pensait pour frédéric       au     depuis       " j’ai donc voici le texte qui ouvre pour jean-marie simon et sa bal kanique c’est il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi       &n i.- avaler l’art par a supposer quece monde tienne ouverture d’une   qu’est-ce qui est en est-ce parce que, petit, on je suis occupé ces les installations souvent,       " il faut aller voir le plus insupportable chez ce qui importe pour le géographe sait tout les amants se  pour jean le "pour tes antoine simon 22       &ccedi dernier vers aoi antoine simon 6 dans un coin de nice, elle réalise des mes pensées restent portrait. 1255 : même si       mouett pour michèle gazier 1 les avenues de ce pays ils s’étaient trois tentatives desesperees torna a sorrento ulisse torna li quens oger cuardise rimbaud a donc la terre a souvent tremblé antoine simon 28 leonardo rosa le soleil n’est pas f les feux m’ont je dors d’un sommeil de dernier vers aoi moisissures mousses lichens quai des chargeurs de vi.- les amicales aventures dès l’origine de son macles et roulis photo 1       le À l’occasion de ici. les oiseaux y ont fait aux barrières des octrois il ne s’agit pas de s’ouvre la quelques textes à la mémoire de les plus vieilles branches lianes ronces imagine que, dans la non... non... je vous assure, les étourneaux ! toulon, samedi 9 (de)lecta lucta   macles et roulis photo 3 dernier vers aoi       assis dans le ciel du tant pis pour eux. les cuivres de la symphonie mille fardeaux, mille "l’art est-il se reprendre. creuser son sixième vue à la villa tamaris       &agrav pur ceste espee ai dulor e deux ce travail vous est       vu “dans le dessin nous savons tous, ici, que dernier vers aoi il semble possible pour michèle je t’enfourche ma       qui  mise en ligne du texte jamais si entêtanteeurydice des quatre archanges que martin miguel art et merci au printemps des laure et pétrarque comme "ah ! mon doux pays, rita est trois fois humble. il existe deux saints portant tous feux éteints. des 1 la confusion des       ruelle pour martine  de la trajectoire de ce trois (mon souffle au matin un titre : il infuse sa violette cachéeton “le pinceau glisse sur antoine simon 17 le travail de bernard c’est vrai  tu ne renonceras pas. l’heure de la quatrième essai de       pass&e j’oublie souvent et       quinze juste un mot pour annoncer     longtemps sur diaphane est le quand il voit s’ouvrir, pour maxime godard 1 haute 1) notre-dame au mur violet merle noir  pour   né le 7 le nécessaire non       s̵ certains soirs, quand je rêve, cauchemar, ouverture de l’espace  les trois ensembles pour m.b. quand je me heurte  improbable visage pendu       cette       sur une il faut dire les et si tu dois apprendre à       et tu a l’aube des apaches, tu le saiset je le vois corps nomades bouches pour marcel ne pas négocier ne cyclades, iii° je suis celle qui trompe  zones gardées de j’aime chez pierre premier vers aoi dernier pour le prochain basilic, (la carles li reis en ad prise sa       dans     double i en voyant la masse aux rien n’est le 28 novembre, mise en ligne traquer i mes doigts se sont ouverts le 26 août 1887, depuis la terre nous temps où le sang se immense est le théâtre et f le feu s’est chaises, tables, verres, démodocos... Ça a bien un les parents, l’ultime tu le sais bien. luc ne pour ma il tente de déchiffrer,       neige       apr&eg deux nouveauté,   je ne comprends plus       la       dans nous avancions en bas de a propos d’une mon cher pétrarque, c’est la distance entre les doigts d’ombre de neige et je vois dans vos station 7 : as-tu vu judas se antoine simon 11 karles se dort cum hume la route de la soie, à pied, depuis ce jour, le site ce va et vient entre  monde rassemblé       ...mai il ne reste plus que le un homme dans la rue se prend que d’heures Ç’avait été la dans le pain brisé son l’existence n’est     pourquoi le "patriote", j’ai perdu mon il en est des noms comme du et…  dits de la question du récit dernier vers aoi   archipel shopping, la madame est toute et nous n’avons rien et il parlait ainsi dans la     extraire j’écoute vos dans l’innocence des mesdames, messieurs, veuillez les durand : une la mort, l’ultime port, bribes dans le nid de   adagio   je fontelucco, 6 juillet 2000 pas une année sans évoquer ce texte se présente mieux valait découper sables mes parolesvous   jn 2,1-12 :       bien a ma mère, femme parmi introibo ad altare  si, du nouveau encore une citation“tu la bouche pleine de bulles je meurs de soif       reine le passé n’est le glacis de la mort hans freibach : le scribe ne retient     les fleurs du       &agrav af : j’entends       l̵ pour helmut  “... parler une   (dans le       le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues

S’égarer

On aimerait pouvoir se clouer aux couleurs de cet autre versant du monde. Et rester perdu entre les bords de la plaie. Suspendu dans les douceurs sans retour d’un au-delà des mots.

Pas mourir. Rompre avec les vivants, ces ombres. Attendre les fantômes.

Et apprendre d’eux la nuit où amarrer corps et regards. Folies anciennes. Et s’abandonner comme les oiseaux confient aux vents leurs amours et les musiciens à l’air leurs silences.

 

Alain Freixe

 

Publication en ligne : 14 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette