BRIBES EN LIGNE
jouer sur tous les tableaux napolì napolì démodocos... Ça a bien un prenez vos casseroles et madame est la reine des 1254 : naissance de "nice, nouvel éloge de la j’ai donc (ô fleur de courge...  hier, 17 en 1958 ben ouvre à   je n’ai jamais dimanche 18 avril 2010 nous    au balcon archipel shopping, la madame dans l’ombre des il existe au moins deux portrait. 1255 : l’existence n’est je suis attendre. mot terrible. marché ou souk ou janvier 2002 .traverse issent de mer, venent as       grappe ço dist li reis :       quand     &nbs pierre ciel   anatomie du m et le ciel de ce pays est tout dire que le livre est une la cité de la musique quand vous serez tout madame est toute arbre épanoui au ciel chaque jour est un appel, une merci à la toile de       montag       embarq macles et roulis photo 4 antoine simon 30 le lent tricotage du paysage cet univers sans descendre à pigalle, se eurydice toujours nue à glaciation entre histoire de signes . dans le patriote du 16 mars a toi le don des cris qui imagine que, dans la il arriva que a propos de quatre oeuvres de pour andrée les éditions de la passe du dernier vers aoi Éléments - je crie la rue mue douleur la tentation du survol, à certains prétendent vous êtes       fourmi deuxième essai le il ne reste plus que le quand les eaux et les terres rita est trois fois humble. la fraîcheur et la pour m.b. quand je me heurte pour jacky coville guetteurs du bibelot au babilencore une pour qui veut se faire une antoine simon 16 pour pierre theunissen la   encore une attendre. mot terrible.   saint paul trois la réserve des bribes       &n le grand combat : antoine simon 20       le       six vous avez les doigts d’ombre de neige et la peur, présente bernard dejonghe... depuis avez-vous vu c’est extrêmement macles et roulis photo 1   si vous souhaitez     dans la ruela  ce qui importe pour  “comment       o       pav&ea autre essai d’un sur la toile de renoir, les c’est seulement au je ne saurais dire avec assez carles respunt : je suis celle qui trompe       devant       sur antoine simon 25       je   entrons qu’est-ce qui est en c’est pour moi le premier depuis ce jour, le site les installations souvent, (josué avait pour egidio fiorin des mots au matin du a la libération, les premier vers aoi dernier samuelchapitre 16, versets 1 mise en ligne d’un franchement, pensait le chef,       force  epître aux le coquillage contre       sur il n’y a pas de plus nous avons affaire à de 1- c’est dans j’entends sonner les couleur qui ne masque pas dernier vers aoi mes pensées restent af : j’entends constellations et les grands de toutes les  l’exposition  dernier vers aoi les petites fleurs des       le  monde rassemblé    il d’ eurydice ou bien de la légende fleurie est   la production quai des chargeurs de normalement, la rubrique       alla un nouvel espace est ouvert la littérature de comme un préliminaire la  le grand brassage des ma voix n’est plus que voici l’une de nos plus je t’enlace gargouille deux ce travail vous est polenta un homme dans la rue se prend si, il y a longtemps, les       droite     pluie du vous dites : "un non, björg, bel équilibre et sa la prédication faite       jardin ce paysage que tu contemplais au rayon des surgelés toutes sortes de papiers, sur rimbaud a donc on croit souvent que le but antoine simon 31 religion de josué il montagnesde branches lianes ronces premier essai c’est sixième des conserves ! mm si c’est ça creuser, j’écoute vos le plus insupportable chez       la pour jean-marie simon et sa je déambule et suis ses mains aussi étaient       sur encore la couleur, mais cette       que       baie j’ai travaillé dans le pain brisé son       nuage quando me ne so itu pe "je me tais. pour taire. morz est rollant, deus en ad quand les couleurs a ma mère, femme parmi   le texte suivant a     tout autour seins isabelle boizard 2005 À l’occasion de       apparu a propos d’une saluer d’abord les plus       " le texte qui suit est, bien       s̵ attelage ii est une œuvre le 2 juillet       un sous la pression des au lecteur voici le premier à propos des grands elle réalise des antoine simon 26     sur la pente le ciel est clair au travers le pendu deuxième suite il y a des objets qui ont la       &agrav face aux bronzes de miodrag iv.- du livre d’artiste on dit qu’agathe mougins. décembre j’aime chez pierre la vie humble chez les       à légendes de michel me vue à la villa tamaris je t’enfourche ma       au jamais je n’aurais       la dernier vers aoi dernier vers aoi et il parlait ainsi dans la le 23 février 1988, il le "patriote", un tunnel sans fin et, à sors de mon territoire. fais abstraction voir figuration       la       pour temps où les coeurs preambule – ut pictura   un li quens oger cuardise       sur mult ben i fierent franceis e comme une suite de pour michèle gazier 1       voyage douce est la terre aux yeux certains soirs, quand je "ces deux là se on cheval de mes deux mains moisissures mousses lichens  le "musée juste un mot pour annoncer     extraire …presque vingt ans plus       &eacut il ne s’agit pas de dernier vers aoi         coude merci à marc alpozzo       &n folie de josuétout est ...et la mémoire rêve quatre si la mer s’est  “la signification s’ouvre la       et tu le temps passe si vite,    de femme liseuse madame a des odeurs sauvages vous deux, c’est joie et entr’els nen at ne pui il y a dans ce pays des voies mon travail est une si c’est ça,  tu ne renonceras pas. nous serons toujours ces le franchissement des       m&eacu 1257 cleimet sa culpe, si autre petite voix f le feu est venu,ardeur des     surgi vi.- les amicales aventures f dans le sourd chatoiement     le cygne sur les dernières (la numérotation des "le renard connaît pour angelo pour maguy giraud et    7 artistes et 1 station 3 encore il parle       reine les plus terribles       je première rupture : le dans les hautes herbes       p&eacu       bonheu pour andré si j’avais de son dernier vers aoi la liberté de l’être quelque chose   (dans le accorde ton désir à ta de soie les draps, de soie       entre dernier vers aoi josué avait un rythme ce jour là, je pouvais la bouche pure souffrance       aujour     m2 &nbs tout mon petit univers en il n’est pire enfer que max charvolen, martin miguel pour yves et pierre poher et       les gardien de phare à vie, au quatrième essai rares de prime abord, il pour martine quelques autres À la loupe, il observa les oiseaux s’ouvrent mesdames, messieurs, veuillez li emperere s’est deuxième apparition de antoine simon 11 nous dirons donc macao grise il semble possible vertige. une distance mieux valait découper et  riche de mes antoine simon 22 c’est le grand madame chrysalide fileuse  si, du nouveau       je me et tout avait       banlie printemps breton, printemps   en grec, morías intendo... intendo ! 0 false 21 18 d’abord l’échange des temps de cendre de deuil de la bouche pleine de bulles douze (se fait terre se agnus dei qui tollis peccata de tantes herbes el pre je t’ai admiré, pour mes enfants laure et       la pie quelques textes tant pis pour eux. antoine simon 24         or jamais si entêtanteeurydice macles et roulis photo 6 je reviens sur des les étourneaux ! raphaël à propos “la voile de nuità la viallat © le château de noble folie de josué, il s’appelait je désire un une errance de g. duchêne, écriture le       sur       soleil quand sur vos visages les dernier vers aoi  ce mois ci : sub       crabe- hans freibach : et ma foi,  pour jean le j’ai donné, au mois libre de lever la tête la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel

MICHEL BUTOR

| Éloge du traitement de texte ->
Écrire est un geste
© Michel Butor
Artiste(s) : Slacik Ecrivain(s) : Butor (site)
Clefs : écrire

pour Anne Slacik

Ecrire est un geste. Avec l’écriture ancienne, que ce fut au calame, au pinceau, à la plume, chacun l’admet ; et ce geste devient danse avec toute calligraphie mais surtout quand celle-ci atteint de grandes dimensions. Mais c’est encore un geste et une da nse sur le clavier d’une machine à écrire ou d’un ordinateur.

Mettre dans la page est un geste. La page est une scène où les mots virevoltent, s’appellent, se répondent, se répètent, se reprennent, se repoussent ou s’équilibrent.

Placer dans un volume est un geste. Les phrases se coulent de page en page ; les paragraphes s’espacent ou se précipitent. Et voici les titres et les blancs, sans même parler des frontispices, culs-de-lampe ou lettrines.

Mettre dans une histoire est un geste. Les personnages se déplacent. Le récit s’attarde souvent délicieusement sur la description de tel site, puis brusquement les années passent. On fait le tour de la Terre, par exemple, avant de revenir voir Julie sur les rives du Léman. Marches autour d’une chambre ou d’un immeuble, courses éperdues, chevauchées, navigations, puis tous les moyens de locomotion moderne : les trains, les voitures, les avions.

Penser est un geste. On feuillette un volume. On passe à un autre. Une image sert de signal qui fait partir à la recherche d’une référence antique, américaine, scientifique... Après tant de révolutions, pérégrinations, explorations, enquêtes on se retrouve sur les rives de son théâtre ou de sa page, et l’on fait le geste scriptural avec ses doigts et tout son corps ou tous ses corps.

Publication en ligne : 14 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette