BRIBES EN LIGNE
dans les écroulements       sabots sous la pression des  “la signification temps où le sang se et encore  dits ce pays que je dis est f les marques de la mort sur le travail de bernard langues de plomba la j’ai en réserve lancinant ô lancinant quelques textes     le au commencement était le plus insupportable chez dernier vers doel i avrat, « 8° de 7) porte-fenêtre poussées par les vagues issent de mer, venent as       pass&e six de l’espace urbain, la musique est le parfum de ce jour là, je pouvais pour martin max charvolen, martin miguel quai des chargeurs de f le feu est venu,ardeur des temps de pierres dans la titrer "claude viallat, dernier vers aoi   pour olivier       sur diaphane est le merci à la toile de madame, c’est notre       gentil dernier vers aoi temps de pierres vedo la luna vedo le f j’ai voulu me pencher "je me tais. pour taire. coupé le sonà carmelo arden quin est une le 28 novembre, mise en ligne le corps encaisse comme il     tout autour   le 10 décembre ce qui aide à pénétrer le voile de nuità la ainsi fut pétrarque dans certains soirs, quand je antoine simon 9 entr’els nen at ne pui la galerie chave qui références : xavier une il faut dire les nous lirons deux extraits de cet univers sans il ne s’agit pas de       b&acir tout est prêt en moi pour 1) notre-dame au mur violet   que signifie la route de la soie, à pied, mise en ligne très malheureux... la gaucherie à vivre, la tentation du survol, à villa arson, nice, du 17 folie de josuétout est     après carles li reis en ad prise sa vertige. une distance polenta avant propos la peinture est       six il existe au moins deux la deuxième édition du pour jean gautheronle cosmos deuxième suite petit matin frais. je te en 1958 ben ouvre à   marcel  les œuvres de face aux bronzes de miodrag c’est le grand ecrire sur il existe deux saints portant lu le choeur des femmes de derniers vers sun destre       j̵       jardin vous dites : "un petites proses sur terre ses mains aussi étaient il semble possible  martin miguel vient j’arrivais dans les    de femme liseuse deuxième essai le béatrice machet vient de  hors du corps pas (dans mon ventre pousse une       cerisi madame des forêts de   ces sec erv vre ile antoine simon 14 lentement, josué antoine simon 22 fin première démodocos... Ça a bien un il n’était qu’un pour m.b. quand je me heurte jamais je n’aurais granz est li calz, si se les lettres ou les chiffres il en est des meurtrières. jusqu’à il y a dernier vers s’il antoine simon 16 1 la confusion des la force du corps, nous dirons donc le 26 août 1887, depuis nous serons toujours ces       des quatre archanges que ouverture de l’espace  de même que les cette machine entre mes monde imaginal, libre de lever la tête       l̵ pour ma  référencem zacinto dove giacque il mio       baie       sur le coeur du       object "le renard connaît le galop du poème me       " je ne sais pas si       dans passet li jurz, si turnet a le grand combat :       le   saint paul trois pas facile d’ajuster le si j’avais de son    courant sur la toile de renoir, les d’un côté       bonhe macles et roulis photo 3 la terre nous chaque jour est un appel, une pas de pluie pour venir   j’ai souvent il avait accepté       dans       sur le art jonction semble enfin deuxième des voiles de longs cheveux dans le pays dont je vous il aurait voulu être       retour "pour tes       st dernier vers que mort marché ou souk ou et que dire de la grâce       la c’est une sorte de tant pis pour eux. macles et roulis photo 4 l’homme est 1- c’est dans etudiant à "si elle est mais non, mais non, tu station 4 : judas  buttati ! guarda&nbs a propos d’une là, c’est le sable et j’ai ajouté et il parlait ainsi dans la ki mult est las, il se dort     chambre       deux reflets et echosla salle       au pour lee il souffle sur les collines   iv    vers  zones gardées de apaches : de profondes glaouis dans l’effilé de dernier vers aoi la lecture de sainte       & "ah ! mon doux pays,  les premières le "patriote",       deux et combien nous avons affaire à de si tu es étudiant en toutes sortes de papiers, sur mes pensées restent equitable un besoin sonnerait 13) polynésie     une abeille de exode, 16, 1-5 toute       il dernier vers aoi       la       chaque       bonheu     depuis       je       le pour philippe je suis celle qui trompe douze (se fait terre se pur ceste espee ai dulor e et si au premier jour il Être tout entier la flamme des quatre archanges que dont les secrets… à quoi immense est le théâtre et station 3 encore il parle et si tu dois apprendre à thème principal : genre des motsmauvais genre station 1 : judas pour julius baltazar 1 le les plus vieilles l’évidence antoine simon 30 encore la couleur, mais cette  “... parler une       que je serai toujours attentif à f dans le sourd chatoiement     à antoine simon 11     du faucon la question du récit "l’art est-il dernier vers aoi       entre À max charvolen et       la au matin du vous êtes la réserve des bribes cliquetis obscène des   né le 7 quel ennui, mortel pour troisième essai et       jonath a la femme au se reprendre. creuser son pour michèle aueret le pendu abu zayd me déplait. pas leonardo rosa vi.- les amicales aventures       longte quel étonnant     faisant la troisième essai cinquième essai tout dans ma gorge       voyage sequence 6   le       sur     vers le soir je désire un       allong       droite recleimet deu mult ma voix n’est plus que deuxième apparition       je le tissu d’acier c’est extrêmement préparation des mieux valait découper       " dernier vers aoi       au v.- les amicales aventures du l’une des dernières bientôt, aucune amarre  pour le dernier jour "mais qui lit encore le       " bernard dejonghe... depuis  la toile couvre les   le texte suivant a nécrologie       s̵ ainsi va le travail de qui c’est pour moi le premier f les feux m’ont dans un coin de nice, dernier vers aoi en ceste tere ad estet ja       fourmi       la bal kanique c’est bribes en ligne a en introduction à alocco en patchworck © madame est la reine des on préparait pour gilbert le temps passe si vite, beaucoup de merveilles  “ce travail qui dans les carnets marcel alocco a agnus dei qui tollis peccata intendo... intendo ! epuisement de la salle,   un vendredi   se antoine simon 6 mougins. décembre mesdames, messieurs, veuillez ...et poème pour (ô fleur de courge...       à sauvage et fuyant comme l’instant criblé           le cygne sur karles se dort cum hume les petites fleurs des que reste-t-il de la cher bernard dans l’innocence des toutes ces pages de nos pure forme, belle muette, fragilité humaine.       crabe- vous n’avez       au je reviens sur des chaises, tables, verres,       sur antoine simon 3 et ma foi, (josué avait lentement    tu sais       sur le rêves de josué, le lent tricotage du paysage ] heureux l’homme     de rigoles en seul dans la rue je ris la dessiner les choses banales       d&eacu       il je suis occupé ces dernier vers aoi     extraire     longtemps sur la langue est intarissable       sur le 26 août 1887, depuis essai de nécrologie, d’un bout à les routes de ce pays sont comme une suite de     nous quelques autres   ciel !!!!       une quelque temps plus tard, de pour andrée giovanni rubino dit       &agrav       descen pour yves et pierre poher et la vie est ce bruissement à dernier vers aoi la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel

MICHEL BUTOR

| Éloge du traitement de texte ->
Écrire est un geste
© Michel Butor
Artiste(s) : Slacik Ecrivain(s) : Butor (site)
Clefs : écrire

pour Anne Slacik

Ecrire est un geste. Avec l’écriture ancienne, que ce fut au calame, au pinceau, à la plume, chacun l’admet ; et ce geste devient danse avec toute calligraphie mais surtout quand celle-ci atteint de grandes dimensions. Mais c’est encore un geste et une da nse sur le clavier d’une machine à écrire ou d’un ordinateur.

Mettre dans la page est un geste. La page est une scène où les mots virevoltent, s’appellent, se répondent, se répètent, se reprennent, se repoussent ou s’équilibrent.

Placer dans un volume est un geste. Les phrases se coulent de page en page ; les paragraphes s’espacent ou se précipitent. Et voici les titres et les blancs, sans même parler des frontispices, culs-de-lampe ou lettrines.

Mettre dans une histoire est un geste. Les personnages se déplacent. Le récit s’attarde souvent délicieusement sur la description de tel site, puis brusquement les années passent. On fait le tour de la Terre, par exemple, avant de revenir voir Julie sur les rives du Léman. Marches autour d’une chambre ou d’un immeuble, courses éperdues, chevauchées, navigations, puis tous les moyens de locomotion moderne : les trains, les voitures, les avions.

Penser est un geste. On feuillette un volume. On passe à un autre. Une image sert de signal qui fait partir à la recherche d’une référence antique, américaine, scientifique... Après tant de révolutions, pérégrinations, explorations, enquêtes on se retrouve sur les rives de son théâtre ou de sa page, et l’on fait le geste scriptural avec ses doigts et tout son corps ou tous ses corps.

Publication en ligne : 14 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette