BRIBES EN LIGNE
prenez vos casseroles et exode, 16, 1-5 toute art jonction semble enfin fontelucco, 6 juillet 2000 les étourneaux ! d’ eurydice ou bien de guetter cette chose antoine simon 13 il ne sait rien qui ne va aux george(s) (s est la chaises, tables, verres, dernier vers doel i avrat,  “ne pas   la production "le renard connaît     rien se placer sous le signe de les parents, l’ultime quand les eaux et les terres franchement, pensait le chef, l’ami michel macles et roulis photo 4 macles et roulis photo 3 "nice, nouvel éloge de la de profondes glaouis  les premières la prédication faite     après       un il tente de déchiffrer, 1.- les rêves de dernier vers aoi in the country la mort, l’ultime port, un soir à paris au   adagio   je genre des motsmauvais genre mes pensées restent abstraction voir figuration sixième quel ennui, mortel pour       le dimanche 18 avril 2010 nous jouer sur tous les tableaux et ces il est le jongleur de lui     ton quel étonnant tu le sais bien. luc ne       bonhe la fraîcheur et la dernier vers aoi       j̵       dans j’ai parlé mise en ligne     surgi ne faut-il pas vivre comme  martin miguel vient       ce dernier vers aoi dont les secrets… à quoi antoine simon 17 mieux valait découper     nous  improbable visage pendu archipel shopping, la       vaches les doigts d’ombre de neige l’illusion d’une il était question non les lettres ou les chiffres       "       " pour angelo       fleure je me souviens de le passé n’est antoine simon 27 0 false 21 18       dernier vers aoi       la iloec endreit remeint li os le vieux qui bel équilibre et sa madame est toute       sabots  “... parler une lorsque martine orsoni dans les carnets des quatre archanges que pour ma       chaque     " et nous n’avons rien les premières a claude b.   comme       sur les enseignants :       marche préparation des leonardo rosa il souffle sur les collines       sous j’ai relu daniel biga, je m’étonne toujours de la siglent a fort e nagent e       pour josué avait un rythme petit matin frais. je te     [1]        la où l’on revient dans les rêves de la       quinze macao grise de soie les draps, de soie voile de nuità la toutefois je m’estimais 1) notre-dame au mur violet       sur dans le monde de cette le 23 février 1988, il et voici maintenant quelques       pass&e cinquième essai tout  les œuvres de  tu ne renonceras pas. a ma mère, femme parmi si grant dol ai que ne de pa(i)smeisuns en est venuz       &eacut carissimo ulisse,torna a des quatre archanges que  ce qui importe pour       longte pour frédéric deuxième apparition poème pour elle ose à peine le recueil de textes       entre il y a des objets qui ont la       reine autre petite voix je désire un tout à fleur d’eaula danse on croit souvent que le but spectacle de josué dit quatrième essai de       je antoine simon 14 nous serons toujours ces "mais qui lit encore le       bruyan  si, du nouveau       fleur normal 0 21 false fal       glouss la danse de je t’ai admiré, de sorte que bientôt       neige À peine jetés dans le non... non... je vous assure, af : j’entends       le   (à j’ai travaillé  hier, 17 sur l’erbe verte si est       bien 5) triptyque marocain vi.- les amicales aventures il ne s’agit pas de nous dirons donc ici. les oiseaux y ont fait dernier vers s’il       au bien sûrla ce n’est pas aux choses  les éditions de nous savons tous, ici, que     double (la numérotation des "la musique, c’est le pour martine, coline et laure et il fallait aller debout raphaËl       il dernier vers aoi fin première       enfant bernard dejonghe... depuis ...et poème pour il n’était qu’un il existe deux saints portant pour martin  epître aux le 28 novembre, mise en ligne et te voici humanité le corps encaisse comme il       cerisi       l̵ equitable un besoin sonnerait  un livre écrit dernier vers aoi  hors du corps pas    7 artistes et 1       voyage antoine simon 6 le bulletin de "bribes       p&eacu je reviens sur des un titre : il infuse sa  pour le dernier jour autre essai d’un À max charvolen et martin     &nbs       &agrav ….omme virginia par la       s̵  “comment à la bonne la vie humble chez les deux ajouts ces derniers jusqu’à il y a       dans dorothée vint au monde les oiseaux s’ouvrent     à j’oublie souvent et       force       sur  monde rassemblé petites proses sur terre       embarq l’homme est le ciel de ce pays est tout la tentation du survol, à pas sur coussin d’air mais pour martine   tout est toujours en merci à marc alpozzo passet li jurz, si turnet a deux nouveauté, ainsi va le travail de qui pure forme, belle muette, la liberté de l’être je suis les durand : une     le cygne sur je t’enlace gargouille raphaël       jardin etudiant à halt sunt li pui e mult halt       ma a la femme au       sur bientôt, aucune amarre fragilité humaine. toulon, samedi 9  le "musée ce texte se présente cinquième citationne certains prétendent pour qui veut se faire une je ne sais pas si coupé le sonà approche d’une f dans le sourd chatoiement les plus terribles       je me quand c’est le vent qui avez-vous vu réponse de michel je rêve aux gorges dernier vers aoi   temps de cendre de deuil de exacerbé d’air premier vers aoi dernier    au balcon inoubliables, les antoine simon 25  née à       &n j’ai longtemps antoine simon 10 est-ce parce que, petit, on mais non, mais non, tu patrick joquel vient de quatrième essai rares   né le 7 f le feu s’est     son a grant dulur tendrai puis dans les hautes herbes un besoin de couper comme de   j’ai souvent  de même que les dernier vers aoi régine robin, diaphane est le mot (ou pour jacky coville guetteurs à la mémoire de       parfoi des voix percent, racontent ce       descen (À l’église       vu polenta folie de josuétout est cliquetis obscène des karles se dort cum hume sur la toile de renoir, les (josué avait derniers vers sun destre glaciation entre       maquis  zones gardées de quai des chargeurs de après la lecture de     une abeille de la fonction, j’ai perdu mon comment entrer dans une l’art n’existe       en un (elle entretenait trois tentatives desesperees madame est une napolì napolì pour andrée de mes deux mains dans ce périlleux outre la poursuite de la mise antoine simon 19 et je vois dans vos la vie est ce bruissement li quens oger cuardise sous l’occupation les installations souvent, immense est le théâtre et on peut croire que martine pour pierre theunissen la mult est vassal carles de  tu vois im font chier et  riche de mes pour michèle gazier 1 tandis que dans la grande       nuage s’ouvre la chairs à vif paumes mise en ligne d’un pour jean-marie simon et sa béatrice machet vient de ce qui importe pour la mort d’un oiseau. « h&eacu  avec « a la constellations et       banlie   1) cette je n’ai pas dit que le antoine simon 33  marcel migozzi vient de le numéro exceptionnel de       b&acir a propos de quatre oeuvres de cet article est paru dans le       au elle réalise des c’est pour moi le premier des conserves ! (vois-tu, sancho, je suis "moi, esclave" a un temps hors du (dans mon ventre pousse une  le livre, avec dernier vers aoi pour nicolas lavarenne ma   marcel       gentil À max charvolen et six de l’espace urbain, au rayon des surgelés le pendu i mes doigts se sont ouverts l’attente, le fruit       la neuf j’implore en vain la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

| Bien sûr, bien sûr ->
Pouvez-vous définir...
© Patrick Joquel

Déambulation 1

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

« Pouvez-vous définir ce que signifie pour vous écrire ? » me demande-t-on souvent…
Je ne sais pas : j’écris.


- Monologue
 ?

- Peut-on vraiment être seul dans l’écriture
 ?

- Dialogue alors
 ?

- Peut-on vraiment rencontrer son hypothétique lecteur, Charles
 ?

- Exploration de la langue
 ?

- Je ne suis pas docteur
 !

- Utilisation du langage pour tâtonner le monde
 ?

- Comme si écrire s’apparentait au voyage…


- Ecrire
ce miracle
d’un être venu au monde
et qui tente de mettre en mot
ce qu’il découvre de ce monde
et de lui-même
murmureraient les yeux bleus de Raphaël.


- Ecrire
et quoi d’autre encore ?
dirait de sa voix bleue, Jean-Marie.


- Ecrire
ce n’est jamais que remuer des flocons de nuit
Soulignerait de noir Alain.


- Ecrire
une aventure singulière
qu’on partage après coup
comme un marin
accoudé au comptoir du port
et qui permettrait
sans dire un seul mot
qu’on lise un fragment
de son journal de bord
trinquerait de rouge, Yves.


- Ecrire
nu(e)
Sourirait Béatrice


- Ecrire
Une question de mots
De langue
Chuchoterait Claude


- Ecrire
Crois-tu qu’il existe encore un seul lecteur
Pirouetterait cacahuèterait Sophie


-   Ecrire
Ou photographier…
Question de focale et de complicité : imprégnation des songes réels et des réels songes,
Zoomerait Jérôme.


- Ecrire ?
Patrick, n’en fais pas une tartine !
Rirait Jacqueline

Les mots ne disent pas tout des heures solitaires. Ils laissent juste entrevoir. Deviner. Imaginer. Certains y trouvent un écho à leurs préoccupations. A leurs désirs. Tant il est vrai que nos vies se ressemblent toutes.
Plus ou moins.

©Patrick Joquel
inédit 09

 

Publication en ligne : 16 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette