BRIBES EN LIGNE
  est-ce que la force du corps,   tout est toujours en de tantes herbes el pre les parents, l’ultime antoine simon 32 la bouche pure souffrance 1 la confusion des pour jean-marie simon et sa nous viendrons nous masser il y a des objets qui ont la a claude b.   comme vedo la luna vedo le nécrologie un soir à paris au attention beau bal kanique c’est  tu ne renonceras pas. paysage de ta tombe  et       sous la brume. nuages et voici maintenant quelques toujours les lettres : je rêve aux gorges il est le jongleur de lui       un 5) triptyque marocain toi, mésange à  dans le livre, le dessiner les choses banales tendresse du mondesi peu de i.- avaler l’art par af : j’entends une il faut dire les si grant dol ai que ne quatrième essai rares si elle est belle ? je  “s’ouvre       grimpa r.m.a toi le don des cris qui       " assise par accroc au bord de je me souviens de       dans ainsi fut pétrarque dans les plus terribles dans ma gorge station 5 : comment       &agrav il faut laisser venir madame f le feu s’est carcassonne, le 06       l̵ c’est la peur qui fait au seuil de l’atelier toutes ces pages de nos vous deux, c’est joie et le coeur du marcel alocco a 0 false 21 18 un jour, vous m’avez antoine simon 20     ton j’oublie souvent et (la numérotation des bientôt, aucune amarre station 7 : as-tu vu judas se charogne sur le seuilce qui    tu sais     vers le soir bribes en ligne a la chaude caresse de passent .x. portes, certains soirs, quand je tout en vérifiant normal 0 21 false fal sixième   saint paul trois la bouche pleine de bulles dernier vers aoi tout est prêt en moi pour rêves de josué, "nice, nouvel éloge de la les installations souvent, la liberté de l’être ses mains aussi étaient tromper le néant deuxième essai       le       les   le texte suivant a   maille 1 :que (elle entretenait c’est ici, me ce jour-là il lui dernier vers aoi       dans dernier vers aoi il avait accepté est-ce parce que, petit, on il n’était qu’un c’est le grand je t’enfourche ma       au     sur la premier vers aoi dernier dentelle : il avait    en art jonction semble enfin       fourr& pierre ciel à bernadette À peine jetés dans le la prédication faite  l’exposition        descen       dans cinquième citationne 1-nous sommes dehors. vous dites : "un sables mes parolesvous grande lune pourpre dont les    au balcon       cher bernard   se sculpter l’air : les dieux s’effacent de pa(i)smeisuns en est venuz s’ouvre la       la merci au printemps des quand nous rejoignons, en polenta le nécessaire non onzième peinture de rimes. le texte l’illusion d’une sa langue se cabre devant le tu le saiset je le vois et je vois dans vos       grappe de prime abord, il ma mémoire ne peut me c’est pour moi le premier 13) polynésie vous n’avez    courant j’ai longtemps les enseignants : encore une citation“tu introibo ad altare dernier vers aoi     dans la ruela hans freibach : aux george(s) (s est la la terre a souvent tremblé       la la légende fleurie est le galop du poème me je dors d’un sommeil de …presque vingt ans plus       chaque guetter cette chose       au       entre       marche Être tout entier la flamme 10 vers la laisse ccxxxii reprise du site avec la       bien quand sur vos visages les j’ai donc  ce qui importe pour fontelucco, 6 juillet 2000 able comme capable de donner archipel shopping, la la route de la soie, à pied, ce paysage que tu contemplais pour robert pourquoi yves klein a-t-il       nuage       ...mai dernier vers aoi violette cachéeton       "       sur le josué avait un rythme pour jean-louis cantin 1.- rm : d’accord sur       longte la pureté de la survie. nul les durand : une       voyage bernard dejonghe... depuis c’est vrai    seule au ce qui fait tableau : ce souvent je ne sais rien de mise en ligne ma voix n’est plus que que reste-t-il de la     faisant la   pour théa et ses inoubliables, les dernier vers aoi préparation des       " des voiles de longs cheveux tous ces charlatans qui quand il voit s’ouvrir, quand vous serez tout deux mille ans nous  le "musée siglent a fort e nagent e sur l’erbe verte si est    nous troisième essai et avant dernier vers aoi madame dans l’ombre des et combien sauvage et fuyant comme j’écoute vos le 28 novembre, mise en ligne       la raphaël en introduction à quatrième essai de ce qui importe pour présentation du       dans le bulletin de "bribes et ma foi, de la       &agrav exacerbé d’air mougins. décembre je meurs de soif pour angelo non, björg, m1       il était question non       dans le coquillage contre clers est li jurz et li au matin du dernier vers aoi on dit qu’agathe       qui toute trace fait sens. que en cet anniversaire, ce qui       journ&  monde rassemblé       tant pis pour eux. il existe au moins deux " je suis un écorché vif. li quens oger cuardise  de la trajectoire de ce (de)lecta lucta         sur       que de toutes les abstraction voir figuration effleurer le ciel du bout des       retour béatrice machet vient de où l’on revient toute une faune timide veille elle ose à peine  les trois ensembles       la  pour jean le branches lianes ronces       ruelle       vu dans les horizons de boue, de antoine simon 11    si tout au long   ciel !!!! bribes en ligne a       vu  au mois de mars, 1166 six de l’espace urbain, ici, les choses les plus tout est possible pour qui le géographe sait tout l’évidence f le feu s’est       cerisi antoine simon 14 dans les carnets et  riche de mes       je me huit c’est encore à iloec endreit remeint li os de profondes glaouis       pav&ea       &n "ces deux là se       neige       montag et nous n’avons rien  jésus et la peur, présente libre de lever la tête "si elle est antoine simon 30  improbable visage pendu attendre. mot terrible.     m2 &nbs marché ou souk ou sixième       la les plus vieilles       crabe- dernier vers aoi dans les hautes herbes     chambre après la lecture de   un       pass&e lentement, josué cyclades, iii°       su exode, 16, 1-5 toute d’abord l’échange des c’est la distance entre       sur la poésie, à la (vois-tu, sancho, je suis  les œuvres de       assis       sur un homme dans la rue se prend la vie est dans la vie. se antoine simon 17 la cité de la musique vi.- les amicales aventures titrer "claude viallat, dernier vers aoi des conserves ! le 2 juillet je ne peins pas avec quoi,       allong « e ! malvais et encore  dits       le pas sur coussin d’air mais ici. les oiseaux y ont fait petites proses sur terre de soie les draps, de soie     après c’est un peu comme si, pour alain borer le 26 mon cher pétrarque, ce qui aide à pénétrer le deux ajouts ces derniers on a cru à     de rigoles en       fleur même si       devant   pour adèle et       neige nous lirons deux extraits de je ne sais pas si attelage ii est une œuvre       arauca antoine simon 5 je n’hésiterai a toi le don des cris qui epuisement de la salle, on cheval dans le respect du cahier des     au couchant antoine simon 9  tous ces chardonnerets « pouvez-vous   pour le prochain dernier vers aoi       la     les provisions a la libération, les f j’ai voulu me pencher se reprendre. creuser son je serai toujours attentif à       gentil le tissu d’acier merle noir  pour tu le sais bien. luc ne       b&acir granz fut li colps, li dux en martin miguel art et la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

| Seul dans la rue... ->
Le haïku...
© Daniel Biga

les quatre saisons du haïku

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

le haïku je le pratique

en tout lieu tout temps toute saison

comme la promenade quotidienne

 

 

 

 

Publication en ligne : 17 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette