BRIBES EN LIGNE
tendresse du mondesi peu de il y a tant de saints sur se placer sous le signe de abu zayd me déplait. pas ainsi alfred… j’ai donc     sur la macles et roulis photo 3 mieux valait découper les oiseaux s’ouvrent À la loupe, il observa deuxième essai le madame porte à pour andré     tout autour       alla monde imaginal, douze (se fait terre se cet article est paru dans le pour marcel envoi du bulletin de bribes c’était une clers est li jurz et li dernier vers aoi et tout avait raphaËl antoine simon 24 0 false 21 18 là, c’est le sable et j’ai en réserve   je ne comprends plus dernier vers aoi si j’étais un   l’oeuvre vit son dernier vers aoi on peut croire que martine pure forme, belle muette,  la toile couvre les antoine simon 2 c’est parfois un pays je me souviens de pour maguy giraud et     quand carissimo ulisse,torna a certains prétendent       le sur l’erbe verte si est       fleur raphaël  “comment     rien les avenues de ce pays ma voix n’est plus que intendo... intendo !   ces notes tu le sais bien. luc ne  il est des objets sur bien sûr, il y eut       le abstraction voir figuration comme ce mur blanc exacerbé d’air madame est la reine des     hélas,       baie       cette au commencement était qu’est-ce qui est en dernier vers aoi       su spectacle de josué dit passet li jurz, la noit est cliquetis obscène des a toi le don des cris qui le samedi 26 mars, à 15     le       un       object dans le monde de cette marie-hélène       s̵ mise en ligne d’un nous savons tous, ici, que huit c’est encore à tous ces charlatans qui charogne sur le seuilce qui écrirecomme on se dernier vers aoi cinquième essai tout arbre épanoui au ciel ici. les oiseaux y ont fait       ...mai de l’autre "si elle est merci à la toile de torna a sorrento ulisse torna et il fallait aller debout branches lianes ronces elle réalise des       vu ce paysage que tu contemplais       montag     sur la pente dans le train premier     chambre les plus vieilles 0 false 21 18 « h&eacu ensevelie de silence,   encore une ils s’étaient     m2 &nbs le vieux qui  mise en ligne du texte     de rigoles en quand il voit s’ouvrir, c’est le grand couleur qui ne masque pas "ah ! mon doux pays,   (à  dans le livre, le mon cher pétrarque,       je une fois entré dans la       sur pour mireille et philippe       jonath les dernières et…  dits de et la peur, présente tout en travaillant sur les dans le pays dont je vous approche d’une un trait gris sur la       &agrav    seule au antoine simon 5 la vie est dans la vie. se passent .x. portes,       entre la fraîcheur et la ço dist li reis :       sur   tout est toujours en    si tout au long   se dernier vers aoi   dernier vers aoi     après accoucher baragouiner       embarq c’est la distance entre de pa(i)smeisuns en est venuz le geste de l’ancienne, l’homme est quatrième essai rares des voiles de longs cheveux le 2 juillet c’est pour moi le premier       sur tout à fleur d’eaula danse       marche soudain un blanc fauche le 1 la confusion des voudrais je vous comment entrer dans une eurydice toujours nue à lancinant ô lancinant       dans la fonction, je suis celle qui trompe       reine f qu’il vienne, le feu (ma gorge est une les enseignants : pour julius baltazar 1 le paroles de chamantu il n’était qu’un la chaude caresse de pour michèle gazier 1) lu le choeur des femmes de         &n  epître aux       sur mes pensées restent ce qui fait tableau : ce  avec « a la toutes sortes de papiers, sur bal kanique c’est  les trois ensembles l’heure de la a grant dulur tendrai puis    en       le le "patriote",       le dans l’innocence des art jonction semble enfin je ne peins pas avec quoi, de toutes les   ces sec erv vre ile       coude       descen pourquoi yves klein a-t-il au labyrinthe des pleursils l’une des dernières l’éclair me dure, il était question non  tu vois im font chier madame, on ne la voit jamais des quatre archanges que dernier vers aoi pour gilbert       au première il en est des noms comme du  au mois de mars, 1166 encore la couleur, mais cette ne pas négocier ne madame des forêts de       sur je déambule et suis       et tu la tentation du survol, à Ç’avait été la 1) la plupart de ces douce est la terre aux yeux   maille 1 :que       sur a supposer quece monde tienne dans la caverne primordiale f les marques de la mort sur pour m.b. quand je me heurte 1) notre-dame au mur violet   la production ils sortent agnus dei qui tollis peccata décembre 2001. station 4 : judas  trois tentatives desesperees dorothée vint au monde iloec endreit remeint li os antoine simon 27 bien sûrla le temps passe dans la où l’on revient ouverture d’une temps de cendre de deuil de la brume. nuages fontelucco, 6 juillet 2000 le plus insupportable chez « amis rollant, de       fourr&       l̵  “ne pas       apparu   je n’ai jamais je ne saurais dire avec assez dernier vers aoi bernard dejonghe... depuis       enfant toulon, samedi 9 l’existence n’est       fourmi et encore  dits li quens oger cuardise pas une année sans évoquer "je me tais. pour taire.       reine in the country je t’enlace gargouille rien n’est plus ardu       pour pour michèle gazier 1       &n ce texte se présente genre des motsmauvais genre un homme dans la rue se prend poussées par les vagues       le l’erbe del camp, ki   marcel cet article est paru pour yves et pierre poher et bribes en ligne a seins isabelle boizard 2005 autre essai d’un equitable un besoin sonnerait pour jacqueline moretti,     vers le soir f toutes mes       allong       l̵ pour jean-marie simon et sa antoine simon 25 epuisement de la salle, essai de nécrologie,       la les parents, l’ultime pour max charvolen 1) pour pierre theunissen la avant propos la peinture est dernier vers aoi deuxième diaphane est le mot (ou       (    regardant paien sunt morz, alquant (josué avait elle disposait d’une temps de bitume en fusion sur       force pour jean-louis cantin 1.-  de la trajectoire de ce vous deux, c’est joie et  hors du corps pas si elle est belle ? je       magnol la réserve des bribes       grimpa   adagio   je quand sur vos visages les dernier vers aoi régine robin,       pass&e la galerie chave qui       object poème pour on dit qu’agathe    il 1 au retour au moment pour frédéric merci à marc alpozzo antoine simon 19 pour jean gautheronle cosmos nous serons toujours ces  de même que les etait-ce le souvenir le 26 août 1887, depuis le tissu d’acier       l̵ ici, les choses les plus s’égarer on    courant rita est trois fois humble. le texte qui suit est, bien la liberté de l’être       &agrav       crabe- il ne reste plus que le béatrice machet vient de       voyage       pass&e       apr&eg outre la poursuite de la mise     [1]  a dix sept ans, je ne savais morz est rollant, deus en ad       que dernier vers que mort je ne sais pas si et voici maintenant quelques       dans derniers la fraîcheur et la ce monde est semé preambule – ut pictura je n’ai pas dit que le descendre à pigalle, se       ma vi.- les amicales aventures       st       je me le corps encaisse comme il dans le respect du cahier des       m̵  le livre, avec a christiane même si pour qui veut se faire une que reste-t-il de la pour angelo  pour jean le il avait accepté sous l’occupation et  riche de mes de soie les draps, de soie exode, 16, 1-5 toute les dessins de martine orsoni (de)lecta lucta   la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Le haïku... | gentil petit matin... ->
Seul dans la rue...
© Daniel Biga

Les quatre saisons du Haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

seul dans la rue je ris

la raison à la connaître

je suis le seul


Publication en ligne : 17 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette