BRIBES EN LIGNE
rien n’est où l’on revient toujours les lettres :       nuage   nous sommes  c’était       aujour edmond, sa grande passet li jurz, la noit est karles se dort cum hume ce monde est semé       entre il y a dans ce pays des voies violette cachéeton titrer "claude viallat, le lent tricotage du paysage au seuil de l’atelier       fourr& À la loupe, il observa carcassonne, le 06 a claude b.   comme leonardo rosa (À l’église   jn 2,1-12 :       sur chaque jour est un appel, une v.- les amicales aventures du f le feu s’est la rencontre d’une li quens oger cuardise torna a sorrento ulisse torna  le livre, avec pour jean-marie simon et sa       b&acir au programme des actions vous deux, c’est joie et quand nous rejoignons, en dernier vers aoi mais non, mais non, tu       &n       vu derniers vers sun destre       " pour martin pour max charvolen 1) deuxième suite une errance de le lent déferlement petit matin frais. je te merci à marc alpozzo  tu ne renonceras pas.       pourqu livre grand format en trois peinture de rimes. le texte pour robert si j’avais de son à cri et à quand les mots la musique est le parfum de laure et pétrarque comme     pourquoi     au couchant       en       object paien sunt morz, alquant madame des forêts de pour la mastication des branches lianes ronces les dernières       le l’existence n’est       maquis       longte 1) la plupart de ces       je   adagio   je je déambule et suis dans le pain brisé son attention beau    de femme liseuse       &ccedi       sur pour martine, coline et laure j’ai en réserve       la pie dernier vers aoi antoine simon 14 inoubliables, les il y a des objets qui ont la ils avaient si longtemps, si tous ces charlatans qui dernier vers aoi       le ses mains aussi étaient       encore une citation“tu   né le 7 dans l’innocence des et voici maintenant quelques nous savons tous, ici, que madame, c’est notre voici des œuvres qui, le       m̵ sauvage et fuyant comme le 15 mai, à dans un coin de nice, ce qui fait tableau : ce granz est li calz, si se huit c’est encore à etait-ce le souvenir l’instant criblé la terre nous de prime abord, il glaciation entre errer est notre lot, madame,     longtemps sur ce qui fascine chez “le pinceau glisse sur la danse de au matin du       é au lecteur voici le premier pour philippe que d’heures gardien de phare à vie, au il tente de déchiffrer,       allong la fraîcheur et la       avant non, björg, iloec endreit remeint li os au labyrinthe des pleursils suite du blasphème de f le feu m’a l’heure de la il pleut. j’ai vu la il n’y a pas de plus le bulletin de "bribes li emperere s’est f qu’il vienne, le feu   si vous souhaitez       au       ce passent .x. portes,       &agrav raphaël ma mémoire ne peut me le géographe sait tout  ce mois ci : sub très saintes litanies  la lancinante antoine simon 3 a l’aube des apaches, démodocos... Ça a bien un c’est parfois un pays tout mon petit univers en À l’occasion de  au mois de mars, 1166       d&eacu deux ce travail vous est le travail de bernard il ne sait rien qui ne va de la equitable un besoin sonnerait Éléments - dans les carnets       " dans ce pays ma mère   pour théa et ses  avec « a la de mes deux mains avec marc, nous avons ajout de fichiers sons dans douze (se fait terre se je dors d’un sommeil de dernier vers aoi       "  au travers de toi je       la attendre. mot terrible.       et tu à propos “la dernier vers aoi il souffle sur les collines pour pierre theunissen la dernier vers aoi cinquième essai tout temps de pierres       juin ...et poème pour dernier vers aoi portrait. 1255 :       au la galerie chave qui  zones gardées de       soleil temps où le sang se       fleur d’ eurydice ou bien de       le merle noir  pour monde imaginal, des conserves ! 13) polynésie le glacis de la mort c’est ici, me "moi, esclave" a voile de nuità la un nouvel espace est ouvert pluies et bruines, je ne saurais dire avec assez « h&eacu       &agrav qu’est-ce qui est en  tous ces chardonnerets       pour nice, le 30 juin 2000 reflets et echosla salle   un preambule – ut pictura sables mes parolesvous le ciel est clair au travers         or quelques autres     nous  martin miguel vient avez-vous vu descendre à pigalle, se et il parlait ainsi dans la onze sous les cercles       dans je t’ai admiré, des quatre archanges que je crie la rue mue douleur     &nbs s’égarer on prenez vos casseroles et rm : nous sommes en certains prétendent mes pensées restent rêve, cauchemar,       quand     "   pour olivier la réserve des bribes       le quand il voit s’ouvrir, macles et roulis photo 4   anatomie du m et marie-hélène douce est la terre aux yeux pour michèle gazier 1) voudrais je vous a la femme au ici, les choses les plus fontelucco, 6 juillet 2000       ( « amis rollant, de apaches : dernier vers aoi ce 28 février 2002. 1257 cleimet sa culpe, si charogne sur le seuilce qui « e ! malvais la langue est intarissable beaucoup de merveilles l’une des dernières   je ne comprends plus la fraîcheur et la les plus vieilles rossignolet tu la    regardant l’éclair me dure, l’attente, le fruit vertige. une distance en cet anniversaire, ce qui le corps encaisse comme il     chant de aucun hasard si se       en pour le prochain basilic, (la  “comment la deuxième édition du carmelo arden quin est une il n’était qu’un l’évidence mille fardeaux, mille (dans mon ventre pousse une jouer sur tous les tableaux pour maxime godard 1 haute archipel shopping, la i en voyant la masse aux     quand     oued coulant d’un côté able comme capable de donner       dans  dans toutes les rues       pass&e tout est possible pour qui même si halt sunt li pui e mult halt 0 false 21 18      & la vie est ce bruissement un verre de vin pour tacher macles et roulis photo 6 vos estes proz e vostre antoine simon 33 pour qui veut se faire une   1) cette journée de la cité de la musique i mes doigts se sont ouverts f les feux m’ont pour daniel farioli poussant dernier vers aoi in the country heureuse ruine, pensait ….omme virginia par la on trouvera la video dernier vers aoi le scribe ne retient deux nouveauté,  un livre écrit     le cygne sur en introduction à mi viene in mentemi dont les secrets… à quoi je n’ai pas dit que le on peut croire que martine pur ceste espee ai dulor e antoine simon 7       assis la brume. nuages « pouvez-vous station 7 : as-tu vu judas se mouans sartoux. traverse de       les       dans l’art c’est la   c’est une sorte de         &n le 19 novembre 2013, à la   je n’ai jamais si j’étais un toi, mésange à  improbable visage pendu dans les rêves de la thème principal : dans le train premier genre des motsmauvais genre tout en travaillant sur les à la bonne nous avons affaire à de       alla     à villa arson, nice, du 17 les oiseaux s’ouvrent     rien le pendu il s’appelait temps de pierres dans la rare moment de bonheur, je meurs de soif dernier vers aoi     les provisions       crabe- ecrire sur pour raphaël toute une faune timide veille dans le monde de cette sept (forces cachées qui nous dirons donc  hors du corps pas       fleure il faut aller voir       une certains soirs, quand je approche d’une  “la signification madame, vous débusquez la littérature de       grappe antoine simon 12 a dix sept ans, je ne savais tu le sais bien. luc ne ce va et vient entre le coquillage contre la route de la soie, à pied, la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Seul dans la rue... | les fleurs du fleuve ->
gentil petit matin...
© Daniel Biga

Les quatre saisons du Haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

gentil petit matin

les poissons sautent

sur la Loire

 

Publication en ligne : 17 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette