BRIBES EN LIGNE
      au pour raphaël pure forme, belle muette, (ô fleur de courge... cet univers sans       enfant dans les hautes herbes       cette machine entre mes madame a des odeurs sauvages vue à la villa tamaris    en  ce mois ci : sub antoine simon 18 (vois-tu, sancho, je suis    tu sais dans les carnets sculpter l’air : l’attente, le fruit       nuage il n’y a pas de plus dernier vers aoi sauvage et fuyant comme et combien la brume. nuages       le je t’enfourche ma pour robert toulon, samedi 9 le corps encaisse comme il il ne s’agit pas de cet article est paru et je vois dans vos 7) porte-fenêtre je ne peins pas avec quoi, zacinto dove giacque il mio       un si j’avais de son je ne saurais dire avec assez ils avaient si longtemps, si de proche en proche tous ce qui importe pour percey priest lakesur les viallat © le château de les petites fleurs des quand il voit s’ouvrir, démodocos... Ça a bien un antoine simon 2 si tu es étudiant en l’art n’existe la liberté de l’être       va un homme dans la rue se prend printemps breton, printemps des voiles de longs cheveux outre la poursuite de la mise       ton on dit qu’agathe pour ma   nous sommes       fourr& de soie les draps, de soie madame, vous débusquez       &eacut le scribe ne retient madame des forêts de   pour olivier karles se dort cum hume antoine simon 5 sa langue se cabre devant le une il faut dire les c’est un peu comme si, nu(e), comme son nom franchement, pensait le chef, halt sunt li pui e mult halt       la       gentil     &nbs À peine jetés dans le ce qui aide à pénétrer le pour martine, coline et laure j’ai parlé       je pour andrée langues de plomba la       s̵ dernier vers aoi c’est parfois un pays  ce qui importe pour attention beau       l̵       sur pour andré     de rigoles en bernadette griot vient de en introduction à vous avez "ah ! mon doux pays,         &n un trait gris sur la générations madame porte à le 26 août 1887, depuis       glouss station 5 : comment je rêve aux gorges agnus dei qui tollis peccata pour nicolas lavarenne ma c’était une ce poème est tiré du « h&eacu toute une faune timide veille in the country reflets et echosla salle marché ou souk ou       au   je ne comprends plus  avec « a la   iv    vers carissimo ulisse,torna a certains prétendent suite du blasphème de le geste de l’ancienne,       je me macles et roulis photo 4 mise en ligne d’un f le feu est venu,ardeur des       pav&ea clers est li jurz et li au matin du douce est la terre aux yeux   je n’ai jamais les dessins de martine orsoni madame dans l’ombre des "ces deux là se pas sur coussin d’air mais quatrième essai de dernier vers aoi ce monde est semé nous lirons deux extraits de dernier vers aoi napolì napolì (josué avait et ma foi,       object nouvelles mises en f les feux m’ont dernier vers aoi je me souviens de « 8° de  si, du nouveau       chaque station 3 encore il parle       m̵ que reste-t-il de la  dernières mises bal kanique c’est faisant dialoguer     après un temps hors du le ciel de ce pays est tout     extraire pour yves et pierre poher et sables mes parolesvous carissimo ulisse,torna a la bouche pure souffrance m1       dernier vers aoi les étourneaux ! j’écoute vos raphaël quelques autres je reviens sur des "nice, nouvel éloge de la     [1]  antoine simon 24  les premières ce paysage que tu contemplais j’oublie souvent et prenez vos casseroles et ce pays que je dis est pour pierre theunissen la   anatomie du m et       sur je serai toujours attentif à   j’ai souvent    il   tout est toujours en       é    au balcon elle ose à peine intendo... intendo ! présentation du se reprendre. creuser son josué avait un rythme  c’était       aujour paien sunt morz, alquant dans ce périlleux douze (se fait terre se f les rêves de     tout autour       sabots     " mon travail est une     ton       deux pour julius baltazar 1 le essai de nécrologie,       bonheu la fonction, deuxième apparition dans les carnets 0 false 21 18     pluie du    courant bien sûr, il y eut petit matin frais. je te encore une citation“tu il faut laisser venir madame       longte Éléments - il avait accepté attendre. mot terrible. tant pis pour eux.   le texte suivant a       droite le temps passe si vite, (de)lecta lucta         quinze première tendresse du mondesi peu de rita est trois fois humble.  l’exposition  carles li reis en ad prise sa peinture de rimes. le texte       dans cinquième essai tout       entre       je me pour andré recleimet deu mult   se toute trace fait sens. que       su un nouvel espace est ouvert à propos “la deuxième approche de la route de la soie, à pied, mesdames, messieurs, veuillez chaises, tables, verres, dernier vers aoi sept (forces cachées qui cher bernard est-ce parce que, petit, on paysage de ta tombe  et     faisant la troisième essai et deux nouveauté, la lecture de sainte mouans sartoux. traverse de le 19 novembre 2013, à la antoine simon 12 on croit souvent que le but dernier vers aoi   pour adèle et rien n’est pour maxime godard 1 haute antoine simon 7 le franchissement des "je me tais. pour taire. deuxième essai le   six formes de la madame déchirée À perte de vue, la houle des sequence 6   le         or difficile alliage de macao grise pour michèle gazier 1       dire que le livre est une carcassonne, le 06 la vie humble chez les qu’est-ce qui est en le tissu d’acier ce qu’un paysage peut  au mois de mars, 1166 dernier vers aoi li quens oger cuardise l’ami michel f qu’il vienne, le feu     vers le soir  epître aux rossignolet tu la       fleure macles et roulis photo 6 nous avancions en bas de on trouvera la video en cet anniversaire, ce qui les parents, l’ultime    regardant la musique est le parfum de lorsque martine orsoni dont les secrets… à quoi je découvre avant toi epuisement de la salle, le coquillage contre       la le grand combat :       bien laure et pétrarque comme       la       le régine robin, polenta   le 10 décembre temps de pierres g. duchêne, écriture le pour jean-marie simon et sa       fourmi à cri et à des voix percent, racontent toutes ces pages de nos l’instant criblé violette cachéeton       au avec marc, nous avons je meurs de soif le pendu en 1958 ben ouvre à       bruyan dernier vers aoi       dans  on peut passer une vie buttati ! guarda&nbs       pourqu martin miguel art et mieux valait découper à la bonne frères et       dans tu le sais bien. luc ne rêves de josué, j’ai changé le   1) cette ki mult est las, il se dort 1.- les rêves de cliquetis obscène des le bulletin de "bribes toutefois je m’estimais pur ceste espee ai dulor e autre citation"voui       banlie 10 vers la laisse ccxxxii premier essai c’est c’est une sorte de lancinant ô lancinant je suis     le cygne sur  “la signification il ne reste plus que le       sur   (dans le nos voix certains soirs, quand je       &n « voici pour marcel la pureté de la survie. nul toi, mésange à a christiane diaphane est le mot (ou c’est la chair pourtant l’homme est bel équilibre et sa       ruelle bribes en ligne a et ces encore la couleur, mais cette       retour "mais qui lit encore le face aux bronzes de miodrag       grimpa  le grand brassage des des quatre archanges que c’est extrêmement bruno mendonça giovanni rubino dit 0 false 21 18       il la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- gentil petit matin... | longtemps sur la rivière ->
les fleurs du fleuve
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

les fleurs du fleuve
cueillies
à marée basse

 

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette