BRIBES EN LIGNE
je découvre avant toi quand les mots deuxième essai le l’impression la plus heureuse ruine, pensait 5) triptyque marocain si tu es étudiant en glaciation entre elle réalise des  si, du nouveau       sur   adagio   je normal 0 21 false fal tendresses ô mes envols fragilité humaine. dernier vers aoi  ce mois ci : sub au lecteur voici le premier    tu sais       p&eacu   un vendredi antoine simon 19 décembre 2001. un temps hors du  dernier salut au un nouvel espace est ouvert il était question non leonardo rosa       soleil de mes deux mains  “s’ouvre le 2 juillet       juin a propos de quatre oeuvres de  “ce travail qui de l’autre ce jour là, je pouvais deuxième deux nouveauté, la force du corps,       le il semble possible vi.- les amicales aventures zacinto dove giacque il mio  dans le livre, le apaches : des quatre archanges que le lent tricotage du paysage antoine simon 21 sous la pression des       un les plus vieilles et te voici humanité passet li jurz, si turnet a des voix percent, racontent avez-vous vu les étourneaux ! troisième essai       banlie station 5 : comment granz fut li colps, li dux en le 26 août 1887, depuis je sais, un monde se   en grec, morías paysage de ta tombe  et madame est toute madame des forêts de sculpter l’air : voudrais je vous madame chrysalide fileuse       rimbaud a donc antoine simon 33 pour jacqueline moretti,       nuage dans le monde de cette en cet anniversaire, ce qui       les       dans quai des chargeurs de antoine simon 3   j’ai souvent des conserves ! antoine simon 14       au pourquoi yves klein a-t-il la réserve des bribes tout est prêt en moi pour napolì napolì       &  pour jean le en ceste tere ad estet ja dernier vers que mort deux ce travail vous est mult ben i fierent franceis e antoine simon 20 légendes de michel       sur reprise du site avec la noble folie de josué, les parents, l’ultime tout en travaillant sur les À la loupe, il observa bien sûr, il y eut générations       voyage nu(e), comme son nom       je    courant villa arson, nice, du 17         &n       &n  pour de (josué avait lentement dentelle : il avait  un livre écrit       bruyan ici, les choses les plus c’est la distance entre non... non... je vous assure, le glacis de la mort f les marques de la mort sur       ce       allong du fond des cours et des       apr&eg       vu chairs à vif paumes l’heure de la toi, mésange à   saint paul trois toulon, samedi 9       voyage le plus insupportable chez la communication est guetter cette chose passet li jurz, la noit est moi cocon moi momie fuseau       j̵       en       neige       sur des voiles de longs cheveux a ma mère, femme parmi dernier vers aoi (la numérotation des comme une suite de que reste-t-il de la       la il ne reste plus que le       voyage jamais si entêtanteeurydice lu le choeur des femmes de     hélas, la fraîcheur et la six de l’espace urbain, « e ! malvais c’est la peur qui fait recleimet deu mult marie-hélène quelque chose il pleut. j’ai vu la j’entends sonner les même si la bouche pure souffrance  le "musée présentation du  il y a le       dans libre de lever la tête pour lee       deux cet article est paru dans le 1 la confusion des       sur       dans ce qui fait tableau : ce paien sunt morz, alquant la tentation du survol, à pas de pluie pour venir cinquième citationne       l̵ la route de la soie, à pied, carcassonne, le 06       reine ma mémoire ne peut me le proche et le lointain je suis celle qui trompe   marcel macles et roulis photo 6 dernier vers aoi dans les carnets     double à sylvie rare moment de bonheur, quand vous serez tout   maille 1 :que rossignolet tu la quatrième essai de j’arrivais dans les "mais qui lit encore le madame porte à à cri et à dernier vers doel i avrat, couleur qui ne masque pas le geste de l’ancienne,       le       &agrav merci au printemps des       le  dernières mises       il « voici c’est vrai juste un temps de bitume en fusion sur derniers     pluie du nice, le 8 octobre 0 false 21 18 dernier vers aoi  tu vois im font chier nos voix quand sur vos visages les dernier vers aoi tout le problème ce jour-là il lui       sur pour pierre theunissen la à bernadette je ne sais pas si pour frédéric merci à marc alpozzo j’ai changé le j’ai perdu mon in the country j’aime chez pierre seul dans la rue je ris la temps de pierres sequence 6   le  jésus attelage ii est une œuvre le recueil de textes suite du blasphème de quatrième essai de       enfant     m2 &nbs ils avaient si longtemps, si   l’oeuvre vit son   le texte suivant a pour michèle gazier 1 un jour, vous m’avez au commencement était   je ne comprends plus polenta quant carles oït la       je me portrait. 1255 : il faut aller voir alocco en patchworck ©       les pour julius baltazar 1 le bernard dejonghe... depuis et il parlait ainsi dans la a supposer quece monde tienne coupé en deux quand clquez sur je déambule et suis madame est une les doigts d’ombre de neige  référencem  au mois de mars, 1166    au balcon dernier vers aoi lorsqu’on connaît une il tente de déchiffrer, quatre si la mer s’est comme un préliminaire la dernier vers aoi  avec « a la viallat © le château de merle noir  pour et si tu dois apprendre à ce qui aide à pénétrer le le "patriote",       &agrav       ...mai dernier vers aoi fin première clere est la noit e la  les premières madame, vous débusquez poème pour i.- avaler l’art par 1-nous sommes dehors. l’impossible premier essai c’est cinquième essai tout c’est seulement au pure forme, belle muette, dernier vers aoi dieu faisait silence, mais clers fut li jurz e li une autre approche de     sur la pente       l̵ dans le pays dont je vous pour martin une il faut dire les l’attente, le fruit r.m.a toi le don des cris qui le temps passe dans la pour mireille et philippe nouvelles mises en on croit souvent que le but vous avez soudain un blanc fauche le tout en vérifiant poussées par les vagues karles se dort cum hume préparation des autre citation  mise en ligne du texte  pour le dernier jour allons fouiller ce triangle il existe au moins deux pour jean marie pour egidio fiorin des mots a claude b.   comme nous savons tous, ici, que       fourmi  la toile couvre les le galop du poème me moisissures mousses lichens "tu sais ce que c’est       midi       sous coupé le sonà aucun hasard si se dans ma gorge si elle est belle ? je temps de pierres dans la       quinze ma voix n’est plus que le grand combat : buttati ! guarda&nbs nous viendrons nous masser       bonhe autres litanies du saint nom pour andré villers 1) la littérature de       sur dans le train premier       magnol   ces notes ….omme virginia par la     à       m̵ bernadette griot vient de errer est notre lot, madame, le lourd travail des meules dans les carnets pour yves et pierre poher et       va  hier, 17 exacerbé d’air ] heureux l’homme    en pour angelo la terre a souvent tremblé dernier vers aoi         au il arriva que dernier vers aoi   (dans le toute trace fait sens. que madame dans l’ombre des j’ai donné, au mois l’éclair me dure, quelques autres prenez vos casseroles et   1) cette aux george(s) (s est la arbre épanoui au ciel pour max charvolen 1) la liberté s’imprime à       au rm : nous sommes en       apparu là, c’est le sable et   (à peinture de rimes. le texte       il la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- quai des chargeurs | au Bosphore ->
est-ce encore un fleuve ?
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

est-ce encore un fleuve ?

n’est-ce plus qu’un égout ?

c’est toujours de l’eau qui coule

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette