BRIBES EN LIGNE
  le texte suivant a   je ne comprends plus antoine simon 32         or et il fallait aller debout heureuse ruine, pensait polenta la deuxième édition du (josué avait pour le prochain basilic, (la se placer sous le signe de       arauca pour egidio fiorin des mots huit c’est encore à f le feu est venu,ardeur des madame est la reine des madame porte à sors de mon territoire. fais dans ma gorge  le grand brassage des carles respunt : et si au premier jour il mes pensées restent   j’ai souvent le corps encaisse comme il Être tout entier la flamme       "       au torna a sorrento ulisse torna dernier vers aoi siglent a fort e nagent e       dans vous avez tromper le néant       sur le rêve, cauchemar, dernier vers aoi antoine simon 33 in the country il ne sait rien qui ne va i.- avaler l’art par il n’y a pas de plus qu’est-ce qui est en la pureté de la survie. nul avez-vous vu dans les carnets vertige. une distance sculpter l’air : rm : nous sommes en       la temps où le sang se   marcel de proche en proche tous À perte de vue, la houle des       la       sur mon travail est une onzième antoine simon 5 dernier vers doel i avrat, dernier vers aoi       maquis (vois-tu, sancho, je suis       je  pour le dernier jour petit matin frais. je te    courant   six formes de la pour michèle       un g. duchêne, écriture le « h&eacu douce est la terre aux yeux       force "tu sais ce que c’est pour anne slacik ecrire est bel équilibre et sa       le granz fut li colps, li dux en   anatomie du m et et si tu dois apprendre à pourquoi yves klein a-t-il       six accoucher baragouiner au matin du nous avons affaire à de     le       l̵ très saintes litanies       neige il avait accepté descendre à pigalle, se je déambule et suis f le feu s’est marie-hélène       &n antoine simon 14 le 23 février 1988, il comme ce mur blanc troisième essai et dernier vers aoi       pass&e histoire de signes . attelage ii est une œuvre  epître aux ouverture d’une mouans sartoux. traverse de un titre : il infuse sa pure forme, belle muette, clers fut li jurz e li bernadette griot vient de       banlie       un sous la pression des     pluie du (la numérotation des madame est une souvent je ne sais rien de a claude b.   comme       la pie les avenues de ce pays la gaucherie à vivre, merci à marc alpozzo       bonheu giovanni rubino dit       avant   saint paul trois « voici est-ce parce que, petit, on à cri et à religion de josué il encore la couleur, mais cette les parents, l’ultime antoine simon 12 inoubliables, les toutes sortes de papiers, sur ce pays que je dis est     chant de « pouvez-vous deuxième suite       ( "pour tes d’un côté dans les horizons de boue, de c’est ici, me la liberté de l’être dans les écroulements       sur       à l’art n’existe       sur les dieux s’effacent   adagio   je cyclades, iii° l’une des dernières le coeur du       longte       fourr& pour nicolas lavarenne ma 1-nous sommes dehors.       soleil présentation du rossignolet tu la       ton dans le respect du cahier des       dans       la     [1]  ce paysage que tu contemplais       " coupé en deux quand n’ayant pas 1) notre-dame au mur violet je t’enfourche ma aucun hasard si se f dans le sourd chatoiement le samedi 26 mars, à 15 vi.- les amicales aventures dernier vers aoi dans les rêves de la       les       midi au commencement était un nouvel espace est ouvert f qu’il vienne, le feu josué avait un rythme     cet arbre que quand sur vos visages les dernier vers aoi j’écoute vos ce monde est semé       la et la peur, présente pour à vue à la villa tamaris à sylvie “dans le dessin À peine jetés dans le immense est le théâtre et en cet anniversaire, ce qui le temps passe dans la la légende fleurie est dans un coin de nice, et que vous dire des ma voix n’est plus que  née à  les trois ensembles de toutes les après la lecture de quelque chose a grant dulur tendrai puis rm : d’accord sur c’est la distance entre dernier vers aoi   encore une À l’occasion de spectacle de josué dit ce       &n  “ce travail qui me carles li reis en ad prise sa       vu  dans le livre, le le "patriote",       grappe 0 false 21 18       bien sûrla dernier vers aoi dernier vers s’il traquer       au ce 28 février 2002. on dit qu’agathe au labyrinthe des pleursils   ces notes la danse de     oued coulant       au       l̵       dans clers est li jurz et li pas même et voici maintenant quelques station 1 : judas       aux tu le saiset je le vois r.m.a toi le don des cris qui la terre nous       apr&eg       fourmi deuxième approche de       enfant  la lancinante la force du corps, dernier vers aoi autre citation agnus dei qui tollis peccata je n’ai pas dit que le nice, le 18 novembre 2004 i en voyant la masse aux je ne saurais dire avec assez nous serons toujours ces f le feu m’a "nice, nouvel éloge de la pour qui veut se faire une       bruyan quatrième essai rares       reine les grands     à et ces pour andré la bouche pleine de bulles     rien macles et roulis photo 1 bal kanique c’est iv.- du livre d’artiste j’ai changé le       m̵ mougins. décembre dix l’espace ouvert au que reste-t-il de la autre essai d’un la tentation du survol, à pour jacky coville guetteurs la musique est le parfum de la route de la soie, à pied,       la       le recleimet deu mult carissimo ulisse,torna a si j’étais un j’ai travaillé percey priest lakesur les un besoin de couper comme de la question du récit pour daniel farioli poussant j’ai parlé antoine simon 25 six de l’espace urbain, a dix sept ans, je ne savais       st un homme dans la rue se prend ainsi fut pétrarque dans ils s’étaient approche d’une le numéro exceptionnel de la vie est dans la vie. se nous lirons deux extraits de je me souviens de pour jean-louis cantin 1.-   pour le prochain arbre épanoui au ciel     faisant la dieu faisait silence, mais la langue est intarissable le 26 août 1887, depuis 5) triptyque marocain sables mes parolesvous abu zayd me déplait. pas exode, 16, 1-5 toute     &nbs merci à la toile de antoine simon 19 c’est vrai je crie la rue mue douleur neuf j’implore en vain ce va et vient entre     sur la pente ensevelie de silence, branches lianes ronces pour andrée   ces sec erv vre ile       &ccedi   iv    vers bribes en ligne a (dans mon ventre pousse une  on peut passer une vie nous dirons donc au lecteur voici le premier  les œuvres de dernier vers aoi   monde imaginal,       le pour mon épouse nicole     l’é       allong folie de josuétout est toute une faune timide veille     extraire       pass&e dernier vers aoi imagine que, dans la trois tentatives desesperees bruno mendonça lorsque martine orsoni vous dites : "un il souffle sur les collines comment entrer dans une sur l’erbe verte si est la galerie chave qui  je signerai mon  un livre écrit normalement, la rubrique l’impression la plus       ruelle glaciation entre je serai toujours attentif à       ( c’est seulement au dans le monde de cette       la difficile alliage de  marcel migozzi vient de le 2 juillet       grimpa  dernières mises apaches : antoine simon 29 13) polynésie effleurer le ciel du bout des printemps breton, printemps dernier vers aoi laure et pétrarque comme   1) cette buttati ! guarda&nbs pour michèle aueret passent .x. portes, deux ajouts ces derniers la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- est-ce encore un fleuve ? | un brin de coriandre ->
au Bosphore
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

au Bosphore

chez les Turcs du bord de Loire

pause kébab

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette