BRIBES EN LIGNE
karles se dort cum hume recleimet deu mult « 8° de ki mult est las, il se dort toujours les lettres : À l’occasion de       sur violette cachéeton les plus terribles       longte ce qui importe pour pour jean gautheronle cosmos       aux maintenant il connaît le des voix percent, racontent pour martin troisième essai et halt sunt li pui e mult halt  hier, 17 "la musique, c’est le rêves de josué, quatrième essai rares 10 vers la laisse ccxxxii le temps passe si vite, dernier vers aoi ici. les oiseaux y ont fait toute une faune timide veille dorothée vint au monde la gaucherie à vivre, tu le sais bien. luc ne     [1]  me les dessins de martine orsoni fin première       dans j’aime chez pierre       il 1) la plupart de ces la vie humble chez les  epître aux       vu       " À perte de vue, la houle des       allong vi.- les amicales aventures       deux  “... parler une carcassonne, le 06 marché ou souk ou pour jacky coville guetteurs (josué avait lentement  avec « a la     les provisions suite du blasphème de       apparu       dans en cet anniversaire, ce qui il faut aller voir cher bernard cinquième essai tout pour yves et pierre poher et je n’hésiterai et nous n’avons rien pour maxime godard 1 haute en introduction à merci au printemps des   ciel !!!! pour le prochain basilic, (la       la merle noir  pour dernier vers aoi grant est la plaigne e large polenta etudiant à on peut croire que martine  l’exposition  je désire un   saint paul trois et la peur, présente       au mult ben i fierent franceis e  de la trajectoire de ce       en bien sûr, il y eut dans la caverne primordiale mesdames, messieurs, veuillez antoine simon 29 le tissu d’acier je dors d’un sommeil de mais jamais on ne il semble possible   né le 7 dernier vers aoi mille fardeaux, mille dernier vers que mort       la antoine simon 24       " antoine simon 23 antoine simon 26   le texte suivant a josué avait un rythme ensevelie de silence,     au couchant quand il voit s’ouvrir, ce merci à marc alpozzo constellations et morz est rollant, deus en ad pour michèle aueret il en est des noms comme du       jonath pour ma  jésus       voyage le samedi 26 mars, à 15     à madame, c’est notre   est-ce que     ton antoine simon 22 la bouche pleine de bulles saluer d’abord les plus huit c’est encore à       fleur pour daniel farioli poussant       la raphaËl souvent je ne sais rien de sept (forces cachées qui ses mains aussi étaient agnus dei qui tollis peccata pour jean-marie simon et sa il y a des objets qui ont la  “ne pas  le livre, avec madame est une torche. elle depuis le 20 juillet, bribes je rêve aux gorges pierre ciel des voiles de longs cheveux douce est la terre aux yeux macles et roulis photo 4 l’instant criblé macles et roulis photo 3 chairs à vif paumes nice, le 18 novembre 2004 zacinto dove giacque il mio pour alain borer le 26       "       &agrav       sur le       jardin un tunnel sans fin et, à peinture de rimes. le texte avec marc, nous avons monde imaginal, Être tout entier la flamme       en ma chair n’est la prédication faite passent .x. portes, "moi, esclave" a mon travail est une l’éclair me dure,       s̵ six de l’espace urbain,       arauca mes pensées restent       le jusqu’à il y a j’ai en réserve je crie la rue mue douleur (dans mon ventre pousse une dans le monde de cette   ces sec erv vre ile a toi le don des cris qui macles et roulis photo       pour pour jean marie dernier vers aoi intendo... intendo ! pour andré villers 1) guetter cette chose       je dans les écroulements pour martine, coline et laure j’ai donc dernier vers aoi napolì napolì vous êtes     l’é       je  tu ne renonceras pas. au rayon des surgelés       le vous n’avez    tu sais       apr&eg À max charvolen et martin si j’étais un f le feu m’a normal 0 21 false fal       nuage deux ce travail vous est abstraction voir figuration carles respunt : buttati ! guarda&nbs passet li jurz, si turnet a         &n dernier vers aoi neuf j’implore en vain  les trois ensembles       entre pas même       et tu je reviens sur des    7 artistes et 1 raphaël       sur le       grappe où l’on revient il aurait voulu être       les       sur sur l’erbe verte si est le proche et le lointain  dans le livre, le sixième rimbaud a donc (la numérotation des  référencem effleurer le ciel du bout des les textes mis en ligne madame, on ne la voit jamais f tous les feux se sont dans l’innocence des       reine madame a des odeurs sauvages dieu faisait silence, mais     longtemps sur       reine pour jacqueline moretti, dans l’innocence des une il faut dire les       devant montagnesde       dans madame déchirée les premières noble folie de josué, il avait accepté 1- c’est dans essai de nécrologie, dernier vers aoi macles et roulis photo 6 vue à la villa tamaris f le feu s’est bal kanique c’est de la n’ayant pas     m2 &nbs la communication est   jn 2,1-12 : f qu’il vienne, le feu       le il ne sait rien qui ne va exode, 16, 1-5 toute les durand : une dernier vers aoi       soleil non... non... je vous assure, la deuxième édition du macles et roulis photo 7  la lancinante journée de  les éditions de etait-ce le souvenir c’est la chair pourtant merci à la toile de       m̵ le "patriote",      & il n’y a pas de plus nous serons toujours ces je meurs de soif       droite la chaude caresse de nous avancions en bas de la lecture de sainte trois (mon souffle au matin   l’oeuvre vit son dernier vers aoi j’ai parlé un jour nous avons     pluie du ce paysage que tu contemplais  si, du nouveau station 7 : as-tu vu judas se ne pas négocier ne titrer "claude viallat, nous viendrons nous masser eurydice toujours nue à le numéro exceptionnel de dans le pays dont je vous       fourmi l’heure de la 0 false 21 18 je suis celle qui trompe       bonheu     tout autour Éléments - elle ose à peine quand les eaux et les terres s’ouvre la     un mois sans li emperere par sa grant du fond des cours et des 1. il se trouve que je suis 7) porte-fenêtre je m’étonne toujours de la       vaches la galerie chave qui difficile alliage de a dix sept ans, je ne savais lu le choeur des femmes de       le d’ eurydice ou bien de le grand combat : le coquillage contre la terre a souvent tremblé on trouvera la video dans un coin de nice, un titre : il infuse sa jamais si entêtanteeurydice       vu       grimpa antoine simon 19 temps de pierres dans la  de même que les dentelle : il avait sables mes parolesvous langues de plomba la       en un livre grand format en trois ma mémoire ne peut me f le feu s’est       sur bernard dejonghe... depuis le galop du poème me il n’était qu’un temps où le sang se quelque temps plus tard, de       fourr& 0 false 21 18 normalement, la rubrique il y a dans ce pays des voies a supposer quece monde tienne temps où les coeurs       alla le 23 février 1988, il     de rigoles en 13) polynésie "si elle est exacerbé d’air apaches :       magnol nos voix pour egidio fiorin des mots   pour olivier il faut laisser venir madame (ma gorge est une       ton dernier vers aoi toi, mésange à   le 10 décembre     quand faisant dialoguer       journ&  dernières mises l’ami michel j’ai changé le ce poème est tiré du dans le patriote du 16 mars petit matin frais. je te le franchissement des     une abeille de     oued coulant       l̵       "       &ccedi la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- au Bosphore | au couchant devant la Chapelle ->
un brin de coriandre
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

un brin de coriandre

dans ma dent creuse

voyage en Orient

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette