BRIBES EN LIGNE
0 false 21 18 merci au printemps des       soleil mieux valait découper quant carles oït la       s̵       voyage toi, mésange à       sur arbre épanoui au ciel mille fardeaux, mille f toutes mes en cet anniversaire, ce qui thème principal : j’ai longtemps trois tentatives desesperees il y a des objets qui ont la   on n’est mes pensées restent  l’écriture ma voix n’est plus que un besoin de couper comme de la rencontre d’une toujours les lettres : c’est une sorte de       l̵ dernier vers aoi le travail de bernard si j’avais de son       le       ...mai au programme des actions à la mémoire de       ce seul dans la rue je ris la       entre     faisant la       deux       le tout en vérifiant les cuivres de la symphonie  jésus  dans toutes les rues         or       et tu deuxième approche de il n’y a pas de plus  au mois de mars, 1166  les premières   adagio   je prenez vos casseroles et essai de nécrologie, janvier 2002 .traverse       coude       quand le géographe sait tout journée de hans freibach : "pour tes       je a christiane a claude b.   comme dernier vers aoi ( ce texte a tes chaussures au bas de       "       vaches   encore une bruno mendonça coupé en deux quand ma mémoire ne peut me quando me ne so itu pe       au après la lecture de       aujour  tu vois im font chier la légende fleurie est       marche 13) polynésie       alla able comme capable de donner ainsi fut pétrarque dans réponse de michel quel étonnant n’ayant pas saluer d’abord les plus marché ou souk ou (À l’église "l’art est-il “dans le dessin j’entends sonner les quel ennui, mortel pour toute trace fait sens. que raphaël À perte de vue, la houle des pour andré antoine simon 6     pour le prochain  le grand brassage des       fourr&    nous  pour le dernier jour aux barrières des octrois dans le pays dont je vous antoine simon 24 charogne sur le seuilce qui quelque chose sculpter l’air :       pav&ea au rayon des surgelés     le la gaucherie à vivre,       l̵ macles et roulis photo 1 i en voyant la masse aux la tentation du survol, à À peine jetés dans le dans le patriote du 16 mars       midi vi.- les amicales aventures  la lancinante tout est prêt en moi pour vous avez l’erbe del camp, ki quand c’est le vent qui       retour pour jacky coville guetteurs c’est le grand le lent tricotage du paysage première carmelo arden quin est une l’illusion d’une pour lee j’ai relu daniel biga,     oued coulant mouans sartoux. traverse de rita est trois fois humble. nice, le 8 octobre pour julius baltazar 1 le       &n la vie humble chez les     sur la pente antoine simon 32       l̵       le     hélas, que d’heures antoine simon 30 les parents, l’ultime on trouvera la video seins isabelle boizard 2005 dans un coin de nice, carissimo ulisse,torna a il semble possible couleur qui ne masque pas       maquis d’un côté moisissures mousses lichens mais jamais on ne     vers le soir  les œuvres de le plus insupportable chez le 26 août 1887, depuis le coeur du poussées par les vagues toutes sortes de papiers, sur       et diaphane est le mot (ou pour mon épouse nicole li quens oger cuardise maintenant il connaît le       dans tandis que dans la grande   le texte suivant a dans le respect du cahier des af : j’entends  monde rassemblé nous dirons donc la force du corps, de la morz est rollant, deus en ad tu le sais bien. luc ne       & et c’était dans abu zayd me déplait. pas agnus dei qui tollis peccata ce pays que je dis est six de l’espace urbain, on cheval de proche en proche tous le proche et le lointain paien sunt morz, alquant leonardo rosa pour mireille et philippe le franchissement des       ton       droite dans le monde de cette le 23 février 1988, il nos voix cliquetis obscène des      & halt sunt li pui e mult halt si tu es étudiant en clers est li jurz et li vous êtes madame est la reine des la musique est le parfum de j’aime chez pierre pour andrée pour ma cette machine entre mes heureuse ruine, pensait f j’ai voulu me pencher la mastication des   iv    vers       aux     ton branches lianes ronces       " ecrire les couleurs du monde la mort d’un oiseau.  mise en ligne du texte il en est des meurtrières. comme une suite de     son  “ce travail qui livre grand format en trois faisant dialoguer toulon, samedi 9    en  née à il tente de déchiffrer, décembre 2001.     " un titre : il infuse sa       six josué avait un rythme premier essai c’est la réserve des bribes dernier vers aoi       sur  hier, 17 l’ami michel  pour jean le dernier vers aoi le temps passe dans la difficile alliage de (en regardant un dessin de bel équilibre et sa pas facile d’ajuster le madame des forêts de immense est le théâtre et marie-hélène       mouett       st  il est des objets sur madame, c’est notre   (dans le l’art c’est la fontelucco, 6 juillet 2000 jusqu’à il y a je crie la rue mue douleur       crabe- là, c’est le sable et si grant dol ai que ne on préparait dernier vers aoi pluies et bruines, la deuxième édition du quand nous rejoignons, en encore une citation“tu pur ceste espee ai dulor e histoire de signes . a dix sept ans, je ne savais antoine simon 16 se reprendre. creuser son       baie dernier vers aoi rêves de josué, errer est notre lot, madame, la fraîcheur et la et nous n’avons rien envoi du bulletin de bribes       une des quatre archanges que troisième essai avant dernier vers aoi torna a sorrento ulisse torna       la chairs à vif paumes madame, on ne la voit jamais   saint paul trois  l’exposition    pour olivier pour egidio fiorin des mots deux mille ans nous quand les eaux et les terres       à toutes ces pages de nos l’instant criblé dernier vers aoi       fourmi antoine simon 26 descendre à pigalle, se merci à la toile de un jour, vous m’avez       glouss l’évidence       pass&e est-ce parce que, petit, on reflets et echosla salle un nouvel espace est ouvert pour jacqueline moretti, la terre a souvent tremblé le geste de l’ancienne, antoine simon 25 dans ma gorge       qui derniers vers sun destre ce monde est semé dernier vers aoi il pleut. j’ai vu la trois (mon souffle au matin     les provisions       &agrav etait-ce le souvenir quand les mots on a cru à carles li reis en ad prise sa beaucoup de merveilles       sur imagine que, dans la v.- les amicales aventures du antoine simon 2 violette cachéeton       p&eacu   je n’ai jamais la langue est intarissable (ô fleur de courge... je t’enlace gargouille avec marc, nous avons la chaude caresse de madame déchirée quelques textes  dans le livre, le antoine simon 27 de sorte que bientôt     pourquoi exode, 16, 1-5 toute buttati ! guarda&nbs je ne peins pas avec quoi, epuisement de la salle,       cerisi   anatomie du m et dans les écroulements il en est des noms comme du douze (se fait terre se poème pour  référencem cet article est paru coupé le sonà la poésie, à la tous feux éteints. des à propos des grands huit c’est encore à dire que le livre est une macles et roulis photo 4  il y a le certains soirs, quand je la terre nous ki mult est las, il se dort       " la liberté s’imprime à     au couchant les dessins de martine orsoni j’ai perdu mon ce texte m’a été j’ai ajouté       les       au et te voici humanité mon travail est une je ne saurais dire avec assez pour jean marie approche d’une sixième       sur le "nice, nouvel éloge de la et la peur, présente à       le alocco en patchworck © la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VIII
<- CCLV | CCLVII ->
CCLVI

Clefs : portraits

Li quens Oger cuardise n’out unkes ;
Meillor vassal de lui ne vestit bronie.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette