BRIBES EN LIGNE
j’ai changé le en cet anniversaire, ce qui dernier vers aoi c’est parfois un pays mise en ligne d’un a propos d’une la galerie chave qui les routes de ce pays sont moisissures mousses lichens mult est vassal carles de       m̵   le 10 décembre       dans le recueil de textes f le feu s’est 1254 : naissance de les textes mis en ligne dans ce pays ma mère   ces notes tout en vérifiant       que je ne saurais dire avec assez       gentil   se le geste de l’ancienne, ce qui importe pour       le nos voix tes chaussures au bas de dans le respect du cahier des avant propos la peinture est il n’est pire enfer que  epître aux on dit qu’agathe la gaucherie à vivre,   la production dans le pain brisé son madame, on ne la voit jamais raphaËl "la musique, c’est le le proche et le lointain       je     depuis antoine simon 7 pour mes enfants laure et       m̵     oued coulant le pendu et encore  dits  avec « a la essai de nécrologie, genre des motsmauvais genre souvent je ne sais rien de seul dans la rue je ris la mais jamais on ne passent .x. portes,     extraire f les marques de la mort sur  “... parler une  tu vois im font chier       il       le fragilité humaine. et la peur, présente ce jour là, je pouvais       jardin       je me  monde rassemblé     dans la ruela   jn 2,1-12 : lancinant ô lancinant premier essai c’est rien n’est plus ardu si elle est belle ? je deuxième approche de les amants se a propos de quatre oeuvres de carles li reis en ad prise sa "tu sais ce que c’est l’art n’existe   six formes de la  de même que les marcel alocco a l’impression la plus     l’é       reine je meurs de soif pour andré villers 1) dernier vers aoi   pour raphaël et que vous dire des 1- c’est dans dernier vers aoi       la dernier vers aoi dessiner les choses banales et ma foi,       midi       le "si elle est d’un bout à    courant     les fleurs du que reste-t-il de la moi cocon moi momie fuseau       fleure et que dire de la grâce « voici       rampan  si, du nouveau à la mémoire de des quatre archanges que       les       soleil quand il voit s’ouvrir, et ces où l’on revient un tunnel sans fin et, à cinq madame aux yeux     à vous avez sur l’erbe verte si est macles et roulis photo 6       su       dans dernier vers aoi certains prétendent  martin miguel vient nu(e), comme son nom le lent tricotage du paysage   anatomie du m et antoine simon 20       quinze il n’y a pas de plus tromper le néant (À l’église en 1958 ben ouvre à       assis eurydice toujours nue à antoine simon 3 nice, le 18 novembre 2004 quand sur vos visages les ils s’étaient  “ne pas villa arson, nice, du 17   saint paul trois et voici maintenant quelques prenez vos casseroles et carmelo arden quin est une certains soirs, quand je 1. il se trouve que je suis janvier 2002 .traverse vous deux, c’est joie et siglent a fort e nagent e       é       le  le livre, avec tout le problème    tu sais dire que le livre est une lu le choeur des femmes de rimbaud a donc le coeur du la chaude caresse de pluies et bruines,       juin l’erbe del camp, ki    de femme liseuse mise en ligne       fourr&       &n il tente de déchiffrer, cet article est paru dans le       les le 26 août 1887, depuis       dans « pouvez-vous troisième essai et « amis rollant, de macles et roulis photo       ( dans les écroulements       journ&       nuage l’attente, le fruit macles et roulis photo 1 c’est ici, me ço dist li reis :   si vous souhaitez et si tu dois apprendre à antoine simon 13 générations au commencement était chaises, tables, verres, de toutes les Être tout entier la flamme       une toute une faune timide veille ce 28 février 2002. antoine simon 21       " ki mult est las, il se dort  marcel migozzi vient de pour jean gautheronle cosmos je sais, un monde se quatrième essai de « e ! malvais antoine simon 28  de la trajectoire de ce des voiles de longs cheveux     [1]  de pa(i)smeisuns en est venuz  les trois ensembles dernier vers aoi mesdames, messieurs, veuillez s’égarer on       au si tu es étudiant en     chant de encore la couleur, mais cette la vie humble chez les de tantes herbes el pre ce paysage que tu contemplais       au je t’ai admiré, nécrologie     du faucon grande lune pourpre dont les les plus terribles il s’appelait que d’heures station 5 : comment       coude pour mon épouse nicole mougins. décembre vos estes proz e vostre le nécessaire non de mes deux mains station 1 : judas  dernières mises       "       apr&eg   entrons       tourne dix l’espace ouvert au le temps passe si vite, la fraîcheur et la dans la caverne primordiale il faut laisser venir madame clquez sur titrer "claude viallat,       apparu   un vendredi je reviens sur des le grand combat :       sur       dans     le le "patriote", ouverture de l’espace marie-hélène    regardant apaches : mais non, mais non, tu le lourd travail des meules pour andré 0 false 21 18 beaucoup de merveilles f les rêves de merle noir  pour 0 false 21 18       bonhe je déambule et suis       il de pareïs li seit la premier vers aoi dernier    pour de nous serons toujours ces       jonath       "  au travers de toi je madame est toute printemps breton, printemps pour pierre theunissen la tout est possible pour qui       et ce qu’un paysage peut l’impossible  dans toutes les rues 1 au retour au moment journée de les doigts d’ombre de neige la vie est ce bruissement mon cher pétrarque, neuf j’implore en vain       cerisi pour michèle aueret l’instant criblé quatre si la mer s’est toulon, samedi 9 la vie est dans la vie. se j’ai parlé écrirecomme on se       le macles et roulis photo 3 tu le saiset je le vois même si petit matin frais. je te mi viene in mentemi toutes ces pages de nos       retour très saintes litanies madame est une torche. elle l’homme est dont les secrets… à quoi bal kanique c’est    si tout au long dernier vers aoi faisant dialoguer il en est des meurtrières.       p&eacu entr’els nen at ne pui à cet univers sans non... non... je vous assure,       "       alla       le sa langue se cabre devant le normal 0 21 false fal bientôt, aucune amarre les oiseaux s’ouvrent f dans le sourd chatoiement “dans le dessin "ah ! mon doux pays, antoine simon 25 c’est une sorte de onze sous les cercles "ces deux là se toujours les lettres : vue à la villa tamaris envoi du bulletin de bribes la brume. nuages un nouvel espace est ouvert à bernadette un soir à paris au n’ayant pas quando me ne so itu pe   dits de l’illusion d’une « 8° de le soleil n’est pas (dans mon ventre pousse une dans l’effilé de nice, le 8 octobre  “s’ouvre   marcel il pleut. j’ai vu la charogne sur le seuilce qui "et bien, voilà..." dit arbre épanoui au ciel d’ eurydice ou bien de paroles de chamantu  dans le livre, le dans le train premier la liberté s’imprime à l’existence n’est monde imaginal, se reprendre. creuser son jusqu’à il y a dans les horizons de boue, de li emperere s’est macles et roulis photo 4 pour nicolas lavarenne ma antoine simon 27 ….omme virginia par la attelage ii est une œuvre constellations et tout est prêt en moi pour       au Ç’avait été la madame, vous débusquez  ce mois ci : sub pierre ciel temps où les coeurs  l’écriture voudrais je vous je suis occupé ces       dans pour maxime godard 1 haute la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Madame ou le recours aux forêts

Vous êtes l’écorchée, Madame lépreuse. Le sang colle vos voiles à votre chair à vif. A chaque mouvement de votre danse dans les bois la douleur lance. Madame meurtrie de douceur.

 

Madame a froid. Inexplicablement.En elle doivent se briser les bords d’inexplicables banquises. C’est du moins ce que l’on croit de l’autre côté du soleil. Bras croisés autour de ce velours noir qui passe entre les arbres et s’abandonne à la légereté de l’air.

Publication en ligne : 18 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette