BRIBES EN LIGNE
recleimet deu mult madame porte à rossignolet tu la       s̵ des voiles de longs cheveux madame des forêts de ajout de fichiers sons dans béatrice machet vient de petit matin frais. je te références : xavier       un   encore une quand sur vos visages les mieux valait découper les durand : une pour pierre theunissen la nous avons affaire à de     &nbs (de)lecta lucta   vi.- les amicales aventures a grant dulur tendrai puis quelque temps plus tard, de sables mes parolesvous     au couchant un titre : il infuse sa dernier vers aoi  référencem « e ! malvais un tunnel sans fin et, à dernier vers aoi une autre approche de       six   anatomie du m et equitable un besoin sonnerait vue à la villa tamaris ouverture d’une antoine simon 21       sabots       fleure libre de lever la tête ] heureux l’homme  la toile couvre les  tu ne renonceras pas. antoine simon 24 toute trace fait sens. que on préparait rêves de josué, tous feux éteints. des ki mult est las, il se dort seul dans la rue je ris la       sur (vois-tu, sancho, je suis la chaude caresse de dessiner les choses banales ce poème est tiré du   se in the country ici. les oiseaux y ont fait accoucher baragouiner macles et roulis photo 6       un tout en travaillant sur les dernier vers que mort sixième les doigts d’ombre de neige nice, le 18 novembre 2004 antoine simon 28 il s’appelait deuxième essai le printemps breton, printemps pure forme, belle muette, g. duchêne, écriture le et c’était dans d’un bout à dans l’innocence des l’homme est station 5 : comment       deux  monde rassemblé vous dites : "un archipel shopping, la inoubliables, les mon cher pétrarque, vous êtes       l̵ prenez vos casseroles et fontelucco, 6 juillet 2000 je suis       maquis ce n’est pas aux choses Éléments - 1.- les rêves de guetter cette chose carissimo ulisse,torna a quel étonnant de tantes herbes el pre li quens oger cuardise apaches :     &nbs f les rêves de moi cocon moi momie fuseau antoine simon 22 à sylvie coupé le sonà 1- c’est dans   pour le prochain       b&acir du bibelot au babilencore une   (à un temps hors du chercher une sorte de antoine simon 23     extraire  pour le dernier jour (josué avait pas sur coussin d’air mais antoine simon 5 vous avez vous avez huit c’est encore à       " 1 au retour au moment il existe au moins deux pour michèle       parfoi genre des motsmauvais genre     à giovanni rubino dit dernier vers aoi s’ouvre la saluer d’abord les plus       dans j’entends sonner les au programme des actions À perte de vue, la houle des antoine simon 11       et madame est une torche. elle souvent je ne sais rien de  pour jean le attendre. mot terrible. sors de mon territoire. fais les plus terribles reflets et echosla salle     sur la je serai toujours attentif à et  riche de mes rm : nous sommes en le recueil de textes       montag attelage ii est une œuvre       dans       journ&       ma       une j’ai travaillé dernier vers aoi s’égarer on morz est rollant, deus en ad d’un côté pour michèle gazier 1 des voix percent, racontent 13) polynésie je désire un le travail de bernard on a cru à juste un le 2 juillet       é journée de je suis celle qui trompe on croit souvent que le but macles et roulis photo 3       reine pour helmut ainsi alfred… le grand combat : poussées par les vagues (À l’église josué avait un rythme sauvage et fuyant comme carles respunt : ils s’étaient très saintes litanies   la production je reviens sur des dont les secrets… à quoi la fonction, je n’hésiterai  il y a le il ne reste plus que le madame est toute    si tout au long le 15 mai, à 1-nous sommes dehors. quand les mots aux george(s) (s est la  dans le livre, le diaphane est le mot (ou       pav&ea       le À peine jetés dans le quelques textes antoine simon 9 la légende fleurie est c’est la peur qui fait     une abeille de       assis marcel alocco a approche d’une certains prétendent       bonheu dernier vers aoi       nuage       je       sur jamais si entêtanteeurydice voile de nuità la le corps encaisse comme il ce qui fait tableau : ce "l’art est-il (dans mon ventre pousse une  dernières mises c’est un peu comme si,  “s’ouvre le texte qui suit est, bien a la fin il ne resta que eurydice toujours nue à montagnesde pour martin       le temps de pierres       m&eacu je déambule et suis réponse de michel quai des chargeurs de sept (forces cachées qui ce qu’un paysage peut     rien la mort, l’ultime port,       soleil       marche   la baie des anges nu(e), comme son nom       &agrav  “la signification  marcel migozzi vient de       sur nos voix   un vendredi je suis occupé ces dorothée vint au monde on dit qu’agathe dernier vers aoi f j’ai voulu me pencher dix l’espace ouvert au violette cachéeton       au quant carles oït la  on peut passer une vie   1) cette       &ccedi c’est vrai dernier vers aoi "je me tais. pour taire.   iv    vers " je suis un écorché vif.  mise en ligne du texte ( ce texte a dans le pain brisé son deuxième essai bernard dejonghe... depuis et il parlait ainsi dans la derniers envoi du bulletin de bribes   je n’ai jamais ce va et vient entre mi viene in mentemi l’heure de la un verre de vin pour tacher la terre nous deuxième les enseignants : il faut laisser venir madame    tu sais une il faut dire les je n’ai pas dit que le iv.- du livre d’artiste il arriva que       grappe carissimo ulisse,torna a cet article est paru dans le les plus vieilles histoire de signes . le géographe sait tout  ce mois ci : sub dernier vers aoi     l’é comme un préliminaire la pour andré villers 1) ainsi va le travail de qui f toutes mes 0 false 21 18 dernier vers aoi suite du blasphème de jamais je n’aurais le lourd travail des meules macao grise je ne sais pas si (en regardant un dessin de  tous ces chardonnerets j’ai donné, au mois  au travers de toi je ainsi fut pétrarque dans rien n’est plus ardu       le  improbable visage pendu       la dans les écroulements chairs à vif paumes "ah ! mon doux pays, si tu es étudiant en       le quelques autres f tous les feux se sont l’existence n’est avant propos la peinture est rm : d’accord sur la vie est dans la vie. se on peut croire que martine   nous sommes aucun hasard si se antoine simon 12       object       grimpa clers fut li jurz e li la mastication des   saint paul trois le coeur du "tu sais ce que c’est madame déchirée passet li jurz, la noit est de prime abord, il lorsqu’on connaît une onze sous les cercles "ces deux là se j’aime chez pierre cet univers sans dernier vers aoi tendresses ô mes envols et tout avait       la les premières j’ai en réserve         3   

les clquez sur    de femme liseuse dernier vers aoi rare moment de bonheur,       longte après la lecture de       magnol mise en ligne d’un si j’avais de son     surgi temps où le sang se       sur       entre voudrais je vous encore la couleur, mais cette autres litanies du saint nom légendes de michel       je encore une citation“tu  hors du corps pas       descen       ton quel ennui, mortel pour et je vois dans vos pierre ciel antoine simon 33 jusqu’à il y a       droite une errance de tous ces charlatans qui sculpter l’air :  ce qui importe pour bruno mendonça de proche en proche tous maintenant il connaît le outre la poursuite de la mise antoine simon 20 franchement, pensait le chef, reprise du site avec la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- au couchant devant la Chapelle | Longtemps après la péniche ->
Le cygne sur la rivière
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

le cygne sur la rivière

imperturbable

sous le pont d’autoroute

Publication en ligne : 16 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette