BRIBES EN LIGNE
à comme une suite de coupé le sonà et  riche de mes       juin ce monde est semé journée de       bonheu dernier vers aoi       l̵ dernier vers aoi       le « e ! malvais aucun hasard si se la chaude caresse de       b&acir   adagio   je tendresses ô mes envols dernier vers aoi       rien ce va et vient entre intendo... intendo ! autre essai d’un       apr&eg       descen toutes ces pages de nos li emperere s’est   marcel carissimo ulisse,torna a dernier vers doel i avrat, pluies et bruines,       pav&ea       pourqu       deux de tantes herbes el pre f le feu est venu,ardeur des       o       au nous dirons donc il en est des noms comme du reprise du site avec la au labyrinthe des pleursils       je abstraction voir figuration (ô fleur de courge...  epître aux de pareïs li seit la depuis le 20 juillet, bribes c’est la distance entre       longte       nuage agnus dei qui tollis peccata pour andré antoine simon 32 vi.- les amicales aventures une fois entré dans la pour martin 7) porte-fenêtre       aujour c’est la chair pourtant de profondes glaouis toujours les lettres :       je  un livre écrit       le grant est la plaigne e large  tu ne renonceras pas.       ton pour jean marie       au thème principal : (josué avait lentement dernier vers que mort   on n’est dernier vers aoi       sabots madame dans l’ombre des       va j’ai relu daniel biga, effleurer le ciel du bout des       voyage le scribe ne retient petites proses sur terre le coquillage contre j’ai travaillé difficile alliage de juste un mot pour annoncer avec marc, nous avons mouans sartoux. traverse de portrait. 1255 : libre de lever la tête edmond, sa grande       ma     m2 &nbs rm : nous sommes en madame porte à  le livre, avec       voyage une errance de c’est le grand   au milieu de à sylvie titrer "claude viallat, jouer sur tous les tableaux nice, le 8 octobre       dans dorothée vint au monde il y a dans ce pays des voies le 23 février 1988, il dernier vers aoi je me souviens de mesdames, messieurs, veuillez pour lee ouverture de l’espace assise par accroc au bord de derniers vers sun destre af : j’entends clers est li jurz et li d’un côté cyclades, iii° je déambule et suis ma mémoire ne peut me       la premier vers aoi dernier carcassonne, le 06 f le feu s’est max charvolen, martin miguel  dernier salut au attelage ii est une œuvre de proche en proche tous tout en travaillant sur les un soir à paris au " je suis un écorché vif. le temps passe si vite, sous la pression des carles li reis en ad prise sa tendresse du mondesi peu de pour alain borer le 26 dans l’innocence des ço dist li reis : pas sur coussin d’air mais le galop du poème me dernier vers aoi   0 false 21 18       dans la langue est intarissable si j’avais de son carissimo ulisse,torna a comme ce mur blanc et c’était dans antoine simon 13  “... parler une art jonction semble enfin       à  hier, 17 un besoin de couper comme de petit matin frais. je te       ( deuxième essai le torna a sorrento ulisse torna et encore  dits station 7 : as-tu vu judas se mon travail est une   maille 1 :que dans le monde de cette dernier vers aoi    courant voile de nuità la langues de plomba la le temps passe dans la il tente de déchiffrer, imagine que, dans la dans l’effilé de   (dans le mes pensées restent une il faut dire les deuxième suite         &n le 28 novembre, mise en ligne grande lune pourpre dont les dans l’innocence des       au   pour le prochain accoucher baragouiner       en   un vendredi viallat © le château de   en grec, morías       le   encore une dans le patriote du 16 mars macles et roulis photo 1 dernier vers aoi archipel shopping, la se placer sous le signe de pour jean-louis cantin 1.-       &eacut au seuil de l’atelier diaphane est le mot (ou j’ai donné, au mois le 26 août 1887, depuis cette machine entre mes antoine simon 22   si vous souhaitez d’abord l’échange des       en temps de pierres « pouvez-vous     quand sur la toile de renoir, les l’heure de la de l’autre deux ajouts ces derniers à cri et à    si tout au long pour maxime godard 1 haute       soleil i en voyant la masse aux samuelchapitre 16, versets 1       je me même si     après livre grand format en trois     une abeille de À perte de vue, la houle des dans ma gorge       deux folie de josuétout est       avant une autre approche de   pour olivier ce qui fascine chez j’ai ajouté iloec endreit remeint li os Ç’avait été la       nécrologie dans les horizons de boue, de monde imaginal, cher bernard macles et roulis photo 6 elle disposait d’une carles respunt :  “ne pas 13) polynésie s’égarer on bernard dejonghe... depuis la réserve des bribes les doigts d’ombre de neige on a cru à     &nbs a la libération, les       " sequence 6   le juste un   est-ce que   né le 7 pour jacky coville guetteurs  tu vois im font chier et si au premier jour il lorsque martine orsoni c’est seulement au antoine simon 15 chaque automne les voici des œuvres qui, le     sur la       sur la musique est le parfum de     &nbs  référencem quelques autres bribes en ligne a autre citation"voui le "patriote", mais jamais on ne des quatre archanges que villa arson, nice, du 17 et te voici humanité certains soirs, quand je       journ& il est le jongleur de lui raphaël       allong mon cher pétrarque, c’est pour moi le premier le ciel est clair au travers le bulletin de "bribes les amants se face aux bronzes de miodrag au lecteur voici le premier    de femme liseuse bruno mendonça préparation des l’éclair me dure,  avec « a la     sur la pente l’art c’est la  martin miguel vient ...et poème pour le tissu d’acier       sur le       embarq       j’oublie souvent et je rêve aux gorges le nécessaire non antoine simon 10 pour julius baltazar 1 le  née à chaque jour est un appel, une madame chrysalide fileuse ma voix n’est plus que religion de josué il vue à la villa tamaris vous n’avez il ne s’agit pas de et ces quelques textes       assis  il est des objets sur  les trois ensembles       " j’ai changé le pourquoi yves klein a-t-il (ma gorge est une rien n’est le lent déferlement c’est parfois un pays aux george(s) (s est la       au "je me tais. pour taire. 1-nous sommes dehors. aux barrières des octrois       grappe       " "si elle est    regardant f les feux m’ont       chaque il n’est pire enfer que       deux buttati ! guarda&nbs antoine simon 24 halt sunt li pui e mult halt sous l’occupation il existe au moins deux moi cocon moi momie fuseau non, björg,       la si elle est belle ? je   pour théa et ses approche d’une la liberté s’imprime à  de même que les errer est notre lot, madame, tout en vérifiant je t’enlace gargouille quand les eaux et les terres le proche et le lointain en introduction à un titre : il infuse sa dernier vers aoi       sur  hors du corps pas il était question non il aurait voulu être la galerie chave qui  la lancinante       sur un temps hors du je dors d’un sommeil de la force du corps, temps de bitume en fusion sur pour andré       tourne       pass&e il n’était qu’un       au   j’ai souvent       dans       "    seule au bel équilibre et sa dans les carnets printemps breton, printemps et ma foi, le glacis de la mort etait-ce le souvenir     depuis macles et roulis photo 3 la littérature de passent .x. portes, c’était une antoine simon 9 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- au couchant devant la Chapelle | Longtemps après la péniche ->
Le cygne sur la rivière
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

le cygne sur la rivière

imperturbable

sous le pont d’autoroute

Publication en ligne : 16 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette