BRIBES EN LIGNE
jusqu’à il y a f j’ai voulu me pencher dernier vers aoi f le feu s’est       baie rossignolet tu la le lourd travail des meules dans les hautes herbes je me souviens de quai des chargeurs de       la   ces sec erv vre ile pour lee deux ajouts ces derniers       coude j’ai donné, au mois ne pas négocier ne paroles de chamantu là, c’est le sable et pour frédéric ses mains aussi étaient  tu ne renonceras pas.       l̵ abu zayd me déplait. pas       sur dieu faisait silence, mais   pour olivier une autre approche de il ne s’agit pas de la légende fleurie est       un       &n abstraction voir figuration dernier vers aoi dernier vers aoi j’ai parlé madame, vous débusquez quelque temps plus tard, de 1-nous sommes dehors. ils avaient si longtemps, si quand sur vos visages les   tout est toujours en preambule – ut pictura  référencem le lent tricotage du paysage granz fut li colps, li dux en       au petites proses sur terre "ces deux là se je n’hésiterai   pour adèle et beaucoup de merveilles histoire de signes . sors de mon territoire. fais giovanni rubino dit c’est la chair pourtant edmond, sa grande bernard dejonghe... depuis       l̵ dernier vers aoi a la fin il ne resta que ouverture d’une la communication est il souffle sur les collines pour nicolas lavarenne ma pour gilbert ils s’étaient       " ce pays que je dis est cliquetis obscène des Être tout entier la flamme c’est ici, me 1 au retour au moment et c’était dans madame chrysalide fileuse à la mémoire de attention beau c’est la peur qui fait de pareïs li seit la       o j’arrivais dans les temps de bitume en fusion sur journée de dernier vers aoi quatrième essai de « 8° de siglent a fort e nagent e sculpter l’air : lentement, josué       le exode, 16, 1-5 toute essai de nécrologie, un verre de vin pour tacher avez-vous vu     faisant la je t’enlace gargouille antoine simon 9 quand les eaux et les terres af : j’entends       bruyan       p&eacu pour daniel farioli poussant  il y a le neuf j’implore en vain la mastication des et je vois dans vos sur l’erbe verte si est       sabots       grappe le ciel est clair au travers       ruelle j’ai perdu mon       un carmelo arden quin est une comme une suite de antoine simon 2 dernier vers aoi  née à rafale n° 5 un dans le pays dont je vous avec marc, nous avons pour max charvolen 1) quelques textes       m̵ le tissu d’acier   la production       " j’ai relu daniel biga,   marcel       le 0 false 21 18 carles respunt : les textes mis en ligne rafale n° 10 ici l’impression la plus j’ai ajouté et te voici humanité     chant de les plus vieilles c’est parfois un pays a ma mère, femme parmi tout en travaillant sur les  hier, 17       soleil il n’y a pas de plus errer est notre lot, madame, dès l’origine de son écoute, josué, prenez vos casseroles et certains soirs, quand je mouans sartoux. traverse de l’heure de la les doigts d’ombre de neige la fonction, ce tout le problème ce n’est pas aux choses et ma foi,   jn 2,1-12 : toujours les lettres :       mouett f dans le sourd chatoiement ( ce texte a attelage ii est une œuvre       aujour 1 la confusion des les enseignants : il n’était qu’un merci à la toile de bien sûr, il y eut raphaël les grands monde imaginal, napolì napolì feuilleton d’un travail l’ami michel toutes sortes de papiers, sur li quens oger cuardise poussées par les vagues allons fouiller ce triangle       journ& sur la toile de renoir, les       dans   ces notes autres litanies du saint nom       quinze le 26 août 1887, depuis       aux l’instant criblé       fleure jamais si entêtanteeurydice f les rêves de 1.- les rêves de régine robin,  avec « a la       &ccedi antoine simon 32 de pa(i)smeisuns en est venuz le bulletin de "bribes une il faut dire les aux barrières des octrois au labyrinthe des pleursils i.- avaler l’art par aux george(s) (s est la la vie est ce bruissement des quatre archanges que des quatre archanges que archipel shopping, la       dans première je ne peins pas avec quoi, deuxième apparition de carissimo ulisse,torna a       ma (ô fleur de courge...     nous polenta troisième essai de tantes herbes el pre       le agnus dei qui tollis peccata voici l’une de nos plus  “la signification madame est toute equitable un besoin sonnerait  improbable visage pendu normalement, la rubrique ce texte m’a été est-ce parce que, petit, on mesdames, messieurs, veuillez rêve, cauchemar, heureuse ruine, pensait       retour quand nous rejoignons, en pour  “comment max charvolen, martin miguel le nécessaire non dernier vers aoi dimanche 18 avril 2010 nous       la ce va et vient entre (À l’église on croit souvent que le but       la s’ouvre la       fourr&       chaque       la a claude b.   comme    en nous avons affaire à de les dessins de martine orsoni     hélas, n’ayant pas l’art n’existe torna a sorrento ulisse torna dernier vers aoi il ne sait rien qui ne va diaphane est le karles se dort cum hume f les feux m’ont sept (forces cachées qui titrer "claude viallat, grant est la plaigne e large pas de pluie pour venir le grand combat : quando me ne so itu pe un besoin de couper comme de le glacis de la mort antoine simon 23 en 1958 ben ouvre à autre petite voix (vois-tu, sancho, je suis       je t’enfourche ma il en est des meurtrières. cyclades, iii° et ces au commencement était le proche et le lointain    seule au décembre 2001.       banlie     oued coulant f tous les feux se sont le samedi 26 mars, à 15 la vie humble chez les c’est extrêmement  dernier salut au ce qui fascine chez le corps encaisse comme il d’ eurydice ou bien de sequence 6   le macles et roulis photo       &agrav en ceste tere ad estet ja madame a des odeurs sauvages je dors d’un sommeil de à la bonne antoine simon 22       le       j̵ normal 0 21 false fal aucun hasard si se la danse de très saintes litanies vos estes proz e vostre qu’est-ce qui est en 1) la plupart de ces je serai toujours attentif à temps où le sang se  “s’ouvre halt sunt li pui e mult halt dernier vers aoi coupé le sonà pas une année sans évoquer dernier vers s’il dernier vers aoi g. duchêne, écriture le deuxième essai  le grand brassage des rm : nous sommes en langues de plomba la rafale n° 4 on le carles li reis en ad prise sa c’est pour moi le premier       object ço dist li reis : in the country le texte qui suit est, bien       dans je reviens sur des même si d’un côté mieux valait découper   1) cette      & diaphane est le mot (ou   on n’est faisant dialoguer quelques autres entr’els nen at ne pui       enfant le plus insupportable chez       dans     les fleurs du toutes ces pages de nos  on peut passer une vie carissimo ulisse,torna a       l̵ la musique est le parfum de     du faucon fontelucco, 6 juillet 2000 attendre. mot terrible.       une       longte seul dans la rue je ris la on préparait temps où les coeurs m1       j’oublie souvent et ma voix n’est plus que se placer sous le signe de les oiseaux s’ouvrent   3   

les pluies et bruines, samuelchapitre 16, versets 1 antoine simon 18 f le feu m’a dans un coin de nice, patrick joquel vient de dernier vers aoi nous viendrons nous masser       la mais non, mais non, tu antoine simon 5 quatrième essai de a l’aube des apaches, pour andrée       au je suis occupé ces les plus terribles josué avait un rythme       b&acir corps nomades bouches       vu la chaude caresse de       pour able comme capable de donner       soleil deux mille ans nous sa langue se cabre devant le       " la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Madame ou le recours aux forêts

Madame des forêts de mémoire. Les avenues suivent le cours des rus, ruisseaux, fleuves et torrents. Les places couvrent embouchures et estuaires. Des chasseurs très anciens rabattent les fauves à l’angle des rues, tandis que d’autres s’aventurent dans la boue putride de marais surpeuplés.

 

Madame va sans regard dans les villes-méduses. Les yeux tournés sur le dedans où se casse le dernier émoi. Et comment la héler quand les vents sont contraires et qu’ils emportent jusqu’aux rues ? Attendre dans les brisements qu’elle revienne.

Publication en ligne : 18 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette