BRIBES EN LIGNE
Ç’avait été la trois tentatives desesperees ce 28 février 2002. 13) polynésie la réserve des bribes     surgi  l’écriture petites proses sur terre "la musique, c’est le sur la toile de renoir, les je t’ai admiré, d’ eurydice ou bien de tu le sais bien. luc ne vedo la luna vedo le josué avait un rythme assise par accroc au bord de glaciation entre la langue est intarissable       montag chaque jour est un appel, une clquez sur       la à cri et à comme c’est c’est extrêmement 1254 : naissance de       le art jonction semble enfin l’instant criblé l’attente, le fruit écoute, josué, equitable un besoin sonnerait la brume. nuages  “comment il y a dans ce pays des voies …presque vingt ans plus quand les mots les routes de ce pays sont me torna a sorrento ulisse torna   si vous souhaitez pierre ciel temps où le sang se en ceste tere ad estet ja       le antoine simon 14 vos estes proz e vostre rita est trois fois humble.     vers le soir libre de lever la tête le temps passe si vite, depuis le 20 juillet, bribes et c’était dans mise en ligne ecrire les couleurs du monde bal kanique c’est pas facile d’ajuster le 0 false 21 18       les     sur la pente "je me tais. pour taire. l’impression la plus   (dans le       les la cité de la musique la deuxième édition du pour le prochain basilic, (la macao grise ma mémoire ne peut me la musique est le parfum de  le grand brassage des     les provisions       bonhe       s̵ la galerie chave qui un verre de vin pour tacher li emperere par sa grant et nous n’avons rien le vieux qui       dans tendresse du mondesi peu de tes chaussures au bas de juste un station 7 : as-tu vu judas se comme un préliminaire la antoine simon 6 avant propos la peinture est les amants se vertige. une distance       &agrav le geste de l’ancienne, pour  hier, 17 les grands bribes en ligne a       mouett     oued coulant des voiles de longs cheveux pour marcel j’ai perdu mon f tous les feux se sont si grant dol ai que ne     ton       m̵       " ce texte se présente macles et roulis photo 3 pour anne slacik ecrire est onzième maintenant il connaît le aux barrières des octrois présentation du       " rien n’est plus ardu     l’é marché ou souk ou d’un bout à une autre approche de       le alocco en patchworck © sculpter l’air : une fois entré dans la c’est la distance entre dans le patriote du 16 mars allons fouiller ce triangle 1) notre-dame au mur violet       le nous savons tous, ici, que       la ce qui importe pour       fourmi eurydice toujours nue à       &n       soleil les dessins de martine orsoni   dits de       voyage fragilité humaine. ce n’est pas aux choses       nuage madame aux rumeurs abstraction voir figuration c’est parfois un pays reprise du site avec la je me souviens de la littérature de des quatre archanges que madame déchirée difficile alliage de je désire un madame porte à 5) triptyque marocain       dans premier vers aoi dernier       une       tourne clere est la noit e la portrait. 1255 : mais jamais on ne       sur le       longte dernier vers aoi bernard dejonghe... depuis antoine simon 23 pour jean-louis cantin 1.- i mes doigts se sont ouverts références : xavier sous la pression des il pleut. j’ai vu la voile de nuità la face aux bronzes de miodrag  ce qui importe pour deuxième ma voix n’est plus que    nous cinquième essai tout c’est la peur qui fait quel ennui, mortel pour le ciel de ce pays est tout o tendresses ô mes grande lune pourpre dont les jamais si entêtanteeurydice 1257 cleimet sa culpe, si antoine simon 12 le coeur du la communication est percey priest lakesur les outre la poursuite de la mise voudrais je vous attendre. mot terrible.   la baie des anges granz est li calz, si se preambule – ut pictura abu zayd me déplait. pas de pa(i)smeisuns en est venuz tout à fleur d’eaula danse antoine simon 5 nous avons affaire à de antoine simon 13       cette il ne reste plus que le (À l’église mult ben i fierent franceis e   entrons dernier vers aoi       pass&e pour jean-marie simon et sa toutes sortes de papiers, sur       chaque       dans         or le temps passe dans la       entre passet li jurz, si turnet a   le 10 décembre antoine simon 31 madame est une f j’ai voulu me pencher ici, les choses les plus dans un coin de nice, rossignolet tu la générations « 8° de la poésie, à la       jonath f les feux m’ont avant dernier vers aoi paien sunt morz, alquant on dit qu’agathe en introduction à écrirecomme on se toulon, samedi 9 lorsqu’on connaît une   je ne comprends plus       sur       une dernier vers aoi pour jean gautheronle cosmos on peut croire que martine si j’étais un       sur le   adagio   je   d’un coté, se reprendre. creuser son vous êtes se placer sous le signe de antoine simon 32 (la numérotation des       six de pareïs li seit la pour andré ce pays que je dis est À la loupe, il observa je meurs de soif je t’enlace gargouille il existe deux saints portant couleur qui ne masque pas quando me ne so itu pe antoine simon 21 nous lirons deux extraits de ço dist li reis : madame est une torche. elle       voyage  le livre, avec le 28 novembre, mise en ligne carles li reis en ad prise sa       dans le bulletin de "bribes je n’ai pas dit que le  pour le dernier jour il arriva que       dans je déambule et suis madame dans l’ombre des sequence 6   le       o  la toile couvre les je suis celle qui trompe antoine simon 19 pour mireille et philippe troisième essai et que vous dire des "pour tes un soir à paris au     &nbs rm : nous sommes en bel équilibre et sa jamais je n’aurais a christiane       fleure       en un quelque temps plus tard, de       bien c’est ici, me le recueil de textes   le texte suivant a dernier vers aoi "mais qui lit encore le l’évidence f qu’il vienne, le feu temps de bitume en fusion sur  “ce travail qui et tout avait passent .x. portes, derniers vers sun destre tant pis pour eux. je sais, un monde se mougins. décembre je dors d’un sommeil de   se grant est la plaigne e large c’est le grand beaucoup de merveilles le tissu d’acier "et bien, voilà..." dit   un la chaude caresse de       deux ….omme virginia par la       &n c’est vrai  dans le livre, le ecrire sur juste un mot pour annoncer dernier vers doel i avrat, j’ai donc raphaËl a propos de quatre oeuvres de   que signifie  de la trajectoire de ce c’est une sorte de (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi toi, mésange à comme ce mur blanc       é i.- avaler l’art par dessiner les choses banales pour julius baltazar 1 le et combien       ce la gaucherie à vivre,    au balcon       ruelle pour maxime godard 1 haute al matin, quant primes pert carcassonne, le 06 j’ai longtemps     tout autour journée de la vie est dans la vie. se descendre à pigalle, se       la j’écoute vos accoucher baragouiner suite du blasphème de quant carles oït la       l̵ a ma mère, femme parmi (josué avait lentement       " poussées par les vagues       que lancinant ô lancinant les installations souvent, dernier vers aoi autre petite voix la mort, l’ultime port, la fraîcheur et la un jour nous avons janvier 2002 .traverse noble folie de josué, bernadette griot vient de on trouvera la video rimbaud a donc       vaches la rencontre d’une toutefois je m’estimais       &n     chant de du fond des cours et des issent de mer, venent as de mes deux mains essai de nécrologie, pour raphaël 7) porte-fenêtre un besoin de couper comme de       la accorde ton désir à ta j’ai ajouté   en grec, morías des voix percent, racontent cette machine entre mes et te voici humanité la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

<- Pouvez-vous définir... | Au lever ->
Bien sûr, bien sûr
© Patrick Joquel

Déambulation 2

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Bien sûr
La communication bien sûr
La convivialité bien sûr
Le collectif budgétaire bien sûr
La mondialisation bien sûr
La pensée unique bien sûr

Bien sûr
Il faut gérer les intervalles
Tendre vers l’asymptote de la prise de notes
Pratiquer la fongibilité asymétrique
Ne pas hésiter à rétro-agir
A surfer sur le zapping
A intégrer

Justement
L’intégration des différences
« Mais la peur ! clame un politicien fracturé, la peur des odeurs de l’autre ! »
Bien sûr l’autre bien sûr

Est-il humainement correct de s’étonner qu’on ferme une usine ici pour en ouvrir une identique au-delà de la frontière
 ?
Est-il économiquement correct de suspendre un hamac entre deux oliviers plutôt qu’aux indices Nikkei et Dow Jones
 ?
Est-il socialement correct d’affirmer que l’avenir se conjugue au métissage
 ?
Est-il poétiquement correct de donner sa langue au chat de la mère Michel plutôt qu’au félin noir d’un professeur de haute chaire
 ?
Est-il médiatiquement correct de préférer le chant des crapauds à celui des sirènes
 ?
Est-il politiquement correct d’écrire tout cela
 ?

J’écris avec les rumeurs du monde :

Aux derniers relevés satellites l’Everest a perdu deux mètres, le mont Blanc en a gagné trois.

Et tout entier dans son silence. Simplement attentif aux présents qu’offre ce pays.

Je cherche la joie du monde.

Je ne suis jamais entré dans la bibliothèque de Sarajevo ni dans celles de Kaboul ou de Bagdad. Je n’ai jamais vu New York du haut des deux jumelles. Je n’ai jamais mis les pieds, ni les mains, au Rwanda. Jamais touché les pierres de Gaza ni les arbres d’Haïfa. Pourtant. Quand je conduis. J’entends les voix des témoins se mélanger à celles de ma rue.

Quand je lis le journal. Mes doigts se crispent. Mon cœur se froisse. Et l’écran de la télévision marque mon regard. Les images se superposent. De mon balcon je vois passer les avions. J’entends les cris des hommes.

Que voulez-vous ?

Je ne suis pas un héros. Non. Je ne suis qu’un homme au quotidien. En prise avec son histoire.

Je vis. Dans mon village. Des jours multicolores. Des jours que l’histoire avec son grand H majuscule oublie. Je ne suis pas le seul à vivre ainsi sur la terre.

Ecrire n’est pas fuir. A moins de vivre en ermite. Coupé de tout moyen de communication. Comment fuir cette incessante conjugaison du monde
 ?

Ils font la guerre.
Ici et là.

Elles ont congelé leurs embryons
A moins 196° !

Vous avez redressé la Tour de Pise
De 45 cm !

Nous avons changé de monnaie
Le 1 janvier 2002

On croit plus ou moins en un dieu.
En existe-t-il un de vraiment bon ?

Il vient d’entrer en éruption !
Evacuation des populations !

Elle voyage en montgolfière :
C’est mieux pour l’effet de serre !

Tu es au chômage…
Mon chéri, y’a pas d’âge !

« Je viens de dire exit
A mon appendicite »
T’écrit électroniquement Alexandre.

Ecrire. Cela se construit. Avec les soucis du jour. Avec les routines quotidiennes. La famille. Et les courses. Et le ménage. Et la cuisine. Et le linge. Et les infos. Les amis. Le boulot. La marche. La nage. Et le cinéma. Le livre. Et la sieste.


© Patrick Joquel
inédit

 

Publication en ligne : 23 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette