BRIBES EN LIGNE
    extraire s’égarer on 1-nous sommes dehors. diaphane est le merci à marc alpozzo merle noir  pour quand il voit s’ouvrir, cette machine entre mes vous êtes que reste-t-il de la et combien tandis que dans la grande       marche       " sixième rare moment de bonheur, j’ai relu daniel biga, quatre si la mer s’est ainsi alfred…       dans f tous les feux se sont       ce dans ma gorge le temps passe dans la madame, vous débusquez franchement, pensait le chef, "tu sais ce que c’est le 2 juillet la fraîcheur et la  de la trajectoire de ce jusqu’à il y a       les dernières     son rien n’est plus ardu dernier vers aoi       le ce qui fascine chez station 3 encore il parle il avait accepté dessiner les choses banales les lettres ou les chiffres ici. les oiseaux y ont fait il en est des noms comme du a la libération, les les grands rêve, cauchemar, voile de nuità la on croit souvent que le but pour anne slacik ecrire est dans l’innocence des granz est li calz, si se nous savons tous, ici, que       la ce monde est semé les dieux s’effacent       vaches on trouvera la captation quelque chose macles et roulis photo 6   (dans le       journ& percey priest lakesur les (de)lecta lucta   derniers vers sun destre la liberté de l’être pas facile d’ajuster le sequence 6   le et encore  dits max charvolen, martin miguel tendresses ô mes envols ici, les choses les plus  epître aux antoine simon 10 sauvage et fuyant comme le coquillage contre réponse de michel un jour, vous m’avez quel étonnant l’illusion d’une dans le pain brisé son tous ces charlatans qui dieu faisait silence, mais pour philippe     après suite du blasphème de       le sept (forces cachées qui quand sur vos visages les quand nous rejoignons, en r.m.a toi le don des cris qui       jardin moisissures mousses lichens carles li reis en ad prise sa nice, le 8 octobre la littérature de       l̵ mieux valait découper       soleil       &agrav   six formes de la si c’est ça, en 1958 ben ouvre à pour martine, coline et laure de profondes glaouis     cet arbre que quand c’est le vent qui pour ma introibo ad altare madame dans l’ombre des pas sur coussin d’air mais mult est vassal carles de f toutes mes       &agrav l’heure de la       la frères et   un pour mireille et philippe       les (À l’église vi.- les amicales aventures dernier vers que mort journée de il faut laisser venir madame le lent tricotage du paysage 1.- les rêves de madame déchirée autre essai d’un af : j’entends guetter cette chose dans ce périlleux   d’un coté, d’un bout à couleur qui ne masque pas je sais, un monde se le géographe sait tout       su chercher une sorte de a propos de quatre oeuvres de voici l’une de nos plus "ces deux là se       soleil     longtemps sur     le       &n       entre Ç’avait été la recleimet deu mult un nouvel espace est ouvert dernier vers aoi ensevelie de silence, pas même dernier vers aoi antoine simon 32 un trait gris sur la   la baie des anges ne pas négocier ne antoine simon 22 tromper le néant deuxième approche de equitable un besoin sonnerait même si langues de plomba la se placer sous le signe de tu le saiset je le vois   maille 1 :que       nuage       une nous viendrons nous masser       pav&ea passent .x. portes, ce paysage que tu contemplais  il y a le grande lune pourpre dont les ecrire sur  le "musée pour helmut 0 false 21 18 pour jean gautheronle cosmos dernier vers aoi       la une image surgit traverse le les parents, l’ultime mise en ligne d’un       fleur le pendu antoine simon 31 au labyrinthe des pleursils onze sous les cercles la mastication des la vie humble chez les je meurs de soif   l’oeuvre vit son dernier vers aoi c’était une chaque jour est un appel, une la fonction, les cuivres de la symphonie  “comment nécrologie    au balcon dont les secrets… à quoi la tentation du survol, à polenta le nécessaire non cet article est paru alocco en patchworck © le galop du poème me chairs à vif paumes quai des chargeurs de  mise en ligne du texte madame est une torche. elle il semble possible       alla laure et pétrarque comme f le feu s’est  le livre, avec entr’els nen at ne pui dans les carnets     rien pour michèle gazier 1 dernier vers aoi les textes mis en ligne dernier vers aoi raphaËl   pour adèle et « h&eacu mise en ligne dans le patriote du 16 mars la liberté s’imprime à 13) polynésie vous dites : "un     sur la paroles de chamantu edmond, sa grande j’ai donc lorsque martine orsoni       le « amis rollant, de la communication est raphaël    si tout au long ouverture d’une       et tu etudiant à (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi dans ce pays ma mère  “... parler une elle réalise des     &nbs avec marc, nous avons l’homme est un soir à paris au « pouvez-vous antoine simon 27 a supposer quece monde tienne j’écoute vos tous feux éteints. des       gentil       force antoine simon 20 tout le problème si j’avais de son il en est des meurtrières. l’art n’existe et  riche de mes il existe au moins deux je crie la rue mue douleur « voici       b&acir carissimo ulisse,torna a tout à fleur d’eaula danse et si tu dois apprendre à il souffle sur les collines la légende fleurie est       deux les plus vieilles je suis occupé ces essai de nécrologie, comme un préliminaire la ki mult est las, il se dort tout en vérifiant régine robin, a propos d’une sa langue se cabre devant le je ne saurais dire avec assez ouverture de l’espace nous serons toujours ces au matin du  les éditions de les doigts d’ombre de neige li emperere s’est exode, 16, 1-5 toute             baie dans le ciel du le 26 août 1887, depuis mm si c’est ça creuser,       l̵     une abeille de dernier vers aoi la réserve des bribes encore la couleur, mais cette pour michèle aueret       arauca quando me ne so itu pe a grant dulur tendrai puis macao grise c’est vrai (josué avait       en d’un côté cher bernard       l̵   la production derniers À la loupe, il observa  pour le dernier jour       la   encore une     chambre pour martin comme ce mur blanc de tantes herbes el pre seins isabelle boizard 2005 ils avaient si longtemps, si       l̵ les oiseaux s’ouvrent les installations souvent,     le cygne sur etait-ce le souvenir toi, mésange à je ne peins pas avec quoi, epuisement de la salle, f dans le sourd chatoiement dernier vers s’il a l’aube des apaches, mais non, mais non, tu  marcel migozzi vient de pour martine le plus insupportable chez il faut aller voir de proche en proche tous saluer d’abord les plus zacinto dove giacque il mio  tu ne renonceras pas.       le     surgi       vu autres litanies du saint nom j’ai parlé madame est toute seul dans la rue je ris la madame est la reine des toute une faune timide veille pour nicolas lavarenne ma       &ccedi       ( deuxième suite villa arson, nice, du 17       le       la       grimpa vue à la villa tamaris bruno mendonça pour max charvolen 1) certains soirs, quand je et si au premier jour il ço dist li reis : temps de pierres       le diaphane est le mot (ou je reviens sur des dans un coin de nice, rêves de josué, les dessins de martine orsoni antoine simon 3 le geste de l’ancienne, il y a tant de saints sur dans le monde de cette     pourquoi iloec endreit remeint li os une errance de béatrice machet vient de       fourmi dernier vers aoi chaque automne les antoine simon 24       le À peine jetés dans le il n’est pire enfer que mult ben i fierent franceis e suite de la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Madame ou le recours aux forêts

Errer est notre lot, Madame, perdus entre sentiers et venelles, suivant des pistes incertaines. Arbres et tours nous masquent le ciel. Les boues alourdissent nos pas. Des murailles de bois et de pierre nous cernent. Perdus, sans votre voix, Madame, entre l’errance et l’erreur.

 

Madame passe si vite dans l’autre monde que c’est son fantôme qui nous obsède. Et agrandit la nuit où nous allons. Aveugles et désespérés de langue.

Publication en ligne : 25 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette