BRIBES EN LIGNE
dieu faisait silence, mais   l’oeuvre vit son f le feu est venu,ardeur des pur ceste espee ai dulor e exacerbé d’air bientôt, aucune amarre apaches :       rampan       sur       dans j’aime chez pierre si j’étais un able comme capable de donner       entre "tu sais ce que c’est ço dist li reis : antoine simon 11 cinq madame aux yeux a claude b.   comme       devant a dix sept ans, je ne savais     hélas, f le feu s’est se reprendre. creuser son j’ai relu daniel biga,       dans l’une des dernières       le langues de plomba la pour raphaël avant propos la peinture est art jonction semble enfin ne faut-il pas vivre comme       " dans le monde de cette la fonction,       la       dans tant pis pour eux. un tunnel sans fin et, à sainte marie,       sur cinquième essai tout sa langue se cabre devant le préparation des et te voici humanité station 1 : judas   j’ai souvent       la       fleur clers est li jurz et li     "   pour théa et ses pour michèle gazier 1)       l̵ clere est la noit e la f le feu m’a j’ai travaillé f qu’il vienne, le feu dimanche 18 avril 2010 nous ce qui fascine chez ils avaient si longtemps, si il n’était qu’un dans les carnets bel équilibre et sa je suis celle qui trompe     l’é diaphane est le     le cygne sur ce texte m’a été mais non, mais non, tu très saintes litanies des voix percent, racontent     sur la pente (la numérotation des     une abeille de       entre pour angelo et il fallait aller debout quai des chargeurs de une autre approche de     tout autour de mes deux mains en cet anniversaire, ce qui « e ! malvais au seuil de l’atelier pour max charvolen 1) antoine simon 24 madame est toute aucun hasard si se mougins. décembre dans les écroulements chaises, tables, verres,  mise en ligne du texte antoine simon 31  pour de attelage ii est une œuvre antoine simon 16 là, c’est le sable et rien n’est plus ardu dernier vers s’il antoine simon 25 passet li jurz, si turnet a    7 artistes et 1 dernier vers aoi je m’étonne toujours de la pour maxime godard 1 haute quand les mots l’art n’existe quelque temps plus tard, de deux mille ans nous deuxième apparition pour lee descendre à pigalle, se quatrième essai rares eurydice toujours nue à   marcel travail de tissage, dans  l’écriture madame a des odeurs sauvages je t’enlace gargouille paroles de chamantu ki mult est las, il se dort le soleil n’est pas       &agrav ils s’étaient  au travers de toi je ouverture d’une "et bien, voilà..." dit les étourneaux !  hier, 17 deuxième approche de abstraction voir figuration antoine simon 32 le 2 juillet "ah ! mon doux pays,       pav&ea le géographe sait tout comme c’est    tu sais       à       ...mai       le         pour m1             sur le ecrire sur cliquetis obscène des il pleut. j’ai vu la pour andré villers 1) vous avez       la sept (forces cachées qui     de rigoles en       mouett vi.- les amicales aventures       longte (de)lecta lucta    les éditions de on dit qu’agathe c’est la peur qui fait (À l’église un besoin de couper comme de ce qui aide à pénétrer le j’ai en réserve       montag la bouche pure souffrance grande lune pourpre dont les quatrième essai de  “la signification       glouss quand nous rejoignons, en macles et roulis photo 4 fragilité humaine.       au josué avait un rythme issent de mer, venent as peinture de rimes. le texte essai de nécrologie, autre citation je désire un de sorte que bientôt certains prétendent mult ben i fierent franceis e  les premières       arauca reflets et echosla salle on peut croire que martine "la musique, c’est le si tu es étudiant en sauvage et fuyant comme     du faucon       la béatrice machet vient de dix l’espace ouvert au       la jamais si entêtanteeurydice je rêve aux gorges les cuivres de la symphonie intendo... intendo ! j’ai parlé    si tout au long dernier vers aoi je meurs de soif tes chaussures au bas de les oiseaux s’ouvrent       le Être tout entier la flamme franchement, pensait le chef, autre essai d’un     surgi   un le numéro exceptionnel de « pouvez-vous       ma c’est ici, me  référencem le texte qui suit est, bien pour daniel farioli poussant toutes sortes de papiers, sur deuxième   entrons bal kanique c’est laure et pétrarque comme mieux valait découper granz fut li colps, li dux en       un dans les carnets la question du récit marché ou souk ou fin première nos voix       droite autre petite voix recleimet deu mult       le les premières     vers le soir madame déchirée       six me le plus insupportable chez sculpter l’air :     extraire       cerisi dorothée vint au monde une il faut dire les deux ce travail vous est   que signifie le 26 août 1887, depuis       pass&e on croit souvent que le but face aux bronzes de miodrag nous serons toujours ces     depuis       au toulon, samedi 9       je       l̵   encore une exode, 16, 1-5 toute la terre nous depuis le 20 juillet, bribes l’attente, le fruit   en grec, morías         or       dans "ces deux là se  si, du nouveau dernier vers aoi il ne sait rien qui ne va clquez sur ce n’est pas aux choses       voyage à bernadette portrait. 1255 :       grimpa prenez vos casseroles et attention beau   le 10 décembre le corps encaisse comme il a supposer quece monde tienne       la       dans toutefois je m’estimais       le comme une suite de antoine simon 12  tous ces chardonnerets antoine simon 33       dans mais jamais on ne       et la réserve des bribes générations grant est la plaigne e large preambule – ut pictura tu le sais bien. luc ne quatre si la mer s’est nu(e), comme son nom lorsqu’on connaît une poussées par les vagues f les marques de la mort sur 1) la plupart de ces iloec endreit remeint li os qu’est-ce qui est en l’instant criblé un jour nous avons dans la caverne primordiale ce va et vient entre station 5 : comment deux ajouts ces derniers antoine simon 23 tous feux éteints. des encore la couleur, mais cette     m2 &nbs vous deux, c’est joie et en introduction à pour julius baltazar 1 le ...et poème pour l’illusion d’une derniers ce jour-là il lui af : j’entends la vie humble chez les la vie est dans la vie. se cet article est paru dernier vers aoi “le pinceau glisse sur sequence 6   le   nous sommes « voici pour percey priest lakesur les       st imagine que, dans la    au balcon je ne peins pas avec quoi, etudiant à dans l’innocence des       voyage ne pas négocier ne       dans je serai toujours attentif à vos estes proz e vostre   tout est toujours en       ( l’éclair me dure,    seule au       grappe dans les hautes herbes rien n’est bien sûrla madame, c’est notre je suis occupé ces le 15 mai, à antoine simon 20  zones gardées de à propos des grands un trait gris sur la ils sortent 1-nous sommes dehors. et si au premier jour il les plus terribles du bibelot au babilencore une le geste de l’ancienne, madame aux rumeurs la mastication des pour qui veut se faire une cette machine entre mes de l’autre normal 0 21 false fal       aujour       o  la toile couvre les antoine simon 14 d’abord l’échange des patrick joquel vient de rêves de josué, huit c’est encore à       chaque       au ce poème est tiré du constellations et  jésus nice, le 18 novembre 2004 l’existence n’est Ç’avait été la rm : d’accord sur on trouvera la video raphaël la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

<- Bien sûr, bien sûr | Premier soir au balcon ->
Au lever
© Patrick Joquel

Déambulation 3

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Janvier 2002 .Traverse de l’orée du bois. Au lever.

J’entends la radio colporter avec son habituel entrain le triste état du monde. Je bois du thé. Un mélange british. Avec un nuage de lait. En poudre.

Pour résister.

Pour garder intact flegme et humour.

Quand tout dérive autour de soi. Dans le fracas des uniformes lâchés au nom de totalitarismes masqués de bonnes paroles comment tenir les pas de la douceur et de la parole
 ?
Et combien de temps avant d’être à son tour muselé
 ?
Comment croire à la vitalité des mots quand on les ramasse englués de pétrole au jusant du langage
 ?
Comment le mimosa de l’immeuble ose-t-il entêter de son parfum cet hiver glacial
 ?
On pourrait te croire indifférent mimosa. Alors que tu tiens le monde entre tes jaunes. Que tu racontes à ta manière une vivante histoire. Et que tu offres à la Traverse de l’orée du bois un écho des galaxies.

Publication en ligne : 9 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette