BRIBES EN LIGNE
“le pinceau glisse sur       rampan samuelchapitre 16, versets 1 "ah ! mon doux pays,       soleil glaciation entre     à poussées par les vagues a la fin il ne resta que sous la pression des mi viene in mentemi ce jour-là il lui reflets et echosla salle pour maguy giraud et     chant de antoine simon 14       "       force écrirecomme on se juste un le lourd travail des meules au seuil de l’atelier art jonction semble enfin pluies et bruines, madame chrysalide fileuse moisissures mousses lichens libre de lever la tête 0 false 21 18 "l’art est-il toutefois je m’estimais le numéro exceptionnel de nice, le 18 novembre 2004 ce n’est pas aux choses   jn 2,1-12 :       dans il souffle sur les collines  de même que les       apparu pur ceste espee ai dulor e sainte marie, la mastication des dernier vers aoi   saint paul trois cette machine entre mes aucun hasard si se     " antoine simon 2 a ma mère, femme parmi antoine simon 30       &agrav la légende fleurie est       &agrav dorothée vint au monde cet article est paru dans le antoine simon 22 carles li reis en ad prise sa   entrons    courant       au 0 false 21 18 dimanche 18 avril 2010 nous       devant  pour jean le       je les amants se le passé n’est on préparait un soir à paris au josué avait un rythme à propos des grands    tu sais nous dirons donc si elle est belle ? je       un "ces deux là se       arauca       sur       en       sur le       deux avant propos la peinture est et c’était dans je m’étonne toujours de la       dans iv.- du livre d’artiste de pa(i)smeisuns en est venuz de tantes herbes el pre dire que le livre est une pour martin       "       &n  “la signification mon travail est une       pour attendre. mot terrible. nous avancions en bas de a la femme au dernier vers aoi       un madame aux rumeurs allons fouiller ce triangle  tous ces chardonnerets et te voici humanité dans le patriote du 16 mars   tout est toujours en al matin, quant primes pert dans l’effilé de une fois entré dans la ouverture de l’espace la mort d’un oiseau.   en grec, morías       sous la liberté de l’être vi.- les amicales aventures   pour le prochain       reine me pas une année sans évoquer il en est des noms comme du     sur la pente       coude       m̵ folie de josuétout est la bouche pleine de bulles       ruelle et la peur, présente deuxième essai le ce Ç’avait été la non... non... je vous assure, dans les horizons de boue, de certains prétendent       tourne le samedi 26 mars, à 15 pour jean gautheronle cosmos en 1958 ben ouvre à       &agrav   le texte suivant a       deux je découvre avant toi  si, du nouveau   (à je serai toujours attentif à nous viendrons nous masser les cuivres de la symphonie vous deux, c’est joie et j’entends sonner les spectacle de josué dit de sorte que bientôt       bonhe sur l’erbe verte si est       su ] heureux l’homme       le antoine simon 18 l’évidence rossignolet tu la carmelo arden quin est une mais jamais on ne       la   voici donc la accoucher baragouiner     &nbs thème principal : c’est un peu comme si, la vie humble chez les une errance de et il parlait ainsi dans la       une printemps breton, printemps bribes en ligne a    il       "     faisant la     son un verre de vin pour tacher avez-vous vu dans ma gorge pour jean-louis cantin 1.- raphaël    7 artistes et 1 pour yves et pierre poher et macles et roulis photo 4 avant dernier vers aoi ils s’étaient    regardant       la f le feu s’est ils sortent "le renard connaît rm : d’accord sur la réserve des bribes le geste de l’ancienne, tandis que dans la grande  l’exposition        le dernier vers aoi   dernier vers aoi     dans la ruela pas sur coussin d’air mais c’est extrêmement pour robert       object "moi, esclave" a je ne peins pas avec quoi, f le feu s’est       qui   marcel       fourr& iloec endreit remeint li os     vers le soir les plus terribles imagine que, dans la il ne sait rien qui ne va sur la toile de renoir, les comment entrer dans une la fraîcheur et la       la dernier vers aoi l’existence n’est huit c’est encore à       chaque “dans le dessin  née à deux ce travail vous est karles se dort cum hume     un mois sans c’est pour moi le premier li quens oger cuardise fin première livre grand format en trois d’un bout à dernier vers aoi       vu antoine simon 20 ma voix n’est plus que pour angelo madame porte à       neige « 8° de l’art n’existe petites proses sur terre six de l’espace urbain,  epître aux       (  avec « a la f tous les feux se sont paien sunt morz, alquant la bouche pure souffrance les dessins de martine orsoni       sur la galerie chave qui ajout de fichiers sons dans À peine jetés dans le       l̵ dans le train premier  les trois ensembles il semble possible   ces sec erv vre ile pour andrée les durand : une (en regardant un dessin de  hors du corps pas (la numérotation des toi, mésange à a l’aube des apaches, troisième essai réponse de michel on dit qu’agathe pour mon épouse nicole dans un coin de nice, d’ eurydice ou bien de titrer "claude viallat, il existe au moins deux seins isabelle boizard 2005 raphaël   est-ce que    en       bien   un vendredi là, c’est le sable et le franchissement des macles et roulis photo    de femme liseuse voici des œuvres qui, le première 1) notre-dame au mur violet charogne sur le seuilce qui   1) cette       sur ici. les oiseaux y ont fait deuxième approche de « e ! malvais attendre. mot terrible.     oued coulant tout mon petit univers en comme ce mur blanc je t’ai admiré, vedo la luna vedo le mouans sartoux. traverse de  ce mois ci : sub dernier vers aoi antoine simon 16 tout est possible pour qui il faut aller voir 0 false 21 18 faisant dialoguer antoine simon 19 dernier vers doel i avrat, outre la poursuite de la mise suite de f toutes mes   la baie des anges ma voix n’est plus que       jardin 1-nous sommes dehors. eurydice toujours nue à       glouss l’erbe del camp, ki sequence 6   le       banlie cinquième essai tout pour raphaël pour jean-marie simon et sa       ton un nouvel espace est ouvert ce 28 février 2002. f les feux m’ont il aurait voulu être       voyage   pour théa et ses le "patriote",       &ccedi       dans dernier vers aoi il faut laisser venir madame able comme capable de donner À l’occasion de dernier vers aoi   six formes de la     après j’ai donc dernier vers aoi quelque temps plus tard, de intendo... intendo !       retour macles et roulis photo 6       la deux ajouts ces derniers je meurs de soif       quinze     tout autour la brume. nuages tendresses ô mes envols vous avez     sur la 1. il se trouve que je suis paysage de ta tombe  et nous savons tous, ici, que et  riche de mes     longtemps sur station 3 encore il parle       sur   d’un coté, un titre : il infuse sa trois tentatives desesperees elle ose à peine vos estes proz e vostre       la       apr&eg c’est la peur qui fait mille fardeaux, mille les plus vieilles deux mille ans nous tous feux éteints. des 7) porte-fenêtre  monde rassemblé abstraction voir figuration       o pour michèle aueret a la libération, les rimbaud a donc une il faut dire les       la carcassonne, le 06  dans le livre, le       maquis etait-ce le souvenir la danse de ses mains aussi étaient vue à la villa tamaris dont les secrets… à quoi quand nous rejoignons, en la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

<- Bien sûr, bien sûr | Premier soir au balcon ->
Au lever
© Patrick Joquel

Déambulation 3

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Janvier 2002 .Traverse de l’orée du bois. Au lever.

J’entends la radio colporter avec son habituel entrain le triste état du monde. Je bois du thé. Un mélange british. Avec un nuage de lait. En poudre.

Pour résister.

Pour garder intact flegme et humour.

Quand tout dérive autour de soi. Dans le fracas des uniformes lâchés au nom de totalitarismes masqués de bonnes paroles comment tenir les pas de la douceur et de la parole
 ?
Et combien de temps avant d’être à son tour muselé
 ?
Comment croire à la vitalité des mots quand on les ramasse englués de pétrole au jusant du langage
 ?
Comment le mimosa de l’immeuble ose-t-il entêter de son parfum cet hiver glacial
 ?
On pourrait te croire indifférent mimosa. Alors que tu tiens le monde entre tes jaunes. Que tu racontes à ta manière une vivante histoire. Et que tu offres à la Traverse de l’orée du bois un écho des galaxies.

Publication en ligne : 9 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette