BRIBES EN LIGNE
deux ce travail vous est à sylvie il ne s’agit pas de sur la toile de renoir, les toulon, samedi 9     hélas, antoine simon 16 dernier vers aoi il s’appelait d’un côté       sur nice, le 8 octobre un jour nous avons antoine simon 10       sabots       nuage abu zayd me déplait. pas dire que le livre est une encore une citation“tu bel équilibre et sa ce on trouvera la video       sur  le livre, avec tout est prêt en moi pour que reste-t-il de la       en quel ennui, mortel pour pluies et bruines,   la baie des anges       au (dans mon ventre pousse une coupé le sonà patrick joquel vient de ne pas négocier ne depuis le 20 juillet, bribes 1) la plupart de ces antoine simon 13 la liberté s’imprime à depuis ce jour, le site derniers vers sun destre huit c’est encore à pour alain borer le 26       voyage       la       pav&ea je suis les enseignants : les amants se 1) notre-dame au mur violet       ce deuxième apparition de À max charvolen et martin  avec « a la     chambre       dans       crabe- quatre si la mer s’est       l̵ en ceste tere ad estet ja passet li jurz, si turnet a       p&eacu où l’on revient   au milieu de reprise du site avec la de profondes glaouis dernier vers aoi   vos estes proz e vostre (la numérotation des jamais si entêtanteeurydice ce jour là, je pouvais la terre a souvent tremblé fragilité humaine.       les halt sunt li pui e mult halt       &agrav     nous « amis rollant, de le corps encaisse comme il les avenues de ce pays écoute, josué, i en voyant la masse aux de pareïs li seit la    tu sais il était question non cher bernard       un dernier vers aoi deuxième apparition mouans sartoux. traverse de c’est seulement au dernier vers aoi nous dirons donc       au       m&eacu pour quatrième essai de       " la tentation du survol, à et je vois dans vos antoine simon 12 clers fut li jurz e li seins isabelle boizard 2005 station 5 : comment références : xavier l’évidence un trait gris sur la c’est une sorte de À peine jetés dans le c’est extrêmement maintenant il connaît le iv.- du livre d’artiste thème principal : au commencement était       le carmelo arden quin est une       et hans freibach :       pass&e et que dire de la grâce buttati ! guarda&nbs les parents, l’ultime l’heure de la       le       au j’ai donc comme une suite de coupé en deux quand pour martine passent .x. portes, pour raphaël deuxième essai le …presque vingt ans plus des voiles de longs cheveux attelage ii est une œuvre les durand : une noble folie de josué,       bien dernier vers que mort cyclades, iii° je t’enlace gargouille       dans lancinant ô lancinant       la pur ceste espee ai dulor e "ah ! mon doux pays, mise en ligne les installations souvent, je n’hésiterai dernier vers aoi       "  la toile couvre les journée de       o dernier vers aoi l’homme est al matin, quant primes pert "et bien, voilà..." dit     un mois sans frères et       quinze comment entrer dans une madame des forêts de   pour olivier quand vous serez tout dix l’espace ouvert au       &agrav À max charvolen et a grant dulur tendrai puis un temps hors du       la pourquoi yves klein a-t-il vous êtes       droite 10 vers la laisse ccxxxii c’est la chair pourtant autre citation est-ce parce que, petit, on zacinto dove giacque il mio ainsi fut pétrarque dans des quatre archanges que antoine simon 7 même si bribes en ligne a       sur  hors du corps pas religion de josué il les dernières    en quant carles oït la apaches :       su les plus terribles       pass&e merci au printemps des     faisant la le geste de l’ancienne, reflets et echosla salle quelque temps plus tard, de la gaucherie à vivre, tout en vérifiant ainsi va le travail de qui deuxième approche de granz fut li colps, li dux en le vieux qui le franchissement des             grimpa l’impression la plus sixième       aux l’erbe del camp, ki tous ces charlatans qui on croit souvent que le but bribes en ligne a       l̵ carcassonne, le 06 des conserves !       la pie avez-vous vu       soleil j’ai relu daniel biga, dessiner les choses banales chaque automne les       &n chercher une sorte de le temps passe si vite, ce va et vient entre       dans je déambule et suis de pa(i)smeisuns en est venuz rimbaud a donc comme un préliminaire la portrait. 1255 : antoine simon 11 ço dist li reis : ainsi alfred… je me souviens de ma chair n’est f le feu s’est antoine simon 19 madame, on ne la voit jamais ensevelie de silence, quand sur vos visages les sept (forces cachées qui etudiant à   ciel !!!! madame est une torche. elle non, björg, f j’ai voulu me pencher chaises, tables, verres, pour gilbert       voyage dernier vers aoi pour anne slacik ecrire est macles et roulis photo 3 antoine simon 9       &agrav genre des motsmauvais genre       b&acir le bulletin de "bribes tout en travaillant sur les elle disposait d’une madame, vous débusquez pour mireille et philippe la langue est intarissable il avait accepté   entrons       apr&eg       &agrav     sur la pente ce n’est pas aux choses i mes doigts se sont ouverts   tout est toujours en sequence 6   le leonardo rosa je m’étonne toujours de la douce est la terre aux yeux « pouvez-vous   saint paul trois mes pensées restent dernier vers aoi une il faut dire les a christiane       vu       va et tout avait la vie est dans la vie. se les textes mis en ligne     &nbs       et tu essai de nécrologie, soudain un blanc fauche le       apr&eg cinquième essai tout on a cru à "tu sais ce que c’est antoine simon 5 un titre : il infuse sa la danse de       le Être tout entier la flamme couleur qui ne masque pas c’est le grand les doigts d’ombre de neige       il     chant de la réserve des bribes un nouvel espace est ouvert certains soirs, quand je       qui ( ce texte a       avant       ...mai exode, 16, 1-5 toute  l’exposition        entre a claude b.   comme 7) porte-fenêtre je crie la rue mue douleur       dans       longte       cerisi vous n’avez       sur que d’heures mon cher pétrarque, dernier vers aoi       maquis ...et poème pour diaphane est le tout est possible pour qui et ma foi, dans l’innocence des f les rêves de en cet anniversaire, ce qui dernier vers s’il ses mains aussi étaient la route de la soie, à pied,     pluie du de mes deux mains l’illusion d’une pas une année sans évoquer     à   en grec, morías passet li jurz, la noit est karles se dort cum hume de proche en proche tous g. duchêne, écriture le “dans le dessin nécrologie    regardant       midi madame porte à percey priest lakesur les antoine simon 22 je t’enfourche ma si tu es étudiant en       le mon travail est une  “ne pas pure forme, belle muette, cinquième citationne       l̵ « 8° de arbre épanoui au ciel pour nicolas lavarenne ma pour maxime godard 1 haute dernier vers aoi   à propos “la temps où le sang se       je me       deux la mastication des a supposer quece monde tienne de la     après edmond, sa grande       josué avait un rythme "nice, nouvel éloge de la dans le patriote du 16 mars       une pas facile d’ajuster le  martin miguel vient on peut croire que martine tu le saiset je le vois f le feu est venu,ardeur des   je n’ai jamais     longtemps sur     dans la ruela     &nbs       grappe         é       la nouvelles mises en samuelchapitre 16, versets 1 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Le coucou du bois | Les nids ->
Il s’approche
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

il s’approche

il s’éloigne il fait coucou

à tout le monde

Publication en ligne : 18 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette