BRIBES EN LIGNE
les installations souvent, torna a sorrento ulisse torna       baie le proche et le lointain l’évidence       entre cinq madame aux yeux et que vous dire des       apr&eg je suis la littérature de laure et pétrarque comme       le       la cinquième essai tout nous avancions en bas de jamais je n’aurais un verre de vin pour tacher pierre ciel       l̵ quando me ne so itu pe  “... parler une certains prétendent       assis montagnesde a ma mère, femme parmi où l’on revient encore la couleur, mais cette au seuil de l’atelier la réserve des bribes deux ce travail vous est suite du blasphème de les petites fleurs des traquer       aujour six de l’espace urbain, deuxième apparition de cyclades, iii° rm : d’accord sur   pour olivier     extraire avant propos la peinture est       dans j’ai parlé fragilité humaine.       les le lourd travail des meules dire que le livre est une pour gilbert dans les carnets    en       j̵ "tu sais ce que c’est avant dernier vers aoi       vu       coude       " des quatre archanges que       crabe- 0 false 21 18    regardant une fois entré dans la difficile alliage de faisant dialoguer branches lianes ronces       en un je dors d’un sommeil de pas même       deux quand sur vos visages les livre grand format en trois tout est possible pour qui     vers le soir       bien 0 false 21 18 prenez vos casseroles et tu le saiset je le vois je déambule et suis dernier vers aoi douze (se fait terre se       le     une abeille de       marche   la production macles et roulis photo 6 iloec endreit remeint li os pour jean marie  tous ces chardonnerets glaciation entre la force du corps, pour martine sur l’erbe verte si est dans ma gorge en 1958 ben ouvre à       six madame est la reine des       fleure       embarq giovanni rubino dit       longte le samedi 26 mars, à 15       une       le vous deux, c’est joie et pour andré villers 1) a la femme au       p&eacu iv.- du livre d’artiste l’ami michel imagine que, dans la pour assise par accroc au bord de       sur a dix sept ans, je ne savais la liberté s’imprime à elle ose à peine soudain un blanc fauche le il tente de déchiffrer, nouvelles mises en  un livre écrit       l̵ c’est extrêmement la bouche pure souffrance la prédication faite nice, le 8 octobre intendo... intendo ! le 2 juillet ce jour-là il lui le lent tricotage du paysage quelque temps plus tard, de suite de pur ceste espee ai dulor e voici des œuvres qui, le       les  je signerai mon a la libération, les dernier vers aoi       la     sur la  “ne pas       vu toutes sortes de papiers, sur clere est la noit e la les dernières dernier vers aoi       sur le pas de pluie pour venir « voici       le       au l’impression la plus dans les écroulements clquez sur pour michèle aueret dorothée vint au monde dernier vers aoi a supposer quece monde tienne f j’ai voulu me pencher nous savons tous, ici, que bruno mendonça ço dist li reis : je sais, un monde se grande lune pourpre dont les dernier vers aoi     un le ciel est clair au travers dans le respect du cahier des       ce pour frédéric       fourmi et c’était dans si, il y a longtemps, les 1257 cleimet sa culpe, si sept (forces cachées qui "nice, nouvel éloge de la antoine simon 10 "la musique, c’est le les durand : une nous lirons deux extraits de       une       pass&e max charvolen, martin miguel la gaucherie à vivre, carmelo arden quin est une       pass&e     cet arbre que   jn 2,1-12 : dans l’effilé de       dans ce monde est semé       st thème principal : toulon, samedi 9 7) porte-fenêtre chaque jour est un appel, une tous feux éteints. des "si elle est rm : nous sommes en essai de nécrologie, quand les eaux et les terres il était question non Ç’avait été la rêves de josué, siglent a fort e nagent e que reste-t-il de la souvent je ne sais rien de se reprendre. creuser son démodocos... Ça a bien un       ce a toi le don des cris qui pour angelo macao grise autre essai d’un       la passet li jurz, la noit est       parfoi dernier vers que mort       force écrirecomme on se fin première le nécessaire non la mort, l’ultime port, carcassonne, le 06 nice, le 30 juin 2000 j’ai donné, au mois       fourr&   deux nouveauté, c’est un peu comme si, beaucoup de merveilles a propos de quatre oeuvres de antoine simon 2   ciel !!!! temps de cendre de deuil de pour anne slacik ecrire est     double nu(e), comme son nom les textes mis en ligne il pleut. j’ai vu la jouer sur tous les tableaux 1 au retour au moment       &agrav quatrième essai de dans le pain brisé son de la       je me       &agrav antoine simon 31 dernier vers aoi ...et poème pour dernier vers s’il f le feu s’est li quens oger cuardise pour philippe il y a tant de saints sur pour mon épouse nicole   pour le prochain "pour tes "l’art est-il       un deuxième 1-nous sommes dehors. clers est li jurz et li     dans la ruela (la numérotation des  monde rassemblé       au trois tentatives desesperees et encore  dits 0 false 21 18 juste un mot pour annoncer ouverture de l’espace quelques textes     chambre ] heureux l’homme “dans le dessin tout à fleur d’eaula danse et nous n’avons rien au labyrinthe des pleursils       sur       sur       en martin miguel art et  ce qui importe pour vedo la luna vedo le             grappe       jardin là, c’est le sable et pour nicolas lavarenne ma       nuage m1       antoine simon 17 je me souviens de       neige du bibelot au babilencore une le soleil n’est pas si j’étais un la question du récit spectacle de josué dit     sur la pente béatrice machet vient de  mise en ligne du texte encore une citation“tu       deux granz est li calz, si se dans les carnets seul dans la rue je ris la abstraction voir figuration pourquoi yves klein a-t-il dernier vers aoi autre citation monde imaginal,       retour de tantes herbes el pre       au ce qui fascine chez cet article est paru dans le       les dernier vers aoi de mes deux mains dans le train premier arbre épanoui au ciel franchement, pensait le chef, grant est la plaigne e large       le   si vous souhaitez     les fleurs du       su j’ai perdu mon       " cet article est paru     oued coulant       maquis toi, mésange à raphaël edmond, sa grande mi viene in mentemi pour jean gautheronle cosmos  “comment rimbaud a donc       juin f les rêves de ce n’est pas aux choses ouverture d’une il ne sait rien qui ne va et si au premier jour il       les rien n’est plus ardu   tout est toujours en rêve, cauchemar, ce poème est tiré du Éléments - art jonction semble enfin À peine jetés dans le j’ai relu daniel biga,       la il souffle sur les collines rien n’est violette cachéeton dernier vers aoi temps où le sang se dans un coin de nice, poussées par les vagues dimanche 18 avril 2010 nous la chaude caresse de cette machine entre mes il aurait voulu être à petit matin frais. je te f toutes mes sculpter l’air : dans ce périlleux    courant antoine simon 30 antoine simon 27 sur la toile de renoir, les ce paysage que tu contemplais ce qui aide à pénétrer le     &nbs un tunnel sans fin et, à ma chair n’est     " station 5 : comment       voyage pour yves et pierre poher et je ne sais pas si ils s’étaient  les œuvres de  c’était elle réalise des le grand combat : la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Les nids | Dans le silence ->
Le martin pêcheur
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

le martin pêcheur

brille vert et le soleil

coule

Publication en ligne : 18 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette