BRIBES EN LIGNE
À l’occasion de martin miguel art et j’ai relu daniel biga,       dans sous l’occupation       il le "patriote",       dans "pour tes       pav&ea dernier vers aoi "moi, esclave" a     dans la ruela c’est un peu comme si, je dors d’un sommeil de "l’art est-il les premières paysage de ta tombe  et le proche et le lointain       la intendo... intendo ! le passé n’est       "   jn 2,1-12 : ( ce texte a nice, le 8 octobre « amis rollant, de  hors du corps pas   anatomie du m et       d&eacu temps de pierres dans la avez-vous vu       sur jamais si entêtanteeurydice bribes en ligne a merci au printemps des les cuivres de la symphonie       et que dire de la grâce et…  dits de il avait accepté       cerisi vertige. une distance antoine simon 18    seule au       je me macles et roulis photo 4 béatrice machet vient de f qu’il vienne, le feu je serai toujours attentif à dans l’effilé de mult est vassal carles de un tunnel sans fin et, à       va       dans       la       bonheu tout en vérifiant i.- avaler l’art par polenta  dernier salut au  la lancinante     le a dix sept ans, je ne savais nous serons toujours ces     double 13) polynésie s’ouvre la 1-nous sommes dehors. peinture de rimes. le texte dorothée vint au monde       " deux ce travail vous est  on peut passer une vie on dit qu’agathe onzième f les marques de la mort sur attendre. mot terrible. À max charvolen et martin epuisement de la salle, dernier vers aoi macles et roulis photo 7       &agrav se placer sous le signe de la légende fleurie est l’évidence merle noir  pour       le       tourne "et bien, voilà..." dit toutefois je m’estimais     au couchant tendresse du mondesi peu de       le je ne peins pas avec quoi,  au mois de mars, 1166 dix l’espace ouvert au "tu sais ce que c’est madame est une torche. elle poussées par les vagues ce dans l’innocence des i en voyant la masse aux ce qui importe pour la réserve des bribes  référencem certains prétendent macles et roulis photo attention beau napolì napolì       la j’ai perdu mon mes pensées restent       &agrav madame déchirée c’est pour moi le premier nouvelles mises en       nuage  “... parler une       &ccedi nos voix autre petite voix  le grand brassage des madame, vous débusquez je suis bien dans halt sunt li pui e mult halt ma mémoire ne peut me villa arson, nice, du 17 des quatre archanges que je suis celle qui trompe  dernières mises    7 artistes et 1 (ma gorge est une     un mois sans       l̵ soudain un blanc fauche le il était question non de toutes les la vie est ce bruissement   encore une pour lee les petites fleurs des la galerie chave qui g. duchêne, écriture le       banlie À la loupe, il observa  epître aux fragilité humaine.       vu prenez vos casseroles et depuis ce jour, le site dans ma gorge six de l’espace urbain, antoine simon 20 un jour nous avons deuxième buttati ! guarda&nbs elle ose à peine       coupé en deux quand dans les écroulements au lecteur voici le premier juste un mot pour annoncer au programme des actions antoine simon 12 grant est la plaigne e large maintenant il connaît le antoine simon 17 f tous les feux se sont bien sûrla       object le nécessaire non je rêve aux gorges c’est seulement au       m̵ pour jean-louis cantin 1.- madame porte à antoine simon 11 dans les hautes herbes nous lirons deux extraits de ajout de fichiers sons dans pour michèle aueret   le texte suivant a la terre nous je ne sais pas si non, björg, pour maguy giraud et       ton souvent je ne sais rien de antoine simon 7 vous n’avez dernier vers aoi       au à bernadette antoine simon 26     chant de cinquième essai tout vous dites : "un       fourr& on croit souvent que le but mon travail est une       " paroles de chamantu   saint paul trois     de rigoles en j’ai changé le deuxième approche de dans un coin de nice, la lecture de sainte bientôt, aucune amarre on préparait  le livre, avec dernier vers aoi préparation des antoine simon 9 il semble possible  improbable visage pendu bribes en ligne a bruno mendonça       dans iv.- du livre d’artiste 0 false 21 18 jusqu’à il y a il n’y a pas de plus tout en travaillant sur les     hélas, je reviens sur des antoine simon 13 je me souviens de f toutes mes je déambule et suis   tout est toujours en     tout autour carmelo arden quin est une un temps hors du   en grec, morías     l’é temps de pierres que reste-t-il de la       mouett    nous assise par accroc au bord de et ces ] heureux l’homme dans ce pays ma mère des voiles de longs cheveux pour jean marie dimanche 18 avril 2010 nous tout mon petit univers en j’entends sonner les 5) triptyque marocain   je n’ai jamais tu le saiset je le vois (la numérotation des madame des forêts de ce monde est semé  marcel migozzi vient de       le station 3 encore il parle       entre raphaël       dans (elle entretenait les durand : une     surgi c’est la peur qui fait les grands       juin toutes sortes de papiers, sur  zones gardées de normal 0 21 false fal quant carles oït la comme ce mur blanc À perte de vue, la houle des et voici maintenant quelques       la (josué avait lentement       au c’est la distance entre beaucoup de merveilles autres litanies du saint nom       en un antoine simon 5 À peine jetés dans le certains soirs, quand je le geste de l’ancienne,     vers le soir a la fin il ne resta que bal kanique c’est quand sur vos visages les       troisième essai et comme un préliminaire la il est le jongleur de lui « 8° de me rm : nous sommes en       quand sors de mon territoire. fais   j’ai souvent  ce qui importe pour le coquillage contre       dans chairs à vif paumes pour pierre theunissen la je découvre avant toi       l̵ a propos d’une tout à fleur d’eaula danse samuelchapitre 16, versets 1 antoine simon 2 cet univers sans dernier vers aoi et il fallait aller debout  pour le dernier jour       le un verre de vin pour tacher  il y a le toi, mésange à il pleut. j’ai vu la la liberté s’imprime à       embarq les parents, l’ultime 0 false 21 18 montagnesde carissimo ulisse,torna a un titre : il infuse sa onze sous les cercles petites proses sur terre il existe au moins deux edmond, sa grande et combien     "  née à la musique est le parfum de pour daniel farioli poussant       que seins isabelle boizard 2005       le pour jacky coville guetteurs       aujour ce pays que je dis est ma chair n’est   l’oeuvre vit son       je me il y a des objets qui ont la   un pour martin immense est le théâtre et l’homme est  les trois ensembles       la madame est la reine des j’ai donc laure et pétrarque comme   au milieu de l’illusion d’une c’est ici, me     les fleurs du ce qui fascine chez chaises, tables, verres, siglent a fort e nagent e 1.- les rêves de la force du corps, station 1 : judas en cet anniversaire, ce qui les oiseaux s’ouvrent traquer     [1]  tandis que dans la grande giovanni rubino dit       au la route de la soie, à pied, langues de plomba la mieux valait découper       et tu  de la trajectoire de ce (vois-tu, sancho, je suis À max charvolen et antoine simon 10       sur le    il la littérature de le scribe ne retient       aux pas sur coussin d’air mais vous êtes elle disposait d’une il ne reste plus que le tromper le néant un soir à paris au       apparu nous savons tous, ici, que normalement, la rubrique au commencement était "mais qui lit encore le       l̵ la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Les nids | Dans le silence ->
Le martin pêcheur
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

le martin pêcheur

brille vert et le soleil

coule

Publication en ligne : 18 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette