BRIBES EN LIGNE
écoute, josué, en ceste tere ad estet ja  martin miguel vient sous la pression des ils s’étaient   pour le prochain fragilité humaine. ce n’est pas aux choses 0 false 21 18       la j’ai donné, au mois nécrologie 1- c’est dans madame, c’est notre dernier vers aoi macles et roulis photo 6 temps de pierres pour martine, coline et laure pour jean marie pour maguy giraud et antoine simon 28 "je me tais. pour taire. inoubliables, les cet article est paru « h&eacu la terre a souvent tremblé       cerisi premier vers aoi dernier la fraîcheur et la j’ai relu daniel biga, régine robin, dernier vers aoi depuis le 20 juillet, bribes deux ce travail vous est le travail de bernard       les nous avons affaire à de bal kanique c’est       enfant une autre approche de patrick joquel vient de  zones gardées de la communication est ce qui fascine chez       b&acir ce qu’un paysage peut l’existence n’est juste un chaises, tables, verres,    seule au       la et te voici humanité à la bonne       quand non, björg, avec marc, nous avons un besoin de couper comme de il ne sait rien qui ne va quatrième essai de pour daniel farioli poussant       apparu       fourr& cinquième essai tout ecrire sur je me souviens de pour qui veut se faire une je dors d’un sommeil de  au mois de mars, 1166 temps de cendre de deuil de lu le choeur des femmes de  tous ces chardonnerets     tout autour       ce antoine simon 25       le dernier vers aoi poème pour le passé n’est j’ai perdu mon il y a tant de saints sur       une depuis ce jour, le site       grimpa « e ! malvais paien sunt morz, alquant  ce qui importe pour un verre de vin pour tacher giovanni rubino dit       rm : nous sommes en ils sortent       fleur ils avaient si longtemps, si       au dernier vers aoi toutefois je m’estimais les cuivres de la symphonie pas une année sans évoquer     extraire       en un dernier vers aoi       jonath  monde rassemblé pour michèle gazier 1) du fond des cours et des dans ma gorge station 1 : judas s’égarer on   nous sommes voile de nuità la de la que reste-t-il de la       le À la loupe, il observa       " pour lee dernier vers aoi   iv    vers il n’était qu’un les doigts d’ombre de neige 13) polynésie     du faucon       l̵   encore une démodocos... Ça a bien un thème principal : temps de bitume en fusion sur able comme capable de donner rare moment de bonheur,       pass&e  de même que les et  riche de mes polenta preambule – ut pictura a la fin il ne resta que l’art n’existe langues de plomba la   l’oeuvre vit son vous êtes le nécessaire non vos estes proz e vostre       &n quand sur vos visages les je déambule et suis clers est li jurz et li   si vous souhaitez       sur le  hier, 17 f le feu est venu,ardeur des je t’enfourche ma ….omme virginia par la pour martine "le renard connaît       la pour robert macles et roulis photo 1 dernier vers aoi pourquoi yves klein a-t-il       le que d’heures l’erbe del camp, ki       dans le 2 juillet le recueil de textes les plus vieilles la brume. nuages f toutes mes     pluie du je suis l’heure de la tous feux éteints. des     cet arbre que a l’aube des apaches,       les tout à fleur d’eaula danse martin miguel art et       l̵ pour martin mais non, mais non, tu un homme dans la rue se prend (elle entretenait et voici maintenant quelques nu(e), comme son nom       midi       rampan à la mémoire de (À l’église quand il voit s’ouvrir, pur ceste espee ai dulor e passet li jurz, la noit est station 3 encore il parle même si et ma foi, de profondes glaouis    tu sais     l’é j’ai donc     " mouans sartoux. traverse de je découvre avant toi pour nicolas lavarenne ma     quand le texte qui suit est, bien "ces deux là se au rayon des surgelés la danse de (ô fleur de courge...   six formes de la s’ouvre la dans ce périlleux quelque chose suite de le 28 novembre, mise en ligne   né le 7       la torna a sorrento ulisse torna     les provisions       l̵       sur le l’ami michel attendre. mot terrible.     [1]        p&eacu c’est pour moi le premier dimanche 18 avril 2010 nous   tout est toujours en 10 vers la laisse ccxxxii petit matin frais. je te merci à marc alpozzo attelage ii est une œuvre huit c’est encore à       s̵       ma il s’appelait     hélas, je ne peins pas avec quoi, quel étonnant 0 false 21 18 et il fallait aller debout       m̵ violette cachéeton f les feux m’ont     les fleurs du  pour jean le   jn 2,1-12 : quel ennui, mortel pour       dans marie-hélène mult ben i fierent franceis e je sais, un monde se nouvelles mises en       au pour jacqueline moretti, dans le train premier ce va et vient entre   pour olivier       object le proche et le lointain       la souvent je ne sais rien de  dans toutes les rues dernier vers aoi       dans « pouvez-vous diaphane est le voudrais je vous antoine simon 18 “le pinceau glisse sur  “... parler une       m&eacu à sylvie mais jamais on ne pour helmut et…  dits de autres litanies du saint nom    regardant c’est la distance entre au commencement était       au j’ai ajouté archipel shopping, la ne faut-il pas vivre comme l’illusion d’une toi, mésange à       alla il y a des objets qui ont la madame déchirée aux george(s) (s est la le coquillage contre a la femme au station 4 : judas  la lecture de sainte       st le grand combat :       la pie rita est trois fois humble.     au couchant l’instant criblé hans freibach : vous avez   ces sec erv vre ile       dans normalement, la rubrique       " je désire un le samedi 26 mars, à 15 franchement, pensait le chef,  dernier salut au reprise du site avec la (josué avait       dans ce paysage que tu contemplais à cri et à "mais qui lit encore le l’éclair me dure,       &     chant de pluies et bruines, sur la toile de renoir, les       au au seuil de l’atelier exode, 16, 1-5 toute temps où le sang se madame aux rumeurs bien sûr, il y eut sixième       sa langue se cabre devant le qu’est-ce qui est en toute une faune timide veille mesdames, messieurs, veuillez les petites fleurs des dans l’innocence des le lourd travail des meules voici des œuvres qui, le ses mains aussi étaient pour mon épouse nicole quelques autres pour jean-marie simon et sa ce monde est semé le pendu nous dirons donc cet article est paru dans le et si tu dois apprendre à ecrire les couleurs du monde un trait gris sur la traquer       bonhe quand les eaux et les terres       une ce 28 février 2002. deuxième suite outre la poursuite de la mise   suite du blasphème de on trouvera la video       reine monde imaginal, de toutes les   dits de       montag napolì napolì je suis celle qui trompe dernier vers doel i avrat, antoine simon 7 et que dire de la grâce i.- avaler l’art par la terre nous c’est la chair pourtant me une fois entré dans la pas sur coussin d’air mais références : xavier       devant madame, vous débusquez m1       des voiles de longs cheveux non... non... je vous assure,       jardin ne pas négocier ne le coeur du      & dire que le livre est une rien n’est plus ardu       l̵ juste un mot pour annoncer sixième la tentation du survol, à pour julius baltazar 1 le allons fouiller ce triangle la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel

MICHEL BUTOR

<- Souvenirs photographiques | De la couleur en photographie ->
Quatrième de couverture
© Michel Butor
Ecrivain(s) : Butor (site)
Clefs : roman , photographie

Le 26 août 1887, depuis le Caire où il était allé se rafraîchir des chaleurs d’Aden, Arthur Rimbaud écrit à son ancien directeur Alfred Bardey une longue lettre dans laquelle il lui raconte ses aventures depuis qu’il l’avait quitté deux ans plus tôt. Il lui communique en particulier le journal qu’il avait tenu de son itinéraire d’Entotto à Harar, trajet parcouru pour la seule fois de sa vie. Alfred Bardey en fera lecture à la société de géographie dont il était membre, et qui le publiera dans ses comptes-rendus. Nous avons pu parcourir à peu près cet itinéraire plus d‘un siècle plus tard en 4/4 ; nos souvenirs et photographies servent d’accompagnement discret au texte du poète.

Publication en ligne : 18 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette