BRIBES EN LIGNE
      le depuis le 20 juillet, bribes et je vois dans vos du bibelot au babilencore une « pouvez-vous pour jean-louis cantin 1.-       grappe       la merci au printemps des      & rossignolet tu la et il fallait aller debout l’ami michel preambule – ut pictura la galerie chave qui     à deuxième essai le jouer sur tous les tableaux   voici donc la béatrice machet vient de 1 la confusion des siglent a fort e nagent e pour egidio fiorin des mots poème pour janvier 2002 .traverse    tu sais sous la pression des paroles de chamantu la fraîcheur et la f tous les feux se sont je ne saurais dire avec assez       p&eacu petites proses sur terre je déambule et suis o tendresses ô mes à la mémoire de l’impression la plus mougins. décembre portrait. 1255 : je t’ai admiré, pour robert   je ne comprends plus 13) polynésie ma chair n’est le 26 août 1887, depuis dernier vers aoi certains prétendent madame aux rumeurs       su coupé le sonà pour marcel nous lirons deux extraits de le texte qui suit est, bien et ces tu le sais bien. luc ne   dits de ne faut-il pas vivre comme dernier vers aoi moisissures mousses lichens en ceste tere ad estet ja dans les horizons de boue, de le grand combat : bel équilibre et sa       dans       (  dernier salut au la fonction, faisant dialoguer la poésie, à la premier essai c’est carmelo arden quin est une et nous n’avons rien       l̵ à bernadette allons fouiller ce triangle  pour de li emperere par sa grant d’un côté       voyage je me souviens de non, björg, bernard dejonghe... depuis pour gilbert ici. les oiseaux y ont fait l’art n’existe       le       journ& au lecteur voici le premier       la  zones gardées de       descen entr’els nen at ne pui franchement, pensait le chef, libre de lever la tête  de même que les attendre. mot terrible.       dans la bouche pure souffrance nous dirons donc j’ai en réserve "l’art est-il pour jean gautheronle cosmos   maille 1 :que madame, on ne la voit jamais ma mémoire ne peut me voile de nuità la   la baie des anges       dans sables mes parolesvous inoubliables, les (de)lecta lucta   intendo... intendo ! j’ai ajouté vous dites : "un sainte marie,       le vue à la villa tamaris mise en ligne    en       un     quand comme c’est les dernières il n’était qu’un ici, les choses les plus « 8° de chaises, tables, verres,       sur les doigts d’ombre de neige       au les amants se       pass&e préparation des la vie est dans la vie. se   pour adèle et  il y a le dernier vers aoi epuisement de la salle, elle disposait d’une au rayon des surgelés essai de nécrologie,       ma       les printemps breton, printemps histoire de signes . dernier vers aoi a l’aube des apaches, madame, vous débusquez régine robin, pour jean marie au seuil de l’atelier pure forme, belle muette, je m’étonne toujours de la deux nouveauté, autre citation ( ce texte a j’ai relu daniel biga, pour mireille et philippe très malheureux... d’abord l’échange des tout le problème dernier vers aoi polenta rien n’est plus ardu lancinant ô lancinant il s’appelait c’est le grand antoine simon 10 tant pis pour eux. l’évidence       jonath à cri et à ce texte m’a été quai des chargeurs de pour jacqueline moretti, sauvage et fuyant comme karles se dort cum hume       six la langue est intarissable     un mois sans dans l’effilé de bribes en ligne a  il est des objets sur   la production  ce mois ci : sub il y a dans ce pays des voies si tu es étudiant en mult ben i fierent franceis e le plus insupportable chez références : xavier       allong madame est la reine des sous l’occupation       rampan       magnol       m̵       quand la gaucherie à vivre, dans le patriote du 16 mars dernier vers aoi dans le respect du cahier des ouverture de l’espace nous savons tous, ici, que clers fut li jurz e li       reine de la des quatre archanges que le vieux qui 7) porte-fenêtre       le je sais, un monde se seins isabelle boizard 2005 apaches : dernier vers aoi rita est trois fois humble.   (dans le vi.- les amicales aventures       sur le  née à si j’étais un pour julius baltazar 1 le       l̵ pourquoi yves klein a-t-il mesdames, messieurs, veuillez recleimet deu mult travail de tissage, dans       la josué avait un rythme pas de pluie pour venir     [1]  charogne sur le seuilce qui  hier, 17 sequence 6   le pas facile d’ajuster le dans le train premier cinq madame aux yeux pour martine dans les carnets “dans le dessin       sur  hors du corps pas       dans pour yves et pierre poher et    7 artistes et 1 deuxième essai il souffle sur les collines pour michèle aueret ajout de fichiers sons dans le glacis de la mort     surgi madame, c’est notre pour michèle gazier 1       longte       é quand les mots  “ne pas juste un mot pour annoncer  le livre, avec le lourd travail des meules d’ eurydice ou bien de pour michèle folie de josuétout est arbre épanoui au ciel       apr&eg  au travers de toi je madame est une torche. elle la vie humble chez les le coquillage contre       tourne       le d’un bout à dernier vers aoi f toutes mes       les halt sunt li pui e mult halt les dieux s’effacent la question du récit le samedi 26 mars, à 15 j’ai changé le je dors d’un sommeil de       la tout à fleur d’eaula danse       entre pour jean-marie simon et sa Être tout entier la flamme dans l’innocence des       le avant propos la peinture est couleur qui ne masque pas       en depuis ce jour, le site       je antoine simon 30 quant carles oït la suite du blasphème de ce n’est pas aux choses onze sous les cercles la deuxième édition du       pass&e       la je rêve aux gorges je n’ai pas dit que le   pour théa et ses douze (se fait terre se       aujour autre essai d’un       nuage torna a sorrento ulisse torna       voyage       le dorothée vint au monde       &n dans ma gorge       marche    courant antoine simon 2  l’écriture (la numérotation des antoine simon 32       midi ils avaient si longtemps, si de tantes herbes el pre il existe deux saints portant violette cachéeton dessiner les choses banales la fraîcheur et la napolì napolì f les marques de la mort sur       dans ecrire les couleurs du monde     le cygne sur       " (À l’église la bouche pleine de bulles       va pour m.b. quand je me heurte un nouvel espace est ouvert le travail de bernard l’illusion d’une moi cocon moi momie fuseau l’homme est thème principal :       m&eacu mais non, mais non, tu       " edmond, sa grande leonardo rosa qu’est-ce qui est en comment entrer dans une aux barrières des octrois    de femme liseuse   pour le prochain       s̵   le texte suivant a souvent je ne sais rien de antoine simon 7 in the country etait-ce le souvenir ce poème est tiré du       qui       bien constellations et     au couchant deux ajouts ces derniers bribes en ligne a dont les secrets… à quoi on dit qu’agathe pour michèle gazier 1) difficile alliage de abstraction voir figuration giovanni rubino dit le 23 février 1988, il je crie la rue mue douleur ils s’étaient la réserve des bribes la vie est ce bruissement macao grise elle ose à peine il pleut. j’ai vu la il ne reste plus que le le "patriote",       la madame des forêts de cet univers sans quel ennui, mortel pour on trouvera la video s’égarer on sept (forces cachées qui cet article est paru dans le       sur jamais si entêtanteeurydice       deux       &eacut madame porte à frères et (en regardant un dessin de la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Généralités > A propos du livre d’artiste

IV.- Du livre d’artiste à l’oeuvre croisée
RM : Si on en revient au balisage du terrain, ce dont nous parlons nous, c’est cette dernière conception : l’oeuvre qui naît de la relation de travail entre un écrivain et un peintre, graveur...et qui est dictée par l’intimité, le croisement, de leurs recherches, la volonté de croiser leur recherches et de donner à leurs recherches un lieu spécifique d’expression qui ne soit plus tout à fait le livre et qui ne soit plus tout à fait le tableau ou la toile. Le livre d’artiste, c’est là.
HM : Tel que tu le présentes, le livre, c’est un objet fabriqué dans des conditions particulières de rencontres avec la volonté de ne pas être le livre courant. Ça n’est pas ça : c’est que le livre courant ne permet pas toujours d’exprimer la rencontre... Par exemple, le travail que nous avons fait, avec Jean François Lyotard, ne pouvait pas être fait autrement qu’en sérigraphie...
RM : Je retiendrai quelque chose de ta dernière formulation, c’est : “ce que nous voulions dire avec Lyotard, ne pouvait pas trouver un autre mode....”, cette formule est peut-être l’inverse de ce que tu disais à propos de la bibliophilie : la bibliophilie, c’est l’exaltation d’un savoir faire, dans le cas qui nous occupe, il ne s’agit pas d’exalter un savoir faire, mais c’est de mettre le savoir faire au service d’un projet esthétique....
Je vous propose de définir un autre degré dans ce que Christian Arthaud nommait la “créativité” : c’est que “projet esthétique” et “savoir faire” se découvrent et s’inventent au fur et à mesure du développement et du croisement de démarches créatrices différentes : il n’y a pas, au départ, un projet esthétique qui cherche à s’exprimer, mais un projet de recherche, un projet qui se cherche et qui, en se cherchant, cherche à définir ce lieu inédit d’une inscription commune à quelqu’un qui écrit et à quelqu’un qui peint.
CA:Je suis d’accord avec toi. Et voilà encore quelque chose qui relève de la modernité ; cette adéquation des moyens par rapport aux buts. Dans rapport à un projet esthétique, littéraire ou artistique, on dispose de certains moyens, et c’est ces moyens eux-mêmes qui vont définir une esthétique alors que, dan un art pré-moderne, on n’est pas dans cette problématique...
RM:on a sans doute l’esthétique de ses moyens... D’une certaine façon, donc, depuis les surréalistes, nous assistons à la naissance d’une autre forme du rapport entre peintre et écrivain, qui définit une forme esthétique nouvelle -même si elle doit encore aux règles classiques- le livre d’artiste.
HM : Quand Aragon sort “Le Con d’Irène” ille fait à une centaine d’exemplaires, sur du papier de boucherie, les photos sont collées à même dessus.
CA : en tout cas, il n’y a plus la fétichisation de l’objet
HM : Exactement... C’est la position de Denis Roche qui rejette la bibliophilie pour cette raison.
CA:Le fétichisme du beau papier, de la référence, disparaît de décénnie en décénnie ; c’est très remarquable de voir que, en fait, ce qui occupe les esprits ensuite, ce n’est pas la qualité du papier, mais la qualité de la justesse du rapport entre ce qu’on lit, ce qu’on voit, et puis le discours, l’enveloppe. Parce que le livre d’artiste, c’est un objet un peu aventureux mais qu’on sait définir de l’extérieur, qu’on voit, qu’on peut toucher, dont on peut s’approprier .Avant même de l’ouvrir on sait à peu près ce qu’on va trouver, il y a toute une sorte de décryptage qui se fait, et qui fait qu’aujourd’hui on n’est plus dans la fétichisation, qu’on peut redouter, que redoute Denis Roche, dans la bibliophilie.

Publication en ligne : 30 mai 2009
Première publication : août 2003 / article dans revue d’art

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette