BRIBES EN LIGNE
la vie est ce bruissement j’ai changé le "le renard connaît temps de pierres dans la       sur macles et roulis photo 6 constellations et intendo... intendo ! toutes ces pages de nos       juin     de rigoles en  “la signification quel étonnant "la musique, c’est le       vu mais jamais on ne 1) notre-dame au mur violet pour philippe tendresse du mondesi peu de le 19 novembre 2013, à la encore une citation“tu bien sûrla   la production autres litanies du saint nom pour ma       b&acir nous dirons donc coupé le sonà       d&eacu       sur pour mireille et philippe si grant dol ai que ne de sorte que bientôt face aux bronzes de miodrag folie de josuétout est macles et roulis photo 4 cinquième citationne un besoin de couper comme de  tu ne renonceras pas.       sur pour le prochain basilic, (la on dit qu’agathe s’égarer on       le       fourr& quand nous rejoignons, en patrick joquel vient de petites proses sur terre même si dans un coin de nice, il ne sait rien qui ne va il aurait voulu être ajout de fichiers sons dans mes pensées restent l’impression la plus       longte     dans la ruela  epître aux là, c’est le sable et pour michèle à cri et à      & les dieux s’effacent       & madame, on ne la voit jamais pur ceste espee ai dulor e de soie les draps, de soie il était question non napolì napolì   pour le prochain       jardin leonardo rosa des voiles de longs cheveux       la mieux valait découper à sylvie madame porte à se reprendre. creuser son pour andrée       quinze thème principal : tout à fleur d’eaula danse tout en vérifiant deux ajouts ces derniers dernier vers aoi ce va et vient entre un trait gris sur la libre de lever la tête les grands d’ eurydice ou bien de ce 28 février 2002. antoine simon 14 dernier vers aoi si j’avais de son ne pas négocier ne ma chair n’est voudrais je vous    seule au       m&eacu marie-hélène il souffle sur les collines les durand : une essai de nécrologie, au lecteur voici le premier quando me ne so itu pe       rampan fin première rita est trois fois humble.       au béatrice machet vient de antoine simon 25 le tissu d’acier je ne peins pas avec quoi, temps où les coeurs zacinto dove giacque il mio dans l’innocence des antoine simon 10       st cliquetis obscène des  dans toutes les rues antoine simon 32 écoute, josué, on croit souvent que le but     hélas,       l̵ le galop du poème me sables mes parolesvous il faut aller voir la musique est le parfum de       droite les avenues de ce pays dernier vers aoi     [1]  deux ce travail vous est       apr&eg   au milieu de       cette pour mon épouse nicole normalement, la rubrique dans ce périlleux r.m.a toi le don des cris qui  de la trajectoire de ce  la lancinante pour jean-louis cantin 1.- petit matin frais. je te       un  le grand brassage des ecrire sur de pareïs li seit la dernier vers aoi       allong  il est des objets sur la pureté de la survie. nul station 5 : comment lorsqu’on connaît une aucun hasard si se raphaËl       o franchement, pensait le chef,  je signerai mon "ah ! mon doux pays, toujours les lettres : autre citation"voui polenta la langue est intarissable toute une faune timide veille   est-ce que       parfoi       bien avez-vous vu la question du récit gardien de phare à vie, au le plus insupportable chez la bouche pure souffrance il y a des objets qui ont la les étourneaux ! vous êtes       le ce qui fait tableau : ce   maille 1 :que   j’ai souvent six de l’espace urbain,  née à viallat © le château de les plus vieilles premier essai c’est il en est des meurtrières. les routes de ce pays sont deuxième apparition de       les mi viene in mentemi tout en travaillant sur les ce  il y a le       l̵   un f les rêves de merci à marc alpozzo   ces sec erv vre ile 10 vers la laisse ccxxxii     quand  avec « a la avant propos la peinture est dernier vers aoi   je ne comprends plus pourquoi yves klein a-t-il       et tu inoubliables, les f le feu m’a laure et pétrarque comme livre grand format en trois carcassonne, le 06 réponse de michel aux barrières des octrois il faut laisser venir madame       gentil  hors du corps pas antoine simon 33 morz est rollant, deus en ad tu le saiset je le vois avant dernier vers aoi dernier vers que mort bruno mendonça très malheureux...       nuage toi, mésange à une fois entré dans la l’impossible ce n’est pas aux choses antoine simon 22       bruyan pour robert dans la caverne primordiale madame aux rumeurs pas même de prime abord, il des voix percent, racontent dans le respect du cahier des ce qui aide à pénétrer le tes chaussures au bas de clers fut li jurz e li       pass&e pour station 3 encore il parle dernier vers aoi pour andré j’ai parlé l’erbe del camp, ki       une j’ai donné, au mois c’est le grand rare moment de bonheur, toute trace fait sens. que le 26 août 1887, depuis ma mémoire ne peut me juste un mot pour annoncer dernier vers aoi très saintes litanies j’ai relu daniel biga, rien n’est plus ardu equitable un besoin sonnerait       la saluer d’abord les plus  de même que les je me souviens de dernier vers aoi comme un préliminaire la       fleur vedo la luna vedo le dernier vers aoi       les « e ! malvais   nous sommes       sabots raphaël       le a christiane je découvre avant toi je crie la rue mue douleur la fraîcheur et la la danse de lancinant ô lancinant immense est le théâtre et au rayon des surgelés granz est li calz, si se temps où le sang se       six l’évidence il est le jongleur de lui bel équilibre et sa   jn 2,1-12 : dernier vers aoi         dans recleimet deu mult attendre. mot terrible. un jour, vous m’avez madame, vous débusquez le 23 février 1988, il (vois-tu, sancho, je suis quatrième essai de a grant dulur tendrai puis l’heure de la voile de nuità la art jonction semble enfin  martin miguel vient il tente de déchiffrer, j’ai ajouté il semble possible abu zayd me déplait. pas   iv    vers les dernières tandis que dans la grande       sur le soudain un blanc fauche le il n’est pire enfer que pour martin     vers le soir marcel alocco a bernadette griot vient de sixième  un livre écrit voici des œuvres qui, le rm : nous sommes en       la       en antoine simon 9 a dix sept ans, je ne savais f dans le sourd chatoiement et que vous dire des station 1 : judas     pluie du à la bonne  la toile couvre les ce texte se présente   pour théa et ses le lent déferlement       la       jonath macao grise cet article est paru dans le le glacis de la mort le géographe sait tout pour raphaël à bernadette les petites fleurs des v.- les amicales aventures du eurydice toujours nue à « pouvez-vous (À l’église a la libération, les i.- avaler l’art par ce pays que je dis est au matin du beaucoup de merveilles il y a dans ce pays des voies ce jour-là il lui diaphane est le m1        au travers de toi je le lourd travail des meules dernier vers aoi  “... parler une chairs à vif paumes martin miguel art et troisième essai la cité de la musique bribes en ligne a nous viendrons nous masser       au dernier vers aoi  hier, 17 le 2 juillet tendresses ô mes envols jamais je n’aurais  tu vois im font chier je n’ai pas dit que le       la arbre épanoui au ciel cinq madame aux yeux       je ensevelie de silence, j’arrivais dans les    en dernier vers aoi lorsque martine orsoni       dans   un vendredi un soir à paris au       embarq       pourqu comment entrer dans une dont les secrets… à quoi la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 14 | Capharnaüm, 16 ->
Capharnaüm, 15
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

elle ose à peine émerger sortir de son corps des bruits de la cité Elle salue à peine  l’homme qui passe en quiétude
Marie-Madeleine enfin dans notre siècle arrivée comme  la Vierge            elles deux  révélées parce que soeur de détresses
brisure du pain les lèvres appelentl à partager la croûte et la mie      compensations aux tumultes de la rue
il faut payer la baguette 1€uro 05          demain dans la croisée elle sera l’odeur inflationniste  du fournil
elle est de celles qui retiennent la vie et d’un regard désormais apaise le quartier Sur leurs terrasses les villes ont des madone abruptes
leurs culs sont miséricorde de bitume  abnégation que  la nuit se traverse

Publication en ligne : 30 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette