BRIBES EN LIGNE
antoine simon 5 af : j’entends  epître aux   le texte suivant a on croit souvent que le but     sur la pente le temps passe dans la moisissures mousses lichens dans les écroulements je désire un marie-hélène       la titrer "claude viallat, madame est toute merci à la toile de       l̵ après la lecture de pour jacky coville guetteurs voici des œuvres qui, le edmond, sa grande       au antoine simon 27       parfoi  le grand brassage des antoine simon 10       voyage    courant c’est parfois un pays les amants se au matin du que reste-t-il de la livre grand format en trois madame des forêts de ecrire sur d’ eurydice ou bien de il s’appelait bribes en ligne a je ne sais pas si cet univers sans viallat © le château de  improbable visage pendu dans le patriote du 16 mars « e ! malvais cliquetis obscène des le ciel est clair au travers les cuivres de la symphonie le 2 juillet       &ccedi sauvage et fuyant comme       rampan saluer d’abord les plus à bernadette charogne sur le seuilce qui  au mois de mars, 1166 la vie est dans la vie. se on préparait normalement, la rubrique la langue est intarissable       b&acir       ( ainsi alfred… dans les rêves de la li emperere s’est  la lancinante macles et roulis photo 7 madame aux rumeurs je ne peins pas avec quoi, le "patriote", comme une suite de la terre nous  l’écriture le passé n’est       le il en est des noms comme du  avec « a la je suis celle qui trompe torna a sorrento ulisse torna       fourr& j’ai ajouté sur l’erbe verte si est j’ai parlé carissimo ulisse,torna a       droite des voix percent, racontent f j’ai voulu me pencher       la pour anne slacik ecrire est cinquième citationne dernier vers aoi  “comment toutes sortes de papiers, sur grande lune pourpre dont les     &nbs la vie est ce bruissement béatrice machet vient de tout mon petit univers en nous savons tous, ici, que giovanni rubino dit       et  la toile couvre les coupé en deux quand   nous sommes au seuil de l’atelier 1-nous sommes dehors. références : xavier   saint paul trois i en voyant la masse aux       " et nous n’avons rien  pour de rien n’est a la libération, les       le ici, les choses les plus       p&eacu vous deux, c’est joie et on dit qu’agathe il souffle sur les collines clere est la noit e la le soleil n’est pas   un raphaËl autres litanies du saint nom et il fallait aller debout antoine simon 13 l’évidence       sur   pour olivier antoine simon 2 il faut aller voir       gentil             s̵  dans le livre, le    au balcon heureuse ruine, pensait pour frédéric cinquième essai tout       au madame est une torche. elle vous avez 1. il se trouve que je suis toutefois je m’estimais la légende fleurie est     de rigoles en coupé le sonà les lettres ou les chiffres ce texte se présente cyclades, iii° paysage de ta tombe  et       cette “le pinceau glisse sur il n’est pire enfer que tendresse du mondesi peu de quand les eaux et les terres bien sûrla  hors du corps pas   que signifie       va l’appel tonitruant du       sur de l’autre le galop du poème me deux nouveauté, antoine simon 31       pass&e equitable un besoin sonnerait dans les carnets issent de mer, venent as       dans bientôt, aucune amarre       dans gardien de phare à vie, au   le 10 décembre chercher une sorte de antoine simon 6 le 26 août 1887, depuis r.m.a toi le don des cris qui et  riche de mes l’erbe del camp, ki 5) triptyque marocain   on n’est dernier vers aoi 1.- les rêves de pour alain borer le 26       &n il ne sait rien qui ne va li emperere par sa grant (elle entretenait preambule – ut pictura       &agrav il existe au moins deux bien sûr, il y eut et voici maintenant quelques nice, le 18 novembre 2004 pour maguy giraud et le 23 février 1988, il se placer sous le signe de j’ai perdu mon       le       les pour ma merci au printemps des       dans « pouvez-vous une errance de si j’étais un pour gilbert station 7 : as-tu vu judas se ne faut-il pas vivre comme dernier vers aoi       le outre la poursuite de la mise     surgi pour michèle       nuage non, björg, fin première       dans diaphane est le mot (ou l’impression la plus générations l’ami michel au labyrinthe des pleursils   en grec, morías max charvolen, martin miguel       je me pour martin dentelle : il avait   pour théa et ses f dans le sourd chatoiement pour philippe       alla normal 0 21 false fal       arauca  de la trajectoire de ce la bouche pure souffrance un trait gris sur la paien sunt morz, alquant diaphane est le dans l’effilé de pour marcel en ceste tere ad estet ja le 26 août 1887, depuis le temps passe si vite, je serai toujours attentif à folie de josuétout est       apr&eg présentation du       grimpa pour michèle gazier 1)       j̵ trois tentatives desesperees « voici tant pis pour eux. (la numérotation des il en est des meurtrières.       glouss derniers vers sun destre  zones gardées de       six c’est la peur qui fait j’entends sonner les dernier vers aoi       sur pour egidio fiorin des mots la brume. nuages       "   ces notes       devant je n’hésiterai spectacle de josué dit je meurs de soif neuf j’implore en vain beaucoup de merveilles   iv    vers c’est ici, me bel équilibre et sa antoine simon 32       " dans le monde de cette un titre : il infuse sa ses mains aussi étaient "ces deux là se les petites fleurs des   tout est toujours en très malheureux...       le je crie la rue mue douleur   entrons (dans mon ventre pousse une         or essai de nécrologie, jouer sur tous les tableaux je reviens sur des sculpter l’air : journée de       au toute trace fait sens. que j’ai donné, au mois  je signerai mon f qu’il vienne, le feu tout en travaillant sur les de tantes herbes el pre d’abord l’échange des effleurer le ciel du bout des quelque chose cette machine entre mes       pav&ea       sabots la lecture de sainte dernier vers aoi premier vers aoi dernier arbre épanoui au ciel jamais si entêtanteeurydice dernier vers aoi sixième     nous ma voix n’est plus que noble folie de josué,       vaches moi cocon moi momie fuseau la musique est le parfum de ensevelie de silence, dernier vers aoi ce la vie humble chez les       allong violette cachéeton iv.- du livre d’artiste depuis ce jour, le site sous la pression des autre petite voix f les marques de la mort sur       au j’ai relu daniel biga,       la ce qui fascine chez       aujour deuxième apparition le bulletin de "bribes quel étonnant face aux bronzes de miodrag inoubliables, les       ton les durand : une pour mireille et philippe in the country dernier vers aoi dernier vers aoi     ces sec erv vre ile vi.- les amicales aventures le numéro exceptionnel de deux ce travail vous est pourquoi yves klein a-t-il le corps encaisse comme il bernadette griot vient de       &agrav     hélas, comme un préliminaire la  les éditions de       dans les premières il avait accepté il ne reste plus que le  un livre écrit merci à marc alpozzo       je un tunnel sans fin et, à très saintes litanies   d’un coté,       bien lancinant ô lancinant il y a des objets qui ont la dernier vers aoi     vers le soir       &n bernard dejonghe... depuis sainte marie, il n’y a pas de plus iloec endreit remeint li os       sur mougins. décembre     m2 &nbs antoine simon 15       l̵   3   

les pour qui veut se faire une       jardin branches lianes ronces (en regardant un dessin de       l̵ karles se dort cum hume       embarq la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 14 | Capharnaüm, 16 ->
Capharnaüm, 15
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

elle ose à peine émerger sortir de son corps des bruits de la cité Elle salue à peine  l’homme qui passe en quiétude
Marie-Madeleine enfin dans notre siècle arrivée comme  la Vierge            elles deux  révélées parce que soeur de détresses
brisure du pain les lèvres appelentl à partager la croûte et la mie      compensations aux tumultes de la rue
il faut payer la baguette 1€uro 05          demain dans la croisée elle sera l’odeur inflationniste  du fournil
elle est de celles qui retiennent la vie et d’un regard désormais apaise le quartier Sur leurs terrasses les villes ont des madone abruptes
leurs culs sont miséricorde de bitume  abnégation que  la nuit se traverse

Publication en ligne : 30 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette