BRIBES EN LIGNE
imagine que, dans la et ces dont les secrets… à quoi       soleil clere est la noit e la       la pour michèle gazier 1       devant c’est la chair pourtant       ce et voici maintenant quelques les amants se 1 au retour au moment poème pour mais jamais on ne n’ayant pas si grant dol ai que ne et ma foi, dernier vers que mort la lecture de sainte ….omme virginia par la  marcel migozzi vient de pour martine nous viendrons nous masser je ne sais pas si pluies et bruines, ne faut-il pas vivre comme       sur dernier vers aoi   en ceste tere ad estet ja       &agrav antoine simon 24 antoine simon 27 sixième dernier vers aoi       &agrav “dans le dessin abu zayd me déplait. pas   que signifie ce n’est pas aux choses       le       sabots 1 la confusion des       p&eacu madame est une religion de josué il ici, les choses les plus de proche en proche tous mon travail est une les textes mis en ligne chaque automne les le soleil n’est pas       au r.m.a toi le don des cris qui est-ce parce que, petit, on les oiseaux s’ouvrent f le feu m’a a grant dulur tendrai puis lorsque martine orsoni       le rien n’est plus ardu À max charvolen et cet article est paru       fourr& antoine simon 17 pour helmut journée de  dernières mises errer est notre lot, madame,       la napolì napolì rêves de josué, "le renard connaît certains soirs, quand je les doigts d’ombre de neige    en       six les premières jouer sur tous les tableaux       b&acir de la f dans le sourd chatoiement       object   1) cette intendo... intendo ! macles et roulis photo 6   encore une la liberté s’imprime à pour nicolas lavarenne ma le lent tricotage du paysage eurydice toujours nue à     hélas, dernier vers aoi marie-hélène max charvolen, martin miguel       un       ( c’était une l’attente, le fruit attelage ii est une œuvre monde imaginal, f le feu s’est nous lirons deux extraits de entr’els nen at ne pui pas sur coussin d’air mais  le grand brassage des  mise en ligne du texte       dans j’ai en réserve on trouvera la video « amis rollant, de       deux       au se reprendre. creuser son madame aux rumeurs je reviens sur des (josué avait lentement       les l’évidence       &agrav toi, mésange à raphaël mon cher pétrarque, poussées par les vagues nous avons affaire à de clquez sur des quatre archanges que si elle est belle ? je       le béatrice machet vient de la bouche pure souffrance de toutes les v.- les amicales aventures du a supposer quece monde tienne introibo ad altare li quens oger cuardise     une abeille de c’est ici, me ce jour-là il lui issent de mer, venent as ses mains aussi étaient le grand combat : dernier vers aoi tout est possible pour qui  c’était coupé le sonà ouverture d’une     m2 &nbs dans les carnets janvier 2002 .traverse le 15 mai, à le 23 février 1988, il temps de pierres depuis le 20 juillet, bribes c’est vrai fontelucco, 6 juillet 2000 deuxième essai le légendes de michel dans l’innocence des dentelle : il avait  zones gardées de       l̵ approche d’une et  riche de mes       banlie pour daniel farioli poussant     l’é       juin cinquième essai tout nous savons tous, ici, que       reine tendresse du mondesi peu de dernier vers aoi glaciation entre mult est vassal carles de   pour théa et ses  ce mois ci : sub et il parlait ainsi dans la     extraire générations vi.- les amicales aventures bel équilibre et sa paien sunt morz, alquant   je n’ai jamais tout en travaillant sur les les petites fleurs des présentation du 1- c’est dans epuisement de la salle, coupé en deux quand très saintes litanies     dans la ruela ce monde est semé ce pays que je dis est (À l’église       dans vertige. une distance pour raphaël avant propos la peinture est       apparu tandis que dans la grande madame chrysalide fileuse dernier vers aoi temps où les coeurs la vie est dans la vie. se dernier vers aoi       que comme un préliminaire la       dans f le feu s’est      & accorde ton désir à ta merci à la toile de la vie est ce bruissement non... non... je vous assure, la fraîcheur et la l’heure de la  il est des objets sur "mais qui lit encore le pas facile d’ajuster le la pureté de la survie. nul la force du corps, un tunnel sans fin et, à station 4 : judas  dernier vers aoi pour qui veut se faire une  de même que les assise par accroc au bord de  les trois ensembles le tissu d’acier rossignolet tu la       quinze la fraîcheur et la       retour pour jacky coville guetteurs de profondes glaouis   j’ai souvent l’existence n’est chairs à vif paumes depuis ce jour, le site  improbable visage pendu pour jean gautheronle cosmos       sur le       ce la tentation du survol, à antoine simon 33 la vie humble chez les villa arson, nice, du 17 ne pas négocier ne siglent a fort e nagent e       vu dernier vers aoi macles et roulis photo 3 "et bien, voilà..." dit la poésie, à la dans les rêves de la difficile alliage de dans les horizons de boue, de ce va et vient entre sables mes parolesvous       grimpa mais non, mais non, tu il faut aller voir quand les eaux et les terres j’écoute vos deux ce travail vous est       la carissimo ulisse,torna a juste un  je signerai mon voile de nuità la pour philippe quatrième essai de ...et poème pour    tu sais la bouche pleine de bulles quand vous serez tout diaphane est le macles et roulis photo 7 dire que le livre est une je suis bien dans sauvage et fuyant comme       fleure       la le recueil de textes       & pour maxime godard 1 haute sa langue se cabre devant le toulon, samedi 9 a claude b.   comme certains prétendent       pour       " tu le saiset je le vois       bonheu  “s’ouvre et encore  dits j’ai relu daniel biga,       fourmi au lecteur voici le premier  epître aux nous avancions en bas de décembre 2001. dernier vers aoi dans le monde de cette       &n a propos d’une lentement, josué in the country pour andré     chant de tout est prêt en moi pour       je me ma chair n’est recleimet deu mult       dans pour lee  “ce travail qui vous êtes dans ce pays ma mère face aux bronzes de miodrag et si au premier jour il dans le pays dont je vous  jésus pour michèle   le 10 décembre dernier vers doel i avrat,       &n avez-vous vu     nous le corps encaisse comme il tous feux éteints. des       qui comme ce mur blanc 0 false 21 18 f le feu est venu,ardeur des pas même et c’était dans    si tout au long le travail de bernard  hors du corps pas que reste-t-il de la       je me deuxième approche de       m̵       maquis       sur au programme des actions de tantes herbes el pre souvent je ne sais rien de la cité de la musique autre essai d’un dans les carnets troisième essai et    seule au madame est une torche. elle faisant dialoguer je suis celle qui trompe ce texte m’a été la route de la soie, à pied, le lourd travail des meules samuelchapitre 16, versets 1 normal 0 21 false fal il n’était qu’un g. duchêne, écriture le l’instant criblé la fonction, si j’avais de son madame déchirée une errance de cher bernard   pour le prochain le coquillage contre de prime abord, il     un mois sans macles et roulis photo il existe deux saints portant martin miguel art et maintenant il connaît le       " dernier vers aoi lancinant ô lancinant "si elle est marché ou souk ou le 26 août 1887, depuis ainsi alfred…     chambre le glacis de la mort   jn 2,1-12 : un jour nous avons la galerie chave qui la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Barnaud, Jean Marie

JEAN-MARIE BARNAUD

|
Fragments d’un corps incertain
© Jean-Marie Barnaud
Ecrivain(s) : Barnaud
Clefs : poésie

 

3

 



Les lieux aussi sont corps mêlés


Misère et grandeur s’y accouplent


On reconnaît chacun à son ciel


comme il embrasse


comme il courbe et lisse ses teintes

 



Le temps alors


met sa tête sous son aile


vous confie au hasard


 


On a la bride sur le coup


On file ses rêves

 

 

On croirait


voyant autour de soi


des champs si propres


que ces courbes vous aiment


qu’elles prennent soin aussi


de l’âme


la font chanter

 



On abandonne les bois noirs


de la métaphysique


dès que s’éclairent ces contrées


On oublie la nuit griffue


la nuit des petits monstres

 

 











Secouez vos défroques


dit la raison raisonnable


dessillez-vous les yeux


Risquez-vous au corps des villes


plus vif que la bête incertaine


qui fait la roue


prend ses taches pour un monde

 



Recevez


de l’ordre des pierres


des rues des places


des jardins


où passent des formes de chair


et non des ombres


Recevez d’eux


réparation

 

 

 

Et donc voici la métropole


et moi


grossi des mots des livres


aspiré par les boulevards périphériques


et perdu comme un puceau


dans cette machinerie


dont autrefois la poésie


aima la faconde et l’ivresse

 



Plus tard


du pont sur l’eau


qu’ouvre le mufle des péniches


à nouveau la voix de la raison


qui aime


et dénoue l’embarras des paroles

 

 

 

En bas contre les pierres


où brise le courant lourd


que plombent les moires du fuel


à où s’est une fois abîmée


la chance du poème


humblement


après tant d’autres


j’apprends la patience

 



Comme la lumière persiste


enveloppant les volées d’immeubles


et de tours aux vitres aveugles


on dirait que ses jeux ont pouvoir


de tourner en élégance


la violence et la force

-

 

 

Ici

dit la raison


c’est peut-être encore la mer


la vie puissante


sa tendre indifférence

 


Passer est le lot le plus simple


Passer


et cependant rendre les armes


à la splendeur

 

 

Publication en ligne : 23 novembre 2008

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette