BRIBES EN LIGNE
 epître aux       neige       la pie et te voici humanité  pour jean le       &n       &n violette cachéeton le pendu     une abeille de       dans station 1 : judas martin miguel art et tout est possible pour qui pour ma se placer sous le signe de six de l’espace urbain, le 26 août 1887, depuis pour le prochain basilic, (la et  riche de mes « voici à propos “la je n’hésiterai antoine simon 12 il faut laisser venir madame (dans mon ventre pousse une quando me ne so itu pe si elle est belle ? je beaucoup de merveilles ce texte se présente la prédication faite tes chaussures au bas de première siglent a fort e nagent e max charvolen, martin miguel       un ...et poème pour et il parlait ainsi dans la eurydice toujours nue à antoine simon 9 il y a des objets qui ont la       l̵ elle ose à peine du fond des cours et des le ciel est clair au travers je suis dernier vers aoi   premier vers aoi dernier nice, le 8 octobre j’aime chez pierre madame est une aucun hasard si se     au couchant thème principal : quai des chargeurs de le plus insupportable chez le corps encaisse comme il       zacinto dove giacque il mio sixième suite de       soleil derniers vers sun destre   la production       " chercher une sorte de    en  au mois de mars, 1166 la réserve des bribes "nice, nouvel éloge de la À max charvolen et martin merci au printemps des       &agrav et encore  dits les parents, l’ultime merci à marc alpozzo les plus vieilles cet univers sans f le feu s’est       alla c’est le grand (ma gorge est une le 23 février 1988, il ecrire les couleurs du monde À la loupe, il observa comme ce mur blanc macles et roulis photo 1 rm : nous sommes en certains prétendent "tu sais ce que c’est je suis bien dans antoine simon 19 et je vois dans vos  l’exposition        la       montag       grimpa l’art n’existe les routes de ce pays sont      & sauvage et fuyant comme       sur       en un a la fin il ne resta que le nécessaire non légendes de michel raphaël derniers a propos de quatre oeuvres de la cité de la musique nous dirons donc     du faucon       un "pour tes carmelo arden quin est une le franchissement des de mes deux mains ecrire sur temps où le sang se poussées par les vagues       et imagine que, dans la le 19 novembre 2013, à la bruno mendonça  il est des objets sur     "       &eacut    de femme liseuse quatrième essai de 1. il se trouve que je suis       &agrav pour jean gautheronle cosmos a la libération, les passet li jurz, la noit est   pour olivier l’éclair me dure,       cerisi       la       avant À max charvolen et epuisement de la salle,       allong toutes sortes de papiers, sur   l’oeuvre vit son antoine simon 17       sur dernier vers aoi que reste-t-il de la l’impossible antoine simon 23       au difficile alliage de l’appel tonitruant du dans le train premier j’arrivais dans les diaphane est le mot (ou je t’enlace gargouille deuxième     longtemps sur       fourr& dernier vers aoi madame est la reine des pierre ciel chaque automne les à bernadette un jour, vous m’avez  le grand brassage des antoine simon 18 pour pierre theunissen la premier essai c’est a ma mère, femme parmi l’heure de la le travail de bernard dans le monde de cette       au iloec endreit remeint li os portrait. 1255 : f le feu m’a       b&acir  pour le dernier jour station 4 : judas  la vie est dans la vie. se antoine simon 16 dans l’effilé de chaises, tables, verres, les premières je déambule et suis dans ma gorge vous êtes       jonath l’impression la plus       fleur 1) notre-dame au mur violet abstraction voir figuration tant pis pour eux. onze sous les cercles  “... parler une       le       st “dans le dessin mille fardeaux, mille elle réalise des il souffle sur les collines titrer "claude viallat, deuxième apparition antoine simon 3 dernier vers aoi       " dans le pays dont je vous l’erbe del camp, ki nous avancions en bas de la fonction, troisième essai et       object carles respunt : (ô fleur de courge... c’est parfois un pays f qu’il vienne, le feu antoine simon 24 il était question non bribes en ligne a attendre. mot terrible. pour mes enfants laure et printemps breton, printemps et que dire de la grâce temps de cendre de deuil de       longte       en dans le pain brisé son leonardo rosa       vu quant carles oït la il avait accepté la fraîcheur et la bernadette griot vient de       bruyan "l’art est-il de pa(i)smeisuns en est venuz sur la toile de renoir, les des quatre archanges que marcel alocco a religion de josué il       voyage    si tout au long       ...mai et…  dits de rêves de josué, réponse de michel       six générations mi viene in mentemi       reine       longte il aurait voulu être       embarq effleurer le ciel du bout des ( ce texte a madame est toute pour martine cher bernard autre citation tout en vérifiant dans les hautes herbes dernier vers aoi       apr&eg la liberté de l’être  ce qui importe pour       aujour mes pensées restent franchement, pensait le chef, à propos des grands       p&eacu avez-vous vu quand vous serez tout sequence 6   le 5) triptyque marocain mesdames, messieurs, veuillez « h&eacu       & normal 0 21 false fal       marche non... non... je vous assure, nu(e), comme son nom je découvre avant toi bal kanique c’est preambule – ut pictura et c’était dans       la    seule au nos voix rimbaud a donc vos estes proz e vostre ] heureux l’homme       object les textes mis en ligne   au milieu de       midi « pouvez-vous si tu es étudiant en   un vi.- les amicales aventures j’ai en réserve percey priest lakesur les écoute, josué, attelage ii est une œuvre et il fallait aller debout marché ou souk ou la fraîcheur et la il n’y a pas de plus antoine simon 32 seins isabelle boizard 2005     chambre mise en ligne la galerie chave qui       su « 8° de la vie est ce bruissement (la numérotation des jusqu’à il y a vue à la villa tamaris  improbable visage pendu n’ayant pas rien n’est plus ardu   pour théa et ses li emperere s’est   que signifie 13) polynésie apaches : able comme capable de donner       maquis l’évidence pour maxime godard 1 haute   la baie des anges À peine jetés dans le il tente de déchiffrer,   si vous souhaitez toute une faune timide veille     l’é       ( toi, mésange à tu le sais bien. luc ne il s’appelait autre essai d’un monde imaginal, station 3 encore il parle l’une des dernières   pour le prochain le grand combat : c’est extrêmement   1) cette je dors d’un sommeil de pour julius baltazar 1 le carissimo ulisse,torna a le 15 mai, à dans les carnets ici. les oiseaux y ont fait  hier, 17       le       que       et tu bien sûr, il y eut nous avons affaire à de morz est rollant, deus en ad pour michèle gazier 1) vertige. une distance de toutes les ce qui importe pour j’ai ajouté       qui la rencontre d’une dans le patriote du 16 mars approche d’une il semble possible       le de soie les draps, de soie       &agrav les dernières ouverture d’une laure et pétrarque comme et ma foi, merci à la toile de autre citation"voui     chant de je t’enfourche ma comme un préliminaire la fin première à la mémoire de pour robert madame a des odeurs sauvages antoine simon 15 toulon, samedi 9 dernier vers aoi       au la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues

ALAIN FREIXE

<- D’une couleur nouvelle | Temps disjoint ->
Merle noir
© Alain Freixe
Ecrivain(s) : Freixe (site)
Clefs : poésie

Merle noir

 Pour Eliot,

Neige, encore. Herbe, toujours. Et l’oiseau noir. Entre fleurs mauves et blanches. Sous le regard plus lointain des safranées. Déjà là à sautiller.

Bientôt, entre l’éclat des fleurs sauvages de l’églantier et le rouge sombre des roses, entre vie et mort, à longs traits, par bonds et flèches tirées d’un bord du jour à l’autre, le merle écrira le mot de passe que son chant armera de silence.

Et je resterai là les yeux loin dans l’infranchissable de son chant.
Suspendu à cette empreinte dans l’air, à cette ombre d’une lumière qui, longtemps après qu’il a disparu, demeure.
Dans le brouillard bleu du soir, les corneilles, les corbeaux, tous les oiseaux noirs ont beau crailler, je l’entends encore, mon ami le communard. Irréductible. Souverain.
Je le sais être de tous les retours.

P.-S.

( Poème publié avec une gravure de Fernanda Fedi en italie, Il libro del merlo en mars 2008 )

Publication en ligne : 9 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette