BRIBES EN LIGNE
la bouche pure souffrance      &       le ce jour là, je pouvais le géographe sait tout branches lianes ronces passet li jurz, la noit est après la lecture de archipel shopping, la pour philippe nécrologie jusqu’à il y a on croit souvent que le but dernier vers aoi vous deux, c’est joie et  hors du corps pas des voiles de longs cheveux de sorte que bientôt       la dernier vers aoi si grant dol ai que ne le tissu d’acier les plus vieilles un tunnel sans fin et, à du bibelot au babilencore une       le les doigts d’ombre de neige toute trace fait sens. que pour jean gautheronle cosmos ce n’est pas aux choses       fourr& tant pis pour eux. ma voix n’est plus que constellations et madame est la reine des macles et roulis photo 3 guetter cette chose       dans les grands       la morz est rollant, deus en ad       pav&ea edmond, sa grande non... non... je vous assure, pas de pluie pour venir carissimo ulisse,torna a pierre ciel v.- les amicales aventures du fontelucco, 6 juillet 2000 douce est la terre aux yeux   on n’est       une dernier vers aoi   un vendredi autres litanies du saint nom antoine simon 32   le texte suivant a       ma       parfoi       devant       dans et combien       juin "moi, esclave" a       &n religion de josué il a grant dulur tendrai puis nos voix bribes en ligne a deuxième apparition de madame chrysalide fileuse pour martine, coline et laure le grand combat : moisissures mousses lichens décembre 2001.   iv    vers  “... parler une sept (forces cachées qui la liberté de l’être des voix percent, racontent six de l’espace urbain, quelque chose  on peut passer une vie deux mille ans nous   entrons si, il y a longtemps, les laure et pétrarque comme dernier vers aoi       baie dernier vers aoi rêve, cauchemar, "pour tes   saint paul trois deuxième approche de genre des motsmauvais genre il tente de déchiffrer,       banlie j’ai perdu mon il faut aller voir pour m.b. quand je me heurte toujours les lettres : exacerbé d’air grande lune pourpre dont les       journ& frères et ne pas négocier ne n’ayant pas elle réalise des à la mémoire de dans l’effilé de (la numérotation des dernier vers aoi       premier essai c’est passent .x. portes,       crabe- merci au printemps des       pour il y a des objets qui ont la l’erbe del camp, ki qu’est-ce qui est en mais non, mais non, tu portrait. 1255 : deuxième suite antoine simon 3       sur on cheval pas facile d’ajuster le à sylvie la terre a souvent tremblé i.- avaler l’art par       dans li emperere par sa grant les parents, l’ultime la réserve des bribes l’appel tonitruant du j’ai travaillé normalement, la rubrique de pa(i)smeisuns en est venuz " je suis un écorché vif.     quand       un  pour de       reine "la musique, c’est le  au travers de toi je antoine simon 19       bonhe dernier vers que mort   juste un madame des forêts de       je me       bien vedo la luna vedo le l’art n’existe il existe au moins deux un besoin de couper comme de cher bernard ki mult est las, il se dort tromper le néant sa langue se cabre devant le       la       l̵       dans (ô fleur de courge... 0 false 21 18 dieu faisait silence, mais pour ma huit c’est encore à aux george(s) (s est la  “la signification       " envoi du bulletin de bribes les avenues de ce pays       longte       sur       &eacut rêves de josué, le ciel de ce pays est tout et c’était dans je dors d’un sommeil de villa arson, nice, du 17 le geste de l’ancienne, les dieux s’effacent la vie humble chez les nous lirons deux extraits de "je me tais. pour taire. iv.- du livre d’artiste marie-hélène       object pas même       vaches faisant dialoguer aucun hasard si se la gaucherie à vivre, antoine simon 30       b&acir fin première en 1958 ben ouvre à       en un       embarq ce texte se présente 10 vers la laisse ccxxxii rimbaud a donc l’heure de la     de rigoles en       le       la sors de mon territoire. fais j’oublie souvent et l’une des dernières       le juste un mot pour annoncer     cet arbre que approche d’une merle noir  pour       au  l’exposition  vos estes proz e vostre "et bien, voilà..." dit et tout avait et te voici humanité  référencem ma chair n’est antoine simon 10 et…  dits de pour jean-louis cantin 1.- la vie est dans la vie. se les routes de ce pays sont       fourmi buttati ! guarda&nbs mougins. décembre ajout de fichiers sons dans  “ne pas autre citation f le feu s’est       deux je suis bien dans a la fin il ne resta que peinture de rimes. le texte bal kanique c’est       qui   j’ai souvent       vu       le       les zacinto dove giacque il mio torna a sorrento ulisse torna siglent a fort e nagent e  improbable visage pendu reflets et echosla salle la pureté de la survie. nul je ne sais pas si af : j’entends polenta comme ce mur blanc       enfant le bulletin de "bribes intendo... intendo !       sur antoine simon 29       reine cinquième essai tout macles et roulis photo 4 station 4 : judas  le proche et le lointain "tu sais ce que c’est madame est toute   anatomie du m et       l̵ vous avez       montag dernier vers aoi bribes en ligne a sixième i en voyant la masse aux dernier vers aoi pour pas une année sans évoquer       je       p&eacu  “comment le scribe ne retient diaphane est le mot (ou il ne sait rien qui ne va je n’hésiterai lentement, josué       cette et  riche de mes diaphane est le   si vous souhaitez madame a des odeurs sauvages voile de nuità la       d&eacu   la production saluer d’abord les plus lu le choeur des femmes de leonardo rosa dernier vers aoi toulon, samedi 9 les oiseaux s’ouvrent nous viendrons nous masser       ce voici des œuvres qui, le l’art c’est la  la lancinante l’impression la plus à propos “la la communication est josué avait un rythme s’ouvre la histoire de signes . madame, vous débusquez f les feux m’ont       é       que  ce qui importe pour   dits de quand vous serez tout nous avons affaire à de rita est trois fois humble. errer est notre lot, madame,     les fleurs du maintenant il connaît le       &agrav (dans mon ventre pousse une les textes mis en ligne Être tout entier la flamme quand les eaux et les terres franchement, pensait le chef, temps de pierres dans la il n’est pire enfer que attelage ii est une œuvre nice, le 18 novembre 2004 j’ai donné, au mois la fonction, descendre à pigalle, se madame porte à dernier vers aoi  mise en ligne du texte douze (se fait terre se à la bonne       pass&e gardien de phare à vie, au il en est des meurtrières. au matin du livre grand format en trois et voici maintenant quelques pour qui veut se faire une  avec « a la station 1 : judas il existe deux saints portant       sous il aurait voulu être  tu ne renonceras pas. deux nouveauté,  pour jean le       au       l̵    seule au  epître aux       aux eurydice toujours nue à en introduction à       sabots antoine simon 14 tout est prêt en moi pour ] heureux l’homme le 23 février 1988, il       &agrav les petites fleurs des première carles respunt :    de femme liseuse     sur la pente       dans le corps encaisse comme il       ton mise en ligne d’un       va raphaël dimanche 18 avril 2010 nous   que signifie       au exode, 16, 1-5 toute pour nicolas lavarenne ma  les éditions de ouverture d’une la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues

ALAIN FREIXE

<- D’une couleur nouvelle | Temps disjoint ->
Merle noir
© Alain Freixe
Ecrivain(s) : Freixe (site)
Clefs : poésie

Merle noir

 Pour Eliot,

Neige, encore. Herbe, toujours. Et l’oiseau noir. Entre fleurs mauves et blanches. Sous le regard plus lointain des safranées. Déjà là à sautiller.

Bientôt, entre l’éclat des fleurs sauvages de l’églantier et le rouge sombre des roses, entre vie et mort, à longs traits, par bonds et flèches tirées d’un bord du jour à l’autre, le merle écrira le mot de passe que son chant armera de silence.

Et je resterai là les yeux loin dans l’infranchissable de son chant.
Suspendu à cette empreinte dans l’air, à cette ombre d’une lumière qui, longtemps après qu’il a disparu, demeure.
Dans le brouillard bleu du soir, les corneilles, les corbeaux, tous les oiseaux noirs ont beau crailler, je l’entends encore, mon ami le communard. Irréductible. Souverain.
Je le sais être de tous les retours.

P.-S.

( Poème publié avec une gravure de Fernanda Fedi en italie, Il libro del merlo en mars 2008 )

Publication en ligne : 9 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette