BRIBES EN LIGNE
le temps passe si vite, il existe au moins deux pour alain borer le 26 pour anne slacik ecrire est après la lecture de le passé n’est de prime abord, il       pour le vieux qui arbre épanoui au ciel       je me la liberté de l’être       je dieu faisait silence, mais jamais je n’aurais ce il n’y a pas de plus travail de tissage, dans iv.- du livre d’artiste « h&eacu titrer "claude viallat, guetter cette chose  c’était   six formes de la       entre       je me tendresse du mondesi peu de       bien quel étonnant à la bonne lentement, josué dans les carnets 7) porte-fenêtre « pouvez-vous       force il ne s’agit pas de paysage de ta tombe  et  l’écriture tout en vérifiant raphaël ouverture de l’espace pour daniel farioli poussant dernier vers aoi     chambre   ces notes li emperere s’est       fourr& moisissures mousses lichens il semble possible madame, on ne la voit jamais       le la deuxième édition du il en est des noms comme du onze sous les cercles deuxième essai le cinquième citationne onzième  un livre écrit     une abeille de un jour, vous m’avez a l’aube des apaches, tandis que dans la grande ici. les oiseaux y ont fait au labyrinthe des pleursils 1. il se trouve que je suis c’était une la réserve des bribes carcassonne, le 06 À la loupe, il observa un nouvel espace est ouvert macles et roulis photo 3 chercher une sorte de ce texte m’a été il existe deux saints portant  dans toutes les rues des voiles de longs cheveux du fond des cours et des       grappe       à l’ami michel       longte dernier vers que mort À l’occasion de dernier vers aoi (vois-tu, sancho, je suis       au tromper le néant vous avez et combien     pluie du     l’é toi, mésange à accorde ton désir à ta le corps encaisse comme il sous l’occupation exode, 16, 1-5 toute clers fut li jurz e li on préparait carles respunt : station 3 encore il parle    nous       sur le       sous vous avez af : j’entends       pav&ea quando me ne so itu pe al matin, quant primes pert aucun hasard si se charogne sur le seuilce qui       sur madame porte à       apr&eg patrick joquel vient de  je signerai mon la légende fleurie est de profondes glaouis pour lee ne faut-il pas vivre comme dernier vers aoi buttati ! guarda&nbs ma chair n’est madame a des odeurs sauvages a propos de quatre oeuvres de madame dans l’ombre des là, c’est le sable et morz est rollant, deus en ad "l’art est-il       le Ç’avait été la et la peur, présente  tu ne renonceras pas.    en nouvelles mises en ici, les choses les plus la littérature de pour nicolas lavarenne ma pour jean marie j’aime chez pierre       ton c’est la peur qui fait le ciel est clair au travers je ne saurais dire avec assez       alla       vaches dernier vers aoi première antoine simon 11 beaucoup de merveilles       coude percey priest lakesur les     le j’ai longtemps pour m.b. quand je me heurte le 15 mai, à       &ccedi bruno mendonça chaque automne les À max charvolen et martin temps où le sang se le "patriote", à j’ai donné, au mois le scribe ne retient et que vous dire des g. duchêne, écriture le dernier vers aoi lorsqu’on connaît une       un     faisant la avez-vous vu c’est une sorte de le travail de bernard       quinze  les éditions de       " mille fardeaux, mille les avenues de ce pays « e ! malvais able comme capable de donner aux barrières des octrois si tu es étudiant en preambule – ut pictura   né le 7 pour frédéric on trouvera la video une autre approche de je t’enfourche ma     oued coulant bien sûr, il y eut       " f le feu m’a paien sunt morz, alquant       dans f le feu s’est dans le pain brisé son v.- les amicales aventures du premier essai c’est portrait. 1255 : bien sûrla rien n’est       voyage avec marc, nous avons errer est notre lot, madame, sables mes parolesvous le 23 février 1988, il non, björg, en cet anniversaire, ce qui pas facile d’ajuster le       pass&e c’est la distance entre madame est une       chaque le nécessaire non halt sunt li pui e mult halt janvier 2002 .traverse temps de cendre de deuil de la question du récit (josué avait lentement les doigts d’ombre de neige mouans sartoux. traverse de si, il y a longtemps, les temps de pierres dans la pour robert       sur bribes en ligne a et je vois dans vos l’instant criblé que d’heures il était question non bientôt, aucune amarre 5) triptyque marocain " je suis un écorché vif. ce monde est semé rare moment de bonheur, dernier vers aoi le geste de l’ancienne,       l̵ effleurer le ciel du bout des max charvolen, martin miguel et il fallait aller debout apaches : dernier vers aoi ce qui fascine chez       sur (de)lecta lucta   je sais, un monde se et ces   ciel !!!!       " normal 0 21 false fal quand les mots 1) la plupart de ces sa langue se cabre devant le ainsi va le travail de qui sur la toile de renoir, les dernier vers aoi une il faut dire les     dans la ruela i en voyant la masse aux trois tentatives desesperees ce texte se présente les petites fleurs des légendes de michel antoine simon 29 pour jacqueline moretti, (ma gorge est une j’arrivais dans les       dans attention beau huit c’est encore à       sur f j’ai voulu me pencher       su envoi du bulletin de bribes le recueil de textes       magnol aux george(s) (s est la réponse de michel rita est trois fois humble.     du faucon merci à marc alpozzo dans les hautes herbes le tissu d’acier on a cru à coupé le sonà       &n pas de pluie pour venir genre des motsmauvais genre le texte qui suit est, bien 1257 cleimet sa culpe, si vous êtes ] heureux l’homme pour martin laure et pétrarque comme zacinto dove giacque il mio je t’enlace gargouille dernier vers aoi       b&acir le coeur du a la femme au nos voix je n’ai pas dit que le je suis bien dans in the country (josué avait béatrice machet vient de autres litanies du saint nom recleimet deu mult       &n station 7 : as-tu vu judas se antoine simon 22 toulon, samedi 9 deuxième apparition       il a la fin il ne resta que la gaucherie à vivre, paroles de chamantu poussées par les vagues ils avaient si longtemps, si       jonath saluer d’abord les plus raphaël quelque temps plus tard, de si grant dol ai que ne  il y a le la rencontre d’une f les marques de la mort sur comme c’est fragilité humaine. entr’els nen at ne pui lorsque martine orsoni antoine simon 7       et       le       &eacut du bibelot au babilencore une pour helmut en ceste tere ad estet ja carissimo ulisse,torna a       é et ma foi, rimbaud a donc spectacle de josué dit pur ceste espee ai dulor e  au travers de toi je ce n’est pas aux choses dans l’innocence des voudrais je vous madame des forêts de toute une faune timide veille 1254 : naissance de sainte marie,       deux s’égarer on       cerisi dont les secrets… à quoi les dieux s’effacent voici des œuvres qui, le       l̵  tous ces chardonnerets pour martine marché ou souk ou 1) notre-dame au mur violet equitable un besoin sonnerait       sabots et si tu dois apprendre à j’ai ajouté  tu vois im font chier quatrième essai de attendre. mot terrible. heureuse ruine, pensait nous serons toujours ces   saint paul trois       les la vie est dans la vie. se se placer sous le signe de ce paysage que tu contemplais antoine simon 28 exacerbé d’air l’existence n’est  référencem à propos des grands      &  le grand brassage des  si, du nouveau ma voix n’est plus que  ce qui importe pour souvent je ne sais rien de face aux bronzes de miodrag  “comment       ma dorothée vint au monde immense est le théâtre et marcel alocco a la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- La gamine ôte culotte | Les fleurs ->
Les plantes
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

les plantes

sont belles quand elles sont

en fleurs

Publication en ligne : 10 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette