BRIBES EN LIGNE
      &agrav l’ami michel dernier vers aoi madame des forêts de       le À max charvolen et a la femme au f les marques de la mort sur tu le saiset je le vois ] heureux l’homme couleur qui ne masque pas in the country       marche nous avons affaire à de d’abord l’échange des jamais je n’aurais « 8° de imagine que, dans la accorde ton désir à ta iv.- du livre d’artiste quand nous rejoignons, en les oiseaux s’ouvrent pourquoi yves klein a-t-il       pav&ea    en j’ai donc le coeur du glaciation entre 13) polynésie  il y a le merci à la toile de       su (ô fleur de courge... fin première     du faucon temps de bitume en fusion sur À max charvolen et martin napolì napolì  dans le livre, le cet article est paru cinquième essai tout i en voyant la masse aux halt sunt li pui e mult halt nous viendrons nous masser       au c’était une le lourd travail des meules tout est prêt en moi pour maintenant il connaît le patrick joquel vient de toutes sortes de papiers, sur morz est rollant, deus en ad  hors du corps pas   la rencontre d’une able comme capable de donner pour michèle gazier 1) le 28 novembre, mise en ligne seins isabelle boizard 2005       force sa langue se cabre devant le station 3 encore il parle essai de nécrologie, à la mémoire de  marcel migozzi vient de 1 la confusion des je serai toujours attentif à    au balcon villa arson, nice, du 17 0 false 21 18 et ma foi, si, il y a longtemps, les josué avait un rythme frères et langues de plomba la pour nicolas lavarenne ma a christiane dans les horizons de boue, de antoine simon 7       dans       allong avant propos la peinture est rien n’est il ne reste plus que le   encore une vous deux, c’est joie et je t’ai admiré, mon cher pétrarque, vedo la luna vedo le       bien       soleil carles respunt : et la peur, présente pour mon épouse nicole petites proses sur terre du bibelot au babilencore une autres litanies du saint nom macles et roulis photo 3 dernier vers aoi       dans pour jean marie et te voici humanité l’instant criblé la communication est dans le monde de cette iloec endreit remeint li os       quinze  les trois ensembles antoine simon 13 mult est vassal carles de derniers vers sun destre depuis le 20 juillet, bribes  mise en ligne du texte       &n il n’était qu’un deuxième essai le toulon, samedi 9 ici, les choses les plus       bruyan je reviens sur des dans les écroulements exacerbé d’air folie de josuétout est un jour nous avons  “la signification tromper le néant spectacle de josué dit la cité de la musique trois (mon souffle au matin       vu si grant dol ai que ne "le renard connaît       reine         or dernier vers aoi le corps encaisse comme il tes chaussures au bas de toute une faune timide veille le bulletin de "bribes ma voix n’est plus que et tout avait la légende fleurie est dernier vers aoi       les ecrire sur je t’enfourche ma approche d’une       les dernier vers aoi dessiner les choses banales apaches :       d’un bout à la liberté s’imprime à pour egidio fiorin des mots immense est le théâtre et sculpter l’air : dernier vers aoi       jonath temps de cendre de deuil de       dans la fraîcheur et la quatrième essai de dernier vers doel i avrat, et combien une errance de la vie est ce bruissement il avait accepté carles li reis en ad prise sa dieu faisait silence, mais autre citation"voui       les     nous les étourneaux !       &n vertige. une distance heureuse ruine, pensait dernier vers aoi dernier vers aoi giovanni rubino dit       qui les grands jamais si entêtanteeurydice       la nous savons tous, ici, que la danse de karles se dort cum hume antoine simon 25 mult ben i fierent franceis e carcassonne, le 06 (josué avait je n’ai pas dit que le cet article est paru dans le la littérature de il y a tant de saints sur       fleur     pluie du s’égarer on       que macles et roulis photo 7 dernier vers aoi petit matin frais. je te derniers dans le patriote du 16 mars  dans toutes les rues les doigts d’ombre de neige carissimo ulisse,torna a etait-ce le souvenir i mes doigts se sont ouverts sous l’occupation et voici maintenant quelques à cri et à le 23 février 1988, il décembre 2001. (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi paien sunt morz, alquant le proche et le lointain pour mes enfants laure et ce monde est semé lorsqu’on connaît une dernier vers aoi voile de nuità la ici. les oiseaux y ont fait carissimo ulisse,torna a inoubliables, les de tantes herbes el pre m1             tourne madame est toute a ma mère, femme parmi la gaucherie à vivre, aux barrières des octrois eurydice toujours nue à "la musique, c’est le il y a dans ce pays des voies avec marc, nous avons   pour théa et ses et il parlait ainsi dans la une fois entré dans la pour andré villers 1) ce qui aide à pénétrer le pour marcel     surgi deux ce travail vous est et il fallait aller debout   ces notes le grand combat : preambule – ut pictura pour michèle (dans mon ventre pousse une raphaël les dessins de martine orsoni les dieux s’effacent la terre a souvent tremblé dernier vers aoi f les feux m’ont mise en ligne d’un       banlie       pass&e Être tout entier la flamme       retour antoine simon 11 leonardo rosa la chaude caresse de  avec « a la       m&eacu bribes en ligne a "je me tais. pour taire. a toi le don des cris qui       l̵ je suis la mastication des  référencem histoire de signes . quant carles oït la le lent déferlement réponse de michel Éléments -       dans dans l’innocence des le temps passe dans la antoine simon 32 equitable un besoin sonnerait pour angelo je n’hésiterai bernadette griot vient de pour jacqueline moretti,       un       la madame chrysalide fileuse       il qu’est-ce qui est en c’est parfois un pays    si tout au long pour jean-louis cantin 1.- la tentation du survol, à le 26 août 1887, depuis il ne s’agit pas de et ces     l’é nouvelles mises en     une abeille de quand sur vos visages les j’aime chez pierre bruno mendonça       ( rita est trois fois humble.     &nbs       soleil toutefois je m’estimais     &nbs       entre       un il faut aller voir       la religion de josué il  zones gardées de     dans la ruela       alla  epître aux pour frédéric "moi, esclave" a les amants se       sabots arbre épanoui au ciel antoine simon 18 vous n’avez antoine simon 30 et c’était dans tout est possible pour qui pour maguy giraud et reprise du site avec la       é coupé en deux quand la force du corps, il ne sait rien qui ne va hans freibach : pure forme, belle muette, la mort, l’ultime port, mes pensées restent beaucoup de merveilles et si tu dois apprendre à  tous ces chardonnerets la fonction, marché ou souk ou au labyrinthe des pleursils le galop du poème me madame aux rumeurs pour qui veut se faire une un jour, vous m’avez antoine simon 31   la baie des anges moisissures mousses lichens quand il voit s’ouvrir, au rayon des surgelés       devant la langue est intarissable une il faut dire les j’entends sonner les       &agrav je suis celle qui trompe le vieux qui chaises, tables, verres,       object et que dire de la grâce tendresses ô mes envols le numéro exceptionnel de les cuivres de la symphonie v.- les amicales aventures du je suis bien dans       le première merle noir  pour à bernadette les avenues de ce pays       ton j’ai ajouté lentement, josué tant pis pour eux. et encore  dits errer est notre lot, madame,       longte genre des motsmauvais genre il était question non d’un côté quelques textes pas même   que signifie ainsi fut pétrarque dans a supposer quece monde tienne       nuage la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- La gamine ôte culotte | Les fleurs ->
Les plantes
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

les plantes

sont belles quand elles sont

en fleurs

Publication en ligne : 10 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette