BRIBES EN LIGNE
pour max charvolen 1)       deux le geste de l’ancienne, halt sunt li pui e mult halt    7 artistes et 1 j’ai relu daniel biga, d’ eurydice ou bien de pour ma printemps breton, printemps       en ….omme virginia par la du fond des cours et des ce qui importe pour       su lorsque martine orsoni le temps passe si vite, pour maxime godard 1 haute antoine simon 20 je n’ai pas dit que le toutes ces pages de nos très malheureux... f toutes mes tout mon petit univers en       ruelle deuxième mult ben i fierent franceis e       le   pour olivier       quand carcassonne, le 06 madame, vous débusquez   au milieu de deux mille ans nous pas facile d’ajuster le autres litanies du saint nom  née à cyclades, iii°       "       ce immense est le théâtre et apaches :       la sa langue se cabre devant le monde imaginal, pour jacqueline moretti, de sorte que bientôt encore une citation“tu le 23 février 1988, il l’heure de la on trouvera la video       l̵ nice, le 30 juin 2000  “ne pas       la qu’est-ce qui est en f les marques de la mort sur dans le pays dont je vous c’est vrai constellations et fin première     " reflets et echosla salle même si tromper le néant       une   un vendredi À max charvolen et martin   pour adèle et pour andrée pour frédéric  ce mois ci : sub rm : nous sommes en       et tu polenta huit c’est encore à dans les écroulements pour yves et pierre poher et le travail de bernard un trait gris sur la juste un dernier vers aoi antoine simon 26 quando me ne so itu pe     pourquoi     le station 4 : judas        bonheu livre grand format en trois j’écoute vos mise en ligne d’un       pourqu à la bonne et si tu dois apprendre à béatrice machet vient de madame dans l’ombre des on a cru à suite du blasphème de dernier vers aoi mille fardeaux, mille mon cher pétrarque,   est-ce que chairs à vif paumes un jour nous avons antoine simon 5 dernier vers aoi pour daniel farioli poussant temps de cendre de deuil de les étourneaux ! 1. il se trouve que je suis madame, c’est notre reprise du site avec la une fois entré dans la se reprendre. creuser son       &ccedi       rêve, cauchemar,       longte il y a tant de saints sur       soleil       st cet univers sans    tu sais clere est la noit e la equitable un besoin sonnerait de tantes herbes el pre pur ceste espee ai dulor e s’ouvre la pour lee « pouvez-vous marie-hélène       dans je t’enlace gargouille le numéro exceptionnel de troisième essai merci au printemps des       la l’instant criblé pour robert       vu   se toute trace fait sens. que dernier vers aoi références : xavier tandis que dans la grande titrer "claude viallat,   en grec, morías    nous       sur dorothée vint au monde    il station 1 : judas   la production       chaque       cette à bernadette       je me raphaËl       é toutefois je m’estimais temps où le sang se la rencontre d’une des quatre archanges que « 8° de maintenant il connaît le À max charvolen et sixième macles et roulis photo 7 et ma foi, temps de pierres  “... parler une a la fin il ne resta que     les provisions     sur la pente antoine simon 6 macles et roulis photo 4 "si elle est je m’étonne toujours de la je sais, un monde se   saint paul trois le lent tricotage du paysage avant dernier vers aoi       le la musique est le parfum de nos voix la poésie, à la station 5 : comment       sur il tente de déchiffrer, tous ces charlatans qui comme ce mur blanc c’est extrêmement antoine simon 23   que signifie nous avons affaire à de le plus insupportable chez dans l’effilé de et combien temps où les coeurs on cheval       grappe     après dans l’innocence des il avait accepté bribes en ligne a 13) polynésie la fonction, ainsi alfred… o tendresses ô mes sequence 6   le la question du récit coupé en deux quand dernier vers que mort       sur jouer sur tous les tableaux carmelo arden quin est une pour mes enfants laure et branches lianes ronces au seuil de l’atelier voile de nuità la j’ai parlé les plus terribles c’est une sorte de ainsi va le travail de qui normal 0 21 false fal tous feux éteints. des carissimo ulisse,torna a       le 1 la confusion des que d’heures je suis  dernier salut au ils avaient si longtemps, si pour maguy giraud et à propos des grands dernier vers aoi dernier vers aoi je crie la rue mue douleur dernier vers aoi tout en travaillant sur les Être tout entier la flamme Ç’avait été la c’est ici, me onzième   anatomie du m et       nuage       il     ton je ne sais pas si non, björg,       embarq première station 7 : as-tu vu judas se pour egidio fiorin des mots effleurer le ciel du bout des  on peut passer une vie ne pas négocier ne le franchissement des percey priest lakesur les    en mes pensées restent       ton vos estes proz e vostre  je signerai mon vous avez la terre a souvent tremblé s’égarer on bernadette griot vient de six de l’espace urbain,       sur derniers je ne peins pas avec quoi,  de la trajectoire de ce    courant peinture de rimes. le texte       p&eacu nice, le 8 octobre j’entends sonner les la cité de la musique toute une faune timide veille l’erbe del camp, ki dernier vers aoi 1-nous sommes dehors. le temps passe dans la f qu’il vienne, le feu i.- avaler l’art par "moi, esclave" a   dits de imagine que, dans la c’est pour moi le premier ce qu’un paysage peut pour marcel il en est des meurtrières. je t’ai admiré, encore la couleur, mais cette thème principal : je t’enfourche ma pour michèle aueret voudrais je vous voici des œuvres qui, le       &agrav  avec « a la quand nous rejoignons, en je rêve aux gorges       le et te voici humanité     de rigoles en v.- les amicales aventures du dernier vers aoi onze sous les cercles passent .x. portes, journée de l’évidence       object passet li jurz, si turnet a   3   

les (la numérotation des     à autre citation"voui    de femme liseuse a l’aube des apaches,     m2 &nbs pas une année sans évoquer       " chaque automne les       pav&ea quatrième essai rares       vu merci à marc alpozzo f le feu m’a rêves de josué, la communication est si j’étais un vertige. une distance mieux valait découper epuisement de la salle, douce est la terre aux yeux arbre épanoui au ciel la mort, l’ultime port,   (dans le le 15 mai, à les grands la liberté s’imprime à       le ce texte m’a été il n’y a pas de plus       la pie antoine simon 15 dernier vers aoi  au travers de toi je villa arson, nice, du 17 la liberté de l’être       le station 3 encore il parle moisissures mousses lichens lu le choeur des femmes de dans les carnets antoine simon 25   si vous souhaitez deuxième suite       dans lorsqu’on connaît une tout est possible pour qui j’ai en réserve     extraire 1257 cleimet sa culpe, si un besoin de couper comme de       dans       le       dans il pleut. j’ai vu la pas de pluie pour venir 7) porte-fenêtre au matin du nice, le 18 novembre 2004 écoute, josué, “le pinceau glisse sur au labyrinthe des pleursils  le grand brassage des abstraction voir figuration   1) cette dernier vers aoi       dans     nous autre essai d’un écrirecomme on se       devant c’est un peu comme si, après la lecture de la brume. nuages et que vous dire des bel équilibre et sa la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel > Dialogue avec Arthur Rimbaud

MICHEL BUTOR

| Préliminaires - a ->
Introduction
© Michel Butor

Dialogue avec Arthur Rimbaud sur l’itinéraire d’Addis-Abbeba à Harrar

Ecrivain(s) : Butor (site)

pour Alain Borer

Le 26 août 1887, depuis le Caire où il était allé se rafraîchir des chaleurs d’Aden, Arthur Rimbaud écrit à son ancien directeur Alfred Bardey une longue lettre dans laquelle il lui raconte ses aventures depuis qu’il l’avait quitté deux ans plus tôt. Il lui communique en particulier le journal qu’il avait tenu de son itinéraire d’Entotto à Harar, trajet parcouru pour la seule fois de sa vie. Alfred Bardey en fera lecture à la société de géographie dont il était membre, et qui le publiera dans ses comptes-rendus. Nous avons pu parcourir à peu près cet itinéraire plus d‘un siècle plus tard en 4/4 ; nos souvenirs et photographies servent d’accompagnement discret au texte du poète.

Publication en ligne : 11 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette