BRIBES EN LIGNE
À max charvolen et martin antoine simon 11 trois (mon souffle au matin antoine simon 17     [1]        glouss paien sunt morz, alquant apaches : c’est extrêmement vi.- les amicales aventures       au (ma gorge est une li emperere par sa grant je suis       "     &nbs       en un       descen "mais qui lit encore le ils avaient si longtemps, si c’est pour moi le premier dernier vers aoi   printemps breton, printemps       vu       et tu et  riche de mes ce monde est semé accorde ton désir à ta       pour toi, mésange à le 19 novembre 2013, à la un trait gris sur la antoine simon 28 que d’heures d’ eurydice ou bien de 1- c’est dans     cet arbre que il faut aller voir pas facile d’ajuster le jusqu’à il y a bribes en ligne a       en les petites fleurs des       jonath    en coupé en deux quand       su       ce pour julius baltazar 1 le edmond, sa grande dernier vers aoi passent .x. portes, chaises, tables, verres, antoine simon 26     &nbs dire que le livre est une le ciel est clair au travers ma chair n’est antoine simon 2 le "patriote", la terre a souvent tremblé a grant dulur tendrai puis  de même que les       retour temps de cendre de deuil de chaque jour est un appel, une mougins. décembre mon travail est une la deuxième édition du       sur dernier vers aoi l’attente, le fruit pour egidio fiorin des mots     sur la    nous     pourquoi dieu faisait silence, mais le scribe ne retient    courant       le f les rêves de  si, du nouveau       fourr& un besoin de couper comme de ce qui aide à pénétrer le la terre nous       la li emperere s’est ce qu’un paysage peut les durand : une le grand combat :       neige au lecteur voici le premier dernier vers aoi       ...mai nécrologie « h&eacu avant dernier vers aoi il est le jongleur de lui dans les rêves de la grant est la plaigne e large       enfant a ma mère, femme parmi quand nous rejoignons, en madame dans l’ombre des leonardo rosa       sur et il fallait aller debout toutefois je m’estimais au labyrinthe des pleursils   l’oeuvre vit son       sur   le texte suivant a présentation du …presque vingt ans plus rare moment de bonheur,       une la bouche pleine de bulles 0 false 21 18 mieux valait découper  référencem si elle est belle ? je grande lune pourpre dont les les plus vieilles pour helmut af : j’entends       sous beaucoup de merveilles d’un côté dernier vers aoi       vaches   pour adèle et       &agrav lancinant ô lancinant le soleil n’est pas       fourr& merci à marc alpozzo etudiant à     après     hélas, a la fin il ne resta que iv.- du livre d’artiste a supposer quece monde tienne pour martin dans ce pays ma mère dernier vers aoi  mise en ligne du texte branches lianes ronces de l’autre       dans et te voici humanité vous avez le tissu d’acier       juin macles et roulis photo       le "je me tais. pour taire.       le  “comment       " dernier vers aoi dans les carnets dans l’innocence des antoine simon 6 dont les secrets… à quoi couleur qui ne masque pas la mastication des je découvre avant toi deuxième apparition de c’est vrai le temps passe dans la 1 au retour au moment chercher une sorte de       la temps où les coeurs vous dites : "un       au  le grand brassage des napolì napolì       un j’ai changé le sixième station 7 : as-tu vu judas se merci à la toile de à la mémoire de chairs à vif paumes et la peur, présente il ne sait rien qui ne va il n’y a pas de plus tant pis pour eux.       pass&e       la le lent tricotage du paysage ] heureux l’homme les avenues de ce pays mise en ligne       neige les dieux s’effacent pas même     l’é la gaucherie à vivre, seul dans la rue je ris la un tunnel sans fin et, à  pour le dernier jour dans ma gorge de toutes les quatrième essai rares       embarq         or au commencement était dernier vers aoi       object et que dire de la grâce l’heure de la f qu’il vienne, le feu cliquetis obscène des  dans toutes les rues (josué avait percey priest lakesur les       sur dernier vers aoi f toutes mes dernier vers aoi macles et roulis photo 3 deux nouveauté,       assis premier vers aoi dernier dernier vers aoi       je me antoine simon 29 démodocos... Ça a bien un à bernadette f tous les feux se sont écrirecomme on se madame déchirée       je       &agrav       sur   1) cette antoine simon 13       l̵ six de l’espace urbain,       au     tout autour se reprendre. creuser son que reste-t-il de la le 23 février 1988, il il souffle sur les collines  le "musée poussées par les vagues ainsi va le travail de qui où l’on revient  hier, 17 en 1958 ben ouvre à   le franchissement des petit matin frais. je te j’ai donc ...et poème pour la vie est ce bruissement ne pas négocier ne mes pensées restent clquez sur  au travers de toi je dernier vers aoi   c’est la distance entre     au couchant a l’aube des apaches, pour robert       " pour martine des voiles de longs cheveux prenez vos casseroles et macles et roulis photo 6     oued coulant petites proses sur terre pour philippe carles respunt : i en voyant la masse aux 1) la plupart de ces antoine simon 10 quel ennui, mortel pour dernier vers aoi  il y a le je n’hésiterai tout est prêt en moi pour ouverture d’une douce est la terre aux yeux ce 28 février 2002. hans freibach : mille fardeaux, mille très malheureux...       allong karles se dort cum hume après la lecture de sept (forces cachées qui les doigts d’ombre de neige pour michèle gazier 1)   je n’ai jamais   au milieu de       deuxième essai pour nicolas lavarenne ma tous feux éteints. des granz fut li colps, li dux en       arauca       &n tout en vérifiant dans la caverne primordiale       &ccedi imagine que, dans la ce va et vient entre       dans       banlie lorsqu’on connaît une sixième cinq madame aux yeux       je       le       la attendre. mot terrible. j’oublie souvent et       reine les étourneaux ! tout à fleur d’eaula danse avant propos la peinture est   ciel !!!! quelque chose monde imaginal, descendre à pigalle, se et je vois dans vos dans un coin de nice,       la toutes ces pages de nos sainte marie, des voix percent, racontent guetter cette chose fin première voudrais je vous tout en travaillant sur les       aujour  ce mois ci : sub madame, on ne la voit jamais   saint paul trois rita est trois fois humble. tout le problème madame des forêts de je désire un dernier vers aoi passet li jurz, la noit est les routes de ce pays sont       sur le de mes deux mains iloec endreit remeint li os mult est vassal carles de l’ami michel il aurait voulu être le samedi 26 mars, à 15 pour anne slacik ecrire est raphaël ce qui importe pour « voici  monde rassemblé antoine simon 15 pour gilbert dernier vers aoi je m’étonne toujours de la le ciel de ce pays est tout       soleil granz est li calz, si se sauvage et fuyant comme légendes de michel un verre de vin pour tacher antoine simon 5 pour m.b. quand je me heurte       pav&ea       nuage       deux       ton 7) porte-fenêtre Ç’avait été la nu(e), comme son nom l’illusion d’une je ne peins pas avec quoi, antoine simon 7 la liberté s’imprime à des conserves ! antoine simon 9 vous n’avez les lettres ou les chiffres la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Dans le train | La valériane sème de rouge ->
Juin 19. Train Nantes.Nice
© Raphaël Monticelli, Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga

 

 

 

juin I9.- train Nantes.Nice

j’ai rencontré

beaucoup de sureaux fleuris

Publication en ligne : 22 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette