BRIBES EN LIGNE
dans les rêves de la dernier vers aoi       crabe- la bouche pleine de bulles  si, du nouveau (de)lecta lucta   la danse de j’arrivais dans les madame aux rumeurs   l’oeuvre vit son de proche en proche tous eurydice toujours nue à sequence 6   le       sur le lentement, josué pour michèle gazier 1) un homme dans la rue se prend j’ai perdu mon À max charvolen et martin le 23 février 1988, il       juin fragilité humaine. autre essai d’un reprise du site avec la merci au printemps des il pleut. j’ai vu la on préparait  tu ne renonceras pas. fontelucco, 6 juillet 2000 dans le pays dont je vous dieu faisait silence, mais       dans       je me nous viendrons nous masser 1 la confusion des de tantes herbes el pre travail de tissage, dans juste un       dans       une d’abord l’échange des   six formes de la Ç’avait été la a dix sept ans, je ne savais       banlie iloec endreit remeint li os d’ eurydice ou bien de       la pour lee dernier vers aoi en introduction à 1-nous sommes dehors. il était question non si j’étais un la mort, l’ultime port, une errance de j’ai ajouté dernier vers aoi petit matin frais. je te la tentation du survol, à max charvolen, martin miguel       le  les premières j’entends sonner les pierre ciel dernier vers aoi    courant bientôt, aucune amarre   entrons à cri et à genre des motsmauvais genre ce qui aide à pénétrer le       le   adagio   je le recueil de textes f le feu est venu,ardeur des il n’était qu’un       object       le vous dites : "un temps de pierres       deux le temps passe dans la la pureté de la survie. nul  “la signification ainsi va le travail de qui madame déchirée sept (forces cachées qui       au f toutes mes carmelo arden quin est une « pouvez-vous trois tentatives desesperees toutes ces pages de nos approche d’une l’appel tonitruant du madame chrysalide fileuse       devant       fourmi exode, 16, 1-5 toute       le “dans le dessin a grant dulur tendrai puis paroles de chamantu chercher une sorte de toute une faune timide veille pour philippe     ton dans l’effilé de franchement, pensait le chef, antoine simon 3 l’attente, le fruit  pour de c’est un peu comme si, lu le choeur des femmes de 1) la plupart de ces       en un je meurs de soif " je suis un écorché vif. et combien       l̵ a propos d’une dans le patriote du 16 mars leonardo rosa d’un bout à       la     de rigoles en quand nous rejoignons, en tout est prêt en moi pour nice, le 18 novembre 2004 pour marcel       en       baie clere est la noit e la traquer m1       de prime abord, il non... non... je vous assure, il en est des noms comme du pour frédéric       gentil     un mois sans dernier vers aoi c’est une sorte de passent .x. portes, reflets et echosla salle pour yves et pierre poher et et si au premier jour il       la siglent a fort e nagent e il y a dans ce pays des voies dernier vers aoi 1257 cleimet sa culpe, si (en regardant un dessin de dernier vers doel i avrat, dernier vers aoi le lourd travail des meules sous l’occupation f les rêves de abstraction voir figuration    nous pour jean marie       mouett "si elle est j’ai parlé   la production je crie la rue mue douleur mes pensées restent  le livre, avec       " etudiant à seul dans la rue je ris la la route de la soie, à pied,       deux antoine simon 30 nous savons tous, ici, que deuxième essai le       dans béatrice machet vient de       je me non, björg, edmond, sa grande il ne s’agit pas de dernier vers aoi le 2 juillet je suis celle qui trompe la force du corps, quatrième essai rares tout en vérifiant au programme des actions et la peur, présente antoine simon 7       va imagine que, dans la je ne sais pas si pas une année sans évoquer un jour nous avons       (       " ce qui fait tableau : ce livre grand format en trois pour michèle gazier 1 halt sunt li pui e mult halt tu le saiset je le vois me vous avez     tout autour à propos des grands je t’enfourche ma on croit souvent que le but ce monde est semé antoine simon 18 inoubliables, les bernadette griot vient de pas de pluie pour venir       nuage antoine simon 24 dans les écroulements ma mémoire ne peut me tendresses ô mes envols       le de soie les draps, de soie un nouvel espace est ouvert ainsi fut pétrarque dans madame est une torche. elle       ( le "patriote", exacerbé d’air     sur la merci à marc alpozzo qu’est-ce qui est en dernier vers aoi s’égarer on       " antoine simon 25 je n’ai pas dit que le rare moment de bonheur, passet li jurz, si turnet a       m̵ nu(e), comme son nom autre citation"voui et  riche de mes poème pour  hors du corps pas "ces deux là se bien sûr, il y eut       sur       l̵ temps où les coeurs percey priest lakesur les  la toile couvre les tandis que dans la grande cinquième citationne je suis j’écoute vos  improbable visage pendu le pendu       dans beaucoup de merveilles poussées par les vagues et si tu dois apprendre à dorothée vint au monde jamais si entêtanteeurydice       ma sa langue se cabre devant le chaque automne les tous ces charlatans qui       ruelle       marche       est-ce parce que, petit, on si elle est belle ? je je rêve aux gorges quatrième essai de  au travers de toi je à bernadette nice, le 8 octobre dans l’innocence des   un       et carissimo ulisse,torna a       le a ma mère, femme parmi janvier 2002 .traverse il ne reste plus que le il en est des meurtrières. pur ceste espee ai dulor e le scribe ne retient       dans le soleil n’est pas dernier vers aoi on dit qu’agathe la terre nous       au les textes mis en ligne     pourquoi       vu       midi nous dirons donc       il “le pinceau glisse sur ….omme virginia par la       "   en grec, morías       bruyan       dans  le grand brassage des encore une citation“tu  la lancinante i.- avaler l’art par al matin, quant primes pert       l̵       fleure À peine jetés dans le en cet anniversaire, ce qui     faisant la dernier vers que mort a la fin il ne resta que allons fouiller ce triangle des voix percent, racontent  tous ces chardonnerets présentation du le corps encaisse comme il madame a des odeurs sauvages pour daniel farioli poussant       les       pav&ea derniers vers sun destre marcel alocco a     son j’ai changé le       que       bonhe les dernières toutefois je m’estimais deuxième apparition de       à un jour, vous m’avez       &agrav ce pays que je dis est aucun hasard si se       longte bernard dejonghe... depuis chaque jour est un appel, une       jonath       la carcassonne, le 06 nous lirons deux extraits de c’est le grand le lent tricotage du paysage a l’aube des apaches, pour julius baltazar 1 le soudain un blanc fauche le l’impossible       entre  monde rassemblé       arauca       vaches  avec « a la mougins. décembre       apparu 13) polynésie       grimpa     cet arbre que   encore une alocco en patchworck © pour mireille et philippe pour martine dernier vers s’il dans la caverne primordiale dernier vers aoi on cheval viallat © le château de pour jean-marie simon et sa       dans pour andré souvent je ne sais rien de dernier vers aoi neuf j’implore en vain vous avez normalement, la rubrique ( ce texte a  on peut passer une vie la question du récit    en   (à madame, on ne la voit jamais i mes doigts se sont ouverts ma voix n’est plus que   je ne comprends plus le 26 août 1887, depuis       cette la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Dans le train | La valériane sème de rouge ->
Juin 19. Train Nantes.Nice
© Raphaël Monticelli, Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga

 

 

 

juin I9.- train Nantes.Nice

j’ai rencontré

beaucoup de sureaux fleuris

Publication en ligne : 22 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette