BRIBES EN LIGNE
      dans 0 false 21 18       reine printemps breton, printemps       l̵ les petites fleurs des     de rigoles en toujours les lettres :       et la poésie, à la bernard dejonghe... depuis je ne saurais dire avec assez macles et roulis photo 6 iv.- du livre d’artiste pour helmut   (dans le temps de cendre de deuil de carissimo ulisse,torna a non... non... je vous assure, sixième       dans ( ce texte a ce texte m’a été deuxième approche de dentelle : il avait démodocos... Ça a bien un soudain un blanc fauche le il arriva que f qu’il vienne, le feu quatrième essai de station 4 : judas   ce mois ci : sub antoine simon 31       p&eacu  l’écriture     double pour alain borer le 26 "et bien, voilà..." dit f tous les feux se sont autre citation"voui le vieux qui quando me ne so itu pe le franchissement des écoute, josué, est-ce parce que, petit, on mais non, mais non, tu       droite je désire un       fourmi dont les secrets… à quoi ici. les oiseaux y ont fait suite de les parents, l’ultime giovanni rubino dit morz est rollant, deus en ad 1-nous sommes dehors.       aux       au ne pas négocier ne je rêve aux gorges à cri et à dernier vers aoi j’ai parlé       allong able comme capable de donner dernier vers aoi   station 3 encore il parle madame est toute quatrième essai de la vie est ce bruissement face aux bronzes de miodrag a ma mère, femme parmi pierre ciel marché ou souk ou  référencem madame a des odeurs sauvages dernier vers aoi temps où le sang se bien sûrla   si vous souhaitez  la lancinante c’est extrêmement       sur les dernières agnus dei qui tollis peccata d’un côté je suis bien dans la communication est difficile alliage de  les œuvres de l’impression la plus la cité de la musique je ne sais pas si       au   un saluer d’abord les plus   pour théa et ses pour robert recleimet deu mult dernier vers aoi dans la caverne primordiale       le rm : d’accord sur sous la pression des viallat © le château de ce qui fait tableau : ce seins isabelle boizard 2005 pour jean-marie simon et sa   dits de deuxième essai le là, c’est le sable et heureuse ruine, pensait    au balcon       jardin carcassonne, le 06       ton       l̵       six « voici l’ami michel après la lecture de vi.- les amicales aventures franchement, pensait le chef, six de l’espace urbain, ajout de fichiers sons dans   marcel nous avancions en bas de 1) la plupart de ces       ruelle antoine simon 6       en       l̵ d’un bout à "pour tes le pendu l’une des dernières  tous ces chardonnerets passent .x. portes, avant propos la peinture est toute trace fait sens. que temps de bitume en fusion sur « pouvez-vous       &agrav j’ai travaillé dernier vers aoi dans les hautes herbes       bien exode, 16, 1-5 toute il est le jongleur de lui       une antoine simon 32 tu le sais bien. luc ne "moi, esclave" a les dessins de martine orsoni       sur       le (À l’église   voici donc la seul dans la rue je ris la dernier vers doel i avrat,       " je n’ai pas dit que le       pass&e à propos des grands introibo ad altare       sur       & af : j’entends il faut aller voir buttati ! guarda&nbs cyclades, iii° "ah ! mon doux pays, villa arson, nice, du 17 le tissu d’acier dans les horizons de boue, de merci au printemps des d’abord l’échange des de prime abord, il antoine simon 21 mille fardeaux, mille       rampan pour qui veut se faire une     surgi titrer "claude viallat, de mes deux mains macles et roulis photo 7 certains soirs, quand je a propos d’une la mastication des deuxième apparition       au ainsi va le travail de qui deux mille ans nous il ne s’agit pas de antoine simon 26 bribes en ligne a À la loupe, il observa cet univers sans       nuage  marcel migozzi vient de       "       (  il est des objets sur  je signerai mon pour michèle aueret le lourd travail des meules       " mult est vassal carles de       les       force la route de la soie, à pied,     son on a cru à le recueil de textes       je c’est un peu comme si, ils sortent carles li reis en ad prise sa pour martine       sur     nous    tu sais   se de proche en proche tous 1257 cleimet sa culpe, si 1 la confusion des diaphane est le nous avons affaire à de dans ce pays ma mère  dans le livre, le nous dirons donc a supposer quece monde tienne carles respunt : on dit qu’agathe       montag la vie humble chez les et il parlait ainsi dans la "tu sais ce que c’est libre de lever la tête le geste de l’ancienne,       je folie de josuétout est   encore une autre essai d’un macles et roulis photo 1 rien n’est a claude b.   comme si, il y a longtemps, les station 1 : judas etait-ce le souvenir langues de plomba la macles et roulis photo 3 préparation des       en un   que signifie des quatre archanges que le samedi 26 mars, à 15 le travail de bernard le temps passe dans la ] heureux l’homme ma voix n’est plus que je t’enlace gargouille c’est le grand       fourr& dans ma gorge fontelucco, 6 juillet 2000       apparu il souffle sur les collines dans les carnets       assis rimbaud a donc       gentil je me souviens de attention beau  l’exposition  la danse de lorsque martine orsoni    regardant       deux       les de tantes herbes el pre pour martine, coline et laure comme une suite de ce qui fascine chez in the country bal kanique c’est la chaude caresse de quand les mots quelque chose maintenant il connaît le références : xavier     tout autour madame dans l’ombre des la musique est le parfum de toutefois je m’estimais       je mais jamais on ne avant dernier vers aoi ils s’étaient petit matin frais. je te j’écoute vos attelage ii est une œuvre tromper le néant madame est la reine des le proche et le lointain dans le train premier la réserve des bribes troisième essai et si tu es étudiant en       deux art jonction semble enfin       voyage       ( f le feu m’a le 23 février 1988, il et…  dits de a propos de quatre oeuvres de autre citation li emperere par sa grant petites proses sur terre antoine simon 15 halt sunt li pui e mult halt accoucher baragouiner pour angelo  pour le dernier jour il semble possible onzième       bonhe sauvage et fuyant comme ….omme virginia par la chairs à vif paumes effleurer le ciel du bout des le scribe ne retient quand les eaux et les terres le 28 novembre, mise en ligne les enseignants : je déambule et suis  les trois ensembles spectacle de josué dit dernier vers que mort polenta qu’est-ce qui est en       dans     &nbs m1       c’est parfois un pays rita est trois fois humble. lorsqu’on connaît une       vu       o l’impossible dernier vers aoi       é       je me bernadette griot vient de       mouett pas une année sans évoquer coupé en deux quand la pureté de la survie. nul  pour jean le il était question non     les fleurs du pour michèle l’illusion d’une paysage de ta tombe  et le lent tricotage du paysage les durand : une  monde rassemblé g. duchêne, écriture le f dans le sourd chatoiement lentement, josué nice, le 30 juin 2000       &agrav sculpter l’air : dire que le livre est une quelques autres     un mois sans c’est ici, me et te voici humanité glaciation entre       pour     chant de karles se dort cum hume       d&eacu l’existence n’est       dans branches lianes ronces le 19 novembre 2013, à la ce paysage que tu contemplais    7 artistes et 1 décembre 2001. la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS

deuxième citation
Rodolphe ne manquait pas de charme, il avait le cheveu raide et cet oeil clair qui sied tant aux jeunes gens de sa condition

  AOI

Qui est Rodolphe ?

Première tentative de nécrologie sommaire
J’étais âgé de 65 ans lors de ma mort...
Entré en 1937 au Petit Courrier à Angers, il (Rodolphe ?) fut, quelques années après la Libération, nommé secrétaire général du Courrier de l’Ouest, et, pendant plusieurs années, il tint la correspondance de l’A.F.P. en Anjou.

Qui est Rodolphe ?
Il était âgé de 65 ans lors de sa mort...
En 1937, Louis d. B. perdit la main droite, arrachée par une bétonnière...
Qui est Rodolphe ? …Etait-il âgé de 65 ans lors de sa mort ? Etait-il, en 1937, rentré au Petit Courrier d’Angers ou vit-il sa main droite arraché par une bétonnière ? A-t-il été, quelques années après la Libération, nommé secrétaire général du Courrier de l’Ouest, et a-t-il tenu, pendant plusieurs années, la correspondance de l’A.F.P. en Anjou, ou a-t-il, pour suivre ses enfants, émigré de Rome en France, sans jamais réussir à admettre cette transplantation ; usant, pendant des années, de sa parole, non dans d’impossibles conversations, mais dans un conte unique et monumental ?

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette