BRIBES EN LIGNE
un soir à paris au mm oui, ce qui est troublant       à       su station 5 : comment non... non... je vous assure, genre des motsmauvais genre l’heure de la bribes en ligne a le corps encaisse comme il   encore une "mais qui lit encore le   pour adèle et       la la vie est ce bruissement pour qui veut se faire une dernier vers aoi deuxième suite dernier vers aoi     &nbs quatrième essai de al matin, quant primes pert a la fin il ne resta que tendresses ô mes envols bruno mendonça l’erbe del camp, ki ecrire sur glaciation entre lancinant ô lancinant       le marie-hélène     les provisions       ce rimbaud a donc       " le passé n’est quatre si la mer s’est       descen allons fouiller ce triangle   en grec, morías f dans le sourd chatoiement       st apaches :       le première rupture : le ainsi fut pétrarque dans   ciel !!!! deuxième essai le ils s’étaient se placer sous le signe de un jour nous avons       grimpa ne faut-il pas vivre comme marché ou souk ou j’ai perdu mon   est-ce que normalement, la rubrique       reine antoine simon 21       force guetter cette chose le bulletin de "bribes   la production "tu sais ce que c’est deuxième     hélas, 1. il se trouve que je suis portrait. 1255 : il faut aller voir c’est vrai il semble possible vous êtes j’oublie souvent et nous avancions en bas de première       &agrav frères et a toi le don des cris qui c’est une sorte de exacerbé d’air pour daniel farioli poussant pour raphaël       au religion de josué il iloec endreit remeint li os on dit qu’agathe des voix percent, racontent je n’hésiterai tu le saiset je le vois au programme des actions       dans       jardin       la la terre a souvent tremblé descendre à pigalle, se pour andrée antoine simon 28 à propos “la       ce si j’avais de son les durand : une les grands dans ce pays ma mère c’est ici, me rare moment de bonheur,  il est des objets sur journée de l’impossible les lettres ou les chiffres moi cocon moi momie fuseau       arauca       soleil       le carissimo ulisse,torna a les oiseaux s’ouvrent quando me ne so itu pe de toutes les à sylvie la lecture de sainte premier essai c’est les petites fleurs des je t’enlace gargouille halt sunt li pui e mult halt percey priest lakesur les  de même que les  “comment est-ce parce que, petit, on    tu sais ce poème est tiré du décembre 2001.   pour olivier le 2 juillet rafale       la  avec « a la     le m1       la fonction, ce monde est semé c’est la peur qui fait d’un côté même si     cet arbre que en introduction à le lourd travail des meules j’écoute vos les dieux s’effacent langues de plomba la immense est le théâtre et jouer sur tous les tableaux pour helmut des quatre archanges que dernier vers doel i avrat, quelques autres polenta la liberté s’imprime à       sur  epître aux             le       &eacut une errance de l’impression la plus mon cher pétrarque, c’est extrêmement     le cygne sur       droite errer est notre lot, madame, a propos d’une ce jour là, je pouvais madame chrysalide fileuse mais jamais on ne macles et roulis photo 7 morz est rollant, deus en ad vue à la villa tamaris la deuxième édition du et…  dits de       l̵ eurydice toujours nue à madame est une tu le sais bien. luc ne       m̵ iv.- du livre d’artiste pour egidio fiorin des mots approche d’une   (à mise en ligne d’un rm : d’accord sur l’art n’existe il existe deux saints portant macles et roulis photo 6 le coeur du dans l’innocence des de soie les draps, de soie et combien toutes ces pages de nos chaises, tables, verres,       assis       longte du fond des cours et des il n’était qu’un et si tu dois apprendre à dès l’origine de son « 8° de       le li quens oger cuardise voile de nuità la du bibelot au babilencore une       quinze j’arrivais dans les     ton (À l’église  née à chaque automne les dernier vers aoi  il y a le le samedi 26 mars, à 15 deuxième apparition de antoine simon 6 le lent tricotage du paysage       entre dans le pays dont je vous mult est vassal carles de madame déchirée  dans le livre, le fontelucco, 6 juillet 2000 passet li jurz, si turnet a  un livre écrit si, il y a longtemps, les quand c’est le vent qui tout en travaillant sur les j’aime chez pierre     sur la pente rêve, cauchemar,     "   maille 1 :que avez-vous vu sequence 6   le de pa(i)smeisuns en est venuz  le grand brassage des À max charvolen et martin pas même quai des chargeurs de antoine simon 29 de profondes glaouis deuxième approche de       je dernier vers aoi     oued coulant le temps passe si vite,       bruyan nous avons affaire à de reflets et echosla salle une image surgit traverse le rm, le 2/02/2018 j’ai fait       glouss outre la poursuite de la mise napolì napolì je ne peins pas avec quoi, g. duchêne, écriture le c’est un peu comme si,    7 artistes et 1 « h&eacu introibo ad altare réponse de michel     m2 &nbs       parfoi la musique est le parfum de raphaël       &n arbre épanoui au ciel  improbable visage pendu       en un dernier vers aoi   d’un coté, mougins. décembre le franchissement des le tissu d’acier moisissures mousses lichens deuxième apparition       les soudain un blanc fauche le paroles de chamantu dernier vers aoi       magnol       ton la tentation du survol, à a propos de quatre oeuvres de madame aux rumeurs         or attelage ii est une œuvre les amants se entr’els nen at ne pui       au 1 au retour au moment       la       au titrer "claude viallat, antoine simon 24 dernier vers aoi imagine que, dans la clere est la noit e la la nuit       soleil le glacis de la mort       dans les hautes herbes       au vos estes proz e vostre « voici la prédication faite pour ma janvier 2002 .traverse on trouvera la video si grant dol ai que ne dans le patriote du 16 mars     de rigoles en effleurer le ciel du bout des essai de nécrologie,   dits de alocco en patchworck ©         &n dernier vers aoi       ma sous l’occupation toute une faune timide veille ainsi va le travail de qui de sorte que bientôt i.- avaler l’art par antoine simon 31 antoine simon 16 li emperere par sa grant on cheval "la musique, c’est le       pav&ea aux george(s) (s est la l’ami michel feuilleton d’un travail deux ajouts ces derniers carmelo arden quin est une pour le prochain basilic, (la (de)lecta lucta   nos voix  pour le dernier jour       chaque       " chairs à vif paumes pour maguy giraud et dernier vers aoi tout mon petit univers en pierre ciel 1.- les rêves de comme une suite de il tente de déchiffrer, il aurait voulu être       sur poème pour dernier vers aoi je ne saurais dire avec assez v.- les amicales aventures du hans freibach : dorothée vint au monde     surgi toutefois je m’estimais  “s’ouvre rafale nécrologie f j’ai voulu me pencher  tu ne renonceras pas.  mise en ligne du texte  référencem   je n’ai jamais  dans toutes les rues temps de cendre de deuil de a l’aube des apaches, 0 false 21 18 je me souviens de       dans etudiant à ce jour-là il lui je dors d’un sommeil de       vaches       va l’une des dernières  on peut passer une vie inoubliables, les ajout de fichiers sons dans antoine simon 23 tandis que dans la grande une image surgit et derrière c’est pour moi le premier paysage de ta tombe  et l’éclair me dure, la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS
<- XII | XIV ->
XIII


Rêves de Josué, éléments d’une autobiographie
Et qu’étaient d’autre en fait toutes ses mises en scène, toutes ses mises en place qu’une unique, lente, longue préparation à la mort ? Il s’y prenait toujours avec une patience et une minutie infinies, s’oubliant dans les préparatifs à en perdre le souffle, s’abîmant dans des rigidités houleuses, figeant, le temps d’un spectacle, des contradictions mouvantes, comme la forme immobile s’extrait du mouvement du corps, comme un volume posé sort de la course du tour, de l’ébullition du métal ; comme un objet se gorge du temps passé à le construire.
Sans doute cherchait-il à refaire sans cesse la diaphane construction entrevue, ces fins d’après-midi de printemps, quand, enfant sage emporté dans les troubles de l’adolescence, il aimait s’asseoir sur les bords isolés de cette île en prière. Le chuchotement de l’eau, vagues caressantes aux allures perverses qui fouillaient chaque anfractuosité des rochers avec des bruits de succion délicieux, les murmures éclatés des passages d’insectes dans l’humus, du vent dans les feuilles, les bourdonnements, les sifflements, quelque voix lointaine rythmant des jeux insouciants et sauvages, l’appel de l’angélus dont le tintement couvrait les bruits mineurs et se mêlait à la respiration des flots, le laissaient dans un état de renoncement et d’apaisement que la prière, fervente et prétentieuse, venait encore aggraver. C’est là que la mort, dans ce qu’elle a d’union intime avec les vies les plus ténues, lui avait semblé le seul sujet digne de réflexion.

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette