BRIBES EN LIGNE
"le renard connaît si elle est belle ? je macles et roulis photo 1       alla et il fallait aller debout 7) porte-fenêtre dernier vers aoi chercher une sorte de in the country dernier vers aoi jamais si entêtanteeurydice  mise en ligne du texte     nous dernier vers aoi ils s’étaient jamais je n’aurais nous lirons deux extraits de même si je découvre avant toi tout est prêt en moi pour a toi le don des cris qui       que 1254 : naissance de je crie la rue mue douleur vous deux, c’est joie et  marcel migozzi vient de karles se dort cum hume   ces sec erv vre ile antoine simon 29 f les feux m’ont j’ai perdu mon branches lianes ronces pas sur coussin d’air mais la prédication faite       voyage le coquillage contre attelage ii est une œuvre pour robert deuxième approche de le scribe ne retient       à rm : d’accord sur dans les écroulements je suis bien dans …presque vingt ans plus dernier vers aoi       pass&e       marche   en grec, morías vous avez la tentation du survol, à       au lorsqu’on connaît une il était question non c’est seulement au       il imagine que, dans la entr’els nen at ne pui 0 false 21 18 pour andré il ne reste plus que le dernier vers aoi il avait accepté recleimet deu mult f le feu s’est ce n’est pas aux choses ce jour là, je pouvais À max charvolen et l’impression la plus quand les eaux et les terres je n’ai pas dit que le pour anne slacik ecrire est       sur etudiant à quel étonnant       nuage écoute, josué, frères et   que signifie    courant  au mois de mars, 1166 inoubliables, les archipel shopping, la immense est le théâtre et pourquoi yves klein a-t-il je dors d’un sommeil de « amis rollant, de soudain un blanc fauche le antoine simon 12       st pour helmut       fourmi pour andré et il parlait ainsi dans la  le livre, avec       dans nice, le 30 juin 2000 lu le choeur des femmes de douce est la terre aux yeux je t’enlace gargouille accorde ton désir à ta nouvelles mises en (À l’église pour marcel pour frédéric montagnesde dernier vers aoi dans ce pays ma mère je suis occupé ces       au paysage de ta tombe  et intendo... intendo ! antoine simon 27 "pour tes 1) notre-dame au mur violet mille fardeaux, mille j’écoute vos et tout avait coupé le sonà rien n’est et si au premier jour il antoine simon 15 et que vous dire des     sur la (en regardant un dessin de ce il ne sait rien qui ne va de toutes les « e ! malvais rossignolet tu la  un livre écrit un titre : il infuse sa passet li jurz, si turnet a   jn 2,1-12 : le géographe sait tout a claude b.   comme printemps breton, printemps pour jean-louis cantin 1.- l’art n’existe mise en ligne       dans dernier vers aoi depuis le 20 juillet, bribes       magnol antoine simon 5 démodocos... Ça a bien un ce poème est tiré du tes chaussures au bas de le 19 novembre 2013, à la au rayon des surgelés madame des forêts de ouverture de l’espace coupé en deux quand mes pensées restent À perte de vue, la houle des heureuse ruine, pensait dix l’espace ouvert au preambule – ut pictura religion de josué il une il faut dire les quelques textes tendresses ô mes envols 1. il se trouve que je suis   dits de g. duchêne, écriture le pour michèle gazier 1) dernier vers aoi       le de prime abord, il des voix percent, racontent le ciel est clair au travers    seule au cinquième citationne ce 28 février 2002. dernier vers aoi bribes en ligne a       bonhe s’ouvre la Éléments -     depuis zacinto dove giacque il mio     dans la ruela à la bonne  l’exposition  0 false 21 18  c’était     cet arbre que   1) cette si j’avais de son voudrais je vous       ( un besoin de couper comme de antoine simon 33 si grant dol ai que ne       bruyan je désire un c’est le grand ce qu’un paysage peut j’ai parlé   est-ce que libre de lever la tête outre la poursuite de la mise poussées par les vagues le travail de bernard marché ou souk ou       dans l’erbe del camp, ki       la temps de pierres dans la agnus dei qui tollis peccata exode, 16, 1-5 toute dire que le livre est une j’arrivais dans les granz fut li colps, li dux en le coeur du li quens oger cuardise etait-ce le souvenir quand nous rejoignons, en  les premières      & ma mémoire ne peut me un homme dans la rue se prend monde imaginal,       pourqu (vois-tu, sancho, je suis edmond, sa grande     après (dans mon ventre pousse une les routes de ce pays sont nos voix       l̵ bel équilibre et sa       allong « pouvez-vous samuelchapitre 16, versets 1       une madame, c’est notre       object       entre   marcel préparation des les textes mis en ligne au labyrinthe des pleursils (la numérotation des régine robin, epuisement de la salle,     " ( ce texte a toutes ces pages de nos le vieux qui un verre de vin pour tacher ce texte se présente dernier vers aoi depuis ce jour, le site a la libération, les dernier vers aoi assise par accroc au bord de       avant pour mireille et philippe dans le pays dont je vous  pour le dernier jour dans l’effilé de  la lancinante il arriva que les parents, l’ultime antoine simon 7       m̵ petites proses sur terre station 7 : as-tu vu judas se   le 10 décembre vertige. une distance on a cru à la terre a souvent tremblé franchement, pensait le chef, c’est extrêmement vi.- les amicales aventures me       fourr& f le feu s’est normalement, la rubrique pour m.b. quand je me heurte       le deuxième percey priest lakesur les bien sûrla le ciel de ce pays est tout a supposer quece monde tienne là, c’est le sable et en introduction à fragilité humaine. et si tu dois apprendre à glaciation entre jusqu’à il y a dans la caverne primordiale et voici maintenant quelques ce jour-là il lui     pluie du       devant les petites fleurs des À peine jetés dans le tout en vérifiant       cerisi les durand : une constellations et       jonath pour martine       un af : j’entends able comme capable de donner on trouvera la video dernier vers aoi couleur qui ne masque pas dans ce périlleux  dernier salut au la galerie chave qui  le "musée  je signerai mon À max charvolen et martin la musique est le parfum de présentation du       bien  jésus station 5 : comment siglent a fort e nagent e       six dernier vers aoi  ce qui importe pour       pass&e il tente de déchiffrer,       aujour aux george(s) (s est la       sur le station 1 : judas madame déchirée       dans       ma trois (mon souffle au matin faisant dialoguer       reine pour michèle       voyage       grappe dans le monde de cette attention beau toi, mésange à la fraîcheur et la les doigts d’ombre de neige le geste de l’ancienne, (josué avait     ton pur ceste espee ai dulor e pour max charvolen 1)  zones gardées de madame chrysalide fileuse antoine simon 18  improbable visage pendu     de rigoles en       en nous savons tous, ici, que       j̵       un cliquetis obscène des envoi du bulletin de bribes le lent déferlement comment entrer dans une       pav&ea bal kanique c’est des quatre archanges que patrick joquel vient de une autre approche de       "       le 1) la plupart de ces a la fin il ne resta que     un mois sans rita est trois fois humble. "ah ! mon doux pays, et nous n’avons rien il en est des noms comme du  on peut passer une vie ce pays que je dis est       et       dans martin miguel art et nous dirons donc il n’y a pas de plus 0 false 21 18 dorothée vint au monde l’appel tonitruant du       je la chaude caresse de la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS
<- XII | XIV ->
XIII


Rêves de Josué, éléments d’une autobiographie
Et qu’étaient d’autre en fait toutes ses mises en scène, toutes ses mises en place qu’une unique, lente, longue préparation à la mort ? Il s’y prenait toujours avec une patience et une minutie infinies, s’oubliant dans les préparatifs à en perdre le souffle, s’abîmant dans des rigidités houleuses, figeant, le temps d’un spectacle, des contradictions mouvantes, comme la forme immobile s’extrait du mouvement du corps, comme un volume posé sort de la course du tour, de l’ébullition du métal ; comme un objet se gorge du temps passé à le construire.
Sans doute cherchait-il à refaire sans cesse la diaphane construction entrevue, ces fins d’après-midi de printemps, quand, enfant sage emporté dans les troubles de l’adolescence, il aimait s’asseoir sur les bords isolés de cette île en prière. Le chuchotement de l’eau, vagues caressantes aux allures perverses qui fouillaient chaque anfractuosité des rochers avec des bruits de succion délicieux, les murmures éclatés des passages d’insectes dans l’humus, du vent dans les feuilles, les bourdonnements, les sifflements, quelque voix lointaine rythmant des jeux insouciants et sauvages, l’appel de l’angélus dont le tintement couvrait les bruits mineurs et se mêlait à la respiration des flots, le laissaient dans un état de renoncement et d’apaisement que la prière, fervente et prétentieuse, venait encore aggraver. C’est là que la mort, dans ce qu’elle a d’union intime avec les vies les plus ténues, lui avait semblé le seul sujet digne de réflexion.

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette