BRIBES EN LIGNE
clquez sur 1 au retour au moment pour maguy giraud et       sur   ces sec erv vre ile dans ce pays ma mère ici, les choses les plus clere est la noit e la il pleut. j’ai vu la       il       &agrav suite du blasphème de       &ccedi ce qui fascine chez temps de cendre de deuil de il ne sait rien qui ne va (ô fleur de courge... ce qu’un paysage peut pour j’ai relu daniel biga, l’attente, le fruit       ton la pureté de la survie. nul et encore  dits rêves de josué, je me souviens de tout le problème station 7 : as-tu vu judas se les dessins de martine orsoni la mort d’un oiseau. carcassonne, le 06   que signifie c’est la chair pourtant si j’avais de son antoine simon 15 là, c’est le sable et un besoin de couper comme de dernier vers aoi equitable un besoin sonnerait le grand combat : pas de pluie pour venir       d&eacu dans le respect du cahier des         or le ciel est clair au travers bruno mendonça je meurs de soif f dans le sourd chatoiement       su ils sortent cinquième citationne la gaucherie à vivre, premier essai c’est on trouvera la video un homme dans la rue se prend l’impossible de prime abord, il mon travail est une vos estes proz e vostre j’entends sonner les epuisement de la salle,       sur       dans       la f les rêves de  dernières mises       le qu’est-ce qui est en ce va et vient entre dernier vers aoi il n’y a pas de plus dernier vers aoi on dit qu’agathe il faut aller voir la lecture de sainte souvent je ne sais rien de et nous n’avons rien au labyrinthe des pleursils l’ami michel je dors d’un sommeil de iloec endreit remeint li os     les provisions dessiner les choses banales siglent a fort e nagent e macao grise "la musique, c’est le je rêve aux gorges       la vertige. une distance     pluie du fragilité humaine. antoine simon 27 prenez vos casseroles et       le madame porte à l’instant criblé le corps encaisse comme il       " sept (forces cachées qui f qu’il vienne, le feu j’ai donné, au mois  martin miguel vient tout est possible pour qui pluies et bruines, et…  dits de la galerie chave qui et ces       dans 1.- les rêves de       une       au     nous   jn 2,1-12 :  la lancinante       m&eacu  jésus toutes sortes de papiers, sur deux ce travail vous est pour robert f le feu s’est lorsque martine orsoni       l̵ comme une suite de violette cachéeton à sylvie     chant de c’est pour moi le premier sors de mon territoire. fais       sur spectacle de josué dit   ce poème est tiré du gardien de phare à vie, au quand les eaux et les terres       fleure   (à       dans       fleur cinquième essai tout un titre : il infuse sa dernier vers aoi je t’enfourche ma       assis pour marcel dans le train premier       que très saintes litanies       les maintenant il connaît le antoine simon 6 onze sous les cercles       dans et si tu dois apprendre à       avant       s̵ présentation du  de la trajectoire de ce vous avez À max charvolen et  epître aux       force sur l’erbe verte si est viallat © le château de dentelle : il avait le 26 août 1887, depuis essai de nécrologie, bientôt, aucune amarre livre grand format en trois percey priest lakesur les accoucher baragouiner il aurait voulu être « 8° de       les    nous sauvage et fuyant comme     tout autour       é et que vous dire des pour anne slacik ecrire est       fourr& autre essai d’un passet li jurz, la noit est toulon, samedi 9    regardant la vie humble chez les fin première effleurer le ciel du bout des antoine simon 13 saluer d’abord les plus       &n       &eacut a la femme au c’était une       nuage      &       dans la cité de la musique       ( le franchissement des couleur qui ne masque pas "pour tes       grappe recleimet deu mult certains prétendent préparation des  les éditions de je ne peins pas avec quoi, je reviens sur des ainsi va le travail de qui martin miguel art et  de même que les attendre. mot terrible. mes pensées restent exacerbé d’air cet univers sans derniers « h&eacu mult est vassal carles de quand sur vos visages les je déambule et suis       sabots non... non... je vous assure,  monde rassemblé granz fut li colps, li dux en laure et pétrarque comme     surgi   encore une de pa(i)smeisuns en est venuz   le 10 décembre  tu vois im font chier antoine simon 3 petites proses sur terre approche d’une       sous  les trois ensembles quand nous rejoignons, en la brume. nuages quant carles oït la       le    de femme liseuse       aujour j’ai changé le je n’hésiterai  pour le dernier jour pour gilbert d’un bout à raphaËl pour mireille et philippe dernier vers aoi    tu sais clers fut li jurz e li     [1]  quando me ne so itu pe c’est ici, me il souffle sur les collines merle noir  pour genre des motsmauvais genre       la à la bonne la liberté de l’être le lent déferlement d’un côté quatre si la mer s’est pas même max charvolen, martin miguel (la numérotation des nous viendrons nous masser       la pie dernier vers aoi dans les horizons de boue, de l’évidence rimbaud a donc de proche en proche tous quand c’est le vent qui antoine simon 23 le plus insupportable chez pour nicolas lavarenne ma       pourqu       l̵ rm : d’accord sur       apparu sous l’occupation dernier vers aoi quatrième essai de nice, le 18 novembre 2004 antoine simon 11 pour andré villers 1)  référencem       voyage tant pis pour eux. le 23 février 1988, il    au balcon la réserve des bribes       pour     depuis ce texte se présente pour max charvolen 1)     un mois sans pour philippe     le deuxième approche de « amis rollant, de       fourr& rêve, cauchemar, avez-vous vu       jonath elle réalise des   la production autre citation"voui et  riche de mes poème pour une errance de       voyage ki mult est las, il se dort vous n’avez       six troisième essai et station 3 encore il parle vous êtes alocco en patchworck © « pouvez-vous tous feux éteints. des nécrologie jamais je n’aurais antoine simon 33     le cygne sur   pour le prochain f le feu s’est       un il existe au moins deux la deuxième édition du   voici donc la 1257 cleimet sa culpe, si  un livre écrit religion de josué il paroles de chamantu       au       longte dans l’innocence des en 1958 ben ouvre à faisant dialoguer quelque chose halt sunt li pui e mult halt des conserves ! et c’était dans le proche et le lointain marcel alocco a franchement, pensait le chef,       embarq       &agrav dernier vers aoi     longtemps sur la fraîcheur et la dans les rêves de la       & la terre a souvent tremblé       la 0 false 21 18 le bulletin de "bribes de profondes glaouis mais non, mais non, tu l’heure de la les installations souvent, réponse de michel dernier vers aoi de sorte que bientôt (josué avait       la hans freibach : noble folie de josué, antoine simon 25       retour nous dirons donc       "  tous ces chardonnerets a christiane les routes de ce pays sont bribes en ligne a descendre à pigalle, se eurydice toujours nue à diaphane est le  tu ne renonceras pas. edmond, sa grande j’ai donc pour andré le lourd travail des meules ma chair n’est dernier vers aoi     dans la ruela station 4 : judas  dans les carnets l’homme est nous lirons deux extraits de       je la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS
<- XV | XVII ->
XVI

Clefs : mort , Josué

Folie de Josué
Tout est dit, tout nous est dit, bas les masques ! Les rêves de gloire s’épuisent, essoufflés, devant des vides ahurissants. Les pages blanches demeurent sur des tas de feuillets souillés. Suprême radoteur, bègue ou répétiteur, tu dois accumuler les mots, les choses, les couleurs, les idées, pour parvenir à l’oubli de ta propre impuissance. Au moment où tu crois que ta pensée s’élance vers des champs inconnus, tu reconnais ton propre regard dans les choses nouvelles.
La fuite dans le rêve ou l’action te ramenait toujours à ton point de départ. A la dernière page du livre, lors de la dernière note de la symphonie, la dernière trace te renvoie dans le tourbillon des choses dites, écrites, écoutées, entendues ; seul t’importe le vertige -ou vestige- perçu dans l’affolement des mots, des idées, des sons, des couleurs... Le vestige des choses quand tout écho s’est tu.
Et tu reproduis ta mort dans chacun de tes gestes.

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette