BRIBES EN LIGNE
      é edmond, sa grande aux george(s) (s est la     à onzième la vie est ce bruissement dernier vers aoi la lecture de sainte dernier vers aoi       &eacut       les à cri et à   ciel !!!!   pour olivier macles et roulis photo 4  hier, 17 je t’enlace gargouille carcassonne, le 06 il s’appelait un trait gris sur la       d&eacu démodocos... Ça a bien un le temps passe dans la o tendresses ô mes d’un côté troisième essai rêves de josué, samuelchapitre 16, versets 1 en cet anniversaire, ce qui       tourne la bouche pure souffrance a dix sept ans, je ne savais   le texte suivant a       alla    seule au certains soirs, quand je il existe au moins deux la musique est le parfum de       su je suis celle qui trompe       au pour qui veut se faire une frères et on préparait rare moment de bonheur, le texte qui suit est, bien       neige douce est la terre aux yeux (josué avait lentement       voyage antoine simon 29       &n clquez sur       entre       & ce va et vient entre aucun hasard si se grant est la plaigne e large À la loupe, il observa       et granz fut li colps, li dux en mult est vassal carles de les dernières fontelucco, 6 juillet 2000     nous j’écoute vos sors de mon territoire. fais laure et pétrarque comme dernier vers s’il dorothée vint au monde en introduction à       au d’un bout à neuf j’implore en vain agnus dei qui tollis peccata       journ& antoine simon 28 f tous les feux se sont sa langue se cabre devant le janvier 2002 .traverse les petites fleurs des       dans régine robin, le numéro exceptionnel de monde imaginal, Éléments -       fourr& et…  dits de voici des œuvres qui, le attendre. mot terrible.       aux se reprendre. creuser son et c’était dans (ô fleur de courge... et que dire de la grâce je m’étonne toujours de la       sur   anatomie du m et       "       ton       la il est le jongleur de lui ecrire les couleurs du monde antoine simon 12   maille 1 :que   tout est toujours en mais non, mais non, tu    de femme liseuse sept (forces cachées qui       soleil       en un l’une des dernières rita est trois fois humble. la poésie, à la patrick joquel vient de le geste de l’ancienne,   marcel       m̵ coupé en deux quand       ...mai  zones gardées de la route de la soie, à pied, ses mains aussi étaient des quatre archanges que antoine simon 26 ici. les oiseaux y ont fait dire que le livre est une quatrième essai de m1       j’entends sonner les c’est seulement au station 1 : judas       pav&ea pour jean-marie simon et sa dimanche 18 avril 2010 nous « 8° de sauvage et fuyant comme       glouss quand nous rejoignons, en je crie la rue mue douleur charogne sur le seuilce qui ce 28 février 2002. 1-nous sommes dehors. macles et roulis photo       l̵ la danse de quand sur vos visages les douze (se fait terre se antoine simon 13 rossignolet tu la quel étonnant quelque chose un nouvel espace est ouvert autre citation"voui tendresses ô mes envols       il un titre : il infuse sa       même si lu le choeur des femmes de pour jacqueline moretti,  epître aux       &agrav       b&acir    au balcon siglent a fort e nagent e dernier vers aoi buttati ! guarda&nbs pour m.b. quand je me heurte       crabe- pour jacky coville guetteurs autre petite voix  “s’ouvre (en regardant un dessin de     au couchant pour mon épouse nicole dans l’effilé de le 15 mai, à       pass&e sequence 6   le       juin pour michèle gazier 1  hors du corps pas pour frédéric       apr&eg libre de lever la tête pour ma mon cher pétrarque, station 4 : judas        dans le passé n’est pour robert les textes mis en ligne dans ma gorge       marche       au les cuivres de la symphonie 1 au retour au moment approche d’une madame est une torche. elle vos estes proz e vostre     un mois sans villa arson, nice, du 17 deux ce travail vous est sixième       un madame, c’est notre je suis occupé ces cet article est paru  “... parler une et  riche de mes grande lune pourpre dont les   entrons langues de plomba la mes pensées restent ] heureux l’homme l’existence n’est pour angelo de tantes herbes el pre l’art n’existe j’ai perdu mon tous feux éteints. des       au dans l’innocence des marcel alocco a pour max charvolen 1) 13) polynésie il ne s’agit pas de   encore une       s̵ glaciation entre       sur un jour, vous m’avez  pour le dernier jour     les provisions bal kanique c’est ce tendresse du mondesi peu de       object       coude "moi, esclave" a madame aux rumeurs       entre la liberté s’imprime à 0 false 21 18 et si au premier jour il la fraîcheur et la antoine simon 23 5) triptyque marocain    regardant je serai toujours attentif à les installations souvent, franchement, pensait le chef, deuxième       dans    7 artistes et 1 si elle est belle ? je 1) notre-dame au mur violet me       bonheu c’est la distance entre bribes en ligne a       je       le où l’on revient livre grand format en trois ….omme virginia par la antoine simon 15 références : xavier  “ne pas ainsi fut pétrarque dans f le feu est venu,ardeur des c’est ici, me comment entrer dans une ki mult est las, il se dort cet univers sans antoine simon 14 pluies et bruines,   (à         or       maquis la vie est dans la vie. se et la peur, présente       ruelle lorsqu’on connaît une       jonath le 23 février 1988, il les routes de ce pays sont sur la toile de renoir, les max charvolen, martin miguel le 26 août 1887, depuis     m2 &nbs antoine simon 33 et te voici humanité la terre a souvent tremblé je rêve aux gorges       bruyan "nice, nouvel éloge de la quand les mots sur l’erbe verte si est du bibelot au babilencore une  marcel migozzi vient de premier essai c’est deux mille ans nous       nuage       arauca j’ai en réserve nice, le 30 juin 2000 l’erbe del camp, ki ce qui fait tableau : ce ce texte se présente       sur       force avez-vous vu macao grise madame, vous débusquez iloec endreit remeint li os au commencement était pour alain borer le 26 les avenues de ce pays merle noir  pour vous avez antoine simon 32 l’impossible il faut laisser venir madame art jonction semble enfin dieu faisait silence, mais dernier vers aoi ainsi va le travail de qui mouans sartoux. traverse de       &agrav le coquillage contre troisième essai et ce n’est pas aux choses après la lecture de trois (mon souffle au matin le lent tricotage du paysage     le       quinze "ah ! mon doux pays,       les       au poussées par les vagues légendes de michel   saint paul trois (josué avait j’arrivais dans les "je me tais. pour taire. encore une citation“tu       la marché ou souk ou mon travail est une  les premières au rayon des surgelés le samedi 26 mars, à 15 la gaucherie à vivre, il arriva que         &n dans le monde de cette chaque jour est un appel, une il en est des noms comme du       longte passet li jurz, si turnet a attendre. mot terrible.       allong viallat © le château de le lourd travail des meules il semble possible       dans elle ose à peine les premières pas facile d’ajuster le  le livre, avec les durand : une toutes ces pages de nos voudrais je vous       droite elle disposait d’une dernier vers aoi 0 false 21 18       la je ne saurais dire avec assez travail de tissage, dans 1- c’est dans sainte marie, etudiant à il ne reste plus que le       sur       o antoine simon 20 dans le pays dont je vous f dans le sourd chatoiement encore la couleur, mais cette j’ai ajouté       six la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- À l’aube tu quittes | Montagnes émouvantes ->
Au lever du soleil
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Butor (site)
Clefs : poésie

 

 

 

au lever du soleil

ce rayon vert vermeil

émerveille

Publication en ligne : 7 août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette