BRIBES EN LIGNE
g. duchêne, écriture le "nice, nouvel éloge de la       voyage       le       pav&ea     double outre la poursuite de la mise " je suis un écorché vif.  un livre écrit lu le choeur des femmes de a toi le don des cris qui pas de pluie pour venir       la dernier vers aoi j’ai en réserve     le et ces   l’oeuvre vit son 1 au retour au moment   jn 2,1-12 : les amants se     " antoine simon 21 tendresses ô mes envols dernier vers aoi   nous avons affaire à de dernier vers aoi dans le respect du cahier des le lent déferlement   un il n’y a pas de plus       la seul dans la rue je ris la     son antoine simon 6 deuxième approche de la poésie, à la dernier vers aoi napolì napolì i mes doigts se sont ouverts suite du blasphème de       "  dans toutes les rues pierre ciel ki mult est las, il se dort       cette c’est extrêmement entr’els nen at ne pui  jésus sainte marie,       il j’ai donc si, il y a longtemps, les les dieux s’effacent o tendresses ô mes moisissures mousses lichens ils s’étaient  la toile couvre les imagine que, dans la j’aime chez pierre dentelle : il avait       pass&e hans freibach : dieu faisait silence, mais   3   

les   six formes de la le grand combat : "le renard connaît       entre qu’est-ce qui est en juste un "moi, esclave" a vous n’avez de la je suis   que signifie une fois entré dans la       dans pour helmut ecrire sur       deux il pleut. j’ai vu la       la comment entrer dans une « e ! malvais ils sortent encore la couleur, mais cette       "  de même que les voile de nuità la polenta dernier vers aoi       reine       enfant       la au rayon des surgelés   est-ce que ainsi fut pétrarque dans merci au printemps des au matin du       au livre grand format en trois 0 false 21 18  mise en ligne du texte       le a la femme au 1) la plupart de ces    nous  il est des objets sur pour jean marie l’attente, le fruit elle réalise des et voici maintenant quelques carissimo ulisse,torna a marché ou souk ou autre petite voix   nous sommes chairs à vif paumes pour dernier vers aoi montagnesde temps de bitume en fusion sur onzième la prédication faite bernadette griot vient de de proche en proche tous deux ce travail vous est antoine simon 26       (     de rigoles en       bonhe les cuivres de la symphonie  dans le livre, le frères et dorothée vint au monde « amis rollant, de trois (mon souffle au matin il faut laisser venir madame dans ce périlleux générations "si elle est un soir à paris au et si tu dois apprendre à       ce  tu vois im font chier l’impossible ço dist li reis : les plus terribles il n’était qu’un vous dites : "un       marche s’égarer on  si, du nouveau et combien   saint paul trois   ciel !!!! leonardo rosa       voyage  le "musée     hélas, bruno mendonça  “comment une il faut dire les deux ajouts ces derniers on peut croire que martine et c’était dans il en est des noms comme du       sur pour nicolas lavarenne ma       vu       sur les premières inoubliables, les ce paysage que tu contemplais cinquième citationne tout est prêt en moi pour agnus dei qui tollis peccata effleurer le ciel du bout des l’existence n’est  les éditions de antoine simon 16 la mort, l’ultime port,       gentil (josué avait lentement le scribe ne retient le 19 novembre 2013, à la “le pinceau glisse sur ne pas négocier ne le glacis de la mort tendresse du mondesi peu de       l̵ pour martin paroles de chamantu  dernières mises « 8° de vous êtes   ces sec erv vre ile genre des motsmauvais genre     faisant la pour pierre theunissen la       jardin  les œuvres de madame, c’est notre ma voix n’est plus que il souffle sur les collines la cité de la musique issent de mer, venent as       l̵ le soleil n’est pas nous dirons donc pour marcel       allong le corps encaisse comme il dernier vers aoi folie de josuétout est je t’ai admiré, la tentation du survol, à janvier 2002 .traverse je m’étonne toujours de la   on n’est le plus insupportable chez  de la trajectoire de ce peinture de rimes. le texte passent .x. portes,  pour jean le       retour a propos d’une       la       juin marie-hélène pour michèle gazier 1) grant est la plaigne e large    de femme liseuse (la numérotation des je dors d’un sommeil de       vaches   j’ai souvent   en grec, morías alocco en patchworck © mise en ligne d’un si j’avais de son les étourneaux !       s̵       entre troisième essai dernier vers aoi dans les hautes herbes il ne reste plus que le     m2 &nbs certains prétendent charogne sur le seuilce qui la communication est dans les carnets  martin miguel vient sur l’erbe verte si est si j’étais un mi viene in mentemi dernier vers aoi ce qui aide à pénétrer le   d’un coté, deuxième apparition  les trois ensembles je n’hésiterai etait-ce le souvenir on a cru à       apparu monde imaginal, carles respunt : gardien de phare à vie, au clers est li jurz et li le temps passe si vite, tous feux éteints. des  ce qui importe pour à la mémoire de l’instant criblé l’heure de la j’ai relu daniel biga,   marcel pure forme, belle muette, petites proses sur terre c’est seulement au exode, 16, 1-5 toute       descen de mes deux mains       et cet univers sans quand les mots il arriva que et il fallait aller debout       arauca    au balcon       pass&e un jour nous avons très saintes litanies dernier vers aoi nice, le 8 octobre les enseignants :       je antoine simon 3       aujour pas facile d’ajuster le quatre si la mer s’est       la toi, mésange à     au couchant il y a tant de saints sur bientôt, aucune amarre a propos de quatre oeuvres de       au vous deux, c’est joie et diaphane est le mot (ou  on peut passer une vie       montag est-ce parce que, petit, on       coude  pour le dernier jour cyclades, iii°  je signerai mon  improbable visage pendu décembre 2001. la réserve des bribes  les premières max charvolen, martin miguel       sur pour ma passet li jurz, la noit est       deux du fond des cours et des je crie la rue mue douleur a l’aube des apaches, je ne saurais dire avec assez quelque temps plus tard, de le passé n’est toujours les lettres : le lourd travail des meules la chaude caresse de intendo... intendo ! À peine jetés dans le       pav&ea la mort d’un oiseau. edmond, sa grande la langue est intarissable a supposer quece monde tienne autre citation       j̵ ici. les oiseaux y ont fait  dernier salut au s’ouvre la bernard dejonghe... depuis régine robin,       allong       &agrav karles se dort cum hume       un pour julius baltazar 1 le dernier vers aoi       sur le les oiseaux s’ouvrent je n’ai pas dit que le       sous il existe deux saints portant deuxième       je       fourr&   anatomie du m et il semble possible pour frédéric dans ma gorge       au il s’appelait voici des œuvres qui, le percey priest lakesur les pas une année sans évoquer       longte     longtemps sur antoine simon 24 toutes sortes de papiers, sur un nouvel espace est ouvert vos estes proz e vostre aucun hasard si se macles et roulis photo 4 antoine simon 9       l̵ le samedi 26 mars, à 15 "et bien, voilà..." dit       &n arbre épanoui au ciel de l’autre À max charvolen et       ce       bonheu la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS

cinquième citation
Ne parlons plus de feu le héros
explication de texte
Non, tout cela est inutile. Inutile ?
Et si je vous disais que
et troisième essai nécrologique
Né le 20 juillet 1890 à Angers (M.& L.), lui, le Docteur (M.D.) avait fait ses études de médecine et de pharmacie à Paris ?
Et si je vous disais que
Docteur en Médecine, il avait été pharmacien d’aphonies, prenant des responsabilités syndicales...
D’aphonies -oui-
puis au sein de l’Ordre
Et
Professeur de zoologie et parasi¬to¬logie jusqu’en 1961

Bien sûr
Bien sûr
  Regarde, Dieu, regarde

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette