BRIBES EN LIGNE
ne faut-il pas vivre comme la fraîcheur et la on dit qu’agathe "je me tais. pour taire.     les provisions nous avons affaire à de   1) cette je crie la rue mue douleur de tantes herbes el pre pour andré les petites fleurs des     tout autour       longte carmelo arden quin est une ce jour-là il lui je m’étonne toujours de la je ne saurais dire avec assez j’ai en réserve pour frédéric patrick joquel vient de cet univers sans l’art n’existe guetter cette chose suite de pour martin       l̵ troisième essai et il ne sait rien qui ne va       sur quando me ne so itu pe quelques textes si elle est belle ? je       au et…  dits de noble folie de josué, un tunnel sans fin et, à pour m.b. quand je me heurte pour le prochain basilic, (la       o portrait. 1255 : jouer sur tous les tableaux  “ce travail qui toute trace fait sens. que les lettres ou les chiffres dernier vers aoi       dans     dans la ruela les grands douce est la terre aux yeux antoine simon 14 granz fut li colps, li dux en voici des œuvres qui, le apaches : de mes deux mains 0 false 21 18       jardin       sur le   anatomie du m et     pourquoi     le cygne sur reprise du site avec la langues de plomba la       bonhe       l̵ ce texte se présente s’ouvre la f qu’il vienne, le feu   adagio   je       sur le antoine simon 30 deux mille ans nous en 1958 ben ouvre à on croit souvent que le but  pour de     &nbs le recueil de textes  si, du nouveau       la la danse de j’oublie souvent et pour nicolas lavarenne ma li emperere par sa grant deuxième apparition de il en est des meurtrières. temps où le sang se tendresse du mondesi peu de les routes de ce pays sont   la baie des anges bel équilibre et sa (ô fleur de courge... attendre. mot terrible. les dieux s’effacent       quinze je t’ai admiré, et si tu dois apprendre à       ( antoine simon 33     les fleurs du     à « e ! malvais   on n’est ma voix n’est plus que depuis le 20 juillet, bribes       (       " iv.- du livre d’artiste une il faut dire les j’ai donc dans le respect du cahier des pour max charvolen 1) libre de lever la tête pour dernier vers aoi       &agrav antoine simon 11 la question du récit avez-vous vu le 23 février 1988, il est-ce parce que, petit, on les enseignants : ce pays que je dis est difficile alliage de cinquième essai tout “dans le dessin ne pas négocier ne vous deux, c’est joie et le proche et le lointain dans les écroulements       voyage dernier vers doel i avrat, titrer "claude viallat,  “s’ouvre       "       object poussées par les vagues « amis rollant, de "mais qui lit encore le un jour, vous m’avez le passé n’est macles et roulis photo marché ou souk ou " je suis un écorché vif. preambule – ut pictura deux ajouts ces derniers       dans et ces pour michèle gazier 1 quelque temps plus tard, de       fourmi vertige. une distance       reine     longtemps sur sixième se placer sous le signe de       banlie c’est extrêmement dernier vers aoi       à       la Être tout entier la flamme de pareïs li seit la    si tout au long la deuxième édition du l’existence n’est deuxième approche de le lent tricotage du paysage des voix percent, racontent l’ami michel dernier vers aoi (À l’église des voiles de longs cheveux coupé en deux quand face aux bronzes de miodrag       journ& antoine simon 6 pour ma des conserves ! il était question non à allons fouiller ce triangle   j’ai souvent dernier vers aoi nice, le 30 juin 2000 0 false 21 18       la       la pie antoine simon 5       embarq en cet anniversaire, ce qui "la musique, c’est le le 26 août 1887, depuis       j̵       st j’aime chez pierre macles et roulis photo 6 i.- avaler l’art par je t’enlace gargouille       la que reste-t-il de la je rêve aux gorges rm : d’accord sur nouvelles mises en   six formes de la able comme capable de donner       ce    7 artistes et 1 pour maguy giraud et et te voici humanité   je n’ai jamais dernier vers que mort je suis Éléments -    tu sais un titre : il infuse sa la prédication faite       gentil on a cru à quand c’est le vent qui 0 false 21 18   ces sec erv vre ile       mouett ainsi va le travail de qui et tout avait il existe au moins deux après la lecture de  de la trajectoire de ce       assis c’est la chair pourtant marcel alocco a antoine simon 15       deux     surgi rien n’est le geste de l’ancienne, deux ce travail vous est lorsqu’on connaît une       la encore la couleur, mais cette   voici donc la sixième al matin, quant primes pert     rien     double quelques autres le "patriote", elle réalise des je me souviens de raphaël       baie pourquoi yves klein a-t-il de sorte que bientôt       un       ...mai     oued coulant le vieux qui station 7 : as-tu vu judas se       devant il ne s’agit pas de derniers toutes ces pages de nos le franchissement des madame est une torche. elle       dans la brume. nuages pluies et bruines, la cité de la musique dernier vers aoi le temps passe dans la       sur cet article est paru le texte qui suit est, bien souvent je ne sais rien de       le journée de pour michèle gazier 1) l’appel tonitruant du (en regardant un dessin de à cri et à chaises, tables, verres,       " 1) la plupart de ces la terre a souvent tremblé bribes en ligne a fontelucco, 6 juillet 2000       jonath la force du corps,  epître aux aucun hasard si se a claude b.   comme le bulletin de "bribes       en le corps encaisse comme il viallat © le château de deux nouveauté, l’impossible   saint paul trois juste un ecrire sur   d’un coté, pour jean marie mon travail est une       au       pourqu   tout est toujours en la vie est dans la vie. se pas facile d’ajuster le la poésie, à la attendre. mot terrible. certains soirs, quand je dernier vers aoi   les dernières       le dans le pays dont je vous     au couchant il avait accepté  il est des objets sur antoine simon 20 alocco en patchworck © essai de nécrologie, même si af : j’entends       b&acir des quatre archanges que       dans À peine jetés dans le soudain un blanc fauche le a l’aube des apaches, la rencontre d’une       le et  riche de mes printemps breton, printemps (la numérotation des ce qui importe pour   iv    vers a grant dulur tendrai puis antoine simon 10 madame est toute dans les horizons de boue, de       il paroles de chamantu autres litanies du saint nom       "    regardant antoine simon 24         or       m&eacu sequence 6   le       la légendes de michel quand les mots       enfant autre citation "pour tes antoine simon 28     chant de quand il voit s’ouvrir, je dors d’un sommeil de jamais si entêtanteeurydice je meurs de soif moisissures mousses lichens vous êtes À la loupe, il observa (elle entretenait au matin du l’erbe del camp, ki     l’é       lentement, josué six de l’espace urbain,     chambre       é       apparu écoute, josué,   pour olivier la fonction, diaphane est le mise en ligne d’un       bonheu j’ai changé le ço dist li reis : josué avait un rythme mais jamais on ne a ma mère, femme parmi       six toi, mésange à béatrice machet vient de       en   entrons onzième clere est la noit e la pour angelo de profondes glaouis livre grand format en trois accoucher baragouiner la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Jacques Clauzel > Macles et roulis

RAPHAEL MONTICELLI

<- Macles et roulis 1 | Macles et roulis 3 ->
Macles et roulis 2
Artiste(s) : Clauzel

JPEG - 24.5 ko
Macles et roulis photo clauzel 2 Clauzel

 

 

- Tromper le néant
peupler l’obscurité.
(Dans l’équilibre juste de sa masse avec celle de l’eau un cane, grave, glisse)
- Et il suffit d’un mot
(hors de ces illusoires bévues : taches dessins silhouettes que nous devinons sur les pierres)
- il suffit d’un regard
(Car, dès sa source, l’eau arrache par grappes et billes un schiste dit "maclifère" pour les taches qu’il porte)
- toute l’obscurité de l’espace
C’est le temps des terres au temps des hommes noué,
- grain de sable
porteur d’eau, de temps, de source, de voix.
- qui trompe
Entre taches, mailles et croix les lignes de la fragilité.
 
JPEG - 29.9 ko
Macles et roulis Dessin 2 Clauzel
 
Or il suffit d’un mot d’un regard pour peupler l’obscurité de l’espace
grain de sable qui trompe le néant
Publication en ligne : 9 août 2009
Première publication : août 2006 / Bibliophilie

Réagir à ce texte