BRIBES EN LIGNE
    extraire bribes en ligne a régine robin, abstraction voir figuration dans le monde de cette       pourqu le galop du poème me       il la vie est dans la vie. se le 23 février 1988, il mon cher pétrarque,       je me a la femme au la terre nous       voyage       le on a cru à avez-vous vu deuxième approche de « e ! malvais et il fallait aller debout merle noir  pour il aurait voulu être pour mon épouse nicole ma voix n’est plus que j’entends sonner les la brume. nuages       ( pas une année sans évoquer f le feu m’a   (à deuxième percey priest lakesur les   marcel       au li quens oger cuardise pur ceste espee ai dulor e max charvolen, martin miguel pour le prochain basilic, (la     pluie du sous la pression des souvent je ne sais rien de ce qui importe pour nice, le 18 novembre 2004  “ce travail qui     double suite du blasphème de la gaucherie à vivre, clers fut li jurz e li religion de josué il diaphane est le mot (ou le grand combat :       dans antoine simon 31 c’est un peu comme si, bien sûrla       banlie dernier vers aoi  dernières mises  “ne pas v.- les amicales aventures du   pour théa et ses première journée de       un a claude b.   comme       vu       je me pour robert tout en travaillant sur les (À l’église       jardin       apparu il existe au moins deux le vieux qui histoire de signes . f j’ai voulu me pencher un nouvel espace est ouvert       ton agnus dei qui tollis peccata si tu es étudiant en « h&eacu ma voix n’est plus que       sur comme c’est       o la pureté de la survie. nul art jonction semble enfin  pour le dernier jour station 4 : judas  mise en ligne d’un       dans  dans toutes les rues merci au printemps des une errance de     &nbs al matin, quant primes pert       soleil       jonath       dans juste un antoine simon 28 la communication est       sur il faut aller voir  tu ne renonceras pas. douce est la terre aux yeux folie de josuétout est pour max charvolen 1) j’ai en réserve   la baie des anges poème pour autre essai d’un dans les carnets les étourneaux ! dont les secrets… à quoi macles et roulis photo 3 le recueil de textes "nice, nouvel éloge de la gardien de phare à vie, au vue à la villa tamaris     son       midi carmelo arden quin est une       la nos voix     hélas, dernier vers aoi     les fleurs du autre petite voix  dans le livre, le faisant dialoguer dernier vers aoi       la soudain un blanc fauche le       je pour michèle gazier 1 on préparait je m’étonne toujours de la   jn 2,1-12 : rossignolet tu la       en "l’art est-il 0 false 21 18   un sculpter l’air : f dans le sourd chatoiement ne faut-il pas vivre comme       object clere est la noit e la un jour nous avons deuxième apparition de 1-nous sommes dehors. (ô fleur de courge... et nous n’avons rien mult est vassal carles de       "     ton chaque jour est un appel, une quand sur vos visages les chaque automne les       " beaucoup de merveilles une fois entré dans la les doigts d’ombre de neige et tout avait       nuage mes pensées restent       juin       assis       ce 1- c’est dans exacerbé d’air entr’els nen at ne pui       bruyan ce poème est tiré du lorsqu’on connaît une       sur         cette     nous       deux       dans       montag antoine simon 29 temps où les coeurs station 1 : judas pas même vous deux, c’est joie et   1) cette dernier vers aoi       neige le scribe ne retient       la pie  c’était la cité de la musique villa arson, nice, du 17       au ainsi fut pétrarque dans autres litanies du saint nom errer est notre lot, madame, il y a dans ce pays des voies pour maxime godard 1 haute j’ai relu daniel biga, onzième il n’y a pas de plus       st portrait. 1255 : l’appel tonitruant du des conserves ! si j’avais de son "mais qui lit encore le l’heure de la  les trois ensembles f les rêves de pour michèle aueret   que signifie j’ai changé le       magnol     le       reine       dans 0 false 21 18       dans ….omme virginia par la il faut laisser venir madame dans ma gorge nous dirons donc madame est toute    courant madame déchirée dans un coin de nice, abu zayd me déplait. pas immense est le théâtre et le travail de bernard quelques autres écoute, josué, pierre ciel "moi, esclave" a dans le patriote du 16 mars ce qu’un paysage peut ce texte se présente lancinant ô lancinant     m2 &nbs et que vous dire des       neige   (dans le me au programme des actions suite de       dans tu le saiset je le vois   pour adèle et bientôt, aucune amarre dernier vers aoi ...et poème pour genre des motsmauvais genre printemps breton, printemps allons fouiller ce triangle     de rigoles en sainte marie, apaches : en ceste tere ad estet ja   voici donc la       devant il y a des objets qui ont la chercher une sorte de napolì napolì quelque chose guetter cette chose 13) polynésie clquez sur f le feu s’est très saintes litanies       ce ils avaient si longtemps, si face aux bronzes de miodrag       et tu equitable un besoin sonnerait li emperere s’est passent .x. portes, je découvre avant toi livre grand format en trois (dans mon ventre pousse une avant propos la peinture est tu le sais bien. luc ne pour lee ( ce texte a à la bonne       le temps de cendre de deuil de dentelle : il avait       journ&  l’écriture “le pinceau glisse sur ce qui fascine chez       mouett   3   

les il arriva que   j’ai souvent       ...mai       tourne pour alain borer le 26 dernier vers aoi dernier vers aoi antoine simon 25 à la mémoire de ici, les choses les plus et encore  dits     à (de)lecta lucta   est-ce parce que, petit, on encore la couleur, mais cette giovanni rubino dit ainsi va le travail de qui     longtemps sur on trouvera la video les grands       la encore une citation“tu troisième essai et       quand       fourr&    regardant madame, vous débusquez carcassonne, le 06   si vous souhaitez antoine simon 6 macles et roulis photo 7       les Éléments -       le   je ne comprends plus station 5 : comment madame des forêts de le soleil n’est pas 1. il se trouve que je suis jamais si entêtanteeurydice     rien la liberté de l’être à sylvie ce texte m’a été       longte cinquième citationne normal 0 21 false fal l’une des dernières ainsi alfred… il ne sait rien qui ne va cinq madame aux yeux je crie la rue mue douleur d’un bout à la prédication faite 5) triptyque marocain le glacis de la mort À l’occasion de six de l’espace urbain, rêve, cauchemar, carles respunt : je suis occupé ces josué avait un rythme  au travers de toi je vertige. une distance à bernadette       le       bien il s’appelait bel équilibre et sa moisissures mousses lichens il en est des noms comme du       les et je vois dans vos       le le proche et le lointain démodocos... Ça a bien un dernier vers aoi douze (se fait terre se le géographe sait tout       &agrav je ne peins pas avec quoi, carles li reis en ad prise sa     surgi et si tu dois apprendre à Être tout entier la flamme dernier vers aoi a l’aube des apaches, langues de plomba la     vers le soir  pour jean le    au balcon toujours les lettres : le bulletin de "bribes  tu vois im font chier rimbaud a donc    de femme liseuse dans le pays dont je vous la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Kaantor

Kaantor



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette