BRIBES EN LIGNE
avant dernier vers aoi       avant effleurer le ciel du bout des "mais qui lit encore le le coeur du station 3 encore il parle violette cachéeton certains soirs, quand je il arriva que   (dans le des quatre archanges que       dans pour egidio fiorin des mots À l’occasion de de l’autre quand il voit s’ouvrir,       " macles et roulis photo 4 religion de josué il trois (mon souffle au matin     &nbs tout en vérifiant  au travers de toi je       un macles et roulis photo 3       object       en un j’ai perdu mon 0 false 21 18       ( dernier vers aoi dans ce périlleux a grant dulur tendrai puis       au       le dernier vers que mort buttati ! guarda&nbs autre petite voix       longte       sur  référencem       soleil il ne sait rien qui ne va le samedi 26 mars, à 15    au balcon       fourr&       s̵       apr&eg dans le monde de cette je n’hésiterai tout est possible pour qui attelage ii est une œuvre quando me ne so itu pe pour robert dix l’espace ouvert au paysage de ta tombe  et dans un coin de nice, marcel alocco a lorsqu’on connaît une       en station 4 : judas  thème principal :  ce mois ci : sub les plus vieilles je m’étonne toujours de la       sur       deux 7) porte-fenêtre il en est des meurtrières. archipel shopping, la rêves de josué, "et bien, voilà..." dit d’un côté sculpter l’air :       un douze (se fait terre se vedo la luna vedo le 5) triptyque marocain         or temps de bitume en fusion sur bel équilibre et sa chairs à vif paumes       la       reine la terre nous l’impression la plus le nécessaire non granz est li calz, si se carles li reis en ad prise sa       alla il aurait voulu être maintenant il connaît le de la exacerbé d’air le lent déferlement       deux  le "musée 13) polynésie       &ccedi antoine simon 16 la rencontre d’une     dans la ruela le coquillage contre a propos d’une   pour olivier       la (de)lecta lucta         au   six formes de la  l’exposition  tout mon petit univers en juste un les premières avec marc, nous avons c’est ici, me pour alain borer le 26 morz est rollant, deus en ad    en 1.- les rêves de janvier 2002 .traverse       arauca chaque automne les f tous les feux se sont on peut croire que martine des conserves ! encore une citation“tu antoine simon 27 un homme dans la rue se prend pour michèle aueret à propos “la diaphane est le mot (ou très malheureux... i en voyant la masse aux antoine simon 13 deuxième essai le pour jean gautheronle cosmos     le (josué avait       aujour  née à dans les carnets beaucoup de merveilles le temps passe si vite, pour mes enfants laure et       une six de l’espace urbain, pour frédéric       " la pureté de la survie. nul       p&eacu     une abeille de   iv    vers  pour jean le  tu ne renonceras pas.       le       jonath laure et pétrarque comme le geste de l’ancienne, nouvelles mises en sous la pression des travail de tissage, dans même si josué avait un rythme     [1]  je suis occupé ces abu zayd me déplait. pas antoine simon 12       &n       sur       "  “ne pas nous viendrons nous masser quelques autres etait-ce le souvenir       voyage outre la poursuite de la mise À la loupe, il observa (la numérotation des si j’étais un     chambre il n’était qu’un   saint paul trois pour gilbert premier vers aoi dernier assise par accroc au bord de deuxième il souffle sur les collines ses mains aussi étaient a l’aube des apaches, pour helmut  hors du corps pas       qui       su décembre 2001. martin miguel art et à propos des grands il y a dans ce pays des voies reflets et echosla salle d’ eurydice ou bien de titrer "claude viallat,       journ& chaque jour est un appel, une       au       les dernier vers aoi       cerisi (elle entretenait tandis que dans la grande       b&acir   j’ai souvent la gaucherie à vivre, on dit qu’agathe en ceste tere ad estet ja on croit souvent que le but encore la couleur, mais cette monde imaginal, sors de mon territoire. fais à bernadette attention beau dernier vers aoi issent de mer, venent as sixième rimbaud a donc nice, le 30 juin 2000       sur  dans le livre, le essai de nécrologie, jusqu’à il y a       un titre : il infuse sa la littérature de soudain un blanc fauche le       pav&ea     au couchant à l’heure de la       aux l’erbe del camp, ki       baie cet univers sans je suis     du faucon       et  marcel migozzi vient de une errance de       nuage    tu sais accoucher baragouiner la bouche pleine de bulles       sous       juin mise en ligne d’un 0 false 21 18 le lent tricotage du paysage au programme des actions      & max charvolen, martin miguel       bruyan     de rigoles en merci au printemps des langues de plomba la    regardant       sur mesdames, messieurs, veuillez       dans attendre. mot terrible. je suis celle qui trompe     m2 &nbs tant pis pour eux. pour andré se placer sous le signe de toutefois je m’estimais       vaches l’illusion d’une depuis ce jour, le site (vois-tu, sancho, je suis ce n’est pas aux choses sauvage et fuyant comme       force antoine simon 15 le plus insupportable chez c’est le grand       descen jamais je n’aurais toutes sortes de papiers, sur dernier vers aoi       &n  c’était       pav&ea ….omme virginia par la quatrième essai de les parents, l’ultime       bonhe inoubliables, les pluies et bruines,   adagio   je autres litanies du saint nom elle disposait d’une au rayon des surgelés   la baie des anges       la "ces deux là se mi viene in mentemi allons fouiller ce triangle mes pensées restent le texte qui suit est, bien dernier vers aoi       dans les durand : une  improbable visage pendu comme c’est lancinant ô lancinant madame, vous débusquez f le feu s’est   l’oeuvre vit son able comme capable de donner pure forme, belle muette, lentement, josué       longte le temps passe dans la les petites fleurs des abstraction voir figuration un temps hors du onze sous les cercles       ma pour raphaël le pendu       les nice, le 18 novembre 2004 la tentation du survol, à dans ma gorge     " le ciel est clair au travers m1       madame porte à       apparu     &nbs rêve, cauchemar, c’est la chair pourtant pas une année sans évoquer       pass&e   anatomie du m et "je me tais. pour taire. dans l’innocence des pour mireille et philippe que d’heures   le 10 décembre je meurs de soif dans le pays dont je vous       grimpa diaphane est le  les premières il n’y a pas de plus madame, c’est notre ne faut-il pas vivre comme dernier vers aoi noble folie de josué, pas facile d’ajuster le rm : nous sommes en cinquième essai tout       je me mille fardeaux, mille suite du blasphème de quant carles oït la pour les routes de ce pays sont la route de la soie, à pied,       les merci à marc alpozzo       marche       vu       tout est prêt en moi pour       bien 1- c’est dans     quand sequence 6   le le galop du poème me passet li jurz, si turnet a et c’était dans       m̵ faisant dialoguer a la libération, les       l̵       dans       deux petit matin frais. je te la langue est intarissable histoire de signes .    si tout au long le franchissement des l’attente, le fruit comme une suite de quand c’est le vent qui des voix percent, racontent antoine simon 9 quatre si la mer s’est la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Pompili

Pompili

Dernière publication : 30 décembre 2008.
Les 3 derniers articles : Giotto, décidément... .
Les 3 articles les plus lus : Giotto, décidément... .


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette